Miossec_zoom

Pour cette nouvelle discographie commentée (albums studio et lives, mais il n'y à pas de live pour cet artiste, cependant), un chanteur remarquable, originaire de Brest, Christophe Miossec. Un des artistes ayant apporté un incontestable vent de fraîcheur dans le paysage musical français (un peu moribond alors) des années 90. Un chanteur que j'ai mis du temps à aimer (sa voix n'y est pas pour rien), personnellement ! Un chanteur qui semble avoir vieilli de 20 ans entre 1995 et 2011, assez incroyable de regarder la pochette de ses deux premiers albums et de les comparer avec celles des plus récents (pour l'anecdote à la con). A noter que pas mal des albums ici présents n'ont toujours pas été abordés sur le blog, je me demande bien ce que je glande, vraiment...

boirefrontBoire (1995) : Premier album, et son meilleur, ce qui pose toujours un léger souci quand il s'agit du premier album. Oui, autant le dire, la suite de la discographie de Miossec, bien qu'excellente le plus souvent, n'est pas de la trempe de Boire, ce disque mémorable alignant 13 (14 en comptant Planter Des Primevères, morceau caché quelques minutes après Que Devient Ton Poing Quand Tu Tends Les Doigts) morceaux, pour 43 minutes environ (un chouia moins). Miossec est alors constitué de trois membres (Miossec est à la base le nom du trio) : Christophe Miossec pour le chant, l'animation et les états d'âme à la con (dixit les crédits), Bruno Leroux pour les petites z'angouasses (toujours selon les crédits de pochette), l'harmonica et la guitare acoustique (et le crédit d'auteur/compositeur pour un titre), et Guillaume Jouan pour les guitares, basse, trompette, percussions, fouet (?). Pas de batterie, pas de piano (sauf sur Recouvrance), du violon sur certains titres, pas d'ambiance électrique (sauf sur le bonus-track), une ambiance intimiste, une voix déglinguée (une attitude tout aussi déglinguée sur scène), des textes remarquables et assez souvent tristes, nihilistes, désabusés (Et on dira merde au Bon Dieu et surtout à Jean-Paul II, faut oser, tout comme Comme un crabe déjà mort, tu t'ouvrais entre mes doigts). Morceaux magnifiques, mention spéciale à Crachons Veux-Tu Bien. Une reprise amusante de La Fille A Qui Je Pense, de...Johnny ! Un disque fantastique et essentiel.

Miossec_-_BaiserBaiser (1997) : Miossec ne sera pas content du résultat de ce deuxième album au titre tout aussi clair et sobre que le premier. Baiser est certes moins grandiose, mais il est tout de même excellent : Une Bonne Carcasse, L'Infidélité, La Fidélité, La Guerre, autant d'excellentes chansons. On notera des crédits de pochette positivement hilarants, des allusions, petites déconnades écrites de ci de là, qui feraient limite croire, avant l'écoute, qu'on a entre les mains un disque poilant, ce qui n'est absolument pas le cas. Dans l'ensemble, ce disque court (40 minutes, 13 titres) est moins fantastique que Boire, mais il n'y à quand même pas de quoi en être aussi insatisfait, monsieur Miossec, c'est vraiment bon !

51TBCK7EJFL__SS500_A Prendre (1998) : Encore plus court (37 minutes, 11 morceaux) pour A Prendre, album que Miossec, à sa sortie, qualifiera de 'caricature'. Bref, tout comme pour le précédent opus, il ne l'aime pas. Bon, c'est vrai, c'est un peu moins marquant que Baiser, mais c'est meilleur, selon moi, que le suivant (que Miossec ne critiquera pas). Encore une fois, des notes de pochette assez rigolotes pour contrebalancer un disque assez sympathique, mais tout sauf rigolo. Des chansons encore une fois intéressantes (L'Auberge Des Culs Tournés, A Table, Le Chien Mouillé (En Silence), Les Bières Aujourd'Hui S'Ouvrent Manuellement), même si peu d'entre elles sont réellement excellentes. On sent un petit relâchement, le son est, aussi, moins intimiste que pour les débuts, c'est, en effet, un peu 'caricature', mais ce n'est pas honteux non plus. Enfin, il y à eu mieux et il y aura mieux de la part du Brestois.

5413356215120_600Brûle (2001) : Là, en revanche, je ne suis pas d'accord avec Miossec pour ce disque encore une fois court (36 minutes, 12 morceaux) : il l'estime meilleur que les deux précédents, je pense le contraire. D'abord, je déteste les deux singles utilisés (Tonnerre, Brûle), et ensuite, je ne vois pas en quoi ce quatrième album serait meilleur que Baiser. Non, clairement, Brûle est une déception, malgré une paire de bonnes chansons (Grandir, Tendre S). Enfin, il y à toujours la voix assez particulière, sur le fil du rasoir, de Miossec, et des textes assez frappants, mais dans l'ensemble, c'est son moins bon au moment de sa sortie...

miossec-1964-1009431761964 (2004) : Trois ans de silence, et boum, Miossec, aidé par les Valentins (Edith Fambuena, Jean-Louis Piérot), sort ce disque de la matûrité. 1964 est son année de naissance, il a 40 ans en 2004, année de sortie de 1964, donc. Un grand disque, contenant de vraies merveilles (Les Gueules Cassées, Dégueulasse, Désolé Pour La Poussière, En Quarantaine, Rester En Vie, et bien entendu, ces deux merveilles que sont Je M'En Vais et Brest, laquelle chanson sera reprise par Nolwenn Leroy sur Bretonne). 44 magnifiques minutes que celles de ce disque, que je considère perso comme son deuxième meilleur derrière Boire de 1995. Et je me demande si je ne le préfère pas, un peu, à Boire, en fait ! Enfin, bref, pour résumer, un très grand album.

10621_staL'Etreinte (2006) : Collaboration musicale avec Daran, les Valentins, Gérard Jouannest (pianiste ayant notamment accompagné Brel), pour ce disque très fortement variété. La Facture D'Electricité est un single qui marchera assez bien, et est, comme sa très colorée pochette, représentatif de ce qu'est L'Etreinte : un Miossec inhabituel, et franchement pas extraordinaire. Le style variétoche ne correspond pas du tout au Brestois, qui plonge ici, c'est indéniablement son plus mauvais album. Vraiment, je ne vois pas quoi dire d'autre, ce n'est pas à 100% nul, mais de la part de Miossec, c'est une indéniable déception et un coup d'épée dans l'eau.

miossec-finisteriens-coverFinistériens (2009) : Collaboration avec Yann Tiersen (qui produit et co-écrit l'album). C'est dans l'ensemble un très bon album, de très bonnes chansons comme Les Chiens De Paille, Loin De La Foule, CDD, mais ce n'est pas non plus le sommet de Miossec. Enfin, les mélodies de Tiersen sont franchement sublimes, faisant de ce Finistériens (Tiersen aussi vient de ce département breton) un très attachant album. C'est quand même meilleur que L'Etreinte !!

MIOSSEC-Chansons-Ordinaires-600x600Chansons Ordinaires (2011) : Marrant : toutes les chansons ont un titre commençant par 'Chanson'. Chanson Que Personne N'Ecoute, Chanson D'Insomniaque, Chanson Dramatique, Chanson Pleine De Voix, en tout, 11 chansons pour ce dernier - à ce jour - opus de Miossec. Pas son meilleur, mais un disque assez correct et intéressant que ce Chansons Ordinaires, sorti en septembre dernier. Tout n'est pas parfait, mais dans l'ensemble, c'est son meilleur depuis 1964, sans arriver, cependant, à la cheville de 1964. Oui, je le trouve meilleur que Finistériens, donc !