AUBERT 1

Sorti en 1989, Bleu Blanc Vert est le deuxième album solo de Jean-Louis Aubert, lequel est, à l'époque, entouré de son groupe Ko (Richard Kolinka : batterie, ex de Téléphone ; Daniel Roux (basse) ; Feedback (percussions) ; Marine Rosier (claviers). Après un Plâtre Et Ciment ! (1987, crédité à Aubert'n'Ko) assez sympathique renfermant deux tubes (Juste Une Illusion et Les Plages), Aubert attendra deux ans avant de sortir ce deuxième disque très long (15 titres, enfin, 14 vu que l'un d'entre eux ne dure que quelques secondes, pour quasiment 69 minutes, on peut vraiment parler de remplissage ici) et contenant un gros tube, Voilà C'Est Fini, chanson enregistrée par Aubert et Kolinka seuls (ce qui est normal vu que ce sont les seuls concernés, dans le groupe, par le sujet de la chanson), et parlant de la fin de Téléphone, histoire de dire aux fans que c'est vraiment fini, Téléphone, on passe à autre chose. Bleu Blanc Vert, qui marchera très fort à sa sortie, bénéficie de la participation de Princess Erika sur un titre (Locataire), de Paul Personne, d'Axel Bauer, ou bien de Guesh Patti (sic) sur un autre (On Peut S'Aimer). L'album a été enregistré à Paris, et est produit par Aubert. On peut le qualifier comme son premier vrai opus solo, Plâtre Et Ciment ! ayant été crédité à Aubert'n'Ko, ce qui n'est plus le cas ici (et ne le sera plus non plus par la suite).

AUBERT 3

Contenant de vraies belles chansons, centré sur le thème de l'écologie (Univers, Ils Cassent Le Monde, ou bien Le Bout Du Rouleau, qui sera repris en 1994 par un Téléphone très succintement reformé au cours d'un concert d'Aubert), Bleu Blanc Vert est cependant beaucoup trop long. Un peu daté, aussi, on peut se demander l'intérêt, auourd'hui, d'entendre une chanson en duo avec Guesh Patti ou Princess Erika (désormais uniquement connue comme actrice dans la série TV Camping Paradis, ça fait peur), laquelle Princess Erika recollaborera, très rapidement, sur H, l'album suivant d'Aubert (Paul Personne aussi). Mais Voilà C'Est Fini, Le Bout Du Rouleau, Le Grand Saut, Locataire (malgré Princess Erika, dont la participation est cependant minime) sont de très bonnes chansons. Polka'til Pouik, longue de 7 secondes, et Musika Maya, longue de 40 secondes, ne servent à rien, et beaucoup de titres (Ex Rat Terrestre : 6,10 minutes ; On Peut S'Aimer : 5,40 minutes ; Attentat : même durée ; Alternative : 5 secondes de plus que les deux précédents morceaux cités) sont beaucoup trop longs. L'album, je le redis, en 69 minutes, est franchement trop long, trop rempli. La durée de l'album suivant (H, 60 minutes) ne sera pas un problème vu son niveau de qualité remarquable, mais Bleu Blanc Vert n'est clairement pas de ce niveau d'excellence, il est juste très bon, et aurait été cent fois meilleur avec une durée raccourcie, disons, de moitié.

AUBERT 2

Article de presse de l'époque 

Bref, un disque qui pêche par excès, et qui, plus court, aurait été nettement plus convaincant. Bleu Blanc Vert sera cependant un beau succès, et il reste meilleur que Comme Un Accord ou Idéal Standard, ou Stockholm, autres albums d'Aubert. Mais dans sa discographie, on trouve, aussi, vraiment plus intéressant : Roc'Eclair (dernier en date), Plâtre Et Ciment ! et, évidemment, ce sommet qu'est H, de 1992, définitivement LE disque à posséder de l'ex chanteur/guitariste/leader de Téléphone. Ce deuxième opus studio est donc un peu inégal, moyen et trop généreux, mais il reste quand même appréciable, à petite dose. Voilà C'Est Fini est une de ses plus belles chansons, musicalement sublime, et si l'album est trop long, il offre quand même de bons passages et est bien interprété, c'est déjà ça, comme le chantera Souchon.

Locataire

Voilà C'Est Fini

Univers

Etrange

Le Bout Du Rouleau

On Peut S'Aimer

Sid' Aventure

Le Grand Saut

Ils Cassent Le Monde

Alternative

Polka'til Pouik

Musika Maya

Attentat

Le Long De L'Eau

Je N'Veux Pas Te Faire Mal

Ex Rat Terrestre