LV1

Lucien Voulzy de son vrai nom, Laurent Voulzy a démarré sa carrière timidement, très timidement, Timides est même le nom de sa première chanson qui, en 1967 (il a alors 19 ans), lui fait remporter un concours local (en région parisienne), chanson qu'il enregistrera en...2017 sur ce qui, à l'heure actuelle, est son dernier album studio, Belem. Après son service militaire, il signe son premier contrat (choisissant ce qui deviendra dàs lors son nom d'artiste), se met à composer pour d'autres et pour lui. Il sort des singles à partir de 1972. Aucun ne marche jusqu'à 1977. En 1974, il rencontre Alain Souchon, avec qui il devient directement pote, les deux se mettent à collaborer, Voulzy lui signe les mélodies (et Souchon les paroles de ses chansons). En 1977, les deux conçoivent Rockollection, 12 minutes de tuerie pop (dans sa version maxi-45-tours) qui entremêle les tubes rock d'antan, Stones, Beatles, Beach Boys, Them, etc... La chanson est un tube monumental, la carrière de Voulzy est lancée. L'année suivante, Bubble Star cartonne. Et encore l'année suivante, Voulzy sort son premier album. Album qui, par la grâce d'une chanson mémorable lui donnant son nom, sera un très beau succès. Et pourtant, ça ne partait pas sous les meilleurs auspices, car regardez-moi donc cette pochette. Fond rose hideux, pauvres petits palmiers dans un coin, chemise absolument imbitable pour Voulzy, expression faciale un peu neuneu, qualité de photo un peu trop granuleuse, lettrage ringard et gros coeur ringard avec le titre de l'album dedans (soit Le Coeur Grenadine, mais sachez que le titre de l'album n'apparaît ni sur la tranche de pochette, ni sur les labels de face), tout concourt à faire de cette pochette une des plus moches et même anti-commerciales que je connaisse, elle ne donne vraiment pas envie de s'attarder sur le contenu de l'album. Et j'ai même pas parlé du verso (photo ci-dessous) et de l'intérieur de pochette qui propose les paroles de 4 des morceaux, et est du même acabit.

LV3

Il va bien falloir pourtant. Car bien qu'il ne s'agisse pas du meilleur album de Lolo Star, Le Coeur Grenadine, disque le plus court de sa discographie (34 minutes, seulement 8 titres), est un petit régal. Comme je l'ai dit, dans la pochette, seules 4 morceaux, sur les 8, ont les paroles de proposées. Les 4 morceaux restants ne sont pas instrumentaux pour autant, on a une reprise de Gainsbourg mais aucun instrumental. Seules les chansons de la face A ont les paroles sur l'intérieur de pochette. Pourquoi elles et pas le reste ? A quoi ça sert de ne proposer que la moitié des paroles ? Soit c'est tout, soit c'est rien. Fin du coup de gueule. L'album offre quatre classiques voulzyiens : Le Coeur Grenadine, d'abord, qui ouvre le disque, splendeur mélancolique sur les origines antillaises (mais il est né dans l'gris par accident, en métropole, à Paris), il n'ira en Guadeloupe, son île d'origine (ses parents y sont nés), que bien tardivement, il n'y était, je crois, pas encore allé au moment de la sortie de son premier album. Enfin, j'dis ça, mais la phrase Dans c'pays qu'j'connais pas est sans équivoque. Cette chanson est une merveille douce comme une pluie d'été, on a déjà tout Voulzy ici, son goût pour la pop, les musiques du monde, la tendresse, la naïveté volontaire... Autre classique, Karin Redinger, merveille de chanson folk acoustique à la McCartney (une des influences de Voulzy) sur un amour impossible entre un jeune français et une jeune Anglaise mariée, au cours d'un voyage. On a Grimaud, chanson au rythme saccadé et ensoleillé, petite cavalcade amusante mais le morceau qui me branche le moins sur l'album. Et le très pop/rock et long (6,40 minutes) Cocktail Chez Mademoiselle, qui me fait penser à du Steely Dan de la même époque, chanson géniale. 

LV2

L'album offre aussi une reprise (c'est, si on met de côté son album de reprises La Septième Vague, le seul album de Voulzy à proposer une reprise) du Qui Est "In", Qui Est "Out" de Serge Gainsbourg, à la sauce pop de l'époque, c'est sympathique comme tout, tout en étant un peu daté et vraiment pas le meilleur morceau sur le disque. Lucienne Est Américaine, au riff génial et typiquement voulzyien, sortira en single et ne marchera probablement pas super bien, mais c'est dommage car c'est une chanson que j'adore et trouve vraiment réussie, la quintessence de la pop à la française, avec des paroles amusantes (On a vendu la maison, il nous fallait des ronds, passque maint'nant Lucienne est américaine) et un rythme parfait. Hé ! P'tite Blonde, avec son rythme rétro-rock (on dirait une chanson british des sixties), est imparable, et En Tini, chanson au climat lancinant des Antilles, sorte de petit reggae/zouk comique, est une chanson que j'adore, même si je sais qu'elle n'est pas spécialement immortelle. Mais c'est vraiment sympathique comme tout. Tout comme cet album dans sa totalité, un disque dont la moitié se retrouvera sur le best-of de Voulzy et dans les setlists de beaucoup de ses concerts, un album qui, certes, n'est pas son meilleur (mais ce n'est pas son moins réussi non plus !), mais ouvre bien sa discographie, une discographie peu fournie, le bonhomme étant assez lent, mais quasiment parfaite. Son album suivant, il ne le fera qu'en 1983, et celui encore après, en 1992 (mais il sortira des singles hors-albums dans chaque intervalle, une méthode de production discographique plus britannique que française, d'ailleurs), puis en 2001. L'album suivant, je vais avoir l'occasion d'en reparler bientôt, car j'ai bien l'intention de réaborder l'ensemble de ses albums studio dans les jours à venir !

FACE A

Le Coeur Grenadine

Hé ! P'tite Blonde

Karin Redinger

Grimaud

FACE B

Lucienne Est Américaine

En Tini

Cocktail Chez Mademoiselle

Qui Est "In" Qui Est "Out"