5099747495526_600

Sorti en 1993, Rouge est le deuxième album de Fredericks/Goldman/Jones, groupe vocal fondé en 1990 et ayant achevé sa carrière en 1996. Pendant cette période, Jean-Jacques Goldman ne sortira pas d'albums solo, se concentrant quasi exclusivement (avec les concerts des Enfoirés), à ce groupe constitué aussi, évidemment, de la chanteuse américaine Carole Fredericks et du guitariste anglais Michael Jones. L'album, long (63 minutes, 12 titres), est connu pour plusieurs choses : d'abord, sa pochette, l'album étant sorti dans un boîtier en métal (aluminium) gravé, un objet d'art sublime qui à lui seul mérite l'achat du disque. C'est juste pas évident à ouvrir, et assez fragile si on le manipule mal. Ensuite, pour avoir, sur certains titres et notamment la chanson-titre, bénéficié de la présence des Choeurs de l'Armée Rouge (l'album n'aurait sans aucun doute pas pu être fait avant 1993 ; en 1993, l'U.R.S.S. est finie, mais avant, ça aurait sans doute posé des problèmes d'avoir ces choeurs militaires russes sur un album occidental et capitaliste, ah ah ah). Enfin, pour la présence de quelques chansons qui connaîtront un beau succès, comme Juste Après, Rouge ou Fermer Les Yeux. L'album a été enregistré avec Patrice Tison (guitare, comme Jones et Goldman), les bassistes Guy Delacroix et Pino Palladino, le batteur Christ Whitten, le percussionniste Christophe Deschamps, le claviériste Erick Benzi, et quelques musiciens invités sur divers titres, comme le saxophoniste Patrick Bourgoin ou le guitariste Gildas Arzel.

1994_illustration_03

Rouge est indéniablement le meilleur album (ils n'en ont fait que deux, je parle des albums studio) de Fredericks/Goldman/Jones. Et ce, même si le premier opus sans titre, de 1990, est une pure petite merveille qui plus est fardée, caviardée de tubes (A Nos Actes Manqués, Né Un 17 A Leidenstadt). Il y à moins de tubes ici (Rouge marchera fort, mais Juste Après est clairement la chanson la plus connue, la seule à encore passer à la radio de nos jours, de temps en temps ; une chanson quasiment instrumentale, le chant intervenant assez tardivement après une longue intro de piano et synthés). Bien que probablement trop long (et pas mal de chansons sont elles aussi un peu trop longues), Rouge est un disque sublime, superbement bien produit, il s'en dégage une atmosphère quasiment indescriptible, et qui en rajoute pour beaucoup au plaisir de l'écoute. Des Vies, Frères, Elle Avait 17 Ans, Fermer Les Yeux, Serre-Moi, autant de sublimes chansons, interprétées à la perfection par le trio vocal qui, hélas, ne se reformera jamais (on le sait, Carole Fredericks est morte en 2001).

Fredericks-Goldman-Jones-jean-jacques-goldman-24252875-1722-1127

Voici donc un classique de la chanson française, de la pop française des années 90. Rouge est clairement une des meilleures productions musicales françaises de cette décennie, un disque quasiment parfait, car sa longueur parfois éreintante m'empêche de le qualifier comme tel. Mais cette longueur (64 minutes) est le seul (petit) défaut de ce disque, sinon, franchement superbe, rempli de sublimes chansons, remarquablement produit et interprété. Oui, un classique !

Serre-Moi

On N'A Pas Changé

Que Disent Les Chansons Du Monde

Il Part

Juste Après

Rouge

Des Vôtres

Frères

Des Vies

Ne Lui Dis Pas

Elle Avait 17 Ans

Fermer Les Yeux