3747535228_c76d4913cd_z

En 1970, les Flying Burrito Brothers, groupe de country-rock américain dirigé par le chanteur/guitariste/claviériste Gram Parsons, ex des Byrds (1968) et le bassiste/chanteur/mandoliniste Chris Hillman (ex des Byrds aussi), recrute enfin un batteur (un ex des Byrds - ! -, Michael Clarke) et un autre guitariste, joueur de dobro et chanteur (Bernie Leadon, futur Eagles). Le reste du groupe ne change pas, 'Sneaky' Pete Kleinow (pedal steel guitar). Après avoir, en 1969, sous leur première mouture, sorti un premier album (The Gilded Palace Of Sin) remarquable mais au succès très faible, le groupe sort leur deuxième album en 1970, Burrito Deluxe, sous une pochette représentant deux burritos émaillés de pierres précieuses (luxueux, les burritos, donc, comme le titre de l'album le promet). L'album, produit par Jim Dickson et Henry Lewy, est court, 33 minutes pour 11 titres (le précédent, pour le même nombre de morceaux, faisait 37 minutes), et franchement parfait. Si le précédent opus était réussi, Burrito Deluxe est, lui, grandiose, le meilleur du groupe pour moi. Le chant est en alternance entre Parsons, Leadon et Hillman.

gram-parsons-9YHR_o_tn

L'album est surtout connu pour contenir, en final d'ailleurs, une reprise de la chanson Wild Horses des Stones. C'est, avec 6,25 minutes, la chanson la plus longue, et de loin, de l'album, et il est intéressant de signaler qu'elle est sortie en 1970, soit un an environ (en tout cas, plusieurs mois !) avant que les Stones ne sortent leur version, l'originale donc, sur leur album Sticky Fingers (1971). Gram Parsons était pote avec Keith Richards (mais VRAIMENT pote, au point que Jagger en sera quelque peu jaloux, il n'appréciera pas trop, en cet été 1971 passé à Nellcôte, sur la Côte d'Azur française, que Parsons les rejoigne alors qu'ils enregistraient Exile On Main St., dont quelques chansons sont sous influence parsonienne, et Parsons, d'ailleurs, ne restera au final que peu de temps avec eux, mais c'est une anecdote sans lien avec Burrito Deluxe). Donc, Gram Parsons, héritier d'une importante compagnie agricole (il avait du pognon) et Keith étaient potes à la vie à la mort. Et Keith offrira à Gram la possibilité de reprendre, avec son groupe, cette chanson des Stones qui parle aussi bien de chevaux sauvages que de l'héroïne, et ce, quasiment un an avant que les Stones ne la sorte (elel était, en revanche, déjà enregistrée, leur version). Ce qui explique la présence de cette reprise sortie avant l'originale ! Une reprise au moin aussi quintessentielle, sans doute même plus encore, que l'originale. Le sommet de l'album.

fbb78

Photo du groupe, mais après la mort de Parsons, en revanche (vers 1978, et Parsons est mort en 1973)

Mais il ne faut pas limiter l'album à cette reprise admirable de Wild Horses. Autre reprise admirable, celle du If You Gotta Go, Go Now de Bob Dylan. Et Lazy Days, Farther Along, High Fashion Queen, Down In The Churchyard et Cody, Cody assurent également leur paquets de noisettes. Dans l'ensemble, Burrito Deluxe est supérieur au précédent album du groupe, et aux autres aussi, c'est vraiment un classique de la country-rock, un classique de la musique américaine, un des meilleurs albums sur lesquels a joué Gram Parsons, décidément parti trop tôt, et dont le corps a été enlevé à la morgue par ses amis, qui tenaient à respecter ses dernières volontés (et l'ont fait), à savoir brûler son corps en plein désert et disperser ses cendres aux quatre vents. Une mort en communion à la nature, pour un artiste généreux qui, en solo ou avec ses groupes, savait vraiment faire vibrer la musique country.

FACE A

Lazy Days

Image Of Me

High Fashion Queen

If You Gotta Go, Go Now

Man In The Fog

Farther Along

FACE B

Older Guys

Cody, Cody

God's Own Singer

Down In The Churchyard

Wild Horses