0073145579902_600

En 1970, Eddy Mitchell est un peu - un peu - à la ramasse. Avec les Chaussettes Noires, c'était le succès absolu, et en solo, le début de sa carrière (années 60) fut très prometteur. Mais le début des années 70, la période 1970-72, fut difficile : albums réussis, mais n'ayant pas obtenu beaucoup de succès. Johnny Hallyday, son rival (c'est du moins ainsi que les journalistes en parlaient, car Johnny et Eddy ont toujours été bons copains), lui, marche fort, de plus en plus. Mais Claude Moine, de son vrai nom, lui, patauge un peu, il faudra attendre 1974 pour qu'il ne recommence à avoir du succès, et dès lors, ce succès ne le quittera plus. Rock'n'Roll, sous sa sombre pochette et son lettrage gothique imposant, date de 1970, et est le onzième album studio d'Eddy 'Schmoll'/'Gros Boeuf' Mitchell. Il aligne 11 titres, pas tous de rock'n'roll, pour 32 minutes (le CD offre désormais 9 bonus-tracks, ce qui fait donc 20 titres pour quasiment une heure de musique, et aucun des 9 titres en plus n'est un doublon avec les 11 titres originaux, ce sont des titres sortis en face A et/ou B de singles de l'époque). Le disque est produit par Jean Fernandez.

P_20200226_155213

On a un peu de tout sur ce disque : du rock'n'roll pur et dur, évidemment (J'Aime Le Rock'n'Roll est une reprise de Rock And Roll Music de Chuck Berry, Pneumonie Rock Et Boogie Woogie Toux, qui est une adaptation de Jerry Lee Lewis), mais surtout du rock pur, avec même des accents assez hard/heavy par moments. Certaines chansons sonnent comme du Led Zeppelin, telles Le Marchand De Poupées, Rock'n'Roll Star, Pauvre Emigrant, Big Boss Man (d'après Willie Dixon). Quand je dis 'comme du Led Zeppelin', bien entendu, c'est quand même Eddy Mitchell, c'est quand même du rock'n'roll français de 1970, donc ce n'est pas si heavy que ça, mais il faut reconnaître que Rock'n'Roll aurait mieux fait de s'appeler Rock tout court. Tout n'est pas parfait sur ce disque, Je Te Reviendrai Toujours est assez médiocre, Le Nouveau Mercenaire aussi, et je ne suis pas fan de Gwendolina, mais dans l'ensemble, ce disque méconnu et même quelque peu oublié, échec à sa sortie, est une belle petite réussite de la part de Schmoll, même si je préfère nettement ses deux albums suivants (qui seront bientôt, très bientôt, abordés ici, et qui sont eux aussi méconnus et peu cartonneurs à l'époque).

P_20200226_155127

Enfin, bref, Rock'n'Roll offre du bon rock des familles, des adaptations par le fameux tandem Claude Moine/Pierre Papadiamandis (composition), et si ce n'est pas un chef d'oeuvre absolu, c'est tout de même un disque bien sympathique et énergique qui prouve que le rock, en France, non seulement existait bel et bien, mais n'était pas que l'apanage de Johnny Hallyday. Un disque très efficace de la part du plus talentueux et attachant des rockeurs made in France, même si Eddy Mitchell a fait et fera encore mieux.

FACE A

Le Marchand De Poupées

Ca N'Arrive Qu'Aux Vivants

Big Boss Man

Le Nouveau Mercenaire

J'Aime Le Rock'n'Roll

FACE B

Rock'n'Roll Star

Pauvre Immigrant

Pneumonie Rock Et Boogie Woogie Toux

Je Te Reviendrai Toujours

Gwendolina

Arc-En-Ciel