SHELLER 1

En 1994, William Sheller est un homme heureux. Vu que sa chanson Un Homme Heureux fut un succès monumental en 1991. Tout comme son live (enregistré en studio pour une audience restreinte de 200 personnes) Sheller En Solitaire de la même année. Trois ans plus tard, en 1994 donc, il sort un disque très rock, du pur rock britannique (certaines chansons sont en anglais, d'ailleurs), un album au titre très british aussi, puisqu'il s'appelle Albion. Sous une pochette en triptyque (le livret des paroles est caché dans le livret dépliant) assez sympathique mais pas la plus belle du monde  se cache un disque mémorable, probablement même son meilleur album, offrant une dizaine de titres fantastiques. Un de ses titres (Excalibur) est probablement une reprise d'un ancien morceau datant, sauf erreur de ma part, de 1989 et de l'album Ailleurs (que je ne connais pas, sauf de nom), et qui est son album studio précédent. En une bonne heure de musique (pas mal des morceaux atteignent ou même dépassent 5 minutes, avec un pic à 8,10 minutes pour La Navale), Sheller offre ici un pur disque de rock.

SHELLER 3

Pas de chanson un peu énergique, non, hein, mais du rock, du pur rock à la britannique, mais made in France. Albion est la preuve ultime que Sheller, fou de musique classique (mais détestant le jazz), artiste capable de se produire pendant 4 heures de suite en live, artiste fou de talent, que Sheller, donc, sait se renouveler comme personne. Musique sérielle, expérimentale, chanson, musique classique, et ici rock, Sheller sait tout faire. Sheller est ici entouré de quelques musiciens très bons mais que je connais peu voire pas du tout (ce qui ne veut rien dire) : David Rufy (batteur), Gary Tibbs (basse), Steve Boltz (guitares), Mark Wallis (programmations). Sheller, lui, tient les claviers et la programmation. Albion est rempli de merveilles, Silfax, I Spy, Relâche, La Navale, Good Bye Good Bye Good ou bien encore Excalibur, probable reprise d'une ancienne de ses chansons. Toutes les chansons, ici, sont absolument mémorables, mention spéciale à I Spy et au final Relâche, mais c'est vraiment pour citer deux titres que je préfère aux autres (et de peu).

SHELLER 2

Albion est au final un vrai, grand disque de rock français et de rock tout court, un album mémorable. Sheller mettra 6 ans à refaire un disque studio, et ça sera le fantastique (et étrange et complexe) Les Machines Absurdes. Pour en revenir à ce trésor de 1994, il est pour moi le meilleur disque français de cette année, devant Samedi Soir Sur La Terre de Cabrel, Chatterton de Bashung, A La Belle De Mai de Renaud, Voulzy Tour (double live anthologique de Voulzy) et Aux Héros De La Voltige d'Higelin. Tout simplement magistral et, malgré sa durée, jamais trop long !

Good Bye Good Bye Good

Maintenant Tout Le Temps

Les Enfants Sauvages

Silfax

I Spy

La Navale

Excalibur

Comme On N'Oublie Pas

On Vit Tous La Même Histoire

Relâche