2636121002_1

D'abord, merci à Leslie Barsonsec de m'avoir, indirectement, donné envie d'écouter ce disque. Lorsque j'avais fait ici un long article (depuis assez fréquemment mis à jour et, donc, de plus en plus long et fourni) sur les meilleurs albums français de chanson et de rock, il avait cité, en commentaire, ce disque, entre autres. Je n'avais jusque là aucun album de Véronique Sanson et je ne voyais pas trop pour quelle raison j'en achèterais un. Mais en allant fouiner sur le Net, j'ai découvert que ce disque de Véronique Sanson, son troisième, Le Maudit, a été enregistré à Hollywood, avec la crème de la crème des musiciens de studio californiens de l'époque. Et qu'il contenait pas mal de chansons réellement bluffantes, que je connaissais déjà (car si je n'avais jusque là aucun de ses disques, je ne suis pas con, je connaissais quand même pas mal de ses chansons par le biais de la radio, de la TV, et de deux 45-tours paumés dans ma collection et celle de mes parents) : On M'Attend Là-Bas, la chanson-titre et Alia Soûza. Et sans doute d'autres, car à l'écoute de ce disque, on se demande si, au final, toutes les chansons ne seraient pas connues. C'est l'effet que donne Le Maudit, un album parfait (malgré un son un petit peu moyen pour la face B, un petit problème d'enregistrement, probable, qui n'a hélas pas été réparé pour le CD, qui est très classique), un disque offrant 11 magnifiques chansons (dont une en anglais) pour 40 minutes. Les musiciens accompagnant Véro (qui tient le piano et, accrochez-vous, un peu de guitare sur le dernier titre) sont, notamment, Kenny Passarelli (basse), Lee Sklar (idem), Joe Lala (percussions), Donnie Dacus (guitare), Alain Salvati (idem, et un des rarissimes Français à jouer sur le disque), Russell Kunkel (batterie), Harvey Mason (idem), Conrad Isidore (idem), et Stephen Stills, à l'époque déjà mari de Véronique, joue de la basse sur le dernier titre (et a aidé au mixage avec l'illustre James William Guercio et Armen Steiner).

15596487_jpeg_preview_medium

Le Maudit est un disque assez noir, sombre, et ce, malgré l'aspect très pop et/ou rock des mélodies. On a même été jusqu'à dire que le disque était quasiment autobiographique. Il est vrai qu'une des chansons s'appelle Véronique, et Véro parle d'elle-même ici (Véronique, c'est mon nom/Dis-moi le tien et garde le, je sais bien ce que tu veux de moi ; ne serait-ce pas déjà un petit regret d'avoir quitté la France pour partir vivre en Californie avec Stills, son nouvel époux, qui lui fera découvrir les 'joies' des soirées arrosées et surtout poudrées ?). Drôle de vie, drôle de gens, drôle de pays... On a aussi Christopher, ballade magnifique en anglais, qui, évidemment, parle de son fils eu avec Stills, et qui venaît de naître. Black times are coming, I see it in my mind/You try to give me a little hope, a little smile, but ou can't fight all my devils, so let me sing this lullaby... Encore une fois, des paroles assez noires, décidément, elle déprime, la Véronique... Cent Fois parle d'une femme qui revient sans cesse dans les bras de son amant/mari, se demandant bien pourquoi elle revient, tout en sachant en fait que c'est parce qu'elle aime son homme, tout simplement, et qu'elle pardonne tout (la chanson ne dit pas quoi : infidélité, violences ?). On a aussi le grandiose Bouddha, morceau le plus long (5,05 minutes), dans lequel elle chante Là où je suis, c'est bien différent, je ne chante plus pour personne, et si quelqu'un m'entend, des chansons douces sortent de mes mains/Ais-je agi si mal, ou est-ce que c'est la vie ? Oui, décidément, ce disque parle du mal du pays de la pauvre Véro exilée en Californie, loin de ses amis et de sa famille en France... Dans la chanson suivante, au rythme très rock (cette guitare !!), elle le chante d'ailleurs, On m'attend là-bas... Que de noirceur sur ce disque ! Un Peu Plus De Noir, Ma Musique S'En Va, et cette chanson-titre, immense Le Maudit (Mais Ta Douleur Efface Ta Faute), chanson autobiographique elle aussi, probablement...

tumblr_lfgl6uANqF1qbatfno1_1280

Tout le disque sonne comme un carnet intime, parsemé éventuellement de chansons plus gaies (Alia Soûza et ses sonorités un peu latino, L'Etoile Rouge). Perfection musicale absolue, pop, rock ou très classique, avec des arrangements (signés Véronique Sanson) épatants et des textes marquants, Le Maudit est un disque sensationnel. Après un premier album signé Michel Berger (qui contenait, si je ne me trompe pas, Amoureuse), Véro signe ici un disque sous l'égide de son deuxième pygmalion, le rendu est très rock californien, tout en conservant une patine 'chanson française' qui crée un mélange admirable. Assurément un des meilleurs albums français (même si enregistré aux USA avec des musiciens américains et une équipe idem), de la décennie 70 et en général, et probablement le sommet de Véronique, aussi. Grandiose !

FACE A

Alia Soûza

Christopher

Cent Fois

Véronique

Un Peu Plus De Noir

Le Maudit (Mais Ta Douleur Efface Ta Faute)

FACE B

Ma Musique S'En Va

L'Etoile Rouge

Les Cloches De Carmel

Bouddha

On M'Attend Là-Bas