16

On arrive à mon seizième album français préféré de tous les temps. Il date de 1971, c'est le troisième album studio de Michel Polnareff, et il s'appelle tout simplement Polnareff's. C'est un disque majestueux, considéré par pas mal de gens comme le sommet du chanteur binoclard et bouclé, pas encore exilé fiscal volontaire (mais d'ici deux ans...), mais déjà une mégastar en France. Un disque que Polnareff comptait à la base constituer de chansons séparées par des instrumentaux, mais au final, sur les 11 titres (pour 37 minutes), seuls trois instrumentaux sont présents. Un disque qui devait donc être conceptuel à la base, et qui, musicalement, est très chargé et vraiment sublime.

Les + : Alors là... Selon Leslie Barsonsec, chroniqueur occasionnel du blog ayant pondu la chronique principale de ce disque, cet album par ailleurs assez méconnu des masses populaires est un des rarissimes albums capables de rivaliser avec le Histoire De Melody Nelson de Gainsbourg, de la même année 1971. Même principe (arrangements lyriques), de plus. Des chansons mémorables (Le Désert N'Est Plus En Afrique, Né Dans Un Ice-Cream, Qui A Tué Grand-Maman ? dédiée à Lucien Morisse), des instrumentaux géniaux (Voyages, Computer's Dream)... Du lourd, du lourd, du lourd !

Les - : Pour tout dire, la face B est un tantinet (mais vraiment un tantinet) moins marquante que la A : Monsieur L'Abbé est pas mal, malgré un final douteux avec bruits de bottes et vociférations teutonnes (nazies ?) en effets sonores ; et les couplets en spoken-word de Hey You Woman m'insupportent à la longue (anéantissants de kitsch). Mais je chipote.

Disponibilité en CD : Assez facile à trouver, pas trop de souci de ce côté-là. Ce n'est pas l'album le plus difficile à trouver de Polnareff (pour trouver Kâma-Sûtra, Fame A La Mode ou Polnarévolution en magasin, à mon avis, c'est déjà plus compliqué). Même si Polnareff est le genre d'artiste pour lequel on risque plus de trouver de nombreux exemplaires de ses best-ofs dans les bacs que ses albums originaux. Pour Internet, aucun problème, on peut même le trouver en vinyle réédité très récemment (2009), et je ne me suis pas gêné pour me le procurer sous ce format, d'ailleurs.