15

Cet album de Gérard Manset, son deuxième, sorti en 1970 sous une très austère pochette faisant penser à des albums de musique classique, ce disque, donc, est mon 15ème album français préféré. Il s'appelle La Mort D'Orion, et rien que le titre et la pochette (et le titre des morceaux) laissent présumer qu'il ne s'agit pas d'un disque fait pour la bonne grosse marrade. Seulement 5 titres (en réalité, 10, car le morceau-titre est scindé en 5 sous-parties, et il y à un morceau caché entre les deux premiers titres de la face B), aucun humour, aucune légèreté (je préfère le dire direct), et une ambiance pesante et quasi mystique. Un album qui fonctionne comme un voyage initiatique, et qui, à chaque écoute, laisse un peu plus sur le carreau tellement c'est beau.

Les + : Sur la face A, l'oratorio donnant son titre à l'album est clairement le sommet des 44 minutes du disque. Puissante histoire de SF. Sur la face B, les quatre chansons indépendantes (avec un interlude caché entre Vivent Les Hommes et Ils) ne sont pas en reste. Musicalement, ce disque est proche du Nirvanâ, même si ce n'est pas, selon moi, le sommet de Manset (son disque suivant de 1972 est encore meilleur) !

Les - : En bon connard qu'il est, Manset n'a pas édité en CD le disque dans sa totalité : il manque, en gros, une minute au morceau-titre (crédité à 24 minutes, il en dure 23 si on additionne les 5 sous-parties qui le composent). OK, ce n'est pas catastrophique, mais tout de même, ça fait con, surtout que les paroles dans le livret sont bien là pour ce petit passage supprimé ! Ce qui, quand on suit les paroles en même temps qu'on écoute, est assez déstabilisant... Bref, si vous avez le vinyle, ne vous en séparez pas (surtout qu'il n'a été édité qu'en 1970 et 1978, plus après) ! Autre chose : les effets sonores sur Le Paradis Terrestre (bidouillages de bandes, multiples voix posées les unes sur les autres) peuvent rendre fou, à la longue (c'est à dire, c'est assez énervant) !

Disponibilité en CD : Pendant longtemps (de l'avènement du CD à la fin des années 80 jusqu'à 1996), Manset refusera de sortir ce disque en CD, il cèdera enfin à la pression en 1996. Le disque est un de ses rares à être commercialisé en CD, et, de ses anciens albums (1968/milieu des années 80), c'est même le seul à avoir une édition CD digne de ce nom ! On le trouve généralement assez facilement, mais attendez-vous à casquer : ce disque est très souvent, voir toujours, vendu à un prix rébarbatif de 24 € (rarement moins) ! Mais ça les vaut...