MARCHET 1

Florent Marchet est un jeune auteur/inteprète français de chansons folk à la Renan Luce. Je dis 'à la', car il faut bien trouver un artiste similaire plus connu, pour donner une vague idée du style, mais sachez que Marchet est nettement plus convaincant que Luce. Après un premier album (Gargilesse, en 2004, du nom du village de l'Indre dans lequel, enfant, il allait en promenade avec ses parents), Marchet sort, en 2007, son deuxième album, Rio Baril. Sous sa pochette assez cinématographique (si les bandes au-dessus et en-dessous de la photo avaient été noires, l'illusion cinémascope aurait été parfaite), ce disque, qui offre 15 titres pour un total de 52 minutes, est un album conceptuel sur la vie dans une petite ville du nom de Rio Baril, une ville de province imaginaire. Marchet a imaginé ce disque comme un petit western ou un album-roman, ce sont ses propres termes. Deux chansons sortiront en single, la chanson-titre et Les Bonnes Ecoles. L'album recevra d'assez bonnes critiques, mais on (Télérama) estimera aussi que la voix un peu trop froide du chanteur, ainsi qu'un ton assez ironique et détaché, à la longue, surtout que le disque dure quand même une cinquantaine de minutes, peuvent lasser.

MARCHET 3

C'est ma foi vrai, même si Rio Baril est clairement un excellent album et qu'il enterre, à lui seul, pas mal de la production française similaire, les Renan Luce, Bénabar et autres (soupir) Vincent Delerm (gros soupir). Bien que pas parfait (la voix de Florent Marchet est bonne, mais, il est vrai, pour une fois Télérama n'a pas tort, un peu détachée, froide, désintéressée de ce qu'elle raconte), Rio Baril est une petite merveille, et c'est là tout le paradoxe. Le disque peut lasser à la longue, surtout si on l'écoute trop souvent et à des intervalles trop rapprochés (il convient donc de l'écouter de temps en temps, en laissant quelques mois, deux ou trois, entre chaque écoute, le temps de le digérer, d'écouter plein d'autres choses et, ensuite, de le remettre quand on en ressent l'envie). Mais face à des chansons comme Rio Baril, Les Bonnes Ecoles, Pavillon, les courts (moins de 2 minutes !) On N'A Rien Vu Venir et Il Fait Beau, ou bien encore Les Cachets, face à d'aussi belles et bonnes chansons (bien écrites), l'évidence se fait : bien qu'un peu lassant par moments, bien que trop long par moments, Rio Baril est vraiment un excellent disque, et probablement le meilleur de Marchet. Même si je n'ai pas plus envie que ça, pour le moment, d'écouter Gargilesse ou son album qui suivra, en 2010, Courchevel.

MARCHET 2

On a donc ici un disque par exempt de défauts (Ce Garçon, France 3), mais sincèrement excellent, superbement bien écrit, et le fait que ça soit un album-concept, avec une histoire, un lien entre les chansons, le rend encore plus réussi et intéressant. Bonne production pour ce Rio Baril, donc, qui fait probablement partie des meilleurs albums de 2007. Pas le chef d'oeuvre du siècle, n'exagérons rien, mais cet album mérite d'être écoute au moins une, voire deux fois !

Le Belvédère

Rio Baril

Il Fait Beau

Sous Les Draps

La Chance De Ta Vie

Ce Garçon

Les Bonnes Ecoles

Notre Jeunesse

J'Ai 35 Ans

La Chimie

Les Cachets

On N'A Rien Vu Venir

France 3

Pavillon

Tout Est Oublié