Et voici une liste des meilleurs albums, selon moi, de chanson et de rock français(e) ! Aucun ordre, si ce n'est l'ordre chronologique de sortie des albums.

0600753257104Les Chaussettes Noires : Le 2 000 000ème Disque Des Chaussettes Noires (1962) : D'une rareté qui pousse au cosmique, ce disque est mythique. Il a été réédité en vinyle récemment, état neuf, vendu au prix charmant de 80 €. Et un exemplaire vinyle ancien doit valoir, à mon avis, laaaargement plus cher ! Il faut dire que cet album était commercialisé avec un deuxième disque souple (sur lequel se trouvaient des messages de la part des membres du groupe, dont le chanteur Eddy Mitchell) et la pochette s'ouvrait, libérant un pop-up. Musicalement, avec des titres tels que Peppermint Twist, Shake, Rattle & Roll, Les Enchaînés ou Infidèle, ce 2 000 000ème Disque est également un grand moment de rock'n'roll français. Essentiel et culte ! Jamais réédité en CD, sauf erreur de ma part (ou alors, il y à longtemps et plus de nos jours) !

69467392_pJacques Brel : Les Bourgeois (1962) : Alors là, c'est un pinacle. Les Bourgeois, Madeleine, Bruxelles, Les Paumés Du Petit Matin, Le Plat Pays, Le Caporal Casse-Pompon, Les Biches, ce disque est tout simplement anthologique, un des plus grand albums du Grand Jacques. Essentiel absolu !

1963Serge Gainsbourg : Confidentiel (1963) : Un gros classique, sans doute même le premier chef d'oeuvre de Gainsbourg. Scenic Railway, Chez Les Yé-yé, Sait-On Jamais Où Va Une Femme Quand Elle Vous Quitte, Elaeudanla Téïtéïa (Laetitia en épelé, phonétiquement !), autant de pures petites merveilles sur ce disque, le cinquième de Gainsbourg, et clairement un grand album de chanson de l'époque.

EddyLondonFsmallEddy Mitchell : Eddy In London - Chante 12 Rock'n'Roll Classics (1963) : La légende dit qu'en entendant ce disque, Johnny Hallyday voudra faire la même chose (qu'il fera en 1964, voir un peu en-dessous). Ce Eddy In London est parfait. 12 classiques du rock anglophone repris en français, on a vraiment de la crème du genre ici (sous une pochette, en revanche, assez tartignolle) : Peggy Sue, Comment Vas-Tu Mentir ? ou Te Voici sont des intouchables mitchelliens de la première époque. Oui, ça a un peu vieilli, comme tout de la même période, mais ça conserve un charme absolument irrésistible !

62536712_pSerge Gainsbourg : Percussions (1964) : Pour moi, un des sommets de Serge Gainsbourg, un disque très influencé par les ambiances latino et africaines, ce qui en fait un gros précurseur pour son époque (le premier disque world français ?). Couleur Café, Pauvre Lola, Coco And Co...Que des merveilles, en 28 courtes minutes.

68439342_pJacques Brel : Olympia 64 (1964) : Un live anthologique dans lequel Brel, au sommet de sa forme, livre des interprétation épatantes de ses plus grandes chansons de l'époque (période Les Bonbons). Que dire de plus ? Pardonnez, donc, si j'écris moins sur ce disque que sur d'autres, mais quand c'est aussi parfait que ça, on ferme sa gueule et on écoute !

xr66yko3Johnny Hallyday : Johnny Reviens ! Les Rocks Les Plus Terribles (1964) : Sans doute le premier sommet de Johnny, et il faudra attendre 1969 pour qu'il refasse un disque 100% potable. Celui-ci, fait il me semble juste avant qu'il ne fasse son service militaire, est une claque de rock de l'époque, que des reprises, en français, de standards (Lucille, Johnny B. Goode, Roll Over Beethoven, Carol, Let's Have A Party... sous d'autres titres, évidemment), et de l'avis des fans de Jauni, et des fans de rock'n'roll, ce Johnny Reviens ! est un classique absolu et un album essentiel. Le fait est qu'ils ont assez raison. Les paroles sont parfois ridicules, mais musicalement, putain de sa race...

Hugues-Aufray-Chante-DylanHugues Aufray : Aufray Chante Dylan (1965) : On le sait, Aufray est fan (et ami) de Bob Dylan. Quand Dylan, dans les années 64/65, venait en France pour chanter, de passage à Paris, il créchait chez Aufray. Qui, en 1965, reprend, en français, quelques unes des meilleures chansons dylaniennes (Motorpsycho Nitemare, The Times They Are A-Changin', Girl From The North Country...) sur un disque conceptuel de folk-rock à la française parfait de bout en bout (si on excepte Oxford Town). S'il ne vous fallait qu'un seul disque d'Hugues Aufray, choisissez celui-là plutôt qu'est best-of à la con...

66356511_pJacques Brel : Ces Gens-Là (1965) : Pour beaucoup, le sommet de Brel. Oui, c'est en effet le cas. 10 chansons (version 33-tours) imparables, tour à tour tristes ou hilarantes, ce disque offre à égale mesure des chansons des deux styles. Un nombre effarant, limite indécent de classiques absolus font de cet album un grand must. Mais VRAIMENT un grand must.

1966Nino Ferrer : Enregistrement Public (1966) : Attention, quoi qu'on peut en penser à lire le titre de l'album, ceci n'est en réalité pas un live, mais un album enregistré en studio, dans les conditions du live cependant (un live sans public, quoi) ! Mais tout ceci n'est au final pas grave. Sinon, des classiques à la pelle (Mirza, Oh ! Hé ! Hein ! Bon ! ou bien encore Les Cornichons) font de cet album un disque tout simplement essentiel.

69720425_pGeorges Brassens : Supplique Pour Être Enterré A La Plage De Sète (1966) : Perfection brassensienne absolue que ce disque de 1966, dont quelques paroles de la chanson-titre se trouvent sur une plaque sur la tombe de Brassens à Sète, histoire de dire à quel point c'est un texte imposant. Un album qui force le respect, même si vous n'êtes pas (comme moi) un fanatique du moustachu dont on a fêté les 30 ans de la mort l'an dernier. Un disque fantastique, quoi !

69751577_pMichel Polnareff : Love Me Please Love Me (1966) : Le premier Polnareff, et un des meilleurs. Trop court (29 minutes), il offre une ribambelle de classiques comme la chanson-titre (en fait, l'album n'a pas de titre officiel, mais tout le monde l'appelle ainsi), Sous Quelle Etoile Suis-Je Né ? ou La Poupée Qui Fait Non. Essentiel, remarquable, mythique, de sa pochette à ses chansons... Une légende se crée ici.

71770477_pLes Problèmes : Antoine Rencontre Les Problèmes (1966) : Oui, les Problèmes, ce sont les Charlots, avant qu'ils : a) changent de nom ; b) ne soient au complet (pas de Jean-Guy ici, et si Luis Rego faisait partie du groupe, il était à l'époque en taule au Portugal pour des raisons politiques) ; et c) avant qu'ils n'abandonnent la musique (leurs premières amours) pour la gaudriole. Ce disque a été enregistré avec le chanteur Antoine, qui, bien que posant en premier plan sur la pochette, ne chante que sur le premier et le dernier titre, le reste est interprété par les Charlots les Problèmes seuls. Et c'est aussi loin de la gaudriole que vous pouvez l'imaginer, c'est même assez garage par moments (Je Ne Vois Rien) ! En tout cas, c'est, franchement, du grand art, et trop méconnu.

30agwsnJacques Dutronc : Jacques Dutronc (1966) : 6 classiques absolus sur 12 titres. Qui dit mieux, d'autant plus que ces 6 chansons (Les Playboys, On Nous Cache Tout, On Nous Dit Rien, Mini-Mini-Mini, Les Cactus...) sont aujourd'hui encore des must-have-to-listen-to absolus, des chansons indémodables ? Constitué de chansons déjà commercialisées, avant ce disque, en 45-tours (c'est le premier 33-tours de Dutronc), cet album sans titre (comme quasiment tous les Dutronc) est un classique, et il est considéré comme étant un des premiers vrais disques de rock en France. Celui-là, si vous ne l'avez pas...mais si, vous l'avez, forcément. Dîtes, vous l'avez, hein ?

69465717_pJacques Brel : Jacques Brel 1967 (1967) : Moins connu que Ces Gens-Là ou J'Arrive, ou que Les Marquises, ce disque de 1967 est une réussite de plus, presque aussi majeure que ces autres albums essentiels. Rien à jeter ici, et les chansons, bien que peu connues dans l'ensemble (La...La...La... pour ne citer qu'elle), sont toutes absolument magnifiques, touchantes ou drôles. Ou les deux. Un grand cru brelien de plus.

48847252_pSerge Gainsbourg : Initials B.B. (1968) : Si la voix féminine sur Ford Mustang et Bloody Jack me saoûle désormais complétement, l'album est, du long de ses courtes 31 (ou 32 ?) minutes, agrémentées de 15 minutes de bonus-tracks en CD (dont le Requiem Pour Un Con), est un triomphe absolu pour Serge Gainsbourg, avec un lot ahurissant de classiques, dont la fameuse chanson-titre, pour moi sa plus belle chanson, si si si ! Bref, essentiel.

47486313_pMichel Polnareff : Le Bal Des Laze (1968) : Polnareff, certes, fera encore mieux en 1971 (voyez plus bas), mais ce disque est tout de même immense, avec la chanson-titre, Ta-Ta-Ta-Ta, Le Roi Des Fourmis, Âme Caline... Je n'aime, en revanche, pas du tout Oh ! Louis etY'A Qu'Un Ch'veu. La chanson-titre, serait-elle la plus belle chanson de toute l'histoire de la chanson francophone ? Pour moi, c'est clairement : oui ! Des frissons à chaque écoute...

66413450_pJacques Brel : J'Arrive (1968) : Encore une perfection absolue de la part d'un Brel qui commence à sérieusement se tourner vers le cinéma pour abandonner la musique (il reviendra en 1977, pour son dernier album, alors qu'il se savait condamné par le cancer). Le bilan de ce disque est imparable : 9 chansons, le plus souvent très sombres (L'Eclusier), avec quand même une ou deux chansons gaies (Vesoul), et pas mal de classiques. Au final, encore un chef d'oeuvre, même s'il faut plusieurs écoutes pour l'apprécier pleinement.

42823608_pJohnny Hallyday : Rivière...Ouvre Ton Lit (1969) : Un disque intense et furieux, enregistré avec des pointures (Jimmy Page, Steve Marriott, Ronnie Lane, Mick Jones - pas celui des Clash), et ultra conseillé, y compris (SURTOUT, en fait) aux anti-Johnny. Ce disque inoui rivalise avec tout ce que Humble Pie, Ten Years After et même Led Zeppelin ont fait. Des paroles (en français, évidemment) parfois un peu risibles, mais c'est le seul défaut. Le sommet de Johnny, son sommet heavy rock.

49602830_pSerge Gainsbourg & Jane Birkin : Eponyme (1969) : Inutile de dire à quel point ce disque est inimaginablement beau : Je T'Aime Moi Non Plus, L'Anamour, 69 Année Erotique, Elisa.. Cet album enregistré en duo avec sa Jane B. d'amour est une de ses plus belles réussites pré-Melody Nelson.

1969Claude Nougaro : Une Soirée Avec Claude Nougaro - Enregistrement Public (1969) : Un sublime double live fait à l'Olympia, permettant au grand Claude à et son accent chantant de briller de mille feux. Morceaux légendaires (Toulouse, évidemment, entre autres pures merveilles telles Quatre Boules De Cuir, Armstrong ou Je Suis Sous), interprétation de haute volée, ce double album, toujours en CD (environ 97 minutes : un disque de 46 minutes et un de 51 minutes), est une vraie merveille de chanson française de classe !

42541091_pMagma : Kobaïa (1970) : Premier album du groupe, et déjà un double. Totalement innovant, ce mélange entre jazz et rock progressif. Le groupe de Christian Vander (batterie) a même inventé un univers, un langage (le kobaïen), un style de musique appelé d'un terme de ce langage (la zeuhl)... Toujours double en CD (de justesse), ce disque est tout simplement...puissant.

CDAmourAnarchie1Léo Ferré : Amour Anarchie (1970) : Deux disques sortis séparément, mais aussi ensemble (le visuel ci-contre est l'édition double). Du Ferré à son top niveau, même si les deux autres albums présents dans cette liste sont, selon moi, encore supérieurs. Mais c'est du grand art.

61365008_pGérard Manset : La Mort D'Orion (1970) : Parfois pompeux, ce deuxième album de Manset, mais c'est aussi une oeuvre lyrique absolument inoubliable, un disque tenant du rock, de la chanson et du classique. Particulier, mais magnifique.

NINO_F_1Nino Ferrer : Métronomie (1971) : Oui, le chanteur des Cornichons et de Oh ! Hé ! Hein ! Bon ! a fait du rock progressif à la Ange. La preuve avec ce disque qui fait partie de ses sommets. Difficile à dénicher en CD, comme les autres disques de Nino (certains sont même épuisés), il est commercialisé avec un disque moins fort, Véritables Variétés Verdâtres, et est tout simplement...splendide !

dashiell_hedayat_obsoleteDashiell Hedayat : Obsolète (1971) : Membre de Gong (voir plus bas), Dashiell Hedayat nous offre ici son meilleur opus solo, un disque rare, méconnu, difficile d'accès (deux longs titres, un par face, même si celui de la face A est en fait scindé en trois), mais en tous points superbe, même si la face B est un chouia longuette (21 minutes) parfois.

42630031_pSerge Gainsbourg : Histoire De Melody Nelson (1971) : Ca ne vous gêne pas si je ne dis rien, pour une fois ? Il suffit, en effet, de prononcer le titre de ce disque et tout est dit (oui, c'est un sommet) !

1971Moving Gelatine Plates : The World Of Genius Hans (1971) : Ne vous fiez pas à la pochette : ce disque est une petite tuerie de free-jazz progressif et expérimental, des Soft Machine français. Un disque rare, le deuxième et probablement le meilleur du groupe. Le morceau-titre de 14 minutes est à lui seul un sommet !

Gong_Camembert_Electri_261746Gong : Camembert Electrique (1971) : Sous son titre totalement ridicule se cache un chef d'oeuvre du rock progressif et expérimental français. Que dire de plus, sinon : écoutez ?

62582685_pLéo Ferré : La Solitude (1971) : Le meilleur opus studio du lion Léo pour moi, avec la chanson-titre, L'Albatros, A Mon Enterrement, Les Pop,Dans Les "Night"... Un album tout simplement crucial, très élégant, très pop aussi, enregistré avec le groupe de prog français Zoo. Ferré n'était pas sectaire, il aimait le son anglo-saxon, et il le prouve ici.

42305997_pJohnny Hallyday : Flagrant Délit (1971) : Pas aussi heavy que l'album de 1969, mais tout de même très rock, ce Flagrant Délit ! Dernier volet de la trilogie heavy rock (le deuxième volet est Vie, de 1970, pas dans la liste car très bon, mais pas exceptionnel), deuxième album (après Vie) de la collaboration avec Philippe Labro (auteur, journaliste, écrivain, homme de radio, réalisateur), il offre de pures merveilles rock. Super album !

42285961_pMichel Polnareff : Polnareff's (1971) : Le Melody Nelson de Polnareff, son meilleur album, avec Né Dans Un Ice-Cream, Voyages... Là encore, difficile de décrire ce qui ne l'est pas trop. Un disque magistral, quoi ! Juste, à la rigueur, une petite faiblesse vers le milieu de la seconde face, et encore, je chipote...

1972Brigitte Fontaine : Brigitte Fontaine 1972 (1972) : Une vraie cinglée, cette Brigitte Fontaine, mais ça, tout le monde le sait. Ce disque est probablement son chef d'oeuvre (je dis ça, mais je ne suis franchement pas fan du tout de cette artiste), en tout cas, c'est un excellent album de rock expérimental teinté de chanson et de happening, un truc de malade (écoutez le court Pour Le Patron de 45 secondes, par exemple !), mais vraiment. Et c'est très original, par ailleurs. Pas sûr d'aimer réellement ce disque sans vrai titre, mais c'est, comme on dit, un indispensable.

Nino_Ferrer_and_LeggsNino Ferrer : Nino Ferrer & Leggs (1972) : Leggs, c'est le nom du groupe que Nino a formé avec, notamment, Micky Finn. Un disque ruiné par une pochette assez moche, difficile à trouver en CD (quasiment épuisé, il est commercialisé sur un seul CD avec Blanat de 1979), rempli de pures merveilles : L'Angleterre, La Révolution... Du rock limite prog et bluesy, en somme !

69751888_pGeorges Brassens : Fernande (1972) : Encore une fois un classique de la part de Brassens, et sans doute même son ultime chef d'oeuvre, à une époque où il ne livrait plus trop d'albums (son dernier date de 1976, 5 ans avant sa mort). On a ici de grandes chansons, encore une fois, dont l'osée et mythique Fernande, de quoi passer un grand moment d'écoute, que l'on soit ou non fan de Brassens. Mémorable.

1972Bernard Lavilliers : Les Poètes (1972) : Pas facile à trouver, ce disque, qui a d'ailleurs été réédité, il y à quelques années déjà, avec une autre pochette bien moins belle que l'originale (qui n'est déjà pas un régal). Sinon, c'est le troisième Lavilliers, et un de ses meilleurs et de ses plus cultes opus. Un disque assez éloigné de ce que Lavilliers fera par la suite, c'est plus de la chanson qu'autre chose, mais c'est franchement excellentissime.

61328920_pGérard Manset : Long, Long Chemin (Manset 72) (1972) : Jamais édité en CD, Manset en aurait même détruit les masters (il contrôle son répertoire comme un tyran). Son meilleur album, un disque lyrique, pop, chatoyant, inimaginablement beau. Si vous vous procurez un jour le vinyle, ne vous en séparez jamais, jamais, jamais ! EDIT : Un grand merci à Koamae, il sait pourquoi !

42544137_pChristophe : Les Paradis Perdus (1973) : 30 minutes de bonheur avec la chanson-titre, Emporte-Moi, Le Temps De Vivre, Mama...Seul reproche, mis à part la réédition CD horrible (pas de pochette initiale, pas de livret, pas de bonus-tracks, digipack horrible) : Mickey est franchement nulle. Mais ces 2,30 minutes sont excusables. Le reste est tout simplement le sommet d'un excellent artiste.

1973Au Bonheur Des Dames : Twist (1973) : Du rock parodique (rien qu'à voir les noms des musiciens et chanteurs : Eddick Ritchell, Ramon Pipin...), 31 minutes assez amusantes, mais quand même musicalement bien foutues (l'instrumental Ramsès, sous influence Shadows). Bien entendu, la chanson Oh ! Les Filles vampirise un peu trop le reste de l'album, mais ce Twist est, finalement, bien cohérent. Pour passer un bon moment !

dyn004_original_400_365_pjpeg_2542416_96854b714be8dd850812a7b83b1b6b1fLéo Ferré : Il N'Y A Plus Rien (1973) : Rien que pour Richard et la fameuse chanson-titre de 16 minutes, ce disque est vital. Ferré passe au mode symphonique, et conserve toute sa force poétique et anarchiste, engagée. Un album tout simplement indispensable.

42308820_pSerge Gainsbourg : Vu De L'Extérieur (1973) : Mon album préféré du chanteur, un disque faussement scato et léger (les paroles des chansons), mais au final, très introspectif et douloureux, un disque de rupture, de crise sentimentale, de jalousie, d'amertume...28 minutes magistrales, l'album sera un bide à sa sortie, mais est aujourd'hui considéré, justement, comme un chef d'oeuvre. Oui, mon préféré de Serge, clairement, définitivement !

1974Michel Polnareff : Polnarêve (1974) : Album mal-aimé de Polnareff et des fans, même s'il a tendance à être un peu réévalué à la hausse depuis quelques temps. Mais à sa sortie, entre la production assez mince (malgré les sublimes arrangements de Jean-Claude Vannier) et l'absence de textes signés Polnareff (mais signés Dabadie et Pierre Grosz), cet album sans vrai titre (et devant son nom à un instrumental remarquable) ne sera pas très bien apprécié. 32 minutes pas aussi quintessentielles que Polnareff's, certes, mais quand même très sympathiques et même, le plus souvent, formidables (de grandes chansons comme Le Prince En Otage ou L'Homme Qui Pleurait Des Larmes De Verre). Bref, un classique méconnu et oublié !

1974The Frenchies : Lola-Cola (1974) : Un groupe de glam-rock tendance hard, à la New York Dolls, et dont voici l'unique album. Connu essentiellement pour avoir accueilli en son sein, en 1976/1977, la chanteuse Chrissie Hynde (future Pretenders), les Frenchies, ici, avaient comme chanteur un certain Martin Dune, pseudonyme d'un futur réalisateur et scénariste du nom de... Jean-Marie Poiré. Hé oui, c'est le réalisateur des Visiteurs au chant (en anglais) ici ! Un disque franchement réussi et sympathique, au demeurant.

47160590_pAnge : Au-Delà Du Délire (1974) : Pas très fan d'Ange, mais ce disque et un suivant dans la liste sont inoubliables. Ici, c'est surtout la chanson-titre, Si J'Etais Le Messie et Ballade Pour Une Orgie qui valent le coup, mais ce rock progressif francophone est loin d'être dégueulasse, malgré des paroles, parfois, limite ridicules.

62516063_pJacques Higelin : BBH 75 (1974) : Du punk-rock avant la lettre (Boxon), un disque court (34 minutes) et tout simplement magnifique. Avec cet album, Higelin s'impose d'emblée comme une valeure sûre, un disque fort, violent, urgent, brutal et sans concession. Rien d'autre à dire, sauf que, donc, c'est essentiel.

2636121002_1Véronique Sanson : Le Maudit (1974) : Album parfait, enregistré à Hollywood avec de grands musiciens de studio du cru (Joe Lala, Russ Kunkel, Kenny Passarelli...), à moitié mixé par son mari de l'époque (depuis 1973 jusqu'à 1979) Stephen Stills, c'est le meilleur opus de cette excellente chanteuse/pianiste. Aucun vrai tube, mais que de pépites, de Alia Soûza à On M'Attend Là-Bas, en passant par la ballade en anglais dédiée à son fils venant de naître, Christopher, ou bien Le Maudit (Mais La Douleur Efface Ta Faute), Bouddha... Malgré un son assez moyen en CD (surtout la face A, les six premiers titres), rien à dire, c'est une oeuvre essentielle !

46611108_pChristophe : Les Mots Bleus (1974) : Rien que pour la chanson-titre, Senorita et Le Dernier Des Bevilacqua, ce disque est essentiel. Mais le reste est immense aussi (La Mélodie, C'Est La Question), et dans l'ensemble, cet album est le deuxième meilleur de Christophe. Essentiel.

114692515Dick Rivers : Rock'n'Roll Star (1974) : Hélas trop méconnu, quasiment impossible à trouver (en vinyle, mais surtout en CD), ce disque est le sommet en solo de l'ex leader des Chats Sauvages, le Niçois Dick Rivers. Rock'n'Roll Star, avec sa pochette amusante, est un disque remarquable de rock à la française. A noter, quelques titres sont signés d'un certain Alain Bashung, qui traînait beaucoup avec Rivers à l'époque. Un disque malheureusement oublié (Dick Rivers aussi, dans un sens...tout le monde s'en fout, aujurd'hui, dommage pour lui, surtout que ses Chats Sauvages étaient parmi les premiers groupes de rock du pays avec les Chaussettes Noires d'Eddy, qui a, lui, eu plus de chance pour sa carrière, pléonasme), mais à écouter, si vous parvenez à le trouver (dans ce cas, ne le lâchez pas) !

42505216_pSerge Gainsbourg :Rock Around The Bunker (1975) : Disque parfois mal-aimé (sujet tabou, omniprésence d'un piano de bastringue lassant et des choeurs féminins aussi lassants à la longue), mais au final très osé, provocant, rempli de grandes chansons, et, donc, un Gainsbourg quasiment crucial.

1975Jean Ferrat : Ferrat 75 (1975) : Jean Ferrat était un de nos plus grands chanteurs et poètes, il manque cruellement. Ce disque est le seul que je possède de lui, en vinyle, et dans un état tel qu'il faudrait vraiment que je me décide à le prendre en CD, s'il existe. Mais ce n'est pas le seul que je connaisse de lui. En revanche, c'est mon préféré, et rien que pour Le Fantôme et cet immense La Femme Est L'Avenir De L'Homme, ce court (31 minutes) disque sans titre de 1975 est conseillé.

72358481_pGérard Manset : Y'A Une Route (Manset 1975) (1975) : L'album du tube Il Voyage En Solitaire, que Bashung reprendra magnifiquement en 2008. Mais limiter ce disque à cette chanson serait faire une erreur. Tout est parfait ici, faisant de ce Manset 1975 (l'album n'a pas de vrai titre, il tire son titre officieux de sa première chanson) un de ses plus grands opus. Hélas, comme quasiment toujours avec Manset, c'est ultra difficile à trouver en totalité, mais la récompense, si vous faites un effort, sera énorme !

51N7fn8umEL__SS500_Bernard Lavilliers : Le Stéphanois (1975) : Si on excepte une pochette hideuse (couleurs, graphismes) mais bien en phase avec son époque, ce disque est parfait. C'est assurément une des plus grandes réussites (et par ailleurs le quatrième album) de Bernard Lavilliers. Le gringo de Saint-Etienne n'en est pas encore totalement à s'envaper dans les rythmes tropicaux, exotiques latino, l'album est encore assez 'chanson', des protest-songs, d'ailleurs. Un album qui, en 37 minutes, se pose là comme étant un des tous meilleurs de Lavilliers.

Heldon II - Allez TeiaHeldon : Allez Teïa (1975) : Un disque très sombre, étrange, peu connu et franchement à (re)découvrir. Ce deuxième album d'Heldon, dont le titre (d'album, pas Heldon) signifie 'Vérité' en grec, est une magnifique étrangeté rock made in France. Assez inclassable, Allez Teïa est le genre de disque qui peut rendre accro, mais qui peut aussi fortement rebuter. A vous de voir ! A noter, la pochette est une des plus fameuses photos prises au cours des évênements de Mai 68 (un CRS coursant un étudiant).

47277650_pAnge : Emile Jacotey (1975) : Un hymne à la paysannerie française, en gros, un disque très réussi (Sur La Trace Des Fées), et accessoirement mon préféré d'Ange. Un album, donc, qui fait partie des meilleures oeuvres progressives et rock de notre pays.

1975Catherine Ribeiro & Alpes : (Libertés ?) (1975) : Un disque étrange, étonnant, de protest-songs bien engagées et expérimentales. Album hélas difficile à trouver, et assez peu connu aujourd'hui, mais cet album de Ribeiro et Alpes est cependant un vrai triomphe, qui a du faire sensation à sa sortie en 1975. Un des albums les plus étranges, à part, du rock français. Bluffant.

42265802_pMagma : Hhaï Live (1975) : Double (toujours en CD) live anthologique de Magma, avec Didier Lockwood au violon, une oeuvre magnifique remplie de grands moments, un disque inlassable...pour peu d'aimer Magma, évidemment !

1975Harmonium : Si On Avait Besoin D'Une Cinquième Saison (1975) : Du rock progressif québécois. Et du très bon, même du fantastique. Oui, je sais, c'est une liste d'albums de chanson et de rock français, mais bon, il y à bien Brel et Arno (qui sont belges) et, aussi, Eicher (qui est suisse) dans la liste, alors pourquoi pas des Québecois, tabernacle ? Un disque sublimissime, mais alors vraiment. Du niveau du meilleur d'Ange, et même supérieur, en fait !

42897511_pSerge Gainsbourg : L'Homme A Tête De Chou (1976) : Reggae, pop, rock, chanson, progressif, world, ce disque touche à tout, avec le même génie pour tous les styles. Un des meilleurs albums de Serge. Tout au plus le final, après Variations Sur Marilou, est un peu faiblard...et encore, c'est juste mon avis.

1976Eddy Mitchell : Sur La Route De Memphis (1976) : Nul besoin de présenter Eddy Mitchell, dont un des albums solo, un des premiers, se trouve déjà dans la liste (et un autre plus tard, vous le verrez). Celui-ci est une vraie réussite qui aligne les classiques comme des perles : la chanson-titre, La Fille Du Motel... Du grand art dans le registre du bon vieux rock'n'roll des familles !

1976Christophe : Samouraï (1976) : Ecrit en grande partie par Boris Bergman, ce disque de rock progressif (hé oui) est une grande réussite de plus de la part de Christophe. Album très court, hélas (29 minutes), mais parfait, avec notamment la trilogie Pour Que Demain Ta Vie Soit Moins Moche qui prend quasiment toute la seconde face, une des meilleures chose que ce chanteur a faites de toute sa carrière. Grandiose album, sublime pochette hélas pas reprise pour le CD.

disque05Gérard Manset : Rien A Raconter (Manset 1976) (1976) : Alias Manset 1976, ce disque sans titre est une pure merveille, dans laquelle Manset prouve que, malgré le titre officiel de l'album (aussi celui de la deuxième chanson), il a pas mal de trucs à dire. Un album assez court, dans les 36 minutes, pour 8 titres, et rien à retirer, Cheval Cheval, Les Vases Bleus, la chanson-titre... Encore une fois un disque rarissime, dur à trouver, quasiment inexistant en CD, et qui mériterait vraiment d'être hissé en place publique et de se faire décerner les clés de la ville tant il est magnifique.

1976 ABernard Lavilliers : Les Barbares (1976) : Un chef d'oeuvre de plus pour le gringo stéphanois. Quelques chansons mémorables, grandioses même la chanson-titre, putain...la chanson-titre !!) pour un album comptant parmi les chefs d'oeuvre de chanson française des années 70, tout simplement. Et je ne vois pas grand chose d'autre à dire, si ce n'est que Lavilliers mettra tout le monde d'accord ici.

52148550_pJean-Michel Jarre : Oxygène (1976) : OK, c'est du Jarre Jr(fils de Maurice)...Mais, sincèrement, ce disque fait partie de ses rares grandes oeuvres. Une des plus grosses ventes de disques de l'histoire de la musique française, et sa plus grosse vente d'albums, si je ne m'abuse. Parfait et culte de bout en bout.

62584096_pJacques Higelin : Alertez Les Bébés ! (1976) : De la chanson-titre à Géant Jones, Le Minimum ou Aujourd'hui La Crise !, ce disque fait partie des sommets d'Higelin, c'est même son sommet avec BBH 75. Si vous aimez ce chanteur, vous connaissez déjà. Si vous n'aimez pas ce chanteur, vous aimerez ce disque. Vous dire ! 

1977Julien Clerc : Enregistrement Public Au Palais Des Sports (1977) : Triple à sa sortie (double CD de 104 minutes désormais), ce live de Julien Clerc est parfait. Même s'il manque deux-trois chansons bien connues (La Californie, Let The Sun Shine In de Hair). A noter, une guitariste et chanteuse québécoise, Geneviève Paris (se prononce Parisse), qui interprète, en ouverture de concert, quelques chansons franchement sublimes. Sinon, un live bien pop/rock à la française, un Clerc en forme, des classiques à foison... Essentiel ! S'il n'en fallait qu'un de Clerc...

49408208_pBijou : Danse Avec Moi (1977) : Ce premier album de Bijou, très court (32 minutes), est leur plus réussi aussi, un pur trésor de punk-rock à la sauce old-school (reprise de Pow-Wow, de La Fille Du Père Noël). Des classiques à la pelle (C'Est Un Animal). Un disque difficile à trouver en CD désormais, hélas. A noter, le leader, chanteur et guitariste, Vincent Palmer (au centre sur la pochette, il est désormais chauve) fait partie du staff rédactionnel de Rock'n'Folkdepuis plusieurs années. Un groupe tellement bon que Gainsbourg les prendra sous son aile.

42339082_pJacques Brel : Les Marquises (1977) : Brel s'en ira, emporté par ce putain de cancer qui lui aura, avant ça, enlevé un poumon (il ne chante qu'avec un poumon sur ce disque, son dernier et son premier depuis plusieurs années de silence musical). Des classiques, il y en à, sur ce disque faisant partie des sommets de la chanson française : Orly, Les Marquises, La Ville S'Endormait, Jaurès, Les Remparts De Varsovie...Il n'y à que des classiques, excepté Le Lion, vraiment pas bonne du tout. Un disque crucial.

LITTLE~1Little Bob Story : Living In The Fast Lane (1977) : Avec Téléphone, Dogs, Bijou, Noir Désir et Higelin (pour ses albums rock des seventies), voici LE groupe rock français. Originaire du Havre, ce groupe est tenu par un fou de rock binoclard, pas très grand, rondouillard, et d'origine italienne, Roberto 'Little Bob' Piazza. Sous sa pochette noire, ce disque sera un beau succès, surtout en Angleterre, mais est depuis totalement oublié. Ce qui est franchement dégueulasse, car Living In The Fast Lane est probablement un des 5 meilleurs disques de rock français (chanté en anglais) qui soient. Monstrueux.

1977Claude Nougaro : Plume D'Ange (1977) : C'est un scandale que ce disque n'ait jamais été correctement réédité en CD (tout le disque n'est pas en CD, il manque des morceaux !), car c'est sincèrement le sommet de Claude Nougaro (immense chanteur, mais cependant pas un de mes préférés) en studio. Rien que le long (un quart d'heure !) morceau-titre et Le K Du Q font de cet album un sommet méconnu et absolu.

49292824_pRenaud :Place De Ma Mob (1977) : Deuxième Renaud, et mis à part Mélusine et La Boum, c'est un disque parfait, ne contenant que des classiques, et quels classiques ! Laisse Béton, Les Charognards, Je Suis Une Bande De Jeunes... Un des meilleurs disques du chanteur énervant (Renaud dixit).

W077779283927_ZJacques Higelin : No Man's Land (1977) : Higelin a commencé par détester ce disque enregistré dans une période noire, mais il fait aujourd'hui partie de ses favoris. Premier tube avec Pars (le mellotron sur ce titre est un instrument appartenant à Bowie, qui le prêtera à Higelin, amicalement),et d'autres classiques sur ce disque, très grosse vente pour le chanteur : Banlieue Boogie Blues, L'Amour Sans Savoir Ce Que C'Est, Les Robots qui fait penser à la chanson du même nom de Kraftwerk...mais avec un an d'avance ! Grand disque rock.

61497625_pChristophe : Le Beau Bizarre (1978) : Court (excessivement : 27 minutes), mais totalement réussi, de bout en bout, un disque qui fait partie des meilleurs de ce que la chanson et le rock français ont offert dans les années 70. Rien que ça. A noter, une pochette gerbante, mais ce n'est rien à côté de la moche réédition CD...

52226885_pJean-Michel Jarre : Equinoxe (1978) : Tout aussi réussi qu'Oxygène, cet album est rempli d'ambiances, de morceaux géniaux, et impose définitivement Jarre Jr comme un baron de la musique synthétique. Hélas, la suite sera moins concluante... Dernier album de Jarre dans cette liste, je vous rassure.

o184140Gérard Manset : 2870 : Un des sommets absolus de Manset. Une pochette assez moche (conçue par Hipgnosis, mais je n'en suis pas sûr), qui cache un disque assez court (6 titres, dont un de 14 minutes donnant son nom à l'album, pour 37 minutes) et franchement renversant, très rock (en fait, très progressif, même). Largement différent de ce que Manset a fait auparavant, et de ce qu'il fera par la suite, 2870 est un disque mémorable, un de plus pour le natif de Saint-Cloud.

1978Le Rock D'Ici A L'Olympia (1978) : Un des rares lives de punk en France, si ce n'est le seul. Starshooter, Bijou (les vernis ont droit à deux chansons), Stinky Toys, Asphalt Jungle, Diesel, Guilty Razors, des groupes punks qui, pendant trois jours, ont squatté le temple de la chanson française parisien (bilan, plus de 200 fauteuils niqués, fièrement exposés sur la pochette de cette compilation live au son épatant). Un Woodstock punk français. L'évênement est idéalemnt transcrit ici. Un fleuron du punk français.

56541919_pHubert-Félix Thiéfaine : Autorisation De Délirer (1979) : Il mérite bien son nom, ce disque. Malgré un Alligators 427 terrifiant et malsain (mais magnifique) en final, l'album est très drôle, rempli de chansonnettes bien délirantes, pas toujours finaudes, mais c'est le style de Thiéfaine, enfin, de ses débuts. De ses premiers albums, c'est son sommet. Mais il fera mieux par la suite.

Nino_Ferrer___BlanatNino Ferrer : Blanat (1979) : L'Arbre Noir...Rien que pour cette chanson (et cette pochette !), Blanat est indispensable. Hélas, difficile, voire impossible à trouver en CD aujourd'hui (mais téléchargeable), il était commercialisé en CD avec Nino Ferrer And Leggs de 1972. Pour moi, le plus bel album du chanteur franco-italien, trop connu pour ses chansons rigolotes des années 60 et pas suffisamment pour le reste.

1979Bernard Lavilliers : Pouvoirs (1979) : Dernier album de Lavilliers pour les années 70, et encore une fois, une réussite. A noter que la pochette ci-contre est celle du vinyle de 1979. En 1990, l'album sera édité en CD, dans une version dite remixée, avec une autre pochette (moins belle) et des versions différentes pour les chansons (une sorte de massacre de l'album, à quand une réédition digne de ce nom ?). Mis à part ça (privilégiez donc le vinyle !), Pouvoirs est une réussite majeure de l'artiste, rien de moins.

crache_ton_venin_telephone_080719042545Téléphone : Crache Ton Venin (1979) : La chanson-titre, La Bombe Humaine, Fait Divers...Ce disque a beau être surclassé par Au Coeur De La Nuit (l'album suivant), il n'en demeure pas moins une réussite quasi totale dans le genre. Un excellent album de Téléphone !

47784007_pSerge Gainsbourg : Aux Armes Et Caetera (1979) : Quand Gainsbourg passe au reggae, il ne plaisante pas : il enregistre à Kingston, Jamaïque, avec les choristes de Bob Marley et des musiciens du cru, tous talentueux à en crever. Scandale absolu à sa sortie avec sa reprise reggae de l'hymne national, l'album est le dernier sommet du chanteur. Fantastique, mais il faut aimer le reggae, sinon...

1979Gérard Manset : Royaume De Siam (1979) : Une pure splendeur de plus pour Manset, un disque encore une fois difficile à dénicher (en vinyle, et uniquement en vinyle : il existe une édition CD, mais elle ne propose pas tout le disque, chose hélas fréquente pour les éditions CD des albums de Manset). Un de ses meilleurs albums, mais, sincèrement, on peut dire la même chose de tous ses disques ou presque !

booz2_1Emmanuel Booz : Dans Quel Etat J'Erre (1979) : Un disque rarissime, jamais édité en CD (c'est aussi le cas de deux autres albums de la liste), et j'imagine que le vinyle doit être difficile à trouver, et en occasion uniquement. Bon, sinon, c'est un disque court (moins de 36 minutes pour seulement 3 titres), et un sommet de rock progressif et expérimental, une sorte de Zappa à la française, par un artiste qui s'est depuis reconverti (véridique) en acteur et surtout scénariste de films (Camping, c'est lui, Disco aussi je crois), Emmanuel Booz. Ce disque est son sommet, même les anglo-saxons le disent ! On peut, je crois, l'écouter sur des sites tels que YouTube, maigre consolation compte tenu qu'il est introuvable...

61326170_pJacques Higelin : Champagne Pour Tout Le Monde... (1979) : Qui a oublié Champagne, immense chanson ? Ce disque, sorti parallèlement à ...Caviar Pour Les Autres, existe désormais en CD, commercialisé avec l'autre album (avant, les deux disques étaient séparés, en CD). Tout simplement un des joyaux du rock français, avec, aussi, Tête En L'Air, Dans Mon Aéroplane Blindé, L'Attentat A La Pudeur... Immense ! L'autre disque est très bon, mais un peu moins grandiose.

52092258_pMichel Berger & Luc Plamodon : Starmania (1979) : Je ne vois rien à dire, si ce n'est que c'est juste la perfection pop au service de paroles et d'interprètes de grand niveau. Un album essentiel.

3700403527315_600Ramon Pipin's Odeurs : 1980 : No Sex ! (1980) : Ramon Pipin, guitariste d'Au Bonheur Des Dames, fonde un autre groupe en 1979, Odeurs, également assez parodique, plus, même (sur un de leurs albums, pas celui-là, ils reprendront I Want To Hold Your Hand des Beatles en version Horst Wessel Lied, avec bruit de bottes et golosses bien viriles et teutonnes, mauvais goût's style !). Ce disque sorti sous une pochette assez trash (une poupée gonflable suicidée au rasoir dans une cabine de douche, du sang partout) est leur deuxième et probablement leur meilleur. Il date soit de 1980, soit de 1979, c'est selon (a été enregistré en 79) et, quelle que soit l'année incriminée, semble de toute façon en avance de plusieurs années dans le domaine du délire. Space, mais excellent !

guerre_et_petsJacques Dutronc : Guerre Et Pets (1980) : L'album mythique de Dutronc, jamais édité en CD et rarissime en vinyle. Un disque court (28 minutes), écrit en majorité par l'illustre Serge Gainsbourg, et riche en allusions vaseuses, jeux de mots louches (L'Hymne A L'Amour (Moi l'Noeud) par exemple). Très con par moments, mais diaboliquement efficace dans le registre du défouloir ! Ou quand deux joyeux connauds se rencontrent (Dutronc n'étant pas, lui non plus, le dernier pour déconner)...

1980Bernard Lavilliers : O Gringo (1980) : L'album qui fait tout démarrer pour le baroudeur stéphanois (qui semble en plein jet-lag dans une piaule paumée d'un bidonville latino sur la pochette). Gros succès commercial, morceaux remarquables (La Salsa), Lavilliers commence ici sérieusement à mettre des ambiances latino, des rythmes tropicaux dans sa musique, et s'impose ici comme un des meilleurs artistes world du pays. Bref, pour ceux qui aiment sa musique, cet album est légendaire, un de ses meilleurs.

48511536_pTrust : Répression (1980) : LE disque de hard-rock français, du groupe de hard-rock français le plus culte et talentueux. Que dire ? Si une ou deux chansons ne sont pas du niveau (Les Sectes), le reste assure : Antisocial, Le Mitard (avec un sample de la voix de Mesrine en final), Instinct De Mort (aussi sur Mesrine), Saumur... Un joyau brut(al) !!

50114001_pTéléphone : Au Coeur De La Nuit (1980) : Le meilleur de Téléphone, clairement, définitivement, avec la chanson-titre, Argent Trop Cher, Laisse Tomber, 2000 Nuits (de Bertignac), Fleur De Ma Ville, Pourquoi N'Essaies-Tu Pas...13 excellents titres, même si les deux derniers sont, c'est vrai, moins réussis (La Laisse). Un fleuron du rock français.

53906435_pMichel Jonasz : La Nouvelle Vie (1981) : Deux gros classiques du chanteur jazzy (Les Fourmis Rouges, Joueurs De Blues) sur ce disque de 1981, une des plus belles réussites de Jonasz. Je ne suis pas fan de ce chanteur, sa voix m'a toujours profondément énervé, mais je reconnais la réussite totale de ce disque court (13 titres, moins de 40 minutes) et assez emblématique de ce chanteur !

1981 AAlain Chamfort : Amour, Année Zéro (1981) : Quasi intégralement écrit par Gainsbourg (qui se fâchera avec Chamfort pendant l'enregistrement, à Los Angeles, de ce disque, et partira ; la suite de leur collaboration pour le disque se fera par téléphone), ce disque est une vraie réussite, remplie de classiques : Paradis (pas signée Gainsbourg), Bambou (sur la compagne de Serge), Chasseur D'Ivoire... La classe frenchy absolue !

1981 ALa Souris Déglinguée : La Souris Déglinguée (1981) : Un des plus illustres groupes de punk-rock hexagonaux, mené par le chanteur franco-vietnamien (par ailleurs professeur de langues asiatiques en université à ses heures perdues, la classe), Taï-Luc. Avec des initiales très camées (ça fait LSD, évidemment), La Souris Déglinguée livre, en 1981, un prermier opus bien rentre-dans-le-cul, speedé, sans concessions, sans répit, du lourd. Plus de 30 ans après, ce disque n'a pas pris une seule putain de ride, et cette souris semble toujours aussi déglinguée. Un des classiques absolus du punk-rock français, et du rock français tout court.

1981Jacques Higelin : A Mogador - Hold Tight (1981) : Triple live à sa sortie, depuis reconverti en double CD (l'édition CD offre un ordre légèrement différent, mais tous les titres ; en revanche, strictement aucun livret dans le boîtier double, ce qui est franchement dommage). A noter que la pochette vinyle est blanche, il me semble, mais comme l'absence de livret, c'est un détail. Sinon, seulement 10 titres (plus une présentation des musiciens de 3 minutes, donc 11 plages audio) pour quasiment 2 heures de musique, c'est, vous l'aurez compris, du lourd, morceaux très longs (7, 10, 6 ou 21 minutes...), tous issus des albums de la période 1974/1980. Et tous grandioses (Je Veux Cette Fille de 16 minutes) !

51704646_pMarquis De Sade : Rue De Siam (1981) : Un des trois ou quatre disques essentiels de cold-wave (et de new-wave) de notre pays, un album à la pochette glauque, rempli de merveilles (Wanda's Loving Boy), alternant entre sujets tabous (sexe SM, suicide, maladie, drogue, maladie mentale...), difficile à trouver en CD mais heureusement réédité en vinyle. Essentiel, ruez-vous dessus !

113969125Taxi Girl : Seppuku (1981) : Assez difficile à dégotter, et c'est dommage, car c'est juste excellent. Oubliez le Taxi Girl de Cherchez Le Garçon, Seppuku est plus sombre, limite cold-wave, et totalement réussi.

49291147_pAlain Bashung : Pizza (1981) : Du rock assez pop parfois, très rigolo (paroles déjantées de Boris Bergman), bien ancré dans son époque, avec des synthés parfois douteux, mais des classiques à la pelleteuse. Très grosse vente de disque qui propulse Bashung au sommet. Mais ça ne lui plaira qu'à moitié, et l'album suivant sera sa manière de dire qu'au fond, il aime être borderline.

1981Michel Polnareff : Bulles (1981) : Après un retour foiré en 1978 avec un album qu'il jugera lui-même 'crasse' (Coucou Me Revoilou), Polnareff réussit son album suivant, ce merveilleux Bulles offrant notamment un tube, Tam-Tam (L'Homme Préhisto). Un album comptant parmi ses meilleurs, même s'il n'est pas LE meilleur, entendons-nous bien.

1981Charlélie Couture : Poèmes Rock (1981) : Une pure réussite de rock français, assez bluesy, enregistré à New York. Présence de l'unique tube de Couture (Comme Un Avion Sans Aile), mais il ne faut pas limiter l'album à ça. C'est, sincèrement, 38 minutes absolument magnifiques, rien à retirer. Le sommet de cet artiste hors normes ?

56541993_pHubert-Félix Thiéfaine : Soleil Cherche Futur (1982) : 35 minutes quasiment tout rond, 7 excellentes chansons et une qui ne l'est pas (Rock Joyeux). Un disque, donc, quasiment parfait, meilleur que Dernières Balises (Avant Mutation), le disque précédent, qui est excellent (mais absent de la liste cependant,désolé, parce que je le trouve un tantinet surestimé aussi). Parfait. Lorelei Sebasto Cha est immense.

49135442_pAlain Bashung : Play Blessures (1982) : Ecrit par Gainsbourg, un disque intense, maladif, froid, robotique, de la pure cold-wave inspirée par Kraftwerk, Suicide, Pere Ubu...Le sommet de Bashung, un disque qui sera anéanti par la critique en 1982 et encensé par les mêmes critiques de nos jours. Pour moi, le sommet rock français depuis sa sortie, rien que ça. 34 immenses minutes.

1982Dogs : Too Much Class For The Neighbourhood (1982) : Les Rouennais de Dominique Laboubée (chant, guitare, piano, mort en 2002) sont moyennement connus des masses, mais les fans de rock français savent bien que les Dogs, c'était quelque chose. Ce disque, leur troisième, est aussi, et de loin, leur sommet. Rien à jeter sur les 14 titres dont 12 originaux signés Dominique. Puissant, de la power-pop à la française (en anglais).

51456866_pIndochine : Le Péril Jaune (1983) : Indochine dans la liste ? Non, vous ne rêvez pas. Et je vous rassure, je déteste viscéralement ce groupe. Mais j'avoue, ce disque, leur deuxième (et premier long-format, leur premier album, L'Aventurier, était en effet un E.P de 20 minutes), bien que pas parfait (production datée), est leur meilleur, leur seul écoutable, une petite merveille new-wave, quasiment conceptuelle (le sujet ? L'Asie...). Avec Kao Bang, Miss Paramount... Bref, un disque très très correct !

1983Hubert-Félix Thiéfaine : En Concert (1983) : La pochette est en forme de clap de cinéma (le rabat supérieur se soulève et libère les deux sous-pochettes, car ce live est double, et toujours en CD, qui ne possède évidemment plus ce rabat de clap). Musicalement, HFT est en forme (pourtant, à l'époque de la sortie de ce live, il est convalescent après un accident de bécane, et est dans un état assez dépressif, voir son album studio de 1984 fait avec son guitariste Claude Mairet) sur ce live capté en 1982 pendant la tournée de Soleil Cherche Futur. Tous les meilleurs morceaux de l'ensemble de son oeuvre studio de l'époque est là. Mention spéciale à un Alligators 427 comme toujours littéralement tuant.

63197379_pJane Birkin : Baby Alone In Babylone (1983) : L'album marquant la rupture entre Jane Birkin et Serge Gainsbourg, qui s'est proposé à elle pour lui faire un album, ce qu'elle a accepté immédiatement. Aucune rancoeur, aucune amertume, juste de la nostalgie, de la tristesse... Un disque aussi court (33 minutes) que magnifique, avec notamment Baby Lou et la chanson-titre, inspirée par Brahms. Magnifique, le meilleur de Jane B. est là !

62211413_pRenaud : Morgane De Toi... (1983) : Le sommet mélodique, pop, cartonneur de Renaud, avec énormément de tubes et, quand il ne s'agit pas de tubes, énormément de classiques aussi. Tout est bon ici, en fait. Son meilleur album, tout simplement.

56542013_pHubert-Félix Thiéfaine : Alambic/Sortie Sud (1984) : Disque crépusculaire, suicidaire, de cold-wave, enregistré par un Thiéfaine qui doute, victime d'un accident de la route qui l'empêche de composer (c'est pour ça que le disque est crédité avec Claude Mairet, qui signe toutes les musiques). 7 immenses titres, surtout Un Vendredi 13 A 5 Heures, et, pour moi, le meilleur du chanteur jurassien. Rien que ça.

1984Carte De Séjour : Rhorhomanie (1984) : Difficile à trouver, quasi inexistant en CD, ce premier album du groupe de Rachid Taha, mélange de chanson, de raï, de rock, de world et de gnawi. Un disque excellent qui a fait péter des clivages, des frontières, et s'impose comme un des disques français les plus originaux et importants des années 80. Et c'est moi, qui n'aime pas le raï, qui dit ça.

1984Serge Gainsbourg : Love On The Beat (1984) : Il m'en aura fallu, du temps, pour me convaincre moi-même du bien fondé de mettre ce disque dans la liste, mais au final, je pense qu'il a sa place ici. Souvent, très souvent mal compris (alors qu'il fut un gros succès commercial et critique en 1984), cet avant-dernier opus studio de Gainsbourg est certes très sexe, porno même, et parfois à la limite du douteux et du vaseux. On a, de plus, un ou deux titres franchement nuls à chier. Mais ce disque osé est tout de même très sympa, si on parvient à virer de sa tête les chefs d'oeuvre que Serge a fait depuis 1964 jusqu'à 1979/1981 (période reggae). C'est pas son meilleur du tout, franchement pas, mais il ne mérite pas tant de haine, et il est assez important quand même !

42767388_pRenaud : Mistral Gagnant (1985) : L'album inquiet (selon Renaud), avec pas mal de titres engagés et tristes (Morts Les Enfants, Fatigué, P'Tite Conne). Le disque de la maturité, qui contient aussi, cependant, de purs délires (Baby-Sitting Blues, Tu Vas Au Bal ?). Et l'immense chanson-titre. Indispensable.

50798897_pDaniel Balavoine : Sauver L'Amour (1985) : Une mauvaise chanson (Le Blues Est Blanc), mais le reste assure totalement. Le dernier album de Balavoine, un accident au Paris-Dakar l'empêchera, on le sait, de renouveler son abonnement à la vie...Un album certes marqué par son temps, mais franchement magnifique dans l'ensemble.

47378544_pJohnny Hallyday : Rock'n'Roll Attitude (1985) : Tout aussi marqué par son temps, ce disque entièrement signé Michel Berger est une pure merveille, cependant, ne contenant que d'excellentes chansons. Qu'on aime ou pas Johnny, ce disque est essentiel pour tout amateur de chanson et de rock français(e) !

1986Gogol 1er : Le Retour De La Horde (1986) : Un vrai cinglé. Un punk trash hardcore à la G.G. Allin en version française, un provocateur aux textes incendiaires et incendiés, un mec totalement allumé que ce Gogol 1er, dont Le Retour De La Horde est le sommet probablement, sous sa pochette (censurée en CD, lequel CD est quasiment impossible à trouver aujourd'hui) pastichant un fameux quotidien qui, malgré ses airs libertaires, n'appréciera pas du tout la chose. Un vrai timbré, un vrai malade, un psychopathe, mais aussi un rigolo, ce Gogol 1er. Disque à ne pas mettre entre toutes les mains (J'Encule), mais, quelque part, un classique. Se dire qu'un tel disque a pu sortir, quelque part, fait du bien pour la liberté de penser et d'expression.

45664320_pEtienne Daho : Pop Satori (1986) : Mal compris en son temps, car très synthétique, mais assurément un des meilleurs albums de Daho, tout simplement quintessentiel. Duel Au Soleil, Epaule Tattoo, Tombé Pour La France, Quelqu'un Qui M'Ressemble, la reprise du Late Night de Syd Barrett... Superbe !

50959880_pLes Rita Mitsoukos : The No Comprendo (1986) : J'avoue ne pas aimer ce groupe...Mais quelques unes de mes chansons préférés d'eux sont là. Et le disque est culte. Alors, il se devait d'être dans la liste ! Et puis, il y à vraiment de bons trucs ici, et j'adore le son de guitare du regretté Fred Chichin.

1987Bérurier Noir : Concerto Pour Détraqués (1987) : Un des meilleurs groupes punk français. Et leur sommet. Que dire de plus, sinon que ce disque assez speedé et acharné est un régal pour fans de rock alternatif et punk françouze ? Et Dieu sait que, si j'adore le punk-rock, je ne suis pas fan des Bérus...Mais là, c'est juste tuant, quoi !

51296387_pJean-Jacques Goldman : Entre Gris Clair Et Gris Foncé (1987) : Double album absolument magnifique, contenant Là-Bas, Elle A Fait Un Bébé Toute Seule, Puisque Tu Pars, Il Changeait La Vie, bref, pas mal de tubes. Le magnum opus de Goldman, tout simplement, son grand disque.

62360673_pBernard Lavilliers : If... (1988) : L'album du mégatube On The Road Again, mais ce n'est clairement pas la seule bonne chanson de ce disque : Haïti Couleurs, Nicaragua sont également superbes. En résumé, ce disque est sans doute, du moins pour moi, le sommet de Lavilliers.

50573483_pAlain Souchon : Ultra Moderne Solitude (1988) : Même si, selon moi, Souchon fera encore mieux avec son album suivant (aussi sur cette liste), Ultra Moderne Solitude est sans aucun doute son deuxième meilleur opus, avec la présence de chansons telles que Quand J'Serai K.O. ou La Beauté D'Ava Gardner. Sublime.

50692027_pEtienne Daho : Pour Nos Vies Martiennes (1988) : Décidément, Daho est un grand nom de la scène pop française. Ce disque, avec sa superbe pochette signée du regretté Guy Pellaert, contient Des Heures Hindoues, Bleu Comme Toi, Carribean Sea...Et est une merveille de plus pour le crépusculaire dandy.

1988Les Négresses Vertes : Mlah (1989) : Premier album de la bande à Helno (chanteur, de son vrai nom Noël Rota), et le meilleur. Que dire ? Un chef d'oeuvre de rock alternatif français, mélange de rock, de chanson, de pop, de musiques latino, de musette et de musiques méditerranéennes. Moins rock et expérimental que la Mano Negra, plus accessible, les Négresses Vertes offrent ici un régal, avec deux tubes absolus (Voilà L'Eté et Zobi La Mouche). Parfait !

71932474_pGérard Manset : Matrice (1989) : Très rock, ce disque sera un assez beau succès pour Manset, sans pour autant se vendre par millions. Sur la pochette, comme de juste, comme toujours, il se cache. Derrière son nom, derrière sa musique, qui, ici, est totalement magnifique. Seulement 7 titres, pour un disque approchant les 50 minutes (sans les atteindre), cet album n'est pas très commercial dans l'âme, mais est très rock, et franchement, un de ses plus mainstream malgré tout. Matrice est une incontestable réussite, quoi !

49603657_pAlain Bashung : Novice (1989) : Enregistré avec Dave Ball de Soft Cell, Colin Newman de Wire, Blixa Bargeld de Einsturzend Naüboten et Nick Cave & Bad Seeds, et avec aussi Phil Manzanera de Roxy Music, et Jean-Marie Aerts...Un disque sombre, froid, hypnotique, dernière collaboration avec le parolier Boris Bergman et première avec Jean Fauque, autre parolier qui deviendra attitré. Immense disque qui passera hélas inaperçu à sa sortie. Alcaline, Pyromanes, Bombez ! ou By Proxy sont tuantes.

47786013_pMano Negra : Puta's Fever (1989) : Un vrai bordel, 18 titres pour une quarantaine de minutes, dont les tubes King Kong Five et Pas Assez De Toi (Roger Cageot aussi). Le meilleur album de la Mano, qui nous régale d'ambiances diverses, latino, rock, pop, chanson française ou délires. Excellentissime !

45739674_pFrancis Cabrel : Sarbacane (1989) : Je le connais par coeur, je l'ai trop entendu, je m'en suis légèrement lassé, et je ne supporte plus Rosie et la flûte indienne du final de Animal. Mais Le Pas Des Ballerines, Sarbacane, Je Sais Que Tu Danses, C'Est Ecrit, Dormir Debout, autant de sublimes chansons. Un triomphe justifié. Cabrel fera cependant mieux par la suite (album suivant).

52516405_pJad Wio : Contact (1989) : Très particulier... TRES particulier...Un groupe de new-wave/cold-wave/rock gothique, aux allures SM, avec des obsessions pour la douleur, le sexe, les perversions...C'est bizarre, très bizarre, pas toujours parfait, mais ce disque, réédité en CD sous une autre pochette, n'en demeure pas moins aussi inclassable que remarquable. Un OVNI musical, surtout en France, à écouter donc !

62359519_pPatrick Bruel : Alors Regarde (1989) : Rien que pour Alors Regarde et Casser La Voix, et Place Des Grands Hommes aussi, ce disque certes trop ancré dans son temps est à écouter. Pas le chef d'oeuvre du siècle, et probablement le moins grandiose de tous les disques présents ici, mais il reste franchement bon. Oui, je l'aime beaucoup ! Mais je n'aime pas Bruel en général, aussi.

1990 ALes Wampas : Les Wampas Vous Aiment (1990) : 36 minutes (16 titres) très speedées, punk et hilarantes, par le plus givré et drôle des groupes français. Didier Wampas chante faux, certes, mais il y croit, et nous aussi. Un morceau avec uniquement des vocalises comme paroles, un autre qui se fout de la gueule de toute la concurrence punk (Parabellum, Garçons Bouchers, Ludwig Van 88) et rock (Oui-Oui, TC Matic, Mano Negra), des morceaux ultra courts et totalement loufoques... Mention spéciale à ce Costume Violet aussi hilarant (le chant) que quand même bien foutu.

62024823_pVanessa Paradis : Variations Sur Le Même T'Aime (1990) : Ecrit par Gainsbourg, signé Franck Langolff, ce disque offre Tandem, une sublime reprise du Walk On The Wild Side de Lou Reed, entre autres petites merveilles. C'est franchement une réussite ! Oubliez donc vos préjugés sur Vanessa Paradis, surtout qu'elle fera encore un ou deux autres très bons albums.

1992Michel Polnareff : Kâma-Sûtra (1990) : Un des albums les plus originaux, uniques, de la chanson française, rien que pour son enregistrement : Polnareff, alors bouffi, barbu, chevelu, quasiment aveugle (il se fera opérer ensuite et recouvrera la vue), l'a enregistré à Paris, dans le bar de l'Hôtel Royal-Monceau, dans lequel il a vécu (dans sa chambre, hein, pas dans le bar !) volontairement reclus pendant plus de 800 jours. L'enregistrement, le mixage, tout fut fait en interne, le téléphone et minitel furent très importants pour la conception du disque, un enregistrement difficile et long, qui aboutit à ce qui reste à l'heure actuelle le dernier album studio de Polnareff. Et un de ses meilleurs, aussi, même s'il est sans doute un peu trop pop. Un gros tube, Goodbye Marylou, aidera le disque à bien se vendre, mais reste aujourd'hui nettement plus connu que l'album, assez difficile à trouver à l'heure actuelle, et franchement sous-estimé.

1990Pigalle : Regards Affligés Sur La Morne Et Pitoyable Existence De Benjamin Tremblay, Personnage Falot Mais Ô Combien Attachant (1990) : Un titre à rallonge et à coucher dehors pour le deuxième album de Pigalle, deuxième groupe de François Hadji-Lazaro (chant, multiples instruments, quasiment tout en fait) après les plus violents Garçons Bouchers. Pigalle, c'est plus rock alternatif et chanson réaliste. 18 morceaux pour 47 minutes, une sorte d'album conceptuel qui va vite, et mélange adroitement les genres. Une réussite absolue du rock français, tout simplement, sous une pochette signée du grand Tardi.

1991 AStephan Eicher : Engelberg (1991) : Enregistré au Casino d'Engelberg (et non pas au Vomitorium de Dégueulberg, comme Antoine De Caunes, dans sa parodie du chanteur, le disait !), ce disque offre deux des plus gros tubes du Suisse-Allemand : Déjeuner En Paix et Pas D'Amis (Comme Toi), rien que ça. Et tant d'autres merveilles, écrites en collaboration avec l'écrivain Philippe Djian, qui signera d'autres albums avec Eicher. Une vraie réussite, même si l'album suivant, en 1993, sera encore meilleur.

49334600_pAlain Bashung : Osez Joséphine (1991) : Bluesy, baby ! Enregistré en partie à Memphis, avec Sonny Landreth, Bernie Leadon, d'excellents musiciens de blues/country, ce disque offre de pures merveilles, dont quatre reprises de standards rock/blues/folk (She Belongs To Me de Dylan, Nights In White Satin des Moody Blues...), la chanson-titre infernale, Madame Rêve, Volutes...Tout simplement remarquable !

52714286_pEtienne Daho : Paris Ailleurs (1991) : Pour moi, le sommet de Daho, c'est clair. Saudade, Un Homme A La Mer, la reprise de La Berlue de Françoise Hardy, Des Attractions Désastre, autant de merveilles, pour un disque enregistré à New York, avec, notamment, Edith Fambuena, des Valentins, qui continuera de collaborer avec Daho (mais aussi, en 1998, avec Bashung). Parfait, et pas trop long (38 minutes).

1991Mylène Farmer : L'Autre... (1991) : Le disque du succès, enfin, la consécration définitive de Farmer après un précédent album qui avait cartonné. Désenchantée sera le gros tube de l'année, mais limiter ce disque à ce tube monstrueux serait faire une erreur. Quoi que l'on pense de Mylène Farmer, elle est clairement un des artistes musicaux français les plus cultes, originaux et uniques. Ce disque est probablement son meilleur, quoi que le suivant aussi vaut vraiment le coup. Et il est d'ailleurs plus bas, comme quoi cette liste est bien foutue, non ?

1991 BJacques Higelin : Illicite (1991) : Seulement 8 titres pour 51 minutes. On a deux morceaux de 9 minutes, un de 7,30 minutes, un autre de 6,45 minutes, un autre de 6,15 minutes... Du lourd ! Et une vraie réussite, avec, notamment, la sublime et longue Ballade Pour Izia et le morceau-titre. En résumé, un grand cru pour Higelin, tout simplement.

50081221_pNoir Désir : Tostaky (1992) : Ca faisait depuis le Au Coeur De La Nuit de Téléphone qu'on attendait un nouveau grand chef d'oeuvre du rock français.De la chanson-titre à Ici Paris en passant par Oublié, One Trip/One Noise et Johnny Colère (une reprise d'un groupe punk français obscur), rien à jeter ici. Mais pas mon préféré pour autant.

DUTRONC 3Jacques Dutronc : Dutronc Au Casino (1992) : LE live de Dutronc, tout simplement. Morceaux cultissimes dans des versions à tomber dans un canyon et à s'en remettre sans problème (L'Opportuniste, par exemple, dans sa meilleure version live enregistrée, j'insiste), musiciens excellents, un Dutronc en forme olympique, un son parfait, ce live au Casino de Paris est un régal de tous les instants. Tout simplement un des albums indispensables concernant ce magistral artiste !

1992Julien Clerc : Utile (1992) : Retrouvailles avec son parolier Etienne Roda-Gil après quelques années sans bosser avec lui (10 ans de fâcherie stupide), et à l'arrivée, un des plus gros succès commerciaux de Clerc, et aussi un de ses tous meilleurs albums. C'est bien simple, avec son triple (depuis double CD) Enregistrement Public de 1977, cet album est indéniablement le disque à posséder chez soi s'il n'en fallait qu'un de Julien Clerc.

1992 AJean-Louis Aubert : H (1992) : Pochette magnifique, et contenu aussi (Temps A Nouveau, gros tube), pour au final le meilleur album solo de l'ex chanteur de Téléphone. On peut dire ce qu'on veut de la carrière solo d'Aubert, riche en albums assez inégaux, mais il aura au moins fait un grand, grand album, celui-ci, au titre aussi court que possible (et signifiant 'homme'). Génial, et c'est un non-fan d'Aubert que le dit !

1992Vanessa Paradis : Vanessa Paradis (1992) : Premier album en anglais pour la môme Vanessa, à l'époque en flirt prolongé avec Lenny Kravitz (c'est d'ailleurs lui qui, a) : lui présentera Johnny Depp, avec qui elle se mettra ensuite et est toujours, et b) : lui a fait ce disque). Be My Baby, qui fait vraiment très Kravitz (arrangements de cordes), est un tube, et on note une autre reprise d'une chanson de Lou Reed (mais période Velvet, pas solo comme sur son précédent album), I'm Waiting For The Man. Dans l'ensemble, ce disque sans titre est très réussi, réellement.

cachderrireLaurent Voulzy : Caché Derrière (1992) : Le sommet de Voulzy, un disque littéralement parfait, rempli de tubes (Le Rêve Du Pêcheur, Le Pouvoir Des Fleurs, Paradoxal Système, la chanson-titre), avec participation d'Alan Stivell et Ritchie Blackmore (oui, Blackmore !) sur Guitare Héraut, avec aussi, notamment, Le Cantique Mécanique... 49 admirables minutes, quintessentielles.

album-4014Kat Onoma : Billy The Kid (1992) : Le groupe culte de Rodolphe Burger. Kat Onoma, mélange de rock, de chanson, de jazz et d'expérimentations post-punk, sous influence Velvet, assez élitiste (ce n'est pas forcément un mal, même si la réputation de groupe rock pour bobos a empêché le groupe de vraiment décoller). Ce disque, leur troisième, est un album conceptuel sur Billy The Kid, ce fameux hors-la-loi. Chansons en anglais (sauf deux, dont le grandiose Le Désert), ambiances étranges, ce disque est complexe, bizarre, mais totalement monstrueux.

42735541_pAlain Souchon : C'Est Déjà Ca (1993) : Les Regrets, Foule Sentimentale, la chanson-titre, mes trois chansons préférées de Souchon. Qui nous offre ici son plus grand disque, un succès monstrueux à sa sortie, avec plusieurs tubes au compteur (Sous Les Jupes Des Filles, L'Amour A La Machine). Parfait.

1993Eddy Mitchell : Rio Grande (1993) : L'album de la totale consécration du grand public. Non pas que Schmoll (son surnom affectueux depuis toujours) n'était pas populaire, loin de là, mais il avait surtout un noyau dur de fans. Ce disque va vraiment aider à faire de lui un chanteur à part entière, et pas un chanteur de rock'n'roll, et ce, même si certaines chansons, dans les années 80, avaient déjà pavé la voie. Ce disque reste un de ses plus beaux opus, avec notamment cette inoubliable chanson-titre.

5099747495526_600Fredericks/Goldman/Jones : Rouge (1993) : Sous un boîtier remarquable et en métal (pas le plus facile à manipuler), Rouge, deuxième album studio du groupe de Goldman est une incontestable réussite. Juste Après, Rouge (avec les Choeurs de l'Armée Rouge), notamment, sont des chansons inoubliables. Un disque parfois un peu long, cependant (une bonne heure de musique), mais si certains morceaux sont un peu longs, aucun n'est mauvais. Vraiment excellent.

54044225_pNino Ferrer : La Désabusion (1993) : Le dernier opus studio de Nino, qui se flinguera hélas 5 ans plus tard dans un champ, non loin de Montcuq, village périgourdin où il avait élu domicile (tragique et prémonitoire coïncidence, on voit un champ sur la pochette de l'album). Un album immense, rempli de sublimissimes chansons (La Danse De La Pluie) ; un disque, hélas, assez méconnu, à découvrir d'urgence !

52077642_pStephan Eicher : Carcassonne (1993) : Enregistré à Carcassonne, dans une chambre d'hôtel (Hôtel de la Cité), c'est un disque hybride, entre français (textes de Philippe Djian), anglais et une chanson en suisse-allemand (quand ce n'est pas en français, textes d'Eicher). Pure merveille folk-rock avec Ni Remords, Ni Regrets, Hope, Rivière, La Mi Los... Parfait et trop méconnu.

1994Hubert-Félix Thiéfaine : Fragments D'Hébétude (1993) : Enregistré aux USA avec Chris Spedding, ce disque long (plus d'une heure, une quinzaine de titres) est une réussite de blues-rock français, malgré quelques longueurs et chansons un peu moyennes (Bruits De Bulles). Thiéfaine a souvent travaillé selon des cycles (albums de folk déglingué, puis de rock, puis de pop, puis de blues-rock, puis de chanson, etc), et ce disque marque la fin d'une période aussi courte (deux ans) que très intéressante. Un des albums les plus recommandables du chanteur pour une première approche !

1989William Sheller : Albion (1994) : Quand Sheller se met dans le rock à la britannique, ça donne ce disque parfois chanté dans la langue de Shakespeare, et toujours, tou-jours bluffant, de bout en bout. Malgré une pochette assez moche, son unique défaut. Cet album est tout simplement exceptionnel, et prouve qu'on sait faire du bon rock, même en France, même quand on n'est pas assimilé à ce courant musical !

42188776_pFrancis Cabrel : Samedi Soir Sur La Terre (1994) : LE disque de Cabrel qu'il faut à tout prix écouter et acheter. Rempli de tubes (La Corrida, La Cabane Du Pêcheur...), mais tout est magnifique ici, même les chansons les moins connues (Octobre, Tôt Ou Tard S'En Aller). Bref, essentiel, durant 50 sublimes minutes.

1994 ARenaud : A La Belle De Mai (1994) : Renaud commence à aller mal. 1994 est l'année de sortie de Germinal de Berri, dans lequel il tient son premier rôle au cinéma (une réussite absolue), mais c'est aussi l'année de sortie de ce disque, son dernier disque de chansons originales jusqu'à 2002. Une réussite, malgré quelques chansons un peu banales. Un album, aussi et surtout, nettement meilleur que le précédent, Marchand De Cailloux (1991), qui marquait le début de la fin. Là, Renaud a amorçé sa chute, mais c'est une sorte de dernier baroud d'honneur avant une lente et longue descente dans l'enfet du pastaga... Souvent mal considéré, ce disque mérite d'être réhabilité.

69112243_pArt Mengo : La Mer N'Existe Pas (1995) : Michel Armengot de son vrai nom (son nom de scène est donc un jeu de mots sur son nom de famille, une anagramme). Art Mengo est surtout connu pour une chanson (Les Parfums De Sa Vie, que Florent Pagny a reprise), chanson absente de ce disque, d'ailleurs. Cet album, La Mer N'Existe Pas, n'est sans doute pas le chef d'oeuvre du siècle, mais, sincèrement, c'est un très beau et bon disque de chanson française à l'ancienne. Il faut se faire à la voix de Mengo, mais, dans l'ensemble, c'est du tout bon !

DUTRONC 4Jacques Dutronc : Brêves Rencontres (1995) : Aaah, Dutronc...Toujours là pour sortir un grand disque. Court (40 minutes), cet album contenant un duo (avec Daho) et des chansons signées Thomas Dutronc (première tentative d'écriture de la part du fiston), mais aussi Jean Fauque, entre autres, cet album, donc, est une incontestable réussite, sorti sous une pochette remarquable de classe, et offrant de magnifiques chansons, comme La Pianiste Dans Une Boîte A Gand. Bref, cet album, l'avant-dernier studio de Jules Durondin pour le moment, est excellent et à écouter !

1995Les Innocents : Post-Partum (1995) : Si je suis fan de leur précédent album (Fous A Lier), ce Post-Partum de 1995 est probablement leur meilleur. A qui ? Hé bien, aux Innocents, évidemment, un groupe de rock (pop/rock) qui a bien fait parler de lui dans les 90's, grâce à Un Homme Extraordinaire, L'Autre Finistère (sur le précédent opus) et, aussi et surtout, sur ce disque, Colore, gros, gros tube bien sucré. Un disque franchement attachant et réussi que celui-ci !

1995Mylène Farmer : Anamorphosée (1995) : Immense succès, c'est probablement le second meilleur album de Mylène Farmer. A l'époque, la Canadienne n'est pas encore tombée dans son trip gothique/mystique, mais n'allait pas tarder à le faire (son album suivant). Un disque un peu long, trop de chansons, certaines sont un peu longues pour ce qu'elles offrent, mais dans l'ensemble, clairement, ce disque de 1995 est une petite réussite. Belle pochette (ah ah ah !), aussi...

Miossec_boire_frontMiossec : Boire (1995) : Le premier album du Brestois le plus connu depuis longtemps est aussi son meilleur, enfin selon moi qui ne suis pas un fanatique de Miossec (j'ai d'ailleurs mis un sacré bon bout de temps à apprécier son timbre de voix à la Delerm, ses rimes bancales, ses textes lorgnant tous vers la dépression sentimentale et la rancoeur). Un album assez court (42 minutes en incluant les deux minutes de silence séparant Que Devient Ton Poing Quand Tu Tends Les Doigts et le morceau caché situé plus loin sur la même piste, le tout atteignant 6 minutes, de loin le titre le plus long de l'album), mais magnifique.

50112381_pNoir Désir : 666.667.CLUB (1996) : Mon album préféré des Bordelais, et sans doute leur sommet, tout compte fait. Un album rock, intense, parfois heavy, parfois apaisant, parfois world, parfois bluesy, toujours parfait. Inoubliable pour qui aime le rock français et le rock tout court.

0724384166151_600Françoise Hardy : Le Danger (1996) : Produit par Rodolphe Burger de Kat Onoma, Le Danger est une réussite absolue de la part de Madame Dutronc. Sous sa pochette rouge se cache un disque assez rock, très rock, même, baigné d'ambiances oppressantes, un album assez peu conventionnel il faut bien le dire. Je n'ai jamais été fan de Françoise Hardy, c'est même le seul album que j'ai d'elle (mais pas le seul album d'elle que j'ai écouté). Je ne saurais dire si c'est son meilleur ou juste un de ses meilleurs (ça, en tout cas, c'est sûr), mais ce qui est certain, c'est que c'est le plus rock que je connaisse venant d'elle, et qu'il est totalement bluffant, tout du long de ses 49 minutes.

50922020_pLouise Attaque : Louise Attaque (1997) : Malgré le temps qui passe et le fait que pas mal des chansons sont devenues des habituées des radios (Je T'Emmène Au Vent, Léa, Les Soirées Parisiennes...), ce disque reste encore aujourd'hui une réussite totale. Premier album, et déjà un sommet. Faut dire, Roussel est vraiment un bon.

18259962;encoding=jpg;size=300;fallback=defaultImageJean-Jacques Goldman : En Passant (1997) : Avant-dernier opus studio de Goldman, sorti 10 ans après son précédent opus studio solo (entre temps, il a signé des albums avec son groupe Fredericks/Goldman/Jones), En Passant est le deuxième meilleur album de Goldman derrière Entre Gris Clair Et Gris Foncé (1987), et il assure totalement. Tubes (On Ira, Bonne Idée), mais même les chansons les moins connues sont sublimes. Un disque totalement réussi !

1997Florent Pagny : Savoir Aimer (1997) : Oui, je sais. Florent Pagny. Mais je n'y peux rien si ce disque au très fort succès (on ne compte plus ses tubes !) est réussi. Sincèrement, s'il ne fallait conserver qu'un seul disque de ce chanteur aux changements de looks très énervants (un par album, quasiment), c'est celui-là qu'il faut choisir. Je parle sérieusement, Savoir Aimer est vraiment un bon album ! Ayant écouté pas mal des autres albums du chanteur, je sais de quoi je parle...Alors, pour ce disque, rangez vos préjugés, mettez-les de côté, le temps de l'écoute, d'accord ?

514C5izW73L__SS500_FFF : Vivants (1997) : Non, ce n'est pas un disque de la Fédération Française de Football, mais de la Fédération Française de Funk (ou FFF pour faire plus long, ah ah ah). Groupe dans lequel ont évolué le guitariste Yarol Poupaud et le chanteur Marco Prince. Plus rock que funk, ce live d'une heure (pour 9 titres) offre l'INTEGRALITE d'une prestation du groupe aux Eurockéennes de Belfort, en 1997. Toute la prestation (les concerts dans les festivals sont souvent plus courts, pour permettre de passer le plus d'artistes possible). Un album qui sonne très fort, et entièrement live, rien n'a été retiré, ni rajouté, ni modifié en aucune façon. Enregistré et publié tel quel, ce Vivants est une bombe artisanale qui mélange adroitement rock, funk et un peu hip-hop.

56542175_pHubert Félix Thiéfaine : Le Bonheur De La Tentation (1998) : La chose est rare, il faut la préciser : en une seule écoute, ce disque m'est apparu comme un inestimable trésor, un classique. 53 immenses minutes, excepté Le Chaos De La Philosophie, tout simplement nul. Le reste assure à fond, c'est un sommet ! De tous les albums 'classiques' d'HFT, c'est sans aucun doute le meilleur.

45782238_pAir : Moon Safari (1998) : LE disque de la French Touch, LE disque électrorock à retenir. Tout simplement essentiel, magnifique, avec des morceaux inoubliables...Seul reproche, un artwork assez horrible (livret, pochette).

46192041_pAlain Bashung : Fantaisie Militaire (1998) : Le disque de tous les superlatifs. Comme pour Histoire De Melody Nelson de Gainsbourg, vous ne m'en voudrez sûrement pas si je ferme ma gueule et vous laisse vous dire la même chose que moi au sujet de ce disque : il est fabuleux.

71441956_pArno : A Poil Commercial (1999) : Le sommet d'Arno, selon moi, même s'il y à bien d'autres merveilles dans la discographie du Belge originaire d'Ostende, et dont la particularité est de chanter en français, anglais et flamand (sa langue maternelle). Physique à la Higelin, voix à la Tom Waits, Arno, ici, nous régale de bout en bout, pendant 50 minutes absolument fantastiques.

1999Jean-Louis Murat : Mustango (1999) : Murat, l'auvergnat, est un chanteur atypique. Comme Thiéfaine, en moins recherché, en moins rock aussi. Ce disque de 1999, ce Mustango, est probablement son meilleur, rien que pour les 10 minutes de Nu Dans La Crevasse (dans le livret, une photo double représente un homme, Murat probablement, nu dans la neige, j'en ai froid pour lui), mais aussi pour Les Gonzesses Et Les Pédés, Viva Calexico et Belgrade. Un disque à écouter plusieurs fois, attentivement, ce n'est pas toujours donné d'entrer dans l'univers de ce chanteur un peu élitiste, mais la récompense vaut vraiment le coup, ce disque assure, de bout en bout. Il y à d'autres bons disques chez cet artiste très (trop ?) prolifique et surtout connu, et c'est dommage, pour une malheureuse chanson en duo avec Mylène Farmer (pas sur ce disque).

52826817_pEtienne Daho : Corps Et Armes (2000) : Avec des chansons telles que Le Brasier, La Nage Indienne, Rendez-Vous A Vedra ou la chanson-titre, cet album, moins immense certes (mais de peu) que Paris Ailleurs ou L'Invitation, n'en demeure pas moins hautement, très hautement réussi. Encore du tout bon pour Etienne.

2000William Sheller : Les Machines Absurdes (2000) : Clairement pas un disque facile d'accès, mais une des plus belles réussites de William Sheller avec Albion de 1989. Pas grand chose à dire : si vous avez la patience d'écouter le disque plusieurs fois pour bien lui laisser sa chance, il se révèlera alors à vous et vous verrez à quel point c'est un sommet. Mais sinon, c'est difficile à décrire...

71516808_pAir : 10,000 Hz Legend (2001) : Une incontestable réussite de plus pour le duo versaillais de musique électro/pop/rock. Sans doute un peu trop long (une heure, 11 titres, là où Moon Safari, meilleur encore, faisait 43 minutes pour 10 titres), 10,000 Hz Legend, sous sa sublime pochette, est tout de même le deuxième meilleur album d'Air, un disque remarquable.

2001Noir Désir : Des Visages Des Figures (2001) : Sorti le jour même des tristement célèbres attentats du 9/11, c'est le dernier opus studio des Bordelais, et si j'ai mis du temps à l'apprécier et n'arrive toujours pas à aimer le long (23,45 minutes !) morceau final L'Europe, long spoken-word engagé et expérimental avec Brigitte Fontaine, je dois dire que l'album, dans sa globalité, ce long morceau final excepté, est une merveille. Mais ce long morceau vient quelque peu ternir le tableau, même s'il est, je le reconnais, assez étonnant, dans le style Catherine Ribioro & Alpes, Emmanuel Booz et, évidemment, Brigitte Fontaine en solo. En tout, 67 minutes, mais si on retire ce douzième et dernier titre, ça fait quelque chose comme 43 minutes qui, elles, assurent (Le Vent Nous Portera, gros tube avec la guitare de Manu Chao, est le morceau le plus connu ici). Dans l'ensemble, un disque un peu pour bobos, certes, mais meilleur que ce que je croyais avant, il faut dire que ce long dernier titre me gâchait tout le disque !

2001Laurent Voulzy : Avril (2001) : Pas mon préféré de ce chanteur remarquable, génial et très paresseux, mais franchement un immense album, un de plus, pour Voulzy. Malgré son titre, l'album sortira en hiver (et marchera très, très fort) ! Un régal de pop à la française, des chansons élégantes, et toujours cette patte voulzyienne, ce son typique du chanteur... Encore une fois, Voulzy prend son temps (9 ans depuis le dernier ! et il mettra 10 ans à en refaire un, si on ne compte pas ses deux albums suivants, qui sont soit une compilation de reprises de chansons estivales, soit un album-concept sur Rockollection), mais ne rate strictement rien, même si ce n'est pas l'album qui me touche le plus chez lui. Ni son sommet.

71443387_pBertrand Burgalat : The Sssound Of Mmmusic (2001) : Un album parfait d'électro/pop/lounge/ambient, avec notamment un Aux Cyclades Electroniques tout juste divin, le genre de musique à écouter les yeux fermés, pas forcément sur une plage comme Burgalat sur la pochette, mais un lit ou un canapé le feront très bien. Une incontestable réussite dans le genre, par trop méconnue.

2001Hubert-Félix Thiéfaine : Défloration 13 (2001) : Comme son nom l'indique, c'est le 13ème opus studio du Jurassien. Une belle réussite, de sublimes chansons (une ou deux sont pas terribles, je l'avoue), et une ambiance très sombre, limite inclassable, font de cet album un chef d'oeuvre du bizarre. Difficile d'accès, nettement plus que les précédents et les suivants de Thiéfaine, Défloration 13 mérite qu'on prenne le temps de le savourer, car la première écoute est rarement la bonne. Pas mon préféré, mais il vaut vraiment le coup !

4Dionysos : Western Sous La Neige (2002) : Le sommet de Dionysos, le groupe de Mathias Malzieu, connu pour ses coupes de cheveux bizarres, son attitude de punk trash dégénéré sur scène (les prestations live du groupe sont infernales) et ses textes assez étranges. Ce disque, produit par Steve Albini (Pixies...), offre notamment le fameux Song For Jedi, mais tout, des 50 minutes et des poussières, est fantastique ici. Juste génial.

Pascal-ComeladePascal Comelade : Psicotic Music-Hall (2002) : Comelade, catalan, bosse depuis les années 70, dans son monde, dans son coin, sans faire vraiment parler de lui. Pourtant, il faudrait, car ce Psicotic Music-Hall de 2002 est une vraie claque, un disque certes court (moins de 40 minutes) et très timbré, sorte de croisement entre Captain Beefheart et Katerine, mais vraiment magnifique, à condition de prendre le temps de l'écouter plusieurs fois, car une seule n'est pas suffisante. Méconnu, donc, et à découvrir.

49642221_pAlain Bashung : L'Imprudence (2002) : Difficile d'accès, assez long (plus d'une heure, le plus long du chanteur et son plus à part), un disque lyrique à la Ferré des grands jours, à la Manset, très sombre, avec de pures merveilles (Tel, Mes Bras, la chanson-titre, Le Dimanche A Tchernobyl). Fin de la collaboration avec Jean Fauque. Un disque complexe, controversé aussi, mais un des meilleurs.

DUTRONC 2Jacques Dutronc : Madame L'Existence (2003) : Ca faisait 8 ans que le grand Dutronc ne nous avait pas offert un album studio. Le résultat ? A la hauteur des attentes, même s'il faut bien deux-trois écoutes attentives pour tout apprécier, car au premier abord, il y à bien une ou deux chansons qui semblent en-dessous des autres. Et encore. Bref, ce disque, son dernier opus studio à ce jour, ça fera 10 ans l'an prochain qu'il est sorti, est probablement un de ses meilleurs albums, et ses place dans cette longue liste est donc justifiée (selon moi) !

cd_crevecoeurDaniel Darc : Crêve-Coeur (2004) : La renaissance d'un ange déchu. Daniel Darc, leader de Taxi Girl, a connu une longue traversée du désert (drogue, solitude, prison, quasi-folie) avant de revenir sur le devant de la scène avec ce Crêve-Coeur imbattable, en 2004. La Pluie Qui Tombe, Je Me Souviens, Je Me Rappelle, notamment (qui passeront sur les ondes), sont deux chansons qui en jettent. Un disque doux, émouvant, totalement parfait, si on excepte la reprise finale, un peu extatique, du Psaume 23 du plus grand best-seller mondial. Sinon, ce disque est indispensable, voilà, c'est dit !

12015879William Sheller : Epures (2004) : En à peine 32 minutes, Sheller nous offre ici un condensé de petites chansons pleines de spleen, de tristesse, de mélancolie, de solitude...Le disque parfait pour découvrir ce chanteur si talentueux, mais aussi si discret, finalement assez peu commercial (peu de tubes, peu de passages TV). Epures mérite amplement son titre.

47790454_pCalogero : Calog3ro (3) (2004) : Si Seulement Je Pouvais Lui Manquer, Yalla, Face A La Mer, Un Jour Parfait, c'est le disque de tous les tubes pour Calogero. Et franchement une très belle réussite, certes pas son meilleur album, mais on n'en est pas loin. Du tout, même.

2004Alain Bashung : La Tournée Des Grand Espaces (2004) : Là, je vais être tout à fait clair, net et précis, concis, aussi : ce double album est tout simplement le meilleur album live d'Alain Bashung. Ite missa est.

2004 AGérard Manset : Le Langage Oublié (2004) : Là aussi, je vais être concis et étincelant de clarté : encore un chef d'oeuvre de la part de Gérard Manset. Pas son plus grand chef d'oeuvre noon plus, n'exagérons rien, mais le bonhomme n'a rien loupé, rien de rien, et certainement pas ce disque hélas assez peu connu (sauf des fans).

27549Françoise Hardy : Tant De Belles Choses (2004) : Très sombre, ce disque de madame Dutronc ! Très remarquable, aussi, tout du long de ses courtes 46 minutes. Hardy recevra une Victoire de la Musique (interprète féminine de l'année) en 2005 grâce à cet album. Il faut dire qu'elle le mérite : cet album est probablement son meilleur depuis Le Danger (1996), un album sensationnel, rempli de chansons sublimissimes, dont deux en anglais. Si vous aimez cette chanteuse, vous aimerez ce disque !

FERSEN 1Thomas Fersen : Le Pavillon Des Fous (2005) : Pas fan du tout de Fersen, de sa musique, de son style, mais Le Pavillon Des Fous est, il faut bien l'avouer, une claque. Les chansons sont remarquables, l'album n'est pas trop long (43 minutes, 11 titres), et si vous avez envie de découvrir l'oeuvre de Fersen, laquelle est, il est vrai, assez spéciale, je pense que cet album est le plus recommandable. A noter sa pochette qui semble pasticher un peu un fameux film de Kubrick de 1971 (le maquillage de l'oeil)...

2005Louis Bertignac : Longtemps (2005) : Un Bertignac plus posé et variété que rock (son dernier album, de 2011, est lui plus rock couillu), avec même des chansons signées de la future first lady de France Carla Bruni. Franchement, un très bon disque que ce Longtemps, bien meilleur que la quasi-totalité de la production solo de l'autre ex leader de Téléphone, Aubert.

2005Hubert-Félix Thiéfaine : Scandale Mélancolique (2005) : Quand Thiéfaine se la joue variété, ça donne ce disque. Participation de Cali au chant sur un titre, textes signés Frédéric Lo, Mickael Furnon (Mickey 3D), Boris Bergman ou JP Nataf (des Innocents), musicalement plus pop et accessible que le très sombre précédent opus (Défloration 13), ce quatorzième cru d'HFT est une réussite et un de ses albums les plus recommandables aux néophytes en Thiéfaine.

2006A.S. Dragon : Va Chercher La Police (2005) : Une petite tuerie de rock français. A.S. Dragon, à la base groupe d'accompagnement de Bertrand Burgalat (musicien électronique et patron du label Tricatel qui les signe) et de l'écrivain et chanteur occasionnel Michel Houellebecq, signe ici son deuxième album (troisième si on compte celui fait avec Burgalat), et incontestablement son meilleur. La chanteuse, Natasha Lejeune, n'est pas seulement sexy en diable (faut la voir sur scène), elle a aussi un timbre de voix ravageur, et les chansons sont, dans l'ensemble, monstrueuses (trois sont signées Virgnie Despentes). Dans l'ensemble, ce disque est une vraie réussite de rock hexagonal !

2005 AAlain Souchon : La Vie Théodore (2005) : Un Souchon étonnamment sombre, limite gothique (j'exagère un peu, mais écoutez donc la chanson sortie en premier single, Et Si En Plus Y'A Personne !). Pas non plus un monstre de noirceur, ça reste du Souchon, mais force est de reconnaître que ce disque n'est pas aussi 'enlevé' que la majorité des autres crus du breton. C'est, en tout cas, un disque qui se savoure, et devient même plus réussi à chaque écoute.

2006Jacques Higelin : Amor Doloroso (2006) : Une réussite de plus pour le papa d'Arthur, Kên et Izïa. Pas trop long (42 minutes), ce disque est son premier vrai album de chansons originales en huit ans (les précédents étaient soit un live, soit un best-of, soit un album de reprises de chansons de Charles Trenet, une de ses références en chant). Un disque fantastique au fort succès commercial, et franchement une de ses plus belles réussites, même si les albums de la période 1974/1979 restent imbattables.

2006 AGérard Manset : Obok (2006) : Pas le plus facile d'accès des albums de Manset, pas le plus majestueux non plus, il ne fait pas oublier la série magique des années 1970/1979, mais, sincèrement, cet Obok est une réussite de plus de la part de l'ermite de Saint-Cloud (very much). De toute façon, vu le nombre d'albums du bonhomme sur cette liste, vous devez bien vous douter du côté essentiel de la musique de Manset...

52790179_pEtienne Daho : L'Invitation (2007) : Le retour de Daho (son dernier album à ce jour), un disque pop, chatoyant, rempli de merveilles (Obsession, la chanson-titre), un disque entrant directement dans son top 5. Fabuleux. Désolé de ne pas trop en parler, car je ne vois pas quoi dire d'autre, sinon que c'est d'enfer.

2007Benjamin Biolay : Trash Yé-Yé (2007) : De ce disque, avant l'écoute, je ne connaissais que Qu'Est-Ce Que 9a Peut Faire, une très bonne chanson, mais je dois dire après écoute que cette chanson qui passera en radio à l'époque est une des moins grandioses. Dans l'ensemble, ça ne vaut pas le double La Superbe qui mérite bien son titre, mais cet album, qui précède justement le double album, est sans doute le second meilleur album de Biolay. Bref, c'est du bon, et ce, même si Biolay n'est pas ma chope de bière (autre chose, je trouve son expression, sur la pochette, d'une 'connitude' absolue, voilà, c'est dit).

72086065_pDominique A : Sur Nos Forces Motrices (2007) : Un live d'enfer, long (73 minutes, 15 titres) et qui résume assez bien, en mode 'rock', le répertoire de Dominique A. Pour découvrir cet artiste, c'est ultra recommandé ! De grandes chansons, sublimement bien interprétées, le son est excellent, les musiciens aussi, le chant de A est parfait, que demander de plus ? Sur Nos Forces Motrices (même le titre est super bien vu) est un live franchement remarquable, c'est mon premier album de Dominique A, et il m'a donné envie d'en découvrir d'autres.

71621027_pUltra Orange & Emmanuelle : Ultra Orange & Emmanuelle (2007) : La claque. Mélodique, très rock en même temps, ce disque du duo Ultra Orange (Gil Lesage et Pierre Emery) a été fait avec Emmanuelle Seigner, oui, l'actrice et épouse de Polanski (et soeur de Mathilde). Contrairement à la grande majorité des actrices ayant passé le cap de la chanson, Emmanuelle chante sublimement bien (elle n'est pas une chanteuse à voix, mais serait plus comme Nico), sa voix douce se mélange adroitement avec les mélodies. De grandes chansons, un disque pas trop long (40 minutes, 11 titres, tous en anglais, Emery en chante un), très bien produit, un vrai régal à découvrir absolument ! Un de mes coups de coeur perso.

0888880348265_600Paul Personne & Hubert-Félix Thiéfaine : Amicalement Blues (2007) : Sous sa pochette assez ringarde se cache un disque franchement excellent de blues et de chanson, fait en collaboration par deux des artistes les plus méconnus et 'oubliés' du grand public, Personne et Thiéfaine. Pas des stars aux yeux du grand public, mais ayant leurs fans. Cette réunion de ces deux talents assez éloignés l'un de l'autre (Thiéfaine ne fait pas de blues) donne lieu à cet album franchement très réussi, qui plaira aux fans des deux gars.

2007Arno : Jus De Box (2007) : C'est tout simplement génial. Le rockeur d'Ostende nous livre ici une de ses toutes meilleures productions avec A Poil Commercial, et avant un Brussld (2010) également de folie. Miss Amérique, notamment, est une grande chanson, bien rock, qui résume assez bien l'ambiance de ce disque multilingue et quasiment parfait.

MARCHET 1Florent Marchet : Rio Baril (2007) : Un disque conceptuel de chanson française à tendance folk, un peu comme du Renan Luce en plus abouti (non pas que Luce ne soit pas bon, mais sincèrement, Marchet, c'est meilleur). Marchet, ici, s'imagine vivre dans une petite ville de l'Ouest, du nom de Rio Baril donc. C'est franchement super bien écrit et interprété, certaines chansons sont purement magnifiques (il y en à 15 !), et si c'est parfois un peu froid (surtout vocalement), c'est quand même un des meilleurs disques français de 2007, rien de moins, avec le Daho et le Ultra Orange & Emmanuelle.

46694135_pAlain Bashung : Bleu Pétrole (2008) : Hélas, c'est le dernier album de Bashung, mort un an plus tard du cancer. Produit par Gaëtan Roussel, définitivement un mec avec qui il faut compter. Un disque tout simplement immense. Comme Un Légo (de Gérard Manset, chanson datant de 2008, que Manset chante sur son album solo de la même année, voir plus bas), Hier A Sousse, Résidents De La République sont désormais intouchables.

45998824_pFrancis Cabrel : Des Roses & Des Orties (2008) : Le dernier album studio de Cabrel à ce jour, et si ce n'est pas son sommet, c'est quand même une réussite totale, son deuxième meilleur album. En espérant que son prochain disque soit au moins à moitié aussi bon, ce qui serait franchement une belle gageure, ce disque est à écouter absolument.

0600753133408Bernard Lavilliers : Samedi Soir A Beyrouth (2008) : Et si c'était le meilleur album de Lavilliers ? En tout cas, ce disque fortement sous influence jazz, blues, soul, world et ska/reggae est une immense collection de chansons. Encore une fois, avec Lavilliers, on aime ou pas, mais si vous aimez ce chanteur amoureux des rythmes exotiques, nul doute que vous adorerez cet opus remarquable de 2008 !

2008Sébastien Tellier : Sexuality (2008) : Oui, je sais, c'est de l'électro, mais après tout, il y à bien du Air et du Burgalat, donc pourquoi pas du Tellier sur cette liste ? Surtout que cet album très sensuel et sexuel, conçu par son auteur (qui participera à l'Eurovision avec une des chansons du disque, Divine) comme une odyssée sexuelle, est très réussi, et même fabuleux par moments (l'inusable, inoubliable Roche).

2008 AChristophe : Aimer Ce Que Nous Sommes (2008) : Christophe, c'est comme Manset, Voulzy, ou Bashung : à chaque album, il met tout le monde à genoux. Bashung n'est plus, mais les trois autres sont là, heureusement. Cet album est le dernier, à ce jour, du dandy moustachu à la voix fragile, et c'est une sublime production, remplie de grandes chansons (Mal Comme). Un des gros succès de 2008, et on ne se demande pas pourquoi, tant, à l'écoute, ça semble évident. Il faut, d'ailleurs, plusieurs écoutes pour pleinement l'apprécier.

2008Gérard Manset : Manitoba Ne Répond Plus (2008) : La même année que le dernier Bashung, Manset (qui, sur l'album de Bashung, offrira plusieurs chansons dont une reprise) chante Comme Un Lego, ici longue de 8 minutes au lieu de 9 dans la reprise par Bashung. Et tout aussi belle, arrangée différemment (avec un orgue Hammond du plus bel effet). L'abum dans sa totalité, sinon ? Comme à son habitude, ça commence à en devenir limite écoeurant d'ailleurs, Manset livre ici un album prodigieux, son dernier à ce jour. Un fan du chanteur se doit de l'écouter, surtout que c'est un de ses rarissimes albums facilement trouvables (normal, il est récent).

42154083_pLaurent Voulzy : Recollection 77 (2008) : Album conceptuel bluffant, reprenant la fameuse chanson Rockcollection, en l'agrémentant de refrains supplémentaires. Plusieurs petits morceaux (dont le tube Jelly Bean) pour, au final, un album centré autour de la chanson, sorte de version 45-minutes du fameux tube, réinitialisé, revisité. Excellent.

2008 BAlister : Aucun Mal Ne Vous Sera Fait (2008) : De la bonne chanson française, bien meilleure que les Bénabar, Delerm, Jeanne Cherhal ou autres Renan Luce. Ce premier album du méconnu Alister est aussi son meilleur (Double Détente, le suivant, est bien, mais moins fort). Je dois dire que ce disque rempli de très bonnes chansons est une des meilleures productions françaises de 2008, rien que ça, et Dieu sait que cette année fut, entre Manset, Bashung, Lavilliers, Christophe et Cabrel, bien remplie et réussie.

51521050_pCalogero : L'Embellie (2009) : Meilleur que son précédent (Pomme C), meilleur aussi que son troisième album présent ici par ailleurs. Rien que C'Est Dit suffit à satisfaire n'importe quel amateur de bonne chanson française légèrement pop. Le meilleur album de Calogero, de loin.

71700573_pPhoenix : Wolfgang Amadeus Phoenix (2009) : Phoenix est un groupe à la MGMT/Empire Of The Sun, mené par le chanteur Thomas Mars. Ca fait une dizaine d'années, un peu plus, même, qu'ils existent, mais leur succès est plus important à l'étranger que chez nous, une honte. Et il faudra attendre ce disque sorti sous une assez hideuse pochette pour que l'on daigne vraiment se pencher sur eux. Musicalement, ce disque court (36 minutes) est un régal d'électropop/rock à la MGMT, justement, chanté en anglais, et rempli de chansons entêtantes (Fences). Un petit joyau.

coup-coeur-charlotte-gainsbourg-irm-L-1Charlotte Gainsbourg : I.R.M. (2009) : Le deuxième album de Charlotte est le bon, non pas que le premier (5.55, 2006) n'était pas bon, hein, mais c'est clairement ce deuxième opus le meilleur des deux. Avec son titre en allusion à son accident vasculaire cérébral léger (elle a subi une IRM pour a peine, et s'est souvenue de ces bruits de machine entendus dans le caisson), ce disque, fait en collaboration avec Beck Hansen (alias Beck tout court !) est une oeuvre étonnante, étrange, et franchement excellente, surtout au bout de plusieurs écoutes, car les premières seront sans doute difficiles. Mais ça vaut l'effort, réellement !

54578134_pBenjamin Biolay : La Superbe (2009) : Je ne suis franchement pas un Biolayphile, mais j'ai pris le temps d'écouter ce double album, Victoire de la Musique 2010...Comment dire ? C'est effectivement une superbe réussite, même si c'est un tantinet longuet (et encore, Biolay n'a pas farci les deux disques jusqu'à la gueule non plus). A écouter !

71441247_pIzïa : Izia (2009) : Du pur rock (teinté de heavy et même de funk sur un titre)... Ce premier album de la môme d'Higelin, même pas 20 ans au moment de l'enregistrement (elle est née en 1990), est une petite claque. Pas très original, en effet, et pas le sommet absolu du rock français et du rock tout court, mais cette gamine a une voix franchement épatante (elle chante en anglais) et nous offre ici une série de chansons bien trippantes, bien efficaces. Elle a de qui tenir (ça fait penser à ce que son père faisait période 1974/1978) ! Bref, pas immense à 100%, on est d'accord, mais quand même un disque très, très sympathique et efficace !

2010Arno : Brussld (2010) : Le rockeur belge revient avec un disque remarquable, probablement son meilleur depuis A Poil Commercial de 1999. Chantées en anglais, français ou flamand, les chansons de ce Brussld sont toutes excellentes, et encore une fois, Arno parvient à faire mouche avec sa voix déglinguée à la Tom Waits et ses arrangements de bastringue. Limite inclassable, très rock, du Arno, quoi !

61936840_pNolwenn Leroy : Bretonne (2010) : OK, c'est Nolwenn Leroy, gagnante de la deuxième année de la Star Ac'. OK. Mais pour qui aime la musique celtique (chantée en français, breton ou anglais pour un titre), ce disque constitué de 12 reprises de standards et d'une chanson spécialement écrite (par Miossec) pour Nolwenn et le disque, ce disque, donc, est une superbe petite réussite au succès mérité. Magnifique, donc. Je n'aime pas cette chanteuse, mais elle m'a bluffé, sincèrement bluffé ! A noter, les 7 titres de l'édition collector sont très bons aussi.

2011 3Bernard Lavilliers : Causes Perdues Et Musiques Tropicales (2010) : L'album de la grande consécration pour Lavilliers le baroudeur gringo stéphanois : une Victoire de la Musique de l'album de l'année, catégorie 'chansons'. La première du chanteur, il était quand même temps ! Sinon, un disque remarquable, il faut aimer la world music car Lavilliers nous embarque loin avec lui dans ses pérégrinations musicales. Mais encore une fois avec lui, c'est du bon !

61270880_pGaëtan Roussel : Ginger (2010) : Le succès des Victoires de la Musique de cette année 2010. Roussel a tout eu, sauf la chanson de l'année, en fait. Un disque court (moins de 40 minutes), parfait, avec de superbes chansons, rock ou folk, en français ou en anglais. Avec Ginger, son premier album solo, Roussel confirme ce qu'on pensait de lui : ce mec est extrêmement talentueux, en plus d'avoir un immense capital sympathie (une bonne bouille). Remarquable !

DUTRONC 1Jacques Dutronc : Et Vous, Et Vous, Et Vous (2010) : On l'a supplié, Thomas son fils l'a convaincu, Jacques Dutronc est remonté sur scène en 2010. La preuve ultime qu'il reste génial, ce live, sorti en 2010 donc, une réussite absolue qui, si elle ne fait pas totalement oublier le live du Casino de Paris 1992, est quand même quasiment aussi bien. Les chansons, légendaires, sont là, Dutronc prend du plaisir, l'auditeur aussi, que demander de plus ? Vous aimez Dutronc ? Essentiel, dans ce cas.

2011 2Daniel Darc : La Taille De Mon Âme (2011) : Après un retour en grâce marquant en 2004 (Crêvecoeur) et une suite (Amours Suprêmes) très bonne en 2008, Daniel Darc, le très torturé Darc, revient avec ce disque tout simplement touchant, bien qu'un petit peu trop 'religieux' (apparemment, et tant mieux pour lui, Darc a retrouvé un équilibre dans la foi). Un disque sobre et élégant, racé, et même si je préfère de loin son album percutant (et cependant très sobre aussi) de 2004, celui-ci est une vraie réussite.

2011Hubert-Félix Thiéfaine : Suppléments De Mensonge (2011) : Sous une pochette qui semble avoir été singée par Johnny pour son album sorti un mois après celui d'HFT (Thiéfaine n'a pas plagié Johnny, sa pochette et son disque étaient prêts avant) se cache le dernier opus studio en date du Franc-Comtois inclassable. Fait avec Edith Fambuena, c'est une merveille de rock et de chanson, un disque bien thiéfainien, bien dans la norme, et assurément une réussite !

70703860_pLaurent Voulzy : Lys & Love (2011) : Ce disque est sorti récemment (novembre 2011) et, franchement, il est grandiose. Un des meilleurs albums du génial Voulzy, avec Caché Derrière (1992), ce Lys & Love est un régal qui nous embarque en plein Moyen-Âge, et est un mix entre musique baroque, celtique et électronique (et pop). Avec un morceau de 14 minutes à moitié chanté en arabe (pas par Voulzy), La 9ème Croisade, qui, à lui seul, mérite l'écoute des 68 minutes de ce disque exigeant, qui doit s'écouter plusieurs fois pour bien l'apprivoiser (morceaux longs, ambiance prenante, style très différent de ce que Voulzy a fait auparavant). Un futur grand classique, moi, je vous le dit !

2011Arthur H : Baba Love (2011) : Le grand (et demi-) frangin d'Izïa sort son album à peu près en même temps qu'elle, un peu avant en fait (et elle chante, en français, sur un titre dessus). Et il fait très fort. Je ne suis pas fan d'Arthur H, franchement pas, mais ce Baba Love est un pur régal de chanson française teintée de rock. Des chansons imparables pour un disque qui mérite plusieurs écoutes !

2011Julien Clerc : Fou, Peut-Être (2011) : Un disque sublime, et moi qui ne suis pas fan de Clerc (trois de ses disques, en comptant celui-là, se trouvent quand même ici), je dois dire que son dernier opus en date m'a vraiment bien plu. Un album dans son plus pur style, des textes magnifiques, des mélodies très belles, et toujours cette voix chevrotante, qui m'énerve un peu par moments mais sait aussi et surtout être très juste. A la sortie du disque, il a été dit dans la presse que c'était probablement un de ses meilleurs albums, et je pense que c'est effectivement le cas.

2011 AJean-Louis Aubert : Roc Eclair (2011) : On peut trouver Aubert énervant, surtout depuis le début de sa carrière solo en 1987. Mais il a quand même livré quelques bons disques (peu par rapport à sa discographie solo entière, mais tout de même). Celui-ci est le dernier en date, de 2011, et sous son titre qui subira quelques railleries dans la presse (c'est le nom d'une société de pompes funèbres, orthographié différemment, et Aubert aurait eu l'idée d'appeler son album ainsi après le décès de son père, en allant dans une des agences de cette société pour les formalités ; déjà, un de ses précédents albums, Idéal Standard, était aussi le nom d'un modèle de chiottes, tragique mais vrai...), ce nouvel album pourrait bien être son meilleur, même si H de 1992 semble rester le meilleur. Mais de peu. Oui, ce Roc Eclair assez intimiste et touchant est vraiment bien foutu !

0602527866376Izïa : So Much Trouble (2011) : Le deuxième album d'Izïa Higelin est une pure petite bombe rock, pas aussi musclée que la première livraison de 2009, mais plus recherchée, plus mature, dans un sens. Toujours très rock, la fifille de Jacques semble avoir digéré, en deux ans, plein de nouvelles expériences musicales, cet album est moins rentre-dedans et bourrin, et sera, j'en suis sûr, encore plus appréciable sur la durée que le premier opus, qui fonctionnait, lui, pleinement comme un petit défouloir sonique. Bref, avec ce disque sorti sous une pochette très sexy (la plus sexy de 2011), Izïa prouve qu'elle sait innover, se mettre un peu en danger. Et tout ça à 21 ans... Respect.