ND1

Si vous ne trouvez plus rien, cherchez autre chose. - L'Europe.

Ca doit probablement faire un peu mauvais genre, en 2018, parce que Bertrand Cantat, gna gna gna, mais j'en ai rien à foutre : j'aime, j'adore, je surkiffe Noir Désir. Et j'adore le dernier opus solo (son premier, en fait, mais c'est aussi son dernier en attendant le suivant, s'il en fait un suivant) de Cantat, comme j'ai eu l'occasion de le dire ici au moment de sa sortie en, euh, novembre ou décembre dernier. Cet album de Noir Désir, leur dernier studio, c'est la troisième fois que je l'aborde ici. La première chronique était assassine. La seconde, nettement plus enjouée. Celle-ci, vraisemblablement la définitive, sera de l'ordre du panégyrique. Et si tu sais pas ce qu'est un panégyrique, va voir le Petit Robert de ma part, il te fera un prix, enfin, sauf s'il est trop occupé à batifoler avec Larousse. Des Visages Des Figures est sorti en 2001. Mieux, il est sorti le 11 septembre 2001 ("Love And Theft" de Bob Dylan et le premier album solo de Roland Orzabal de Tears For Fears aussi, au passage), une date dramatiquement historique. Bref, l'album n'a pas eu de bol niveau promotion, les journalistes avaient autre chose à foutre que de faire un reportage sur la sortie tant attendue (le précédent, 666.667.CLUB, c'était en 1996) du nouvel album des Bordelais. Normal. N'empêche, l'album sera le plus gros succès commercial du groupe, grâce à la maestria de la chanson Le Vent Nous Portera. Avec la guitare sèche de Manu Chao et la clarinette basse d'Akosh Szelevényi en compléments, cette chanson douce, en totale opposition avec le rock bien trippant et noisy des précédents albums du groupe (tu te rappelles Tostaky ?), va être le hit de la fin d'année 2001, et de toute l'année 2002. Elle est belle, cette chanson, mais au bout de 49 écoutes quotidiennes via les ondes radio et via les clips à la TV, on n'en pouvait plus.

ND2

L'album est radicalement différent des précédents, et s'il n'y avait pas eu ce dramatique fait divers à Vilnius en juillet 2003, sur lequel on ne va pas revenir, le groupe existerait probablement encore et aurait probablement orienté la suite de sa carrière vers des albums de cet acabit, du genre à s'imposer progressivement, au bout de plusieurs écoutes et années. Assez long (68 minutes), Des Visages Des Figures crée encore la controverse parmi les fans du groupe, non pas en raison de sa musicalité plus sobre, acoustique et folk (on y trouve tout de même des morceaux rock : Lost), mais en raison de son dernier morceau, L'Europe, écrit et interprété en duo avec Brigitte Fontaine, et qui dure la bagatelle de 23,40 minutes. A la base, le morceau devait en durer 55, pensez donc à quoi vous avez échappé. Ce morceau est une longue diatribe sur l'Europe, sur laquelle Akosh Szelevényi joue du saxophone, de la clarinette du kalimba, un morceau étrange (pour le moins) qui selon pas mal de monde vient littéralement foutre en l'air la structure même de l'album. Beaucoup pensent que sans ce dernier morceau (qui, en vinyle, occupe évidemment à lui seul la dernière des 4 faces), l'album serait un authentique chef d'oeuvre, et que dans sa forme actuelle, il est juste un très bon album gâché par un final épouvantable. Ce n'est pas épouvantable. Certes, les interventions de Fontaine (La vérole...sur vos gueules. Deux fois.) sont bien souvent gênantes, mais aussi parfois très drôles (la Fontaine est du genre particulière, il faut le dire). M'enfin, surtout gênantes, embarrassantes. Mais le long monologue slammé de Cantat sur l'Europe, le capital, la mondialisation est absolument génial. Le groupe était signé sur Universal, ce qui ne les empêche pas de citer Vivendi, filière d'Universal (deux sociétés gérées à l'époque par Jean-Marie Messier). Ce monologue est la raison de continuer d'écouter L'Europe, morceau mis à part ça beaucoup trop long et vraiment à part. Courageux, mais qui ne s'imposait pas. A la rigueur, le groupe aurait dû le proposer en bonus sur un CD séparé offert avec l'album, plutôt qu'en final de l'album. Ou préciser sur la pochette un truc du style morceau bonus, histoire de le dissocier. Mais je ne pense pas qu'ils voulaient le dissocier des 11 autres titres. 

ND3

Le reste de l'album est quasiment parfait. Oui, Son Style 1 est platement rock pour faire bruyant, mais ne vole pas haut, et Son Style 2 est platement plat, et ne sert à rien. Ces deux morceaux totalisent moins de 5 minutes. Et le reste de l'album...est sensationnel. Je ne dis pas ça pour rien, Des Visages Des Figures se termine certes sur un gâchis, et si on comptabilise les 5 minutes des deux Son Style on a donc 28 minutes de gâchées sur 68, mais les 40 minutes qui restent sont d'un niveau tel que l'album est presque le meilleur du groupe (honneur qui revient à Tostaky, je pense). L'Enfant Roi est une splendeur (cette guitare sèche...ces choeurs...) qui ouve magnifiquement le disque, cette chanson m'a toujours filé des frissons de bonheur. Le Grand Incendie (on cite New York...sinistre coïncidence, vu la date de sortie de l'album) est un autre grand moment, sur lequel la basse est particulièrement inspirée. Puis le tube Le Vent Nous Portera, déjà parlé, mais c'est vraiment une sublime chanson. Des Armes, courte reprise de Léo Ferré, est tuante, Cantat y chante, y clame comme jamais. L'Appartement mérite plusieurs écoutes, tandis que le morceau-titre, en live, prendra toute sa force. On passe sur les Son Style pour écouter A L'Envers A L'Endroit, qui sortira en single et est vraiment très belle. Lost est un régal rock sur lequel Cantat est progressivement habité, efficace. Bouquet De Nerfs est une des plus belles chansons du groupe, une performance majeure, délicate et habitée à la Des Armes, toute en finesse, en douceur et en mélancolie. On ne s'en lasse pas. Bref, comme on le voit, en grande majorité, un immense album. C'est vraiment dommage que Des Visages Des Figures soit dévisagé défiguré par L'Europe, mais que voulez-vous, on n'y peut rien. Et puis, qui sait, cet album, sans cet ultime titre, ça ne serait pas pareil, au fond. Non, je n'arrive plus à haïr L'Europe, maintenant. Je n'aime pas le morceau, mais je ne le déteste plus. Il fait quand même partie intégrante de ce qui reste à l'heure actuelle un des meilleurs albums de rock français.

FACE A

L'Enfant Roi

Le Grand Incendie

Le Vent Nous Portera

FACE B

Des Armes

L'Appartement

Des Visages Des Figures

Son Style 1

Son Style 2

FACE C

A L'Envers A L'Endroit

Lost

Bouquet De Nerfs

FACE D

L'Europe