LAVILLIERS 1

Bernard Lavilliers, le gringo de Saint-Etienne, a commencé sa carrière discrètement, en 1967. En 1972, il sort son troisième album, et indéniablement un de ses meilleurs, un disque qui, pendant longtemps, sera difficile à trouver et sera réédité en CD sous une autre pochette (visuel plus bas) nettement moins belle, déjà que l'originale n'est pas un modèle de beauté : Les Poètes. Court (35 minutes, 12 titres), ce disque a été enregistré avec Benoît Kaufmann, Michel Gesina, Claude Pavy, Lavilliers (guitares), Max Hediguer (basse, contrebasse), Georges Arvanitas, Gérard Gambus, Karl-Heinz Schäfer (claviers), Jean Arpino, Jean-Maris Hausser, Marcel Sabiani (batterie), entre autres, musiciens assez peu connus, mais franchement très bons. Ce disque a été réédité en CD, donc, à plusieurs reprises, une fois avec la pochette originale, et une fois avec une autre pochette (et, dans les crédits, une erreur : il est dit que l'album date de 1975, mais il date bel et bien de 1972).

LAVILLIERS 2

Pochette d'une des rééditions CD 

A l'époque, Bernard Lavilliers n'était, commercialement, rien. Il faudra attendre deux-trois ans pour qu'il commence à vraiment se faire connaître via des albums imparables (Le Stéphanois, Les Barbares, 15ème Round, Pouvoirs), et en 1980, consécration avec O Gringo, et Lavilliers, dès lors, se spécialisera dans les rythmes tropicaux, latino. En attendant, ce troisième opus n'est absolument pas dans le style latino, même si Brazil 72 est assez exotique. Les Poètes, qui contient une adaptation musicale d'un poème d'Appolinaire (Marizibill), est un disque de protest-songs, un disque engagé, sous forte, très forte influence Léo Ferré. Si vous ne connaissez de Lavilliers que ses albums récents (disons, depuis 0 Gringo, donc depuis plus de 30 ans quand même), vous allez être surpris, et même totalement décontenancés, par sa voix, pas encore totalement là, pas vraiment la même manière de chanter, sur ce disque. Les chansons sont dans l'ensemble remarquables, la chanson-titre, L'Evangile Selon St-Nanard, La Tendresse, La Mort, La Manche, La Politique, Brazil 72... En tout, 12 titres efficaces, engagés, gauchisants, assez anarchistes et anticléricaux par moments.

LAVILLIERS 3

Les Poètes est un classique pour Lavilliers, mais aussi un de ses albums les plus atypiques. Un disque à la Ferré (les deux artistes chanteront ensemble à la Fête de l'Huma en 1992, et avaient fait, en 1977, une tournée commune), un disque fort et étonnant, du Lavilliers aussi éloigné de celui de Stand The Ghetto et On The Road Again que le Polnareff de Love Me, Please Love Me l'est du Polnareff de Goodbye Marylou. Mais c'est vraiment du très bon, et même du remarquable, et si vous aimez Lavilliers (et Ferré, car ça y ressemble pas mal par moments, on sent l'influence), alors vous devriez tenter l'expérience. Après, ce n'est pas son sommet absolu (pour moi, Les Barbares de 1976, voire Le Stéphanois de 1975 et Pouvoirs de 1979), mais c'est du bon !

FACE A

Les Poètes

La Tendresse

Le Pharmacien

Le Voleur

L'Evangile Selon St-Nanard

Fait Divers

FACE B

La Politique

Femmes

Brazil 72

La Mort

Marizibill

La Manche