0886971986525

Rien qu'à regarder la pochette, on sait que Soleil Cherche Futur, le cinquième album studio d'Hubert-Félix Thiéfaine, est en raport direct avec le précédent opus, Dernière Balises (Avant Mutation) de 1981. Même style de pochette représentant des enfants dans un décor bidonvillesque, même lettrage... A écouter le disque, même constat : musicalement, c'est du même ordre, à savoir du rock mâtiné de chanson française. L'album date de 1982, et est court, très court, même si ce n'est pas le plus court du Jurassien : il offre 8 titres, pour 35 minutes (et une seconde). L'album est un des plus connus et estimés du chanteur, et pose définitivement les bases de son style musical (après trois albums, de 1978 à 1980, très folk délirant). Niveau textes, c'est le plus souvent bien sombre, désespéré, à l'image de la pochette montrant deux enfants en guenilles, dans un décor lugubre, devant une grille, le garçon brandissant un tesson de bouteille avec une expression mi agressive, mi terrorisée. Au verso, les mêmes, et on découvre qu'ils sont près d'un fleuve (de la Seine, probable), ou de la mer (probable aussi), au crépuscule. Rien que la pochette donne le ton, on sait que Soleil Cherche Futur (titre à la fois nihiliste et plein d'espoir, paradoxal, non ?) ne sera pas un album rigolo comme l'était le premier opus de Thiéfaine (...Tout Corps Vivant Branché Sur Le Secteur Etant Appelé A S'Emouvoir...). L'album a été enregistré avec les mêmes musikos que pour Dernières Balises (Avant Mutation) : Claude Mairet (guitare), notamment, fidèle complice de Thiéfaine de 1979 à 1988.

49259128_p

Soleil Cherche Futur, comme ce fan absolu d'HFT qu'est Koamae le dit dans sa chronique plus bas, est un des classiques du chanteur. Ca, c'est clair. Mais, hélas, il a un problème, ce disque : il démarre en fanfare, la face A est une des meilleures faces du chanteur, rien à jeter des quatre titres qui la composent. La face B, c'est une autre paire de manches : si Les Dingues Et Les Paumés, qui l'ouvre, est un putain de gros classique absolu thiéfainien, une de ses chansons les plus emblématiques, réussies, mythiques, fortes, etc, la suite n'est pas terrible. Passe encore pour Exit To Chatagoune-Goune, même si son refrain lubrique est assez saoûlant et raté (Je danse pour toi, bébé, je danse pour toi/Je bande pour toi, bébé, je bande pour toi), et le final, Solexine Et Ganja, bien que trop long et se finissant par des Ganja ! Ganja ! interminables (facile 2 minutes pendant lesquelles, en long fade, on entend HFT et ses musikos répéter ça), ça peut encore aller, aussi. Mais Rock Joyeux, c'est inexcusable, une chiure de ptérodactyle diarrhéique sur une carrosserie de Ferrari Testarossa. Cette face B commence en puissance, puis s'effrite progressivement, même si Solexine Et Ganja remonte un peu le niveau malgré son final interminable (la chanson est la plus longue de l'album, 6,30 minutes).

Mais la première face, oh behave...Là, c'est juste parfait. Le morceau-titre, qui démarre après une bonne minute de silence, est une claque d'enfer qui augure de bien des frissons par la suite, Lorelei Sebasto Cha, sous ce titre étrange (une constante chez Thiéfaine), est un classique absolu de chez absolu, une chanson digne de passer en boucle sur les ondes FM (ce fut sans doute le cas en 1982), c'est très pop, suave, mais avec toujours ce petit quelque chose qui rend Hubert-Félix si différent, à part, vraiment, du reste du paysage musical français. La mélodie à la guitare est sensationnelle, les choeurs (Lorelei, Loreleiiii) aussi. Autoroutes Jeudi D'Automne (Mathématiques Souterraines N°2) est une sorte de suite à Mathématiques Souterraines du précédent album, et est une chanson aussi sombre que fantastique. Ad Orgasmum Aeternum est moins évidente au premier abord, mais tout aussi remarquable. Et puis, en ouverture de face B, ces Dingues Et Les Paumés tout simplement mythiques, clairement le sommet de l'album... C'est d'autant plus dommage que les trois derniers titres soient décevants (même si Exit To Chatagoune-Goune et Solexine Et Ganja se laissent écouter sans problème ; c'est juste que si on les compare aux cinq premières chansons, y à pas photo, elles sont moins bonnes), car Soleil Cherche Futur, pendant ses deux/tiers, est clairement le meilleur album de Thiéfaine. Après, donc, ça se gâte (et le meilleur album de Thiéfaine, définitivement, sera le suivant, Alambic/Sortie Sud, 34 minutes, 7 titres, aucun rejet à faire). Mais son final foiré ne m'empêche pas de vraiment adorer ce disque qui compte tout de même parmi les meilleurs du chanteur, et ça, c'est pas rien. Conseillé, donc !

49259120_p

Chronique complémentaire de Koamae :

Voici ce qui aurait pu être le sommet de HFT, s'il n'y avait pas eu Dernières Balises. Ce disque sorti en 1982, est l'album CULTISSIME de Thiéfaine. Un best-of à lui tout seul: citez-moi UN morceau de cet album qui ne soit pas un classique. Impossible. En 35 minutes, cet album est un joyau du pop-rock français, une sorte de Dernières Balises 2. D'ailleurs, la pochette se base sur le même thème: les enfants. Comme d'habitude, Claude Mairet fait ses prouesses musicales, et Tony Carbonare, déjà assez absent sur Dernières Balises, se fait très rarissime. C'est d'ailleurs le dernier album de HFT à avoir été enregistré avec certains membres de Machin, qui était déjà séparé. C'est une toute petite reformation, un peu comme quand Paul et George retravaillaient ensemble après la séparation des scarabées...

Le disque s'ouvre sur le titre éponyme Soleil Cherche Futur. Un énorme classique, froid, qui sonne parfois comme un arrière goût de cold-wave Stranglers/Cure. Donc un excellent morceau, vous vous en doutez bien. Ensuite vient le plus gros tube: Lorelei Sebasto Cha. Album maîtrisé par le sexe, et ce titre ne manque pas. Tout simplement un titre énorme, bluesy à souhait, on sent la griffe de Mairet à plein nez, et Thiéfaine nous offre ici l'un de ses plus grands titres, vraiment fantastique. Et l'excellent Autoroutes Jeudi D'Automne arrive. A ce fait, il était précisé sur le disque que Autoroutes Jeudi D'Automne était un "Mathématiques Souterraines 2": la partition de guitare sèche est la même, à un ton de différence. Néanmoins ce morceau est nettement plus abouti et recherché, bref, Mairetien, que Mathématiques Souterraines. Arrive ensuite deux morceaux parmi les plus grands de HFT; l'acoustique Ad Orgasmum Aeternum et le dantesque Les Dingues Et Les Paumés. On ne peut pas parler de ces deux titres tellement ils sont puissants. Il suffit d'écouter. Tout simplement.

S'en suit deux morceaux un peu décevants quand on sort de ce voyage: Exit To Chatagoune-Goune et Rock Joyeux. Le premier, ben il est plutôt sexuel (nan, c'est vrai???), et le second raconte une histoire d'amour à la con entre un rocker et sa groupie. Enfin, Solexine Et Ganja, classique parmi les classiques, termine ce chef d'oeuvre de HFT, complètement barré, mais aussi le plus abouti musicalement. Dernières Balises est meilleur, oui, mais de peu...

Une seule solution: écouter.

Pardon pour cette critique un peu courte, mais parfois, c'est suffisant.

FACE A

Soleil Cherche Futur

Lorelei Sebasto Cha

Autoroutes Jeudi D'Automne (Mathématiques Souterraines N°2)

Ad Orgasmum Aeternum

FACE B

Les Dingues Et Les Paumés

Exit To Chatagoune-Goune

Rock Joyeux

Solexine Et Ganja

Sans l'intro silencieuse d'une minute !