69720177_p

Nouvel article résumant une discographie, et c'est Michel Polnareff qui a été élu cette fois-ci ! Comme toujours, albums studio et live officiels, mais pas les best-ofs ni les singles...

72030019_pLove Me Please Love Me (1966) : Un premier album mythique, très court (même pas une demi-heure) mais parfait, rempli de grandes chansons, Sous Quelle Etoile Suis-Je Né ? ou Love Me Please Love Me (titre officieux de l'album, qui n'a en fait pas de vrai titre) sont, notamment, inoubliables, mais pas les seules ici, clairement pas. Un des meilleurs albums du chanteur, et un coup d'essai absolument prodigieux, même si, chose vraiment incroyable, le meilleur reste à venir.

62617457_pLe Bal Des Laze (1968) : Sorti à l'époque sous une autre pochette (Polnareff sur fond jaune, tout simplement), ce deuxième album n'a pas de vrai titre non plus, on l'appelle Le Bal Des Laze (c'est carrément indiqué sur la tranche du CD) rapport à sa plus fameuse chanson. 32 minutes dans l'ensemble sublimes, malgré trois fausses notes sur la face B : Pipelette au refrain en accéléré insupportable, Oh ! Louis et Y'A Qu'Un Ch'veu, que je n'ai jamais pu encadrer. Le reste ? Sublime. Le Bal Des Laze, Jour Après Jour, Ta-Ta-Ta-Ta, Les Grands Sentiments Humains, Âme Caline, Le Roi Des Fourmis, stop ou encore ? Un des meilleurs de Polnareff. A noter, la pochette CD (celle-ci), avec Polnareff enfant et ses lunettes rajoutées, est vraiment plus belle que l'originale.

62617486_pPolnareff's (1971) : Le sommet de Polnareff, tout simplement, et tant pis si la face B offre deux titres moins parfaits que les autres (Monsieur L'Abbé, qui est bien, mais dont le final est tout simplement douteux ; et Hey You Woman, un peu longue, et les refrains parlés sont très datés et sonnent creux). Sinon, ce disque est à rapprocher du Histoire De Melody Nelson de Gainsbourg (d'ailleurs, Jean-Claude Vannier, arrangeur de Gainsbourg pour ce disque, bossera avec Polnareff sur son album suivant), de la même année : une pop/rock française symphonique de toute beauté, chargée, mais musicalement inoubliable. A la base, Polnareff avait pensé à un disque conceptuel avec un instrumental entre chaque chanson, mais au final, seuls trois instrumentaux, tous sublimes (Voyages...) sont sur le disque. 37 minutes sensationnelles.

Michel%20POLNAREFF%20PolnarevolutionPolnarévolution (1972) : Un très bon live de Michou, plus connu cependant pour sa fameuse et scandaleuse pochette (Polnareff montrant son cul ; ça a fait un scandale monstre, cette affiche placardée sur tous les murs de Paris !). Mais ce Polnarévolution moins connu pour son contenu que son contenant est franchement pas mal ; pas grandiose, mais pas mal du tout ! Le Bal Des Laze, Tous Les Bateaux, Tous Les Oiseaux, La Mouche, On Ira Tous Au Paradis, autant de merveilles ici très bien interprétées.

69718867_pPolnarêve (1974) : Polnareff n'aura pas assez de mots doux au sujet de ce disque qu'il estimera raté, et ce, dès sa sortie, qui précède son exil fiscal. Pourtant, ce disque sans titre (tout le monde l'appelle Polnarêve d'après un des morceaux, un instrumental, mais officiellement, il n'y à pas de titre) n'est pas mauvais, il est juste un peu frustrant après Polnareff's. 32 minutes, un disque arrangé par Jean-Claude Vannier, et dont les textes sont signés Pierre Grosz et Jean-Loup Dabadie, Polnareff n'avait pas trop la tête à écrire des chansons à l'époque (musicalement, c'est bien lui), et on le lui reprochera d'ailleurs un peu. Quelques classiques (L'Homme Qui Pleurait Des Larmes De Verre, Le Prince En Otage, La Fille Qui Rêve De Moi, Polnarêve), quelques chansons, aussi, pas top (Tibili, Il Est Gros), une production assez moyenne, et ce qu'en a dit Polnareff ont fait de cet album un mal-aimé. Pourtant, c'est pas mal, un peu décevant par rapport au précédent, mais pas mal.

69719666_pFame A La Mode (1975) : Exilé fiscal volontaire aux USA, Polnareff signe ici un disque culte pour ses fans : il est, en effet, unique dans sa discographie, car interprété, en totalité, en anglais ! Bien entendu, ça plaira aux anglophones, ça plaira aux USA, mais les fans, quand même, se sentiront un peu lésés, et n'entreront pas trop dans l'album. A noter que les chansons ne sont pas des reprises, mais des chansons originales, chose importante. Dans l'ensemble, assez moyen, mais, il est vrai, c'est un des disques les plus originaux et mythiques de l'artiste. Ca ne veut donc pas dire aussi que c'est un des meilleurs. Oh, non. Non, non, non. Pas du tout pareil, même.

159331Lipstick (1976) : Une bande-son de film, qui, apparemment, marchera plutôt bien aux USA (l'album), mais est aujourd'hui complètement oublié (l'album et le film). Et vous savez quoi ? Difficile de se demander pourquoi à l'écoute, tant c'est pas terrible... c'est, de plus, instrumental. Kitsch...

0073145498532_600Coucou Me Revoilou (1978) : Avec un titre pareil, inutile de préciser, mais je le fais quand même, que ce disque marque le retour de Paul Nareffe. Les fans furent contents, même si ce retour fut uniquement studio, pas de concerts. Malheureusement, cet album au titre rigolo est une immense déception, même si le succès fut au rendez-vous. Polnareff qualifiera lui-même ce disque de 'crasse'... Le vrai retour, ça sera pour le suivant !!! Mieux vaut donc oublier Coucou Me Revoilou.

49675353_pBulles (1981) : Aaah, voilà, enfin... Gros succès commercial et critique pour Bulles, vrai retour de Polnareff, et un de ses meilleurs albums, même s'il n'est pas aussi quintessentiel que Polnareff's et le deuxième album. Mais ce disque est quasiment parfait (Tam-Tam L'Homme Préhisto est un tube), et inutile de dire que si vous aimez ce chanteur et la chanson française de qualité, il vous faut à tout prix l'écouter.

49713188_pIncognito (1985) : Retour discret en France, hé oui. La plus belle pochette de la discographie de Polnareff : on ne voit, retirant ses lunettes et une perruque, face à une grande salle type opéra, vide. Hélas, le contenu est tout autre : très, trop même, ancré dans son époque (Viens Te Faire Chahuter... ces claviers...), ce disque est probablement le moins bon de Polnareff avec celui de 1978. Un album qui mérite bien son nom, car une brouille entre le management du chanteur et les distributeurs fera que le disque sera boycotté par la FNAC et autres grands magasins spécialisés... Ce qui n'aidera pas le succès. Un bide, donc, le seul vrai bide de Polnareff, que cet Incognito au titre hélas bien justifié, dans les deux sens (mauvais album ; mauvaise promotion).

72457740_pKâma-Sûtra (1990) : Vivant reclus, quasiment aveugle suite à une dégénerescence de la rétine, dans une suite du Royal-Monceau à Paris, Polnareff écrit, compose et surtout enregistre, dans cet hôtel, ce disque, à ce jour son dernir opus studio, et son premier en cinq ans. Boosté par Goodbye Marylou (immense tube), Kâma-Sûtra sera un gros succès, et malgré deux ou trois petits défauts (des chansons comme LNA HO ont mal vieilli), reste un de ses meilleurs opus, très sous-estimé. A noter que l'enregistrement étonnant de ce disque, et son mixage compliqué (tout fut mixé dans de vrais studios, Polnareff écoutait les résultats par téléphone ou par le biais d'un ordinateur, sans quitter son repaire de sa suite de l'hôtel, où il vivait en ermite, barbu, grossi, quasi aveugle en attendant une opération qui lui fera recouvrer la vue en 1994), en font un des albums 'uniques' dans l'histoire de la chanson française, à cause de cet enregistrement très particulier. Un disque à vraiment (re)découvrir !

0060249847017_600Live At The Roxy (1996) : Polnareff, revenu aux USA, se produit live au Roxy (Los Angeles) en 1995, et l'album, 73 minutes, sort un an plus tard. 500 personnes seulement assistèrent, triées sur le volet, au concert. A l'arrivée, 18 morceaux, anciens (Âme Caline, Qui A Tué Grand-Maman ?) et récents (Goodbye Marylou, Dans La Rue), mais surtout des anciens, pour un live franchement exceptionnel. 

1159726Ze [Re]Tour 2007 (2007) : Coucou, le revoilou encore une fois ! Et on l'attendait comme le Messie, ce retour. Un DVD et un CD (double) live pour la peine, plus une chanson inédite (Ophélie Flagrant Des Lits) qu'il chantera au cours des concerts, ce qui n'empêche pas ce live de ne pas la contenir. Bizarre. En revanche, il y à les classiques, quasiment tous, du Bal Des Laze à L'Amour Avec Toi en passant par La Poupée Qui Fait Non et Lettre A France. Le son est excellent, Polnareff est en grande forme, on sent qu'il prend du plaisir, le public aussi, et si le DVD est plus recommandable que le CD (normal, il y à aussi l'image !), ça reste un excellent live (et un retour qu'on qualifiera de gagnant) !