guns-n-roses-appetite-for-destruction 

Pour ce sixième volet des pochettes de légende, un disque sorti en 1987, premier vrai album des Guns'n'Roses (après un E.P. sorti en 1986 et intitulé Live ?!*@ Like A Suicide). Produit par Mike Clink pour Geffen Records (le groupe signe ainsi, pour leur premier album, sur une major, d'emblée), l'album s'appelle Appetite For Destruction et sera un des plus  gros succès du rock de l'époque. Une bombe, 12 titres, 53 minutes, un lot ahurissant de classiques (Sweet Child O' Mine, Welcome To The Jungle, Paradise City, It's So Easy, Rocket Queen...), une production imparable, un groupe de folie furieuse, constitué de cinglés, de loubards, dont le chanteur W. Axl Rose et les guitaristes Slash et Izzy Stradlin' (citons aussi le bassiste Duff McKagan et le batteur Steven Adler, qui sera remplacé par Matt Sorum par la suite). Pourquoi aborder ce disque dans la catégorie des pochettes de légende ? Rapport à sa pochette, évidemment. Ou plutôt, ses pochettes. L'album est à la base sorti en vinyle sous une pochette qui, depuis, a été remplacée (pour le CD et d'autres éditions vinyle) par celle que vous voyez ci-dessus. La pochette originale, elle, est désormais dans le livret du CD, au centre, en format 'portrait'. C'est un tableau d'un certain Robert Williams, baptisé du nom de l'album (à moins que l'album ne porte le nom du tableau), et cette pochette ce trouve juste en-dessous de ce grandiose premier paragraphe.

appetitefordestruction

Pochette originale qui sera rapidement censurée 

Pourquoi a-t-elle été censurée, cette pochette ? Oh, voyons, vous ne devinez pas ? Que voit-on sur ce tableau de Williams ? Une palissade, OK. Un trottoir, OK aussi. Le ciel, aussi. Rien de suffisant, pour le moment, à censurer l'affaire (on voit bien des nuages dans le ciel, et comme ça se passe sans doute en Californie, Etat de résidence du groupe, on pourrait se dire que laisser penser qu'il peut y avoir des nuages dans le ciel californien, rien que ça, suffirait à la censure, mais je déconne). Sauf qu'on voit une charmante jeune femme blondinette, avachie dans un sale état contre la palissade, en socquettes blanches, culotte baissée, un sein à l'air, sur le point de se faire violer (et sans doute même est-ce déjà fait, vu son état) par un robot libidineux en imper de voyeur, piétinant des roses, roses que la jeune femme devait sûrement vendre vu le 'comptoir' ambulant posé au sol sur la chaussée. Un autre robot, du moins je pense que c'est un robot mais ça peut être aussi un monstre, saute de par dessus la palissade, pour s'occuper aussi de la fille, probablement. Ce monstre/robot rouge sang est entouré de têtes de mort qu'il semble exsuder comme de la sueur. Voilà donc pourquoi la pochette fut censurée, les ligues de vertu gueuleront contre cette scène de viol violent (mais un viol est toujours violent) en pleine rue, robots ou pas, dessin ou pas, imaginaire ou pas. On remplacera donc la pochette par une autre, en reléguant la pochette originale à l'intérieur du livret !

Guns_N_Roses-Appetite_For_Destruction-Trasera

Dos de pochette 

Le plus drôle, c'est que la pochette qui remplace l'originale, celle du CD, celle du haut de l'article (la plus connue des deux car la plus aisément commercialisée), n'est pas de tout repos non plus. En fait, on peut même se demander si le groupe ne se serait pas fait censurer si cette nouvelle pochette avait été la première proposée ! Par défaut, pas le choix, elle fut acceptée, mais elle marque aussi : sur fond noir, une belle croix latine (le bas plus étendu que le haut), avec, à chaque extrémité et au centre, un des membres du groupe en tête de mort chevelue, avec lunettes, chapeau (Slash pour le haut-de-forme, Duff pour le béret, Izzy), bandana (Axl Rose), ou rien (Adler). Encore une fois, on imagine la réaction des ligues de vertu, de l'Office Catholique, etc, qui ont du se dire c'est pas vrai, à quoi ça sert d'avoir viré la première pochette pour avoir ça à la place... Fallait oser, les Guns l'ont fait ! Au verso de pochette, c'est plus classique, le groupe posant sur un tapis, avec des instruments (guitare d'Izzy) et le nécéssaire de vie des Guns'n'Roses (de la bière, quoi). Rien de choquant, si ce n'est le look de certains, qui semblent vraiment de vrais zigotos bien allumés, il suffit de les regarder pour comprendre qu'ils vont défrayer la chronique et marquer l'histoire du rock. De ce fait, ils accumuleront les concerts trashs, les provocations, les faits divers, certains d'entre eux seraient recherchés par la police de certains états des USA pour divers délits...et ils vendront des millions d'exemplaires de ce premier album infernal, qui sera tardivement (1991 !) suivi des deux Use Your Illusion, attendus comme le Messie et son petit frère. Puis, 1994, The Spaghetti Incident ? qui décevra tout le monde, et ensuite, silence radio jusqu'à la sortie ultra tardive, en 2008, de ce chef d'oeuvre, Chinese Democracy, mais à ce moment précis, si ce n'est Axl Rose, le groupe n'existe plus en tant que tel. Pour en revenir à Appetite For Destruction, on peut dire pour conclure que sa pochette donne bien le ton, on n'est pas en présence d'un petit groupe de gentils rockeurs, mais bel et bien en présence de vraies teignes qui vont tout faire sauter. Une pochette qui marque les esprits et semble aussi violente, et même plus violente, que la musique pourtant sauvage du groupe ! Mythique, quoi.