49716725_p

Nouvelle discographie officielle (studio et live, pas de best-ofs) commentée ici, celle de Foreigner, groupe anglo-américain de rock à tendance hard-FM, fondé en 1977 par l'ancien guitariste de Johnny Hallyday, Mick Jones (aucun lien avec le Mick Jones, également britannique, des Clash) !

49711115_pForeigner (1977) : Quasiment que des chefs d'oeuvre ici, on tient là un des meilleurs premiers albums de l'histoire du rock, tout simplement. Le groupe est au nombre de six membres, et l'album suivant aura le même line-up avant un léger changement dès 1979 : Lou Gramm (chant), Mick Jones (guitare, chant), Ian McDonald (saxophone, guitare, claviers, ex de King Crimson), Dennis Elliott (batterie), Ed Gagliardi (basse) et Al Greenwood (claviers). Morceaux légendaires (Cold As Ice, Starrider chantée par Jones, Feels Like The First Time, Long Long Way From Home, The Damage Is Done), et en guise de final, leur meilleure chanson, I Need You, une tuerie absolue (solo de guitare d'enfer, ambiance de feu). Un chef d'oeuvre.

49716144_pDouble Vision (1978) : Moins exceptionnel que Foreigner, mais quand même un excellent opus. Même personnel que pour le précédent album, présence de quelques vrais classiques (Double Vision, Hot Blooded), un instrumental sensationnel (Tramontane), des chansons très sympathiques (Love Has Taken Its Toll, Spellbinder) font de ce Double Vision un intéressant deuxième album, même s'il est nettement moins grandiose et marquant que le premier.

49754385_pHead Games (1979) : Changement de personnel : Rick Wills (Small Faces, Bad Company, Roxy Music en live) remplace Gagliardi à la basse, et restera dans le groupe jusqu'à 1991. Une pochette sexy(ste) et sympathique, quelques classiques (Women, Head Games, Dirty White Boy) pour un album plus réussi que le précédent, moins que le suivant...Un bon milieu, en somme, pour ce Head Games franchement sympathique. Le gros du succès est encore à venir, et de profonds changements vont toucher le groupe...

49755025_p4 (1981) : De six membres, le groupe passe à quatre. Et ce, au moment de sortir le quatrième album, justement intitulé... 4 ! Et comme de juste, il y aura, sur ce disque qui se vendra par millions (la plus grosse vente du groupe, et un de leurs sommets), quatre tubes : Urgent (immense), Break It Up, Waiting For A Girl Like You (gros slow dégoulinant) et Juke-Box Hero, tous immenses. On retiendra aussi Woman In Black (ma préférée ici), Don't Let Go, I'm Gonna Win, Girl On The Moon... En fait, seule Luanne ne vaut pas le coup. A noter que les deux membres qui partent du groupe sont Greenwood et McDonald, et ne reviendront pas. Pour ma part, j'ai découvert Foreigner avec le 45-tours Urgent/I'm Gonna Win, j'étais môme (la chanson était déjà sortie depuis 6 ou 7 ans quand je l'ai découverte), et cette chanson m'a vraiment marquée au fer rouge !

61558373_pAgent Provocateur (1984) : Présence de trois gros tubes, That Was Yesterday, Down On Love (un slow) et surtout, surtout, LE tube de Foreigner, le slow de la mort qui tue fatalement jusqu'à en crever de décès létal consécutif à la fin de vie, I Want To Know What Love Is. Une très bonne chanson, mais elle dégouline de mièvrerie, aussi. Le reste de l'album ? Tooth And Nail, She's Too Tough, Growing Up In The Hard Way, pas de quoi danser des claquettes sur un fil de fer dressé au-dessus des chutes Victoria. Ca devient assez moyen, pour tout dire, faisant du précédent opus leur dernier chef d'oeuvre. Et de cet Agent Provocateur le premier album du groupe à décevoir quelque peu, sans être calamiteux non plus. Cependant, on s'en doute, gröss succès commercial.

43Inside Information (1987) : Le début de la fin : pas mal de slows (I Don't Wanna Live Without You, que Gramm lui-même ne voulait pas trop chanter, il en avait marre des slows de ce genre), mais aussi des trucs plus énergiques comme ce fantastique Heart Turns To Stone, ou Say You Will. Toutes trois furent des hits. Mais dans l'ensemble, Inside Information reprend la formule du précédent, hard-FM énergique mais assez daté, pas d'innovation, pas de génie. Trop de claviers. Ca sent vraiment les années 80 à plein nez, et on est en droit de préférer la période 1977/1981...

63450527_pUnusual Heat (1991) : Johnny Edwards replace Lou Gramm au chant. Il chante assez bien, et est même vocalement très proche de Gramm par moments (limite du singeage, en fait). Un disque qui n'a pas eu de bol, du tout, même : pochette dégueulasse (le logo du groupe me fait penser à celui de la marque de jeans Lee Cooper, pas vous ?), nouveau chanteur qui peine un peu à faire comme Gramm, aucun tube, aucune vraie promotion, Foreigner déjà en perte de vitesse depuis 3-4 ans... Mais Unusual Heat n'est pas mauvais. Ce n'est pas non plus un disque génial, mais comme le suivant, il contient de bonnes chansons (la chanson-titre est clairement ma préférée ici et une de mes préférées du groupe), et mérite qu'on l'écoute. Un disque très mal-aimé, en grande partie parce que Gramm n'est plus là, mais Foreigner a fait et fera pire, bien pire !

000a9980_mediumClassic Hits Live (1993) : Une compilation de titres captés live durant l'Âge d'Or de Foreigner (années 70 et 80). A l'époque de la sortie de ce live qui n'en est pas vraiment un (en fait, si, ç'en est un, mais les morceaux viennent tous de concerts et d'années différent(e)s, ce qui, à l'écoute, ne se remarque pas trop), Foreigner est dans le creux de la vague, Lou Gramm (chanteur) a quitté le groupe au début des années 90, et ne reviendra qu'en 1994, et encore, pour un seul disque. Ce live/best-of sert donc à remettre en avant la meilleure période du groupe, alors que leur dernier opus en date, Unusual Heat, a fait un vrai bide. Tentative honorable, et assez bon live avec des passages géniaux (Head Games, Women, Cold As Ice, Urgent).

44Mr. Moonlight (1994) : Lou Gramm de retour dans le groupe (qui à part lui, ne contient plus que Jones du groupe original). Champagne ! Mais ça ne sera que pour ce disque et puis basta...D'ailleurs, Foreigner sera en hibernation, après ce Mr. Moonlight, pendant 11 ans... Tout comme le précédent, ce disque sera un four, mais est-ce un mauvais album pour autant ? Tout comme le précédent, non. Oui, OK, ce n'est pas un sommet, mais c'est un très bon petit disque de hard-FM, bien énergique, de très bonnes chansons, comme Running The Risk et White Lie (cette dernière a l'honneur des best-ofs, ce qu'aucune chanson de Unusual Heat n'a droit, à ma connaissance). Gramm chante super bien, comme à son habitude. Un disque que j'aime beaucoup, un album mineur mais sincère et sympa...comme le précédent !

0826596030432Live In '05 (2006) : Un live assez correct, pas extraordinaire, mais on sent que le groupe est à sa place sur une scène, ça, y à pas à dire. Dans l'ensemble, c'est assez bon. Seul regret, l'absence de Lou Gramm, qui a définitivement quitté l'aventure deux ans plus tôt (2003) après un bref retour en 1994. Le chanteur, ici, est Kelly Hansen, qui est assez bon, mais ne fait pas oublier Gramm. A noter, le fils de John Bonham, Jason, derrière les fûts, un très très bon batteur. Un bon live, pas un grand live.

45Can't Slow Down (2009) : Un retour totalement manqué...d'ailleurs, qui en a entendu parler, de ce disque ? Là où les deux précédents opus studio du groupe étaient bons (sans être leurs meilleurs), ce Can't Slow Down à la pochette hideuse est un ratage absolu à oublier charitablement. Mais alors, vraiment... Déjà que Foreigner n'a plus le vent en poupe depuis le milieu des années 80, ce n'est pas ce disque qui va changer la donne. Immense déception.