63587850_p 

Nouvelle discographie abordée sur le blog, courte, celle-là (mais passionnante), celle de Laurent Voulzy ! Comme toujours, uniquement les albums studio et lives officiels, pas les best-ofs (enfin, une exception pour cet article) !

dyn007_original_400_400_pjpeg_2569973_4a1c40b716a420beb297653dbfe2c3ffLe Coeur Grenadine (1979) : Premier album, et de loin le moins intéressant - malgré d'excellentes chansons comme Le Coeur Grenadine (une de ses plus belles, sur ses origines antillaises et sa vie en métropole, Voulzy n'est pas né aux Antilles), Karin Redinger ou Grimaud. On note aussi une reprise assez sympathique du Qui Est "In" Qui Est "Out" de Gainsbourg. Mais, dans l'ensemble, ce très court (34 minutes, 8 titres) premier opus, sorti sous une pochette ne donnant pas vraiment envie (et faisant plus penser à un vulgaire best-of qu'autre chose), est indéniablement le moins bon de Voulzy. Il est quand même bien sympathique.

voulzy_bopper_en_larmeBopper En Larmes (1983) : Un immense saut en avant avec ce deuxième album, sorti, déjà, dans un laps de temps assez conséquent (4 ans) après le précédent (ça sera 'pire' par la suite). Une réussite quasi totale, un disque rempli de classiques (Mayenne, Ricken, Bopper En Larmes, Liebe) et de très bonnes chansons. Tout n'est pas parfait encore, et on note encore une fois une pochette assez moyenne, mais Bopper En Larmes, plus long que le précédent d'une dizaine de minutes (ce qui en fait tout de même le deuxième plus court de Voulzy), est clairement plus réussi et est même considéré comme un des albums les plus réussis de Voulzy. Vu qu'il n'en a pas fait beaucoup, c'est vrai ! Mais il y à encore meilleur chez lui.

51Eu5l4BaVLBelle-Île-En-Mer, 1977/1988 (1989) : Comme je le dit dans les introductions des articles discographiques, ceux-ci n'abordent pas les compilations. Mais je fais une exception pour celle-ci, car, sincèrement, elle contient autant de morceaux issus des deux premiers albums (Grimaud, Bopper En Larmes...) que de chansons absentes des albums (Rockollection, hélas en version courte, Bubble Star, Le Soleil Donne, Les Nuits Sans Kim Wilde, Désir Désir, et évidemment Belle-Île-En-Mer, Marie-Galante). Un double album (en vinyle, car tout tient sur un CD, 77 minutes) absolument parfait, une des meilleures compilations qui soient. Elle sera réduite quasiment à néant, en 2003, par la sortie de la double compilation Saisons, mais en attendant, elle sera pendant longtemps la seule manière davoir sur un seul disque tous ces singles fantastiques que Voulzy a sorti entre deux albums (et qui, forcément, ne se trouvent nulle part ailleurs qu'ici).

66974113_pCaché Derrière (1992) : 9 ans après Bopper En Larmes, Voulzy revient. Avec un sommet absolu. Fait, comme d'habitude, avec son comparse Souchon (qui signe les textes), Caché Derrière contient 10 titres (50 minutes), et pas moins de 5 classiques. Production sublime (même si le son est un peu bas pour le CD, il faut monter le son plus que d'ordinaire), sonorités pop savoureuses, chansons indémodables, participation, sur le dernier titre (Guitare Héraut), de, attention les yeux, Ritchie Blackmore, Allan Stivell (au chant seulement), Patrice Tison et autres guitaristes (français) de talent... C'est indéniablement le sommet de Voulzy, même si son dernier en date (Lys & Love) est à égalité, dans un registre un peu différent. En gros, s'il n'en fallait qu'un de Voulzy (mais ça serait limite honteux de n'en posséder qu'un), c'est celui-là. Et pour découvrir l'artiste, aussi.

27021102;encoding=jpg;size=300;fallback=defaultImageVoulzy Tour (1994) : Double live remarquable de la tournée de Caché Derrière, d'ailleurs, 7 des 10 titres de l'album sont là. On note aussi une version époustouflante, de 18 minutes, de Rockollection, ainsi que la présence de plusieurs des gros classiques voulziens de la première heure, Grimaud, Liebe, Bubble Star, Le Soleil DonneLe Coeur Grenadine... Une production d'enfer, une setlist parfaite, une interprétation à la hauteur, font de ce Voulzy Tour un très très grand opus live !

72651288_pAvril (2001) : Encore 9 ans d'attente entre le précédent album studio et celui-ci. Voulzy travaille vraiment peu ! Mais, à chaque fois, il réussit parfaitement son coup, le petit salopard... Sorti en plein hiver, Avril est un régal supplémentaire de la part de l'artiste. Long (69 minutes, avec un morceau final, I Want You, long de 13 minutes et suivi par 2 minutes de silence et une reprise, de 5 minutes, d'une vieille chanson de Voulzy, Peggy, le tout fait 20 minutes !), ce disque est parfait. De sa production à ses morceaux. Néanmoins, je préfère Caché Derrière et Lys & Love, mais Avril est bel et bien un triomphe de plus, et son troisième meilleur disque studio. Rien que pour Slow Down (et son mantra très voulzyien), Amélie Colbert, Une Héroïne, Quatre Nuages et La Fille D'Avril, cet album est rigoureusement essentiel. Jamais 69 minutes n'auront passé aussi vite à l'écoute.

u0828766352320Le Gothique Flamboyant Pop Dancing Tour (2004) : Encore un double live qui, comme le précédent, existe aussi en DVD), et sous ce titre à rallonge se cache un régal absolu de plus. 21 minutes pour Rockollection, suivi par les 12 minutes de I Want You (sur le CD 2, qui contient aussi Le Soleil Donne, Caché Derrière...), mais aussi Slow Down, Mary Quant, Jésus, La Fille D'Avril... En gros, ce live de la tournée d'Avril est immense, le meilleur de Voulzy. Pas moins de 8 (9 en comptant Peggy, qui était un morceau caché) des 11 morceaux (12 en comptant Peggy, ah ah...) d'Avril sont là. Tout est immense. Celui-là, si vous vous proclamez fan de Voulzy et que vous ne l'avez pas, foutez le camp très loin, parce que si je vous retrouve... J'exagère à peine !

50797250_pLa Septième Vague (2006) : Ah ! tiens, Voulzy met moins de temps que d'habitude pour sortir un nouvel album. Mais La Septième Vague, sorti en été, n'est pas un album ordinaire. Un seul titre n'est pas une reprise (la chanson-titre, placée en septième position, évidemment ; en même temps, ce morceau ne dure que 33 secondes...), et, à part ça, 17 autres titres et autant de reprises de chansons d'été, de vacances, de chansons insouciantes, comme La Madrague, Le Piano De La Plage, The 59th Street Bridge Song (Feeling Groovy) (avec Souchon), Smooth Operator, Santiano... Parfois en duo (Souchon, Andrea Corr), le plus souvent en solo. Au final, 69 minutes aussi magnifiquement bien interprétées, toujours la touche Voulzy, que peu originales. Oui, c'est un fait, ce disque de Voulzy est nettement moins époustouflant que tout ce à quoi Voulzy nous a habitués depuis 1992. Mais c'est tout de même super bien foutu, un disque de reprises, certes, mais de haute volée.

42154083_pRecollection 77 (2008) : Encore moins de temps entre deux albums : deux ans ! La vache, le pépère se réveille... En fait, ce disque, très court (45 minutes), est un album fait assez rapidement, pour célébrer les 30 ans de sa fameuse chanson Rockollection (1977). Mais le disque sort 31 ans après la chanson, pas 30 ans après, ce qui est marrant, mais un tantinet con. Enfin, on s'en fout. Recollection 77 est un disque ma foi super sympathique, mais ressemble plus à une chanson de 45 minutes, scindée en 10 parties (dont 15,40 minutes pour une nouvelle version, remaniée, rallongée, de Rockollection, et 11,30 minutes pour un Juke-Box qui reprend divers classiques pop/rock des années 70, 80, 90 et même 60, comme On The Road Again de Canned Heat, Venus de Bananarama...). Les autres titres sont le plus souvent très courts, on notera un Jelly Bean magnifique qui sera un single à succès. L'album marchera fort, mais sera un peu critiqué, à cause de ses morceaux bien souvent très courts (Les Interrogations D'Elizabeth : 40 secondes, et deux ou trois morceaux font eux aussi moins de 2 minutes, mais plus d'une minute quand même). Mais, malgré cela, production remarquable, interprétation idem, ce disque a beau être un peu frustrant, il est tout de même très très bon, comme le précédent ! Mais on sent quand même que Voulzy se laisse un tantinet aller à la facilité depuis 2006...

70703860_pLys & Love (2011) : ... heureusement, cette facilité dans laquelle a légèrement sombré Voulzy depuis 2006 n'est plus à l'ordre du jour. Les 68 minutes de Lys & Love, son premier vrai album studio en 10 ans (depuis Avril), sont bluffantes. Clairement, c'est son meilleur en concurrence avec Caché Derrière (en première place à égalité). 12 morceaux soit assez modernes dans leurs mélodies (synthés, programmations), soit très baroques, l'album, en effet, est un disque conceptuel sur le Moyen-Âge britannique. Voulzy nous embarque, en traversant un tableau (dans le premier titre), dans l'Angleterre médiévale. Jeanne, C'Etait Déjà Toi, En Regardant Vers Le Pays De France, les 14 minutes exceptionnelles (à moitié chantées en arabe, pas par Voulzy, et se finissant par un solo de guitare à pleurer) de La 9ème Croisade, ou bien Ma Seule Amour en duo avec (non crédité pour des raisons techniques, le duo a été fait après que la maquette de la pochette fut envoyée à l'imprimerie) Roger Daltrey des Who... Ou bien Blackdown, Glastonbury, chantées en anglais, ou encore Le Tableau... Tout, tout, vraiment tout, sur ce nouvel album, est incroyable. A écouter plusieurs fois, le disque est en effet très riche ! Et à l'image de sa pochette et de son livret (imitations d'enluminures médiévales) : sublimissime !