AS1

Je voudrais pousser un coup de gueule bien senti, sans mâcher mes mots mais dire vraiment ce que je pense, et croyez-moi, ça va faire mal, il va y avoir de la casse, ça sera violent et brutal, sanglant même, mais moi je suis comme ça, je dis les choses comme elles sont et tant pis si ça ne plaira pas à tout le monde, car je sais que certains ici seront en colère, déçus, choqués même, mais il faut bien que les choses les moins agréables, même si, comme ici, elles sont un peu sordides, soient dites, il faut crever l'abcès, c'est ce que je pense toujours et j'en fais l'application ici. 

Et je ne vais pas tergiverser, je ne vais pas y aller par quatre chemins, ni par trois, ni par deux, parce que moi, j'suis pas comme ça. C'est bon, tu me crois ?

Alors voilà, préparez-vous, car ça risque, pour vous, ne ne plus jamais être pareil ensuite : ce disque est mensonger. C'est un gros mensonge, on se fout de nous, ce n'est pas ce que l'on croit qu'il est. C'en est même absolument dégueulasse. Répugnant. Révoltant. Illégal.

Pas beau. 

L'album dit s'appeler Toto, 30 Ans, Rien Que Du Malheur... et il date de 1978, mais en 1978, Alain Souchon n'avait pas 30, mais 34 ans, vu qu'il est né en 1944. Voilà, c'est dit, j'avais prévenu c'est dégueulasse, désolé si j'en choque certains, mais j'avais ça sur le coeur. Comment ça, on s'en fout, que le titre soit erroné ? Bah oui, vous avez raison, et si vous avez pris au pied de la lettre ce que je viens d'écrire plus haut, c'est que vous êtes un peu c... non, je ne vais pas dire le mot en entier, je ne veux fâcher personne, mais reconnaissez qu'il y aurait de quoi vous traiter de la sorte, hein !

AS2

Trève de connitude, cet album sorti en 1978 est le quatrième album studio (et album tout court, son premier live datant de 1981) d'Alain Souchon, et il s'appelle donc Toto, 30 Ans, Rien Que Du Malheur..., je dois avouer que j'adore ce titre et que je le trouve même super génial pour un titre d'album. Quand la Souche sort ce disque, il est désormais un chanteur confirmé. Ses deux premiers albums, J'Ai Dix Ans et Bidon, ont bien marché, son troisième, Jamais Content, est un triomphe (et le premier album sur lequel Laurent Voulzy est le seul collaborateur pour les chansons ; en effet, sur les deux précédents, il ne collabore que sur une chanson - pour le premier album - et que sur la moitié des titres, pour le second). Sur ce quatrième album, Souchon devient plus mature, les chansons sont toujours empreintes de cette mélancolie un peu poétique et parfois absurde, mais l'ambiance générale est tout de même un peu plus sombre, à l'image de la pochette noire. N'allez cependant pas croire que cet album est triste et dépressif, loin de là. Il sera un très beau succès, et contient quatre classiques souchoniens : L'Amour En Fuite, issu de la bande originale du film du même nom (de François Truffaut) ; Frenchy Bébé Blues, un petit blues, comme son nom l'indique, sur la paternité ; l'hilarant Papa Mambo aux paroles toujours d'actualité (On est foutus, on mange trop !), chanson sur la malbouffe, l'obésité, le gaspillage alimentaire, et le tout, évidemment, sur un rythme de mambo (non ?!? Si !)...

AS3

Et surtout, les 7,40 minutes inoubliables, grandioses, cultissimes, du Bagad De Lann-Bihouë, chanson majeure du répertoire souchonien, un des hymnes de la Bretagne, la chanson parle d'un homme qui, dans son enfance, son adolescence, s'imaginait un jour faire partie du Bagad de Lann-Bihouë (sans doute le plus connu et prestigieux des orchestres bretons, celui-ci appartenant à la Marine Nationale de la base de Lann-Bihouë), mais qui a, en fait, eu droit à une vie des plus banales, insignifiantes, tu la voyais pas comme ça, ta vie... Entre la mélodie pompeuse et bien triste de l'intro, le ton volontairement dépressif de la voix de la Souche, et ce refrain enlevé et bien bretonnant, sans parler de ce final avec cornemuses (le bagad en question n'a pas été utilisé pour l'album, il n'y a en fait que deux cornemuses, sans doute pour des questions de budget ou de logistique), ce morceau (musique signée Voulzy), qui est repris sur 1,35 minute en final instrumental de l'album, est un joyau, bien évidemment le sommet de ce quatrième album et une des 5 meilleures chansons de Souchon. Mais l'album, outre cette chanson (et les trois autres titres que j'ai cités plus haut), offre aussi Le Dégoût, Nouveau, Toto 30 Ans et le court (moins de 2 minutes) Lulu, chansons sur le mal-être, l'amour qui ne dure pas, la nostalgie du bon temps qui est passé et ne reviendra plus... Pas des thèmes joyeux, on le voit, et pas un album joyeux, mais clairement un des meilleurs d'un des meilleurs chanteurs français de son époque (et de maintenant !), un disque surtout connu pour sa pharaonique chanson d'ouverture, mais qui mérite amplement la (re)découverte.

Peut-être mon préféré de lui. Hé ouais.

FACE A

Le Bagad De Lann-Bihouë

Frenchy Bébé Blues

Le Dégoût

L'Amour En Fuite

Nouveau

FACE B

Papa Mambo

Cosy Corner

Toto 30 Ans

Lulu

J'Etais Pas Là

Bagad (Reprise)