2538411760_1

Après avoir essuyé deux échecs commerciaux consécutifs avec les pourtant prodigieux Histoire De Melody Nelson (1971) et Vu De L'Extérieur (1973, sorti en janvier 1974), Serge Gainsbourg, en 1975, sort un disque totalement insensé, le genre de disque qui ne pouvait être fait que par lui, et que personne, franchement personne, ne pourrait refaire à l'heure actuelle : Rock Around The Bunker. Le disque a été enregistré à Londres avec les musiciens du précédent album (et qui ont sans doute même joués sur l'album de 1971 sur lequel rien n'est crédité, niveau musiciens), à savoir Alan Hawkshaw (claviers), Alan Parker (guitare), Judd Proctor (guitare), Brian Odgers (basse) et Dougie Wright (batterie), plus Jim Lawless aux percussions et trois choristes, Clare Torry (celle-là même du The Great Gig In The Sky de Pink Floyd), Kay Garner et Jean Hawker. Sorti sous une pochette designée par Gainsbourg lui-même, Rock Around The Bunker, album encore une fois très court (28 minutes, 10 chansons), est un disque scandaleux, provocateur, et qui est totalement en phase avec son époque, comme il est dit dans le très bon (comme toujours) texte de Jean-François Brieu situé dans le livret de la réédition CD : 1975, c'est 30 ans après la fin de la seconde guerre mondiale, la période où on commence à en parler plus franchement, ouvertement, qu'avant, où certains détails étaient encore tabous. La période de films comme Portier De Nuit de Liliana Cavanni (avec Dirk Bogarde et Charlotte Rampling), qui fera scandale. Ou de Section Spéciale de Costa-Gavras. Gainsbourg, d'origine juive (Lucien Ginzburg de son vrai nom), ayant échappé heureusement à la déportation ainsi que sa famille mais ayant du porter l'infâme étoile jaune, ne pouvait pas ne pas aborder, tôt ou tard, la guerre dans sa musique. C'est chose faite avec cet album qui fera scandale et qui, hélas, sera un bide, le troisième consécutif pour le chanteur.

42505264_p

Encore pire que le bide commercial : Rock Around The Bunker est généralement assez mal considéré dans la discographie gainsbourgienne, on a tendance a un peu l'oublier, le rejeter, ce qui est dommage. Même si c'est vrai que ce disque n'est absolument pas le sommet du chanteur. Pour ma part, je trouve l'idée de faire un disque sur la seconde guerre mondiale, sur Hitler, les nazis et les juifs persécutés, cette idée-là, était bonne. En bon provocateur ayant auparavant fait un disque assez scato dans l'âme tout en étant, aussi et surtout, plein d'amertume (Vu De L'Extérieur), Gainsbourg, comme je l'ai dit, ne pouvait pas ne pas le faire. Rien que pour ça, chapeau bas. Mais, personnellement, je n'ai jamais adoré ce disque, qui offre certes de grandes chansons (Nazi Rock, S.S. In Uruguay, Rock Around The Bunker, la reprise étonnante du standard Smoke Gets In Your Eyes popularisé avant ça par les Platters), mais aussi quelques titres assez moyens (Est-Ce Est-Ce Si Bon ? ou Zig-Zig Avec Toi) et un peu flingué, dans l'ensemble, par un usage littéralement abusif des choristes et d'un piano de bastringue de bas étage. Ambiance cabaret de folles, un peu, comme dans les premières chansons, Nazi Rock et Tata Teutonne. Dans la première, des nazis se maquillent, ambiance Les Damnés de Visconti meets The Rocky Horror Picture Show. Dans la seconde, Otto est une tata teutonne, un mazi un peu efféminé. Allitérations, cependant, excellentes dans cette chanson usant les rimes en T, tout comme Est-Ce Est-Ce Si Bon ? utilise les rimes en S. Comme il est également dit dans le livret, c'est l'album de Gainsbourg dans lequel on voit le moins Gainsbourg, en tant que personnage de ses chansons, de narrateur. Il apparaît dans le court (1,35 minutes) Yellow Star, qui parle de cette saleté d'étoile jaune, que le jeune Lucien Ginzburg dit voir comme une étoile de shérif, tentative sincère de dédramatiser ce qui ne peut l'être.

42505288_p

L'album est un peu usant à la longue, un peu fainéant, on entend Gainsbourg 'chanter' un peu, et puis boum, les choristes prennent tout le dessus, pendant quasiment tout le reste ; à ce niveau, c'est plus un disque de Clare Torry, Kay Garner et Jean Hawker qu'un disque de Gainsbourg. Mais de grandes chansons sont bien là, S.S. In Uruguay qui parle d'un sujet qui fâche, les nazis bien planqués en Amérique du Sud, pays sans extradition (Klaus Barbie en profitera longtemps, notamment) ; Nazi Rock est d'enfer ; Smoke Gets In Your Eyes est une reprise remarquable, entendre Gainsbourg chanter en anglais est assez original, il se démerde bien. Le double-sens du titre de la chanson, qu'on apprend dans la précédente (Eva) être la préférée d'Eva Braün (fiancée d'Hitler), laisse un goût de sang dans la bouche, la fumée qui va dans les yeux, est-ce celle d'une cigarette, ou celle des cheminées de ces saloperies de camps de la mort ? Encore une provocation de la part de Serge, de mettre une chanson au titre pareil (même si elle ne parle absolument pas de ça, le mot 'smoke' en lui-même, associé à un disque sur Hitler, la guerre, les nazis et les juifs, fait immanquablement penser aux camps) ! Rock Around The Bunker, déjà le titre de l'album est choc, est un très bon opus gainsbourgien, pas son sommet, mais, franchement, un disque à écouter, à réévaluer, aussi, tant il semble avoir été quelque peu oublié, négligé, depuis des années. Oui, Serge a fait mieux (mais il a fait et fera moins bien), et il fera d'ailleurs mieux avec l'album suivant, L'Homme A Tête De Chou, mais Rock Around The Bunker est un disque unique en France, et rien que pour ça, il mérite clairement que vous l'achetiez. D'autant plus que ce n'est pas parce que je dis que ce n'est pas un des sommets de Gainsbourg qu'il n'en est pas un ; certains pensent le contraire, sans doute vous aussi ! En tout cas, l'album ne laisse pas indifférent, rien qu'avec son sujet. Pour ma part, je pense qu'avec moins de piano et d'intervention des choristes, l'album aurait été nettement meilleur. Dommage, donc, mais il reste très très bon !

FACE A

Nazi Rock

Tata Teutonne

J'Entends Des Voix-Off

Eva

Smoke Gets In Your Eyes

FACE B

Zig-Zig Avec Toi

Est-Ce Est-Ce Si Bon ?

Yellow Star

Rock Around The Bunker

S.S. In Uruguay