DUTRONC 2

A l'heure actuelle, cet album est le dernier opus studio de Jacques Dutronc, et son avant-dernier album vu qu'il a sorti un live il y à un an et demi... Jacques, qu'est-ce que tu fous ? Ce disque est par ailleurs son douzième album studio et treizième album tout court, vu que Dutronc n'a sorti qu'un seul live depuis le début de sa carrière (enfin, non, il en a sorti deux, mais le second n'était pas encore sorti à l'époque), et il date de 2003. Assez court (43 minutes), ce qui ne l'empêche pas d'être, sauf erreur de ma part, son album studio le plus long, il s'appelle Madame L'Existence et est sorti sous une belle pochette noir & blanc (une constante depuis le live de 1992), sur laquelle son visage est masqué par une étiquette du style code-barres. L'album aligne 11 morceaux dont deux reprises, une d'Eddie Constantine et une de Mouloudji, deux chansons assez anciennes, et même carrément vieillottes (années 50) que Dutronc revisite ici. Ce disque marque les retrouvailles artistiques entre Dutronc et Jacques Lanzmann (décédé trois ans plus tard...), et sera un disque d'or certifié, se classant 6ème dans les ventes d'albums. Et ce, malgré une campagne de promotion assez mince, une seule émission de TV. Mais depuis quand Jules Durondin aurait-il besoin d'une grosse campagne de pub pour vendre son oeuvre ?

DUTRONC 10

Ce douzième cru studio du dandy à cigare et lunettes est par la même occasion son premier album studio en 8 ans, son précédent était en effet le remarquable Brêves Rencontres de 1995, lequel venait trois ans après le grandiose live au Casino de Paris, lequel live était sorti quelques 5 ans après le précédent album (C.Q.F.D...utronc, 1987), et ce disque était lui aussi sorti 5 ans après un précédent opus studio (C'Est Pas Du Bronze, 1982). Depuis les années 80, Dutronc bosse peu, très peu, lentement, mais à chaque fois, bon Dieu, il réussit son coup. Cet album est divin, qu'on se le dise, même s'il faut quelques écoutes pour pleinement entrer dedans (non pas qu'il soit expérimental à la L'Imprudence, absolument pas, mais il faut dire qu'il n'est pas aussi facile d'accès que les albums des années 60 et 70). Les reprises (de Mouloudji : Un Jour Tu Verras ; de Constantine : L'Homme Et L'Enfant) sont remarquables, mais ce sont surtout les chansons originales, comme Madame L'Existence, La Vie En Live, L'Ere De Rien et surtout le grandiose Face A La Merde, qui marquent. L'album ne contient strictement aucune mauvaise chanson, toutes sont sublimes (elles ne sont pas très longues, même si la plus courte fait 3,15 minutes, ce qui est court, mais pas non plus trop court ; la plus longue, elle, fait quasiment 5 minutes).

DUTRONC 9

Album assez inattendu, car après 8 ans de silence radio (musicalement parlant, car entre 1995 et 2003, Dutronc a joué dans pas moins de 5 films dont Place Vendôme), on ne s'attendait vraiment pas à ce que Dutronc se décide à réenregistrer des chansons, Madame L'Existence est une réussite majeure, un des meilleurs albums du chanteur. Tout simplement. 11 sublimes chansons, sublimement bien interprétées et jouées, des textes superbes, une excellente production, font de ce disque un nouveau classique, et un des meilleurs albums français de la décennie. En espérant que Dutronc nous refasse un jour un disque, et que cet hypothétique album soit au moins du niveau de celui-ci, je ne peux que vous conseiller, si vous ne le connaissez pas encore, de vous ruez dessus !

Madame L'Existence

La Vie En Live

Un Jour Tu Verras

Face A La Merde

L'Homme Et L'Enfant

Voulez Vous

L'Ere De Rien

Transat En Solitaire

C'Est Peut-Être Ca

Sainte Suzanne

Dou Douce