114299711

Gérard Manset est un connard. Bon, c'est un génie, oui, je sais, mais c'est aussi un connard. Vous en voulez la preuve ultime ? Ce disque. Surnommé l'album blanc (en allusion à sa pochette blanche avec juste une photo de Manset jouant de la guitare sur un tabouret au centre ; et en allusion à celui des Beatles), cet album n'a pas de titre, on l'appelle soit Manset 1972, soit Long, Long Chemin, allusion à la première vraie chanson du disque (après une Introduction). Au vu de son premier titre, inutile de préciser l'année de sortie de l'album. C'est le troisième de Manset, après Gérard Manset (1968) et La Mort D'Orion (1970). Comme je l'ai dit dernièrement en réabordant La Mort D'Orion, Manset possède le contrôle total de son oeuvre, ce qui, pour un artiste, est très rare. Il refusera pendant des années de sortir La Mort D'Orion en CD, a finalement accepté en 1996. D'autres de ses albums soit n'existent pas en CD, soit pas en totalité (des albums sortis en CD reprennent des morceaux de plusieurs de ses albums en des patchworks assez bien foutus, mais sans âme, à quoi ça sert de sortir des moitiés d'albums ?). Long, Long Chemin, lui, n'existe pas en CD, ni en téléchargement légal, et si vous cherchez le vinyle, soyez prêts à payer le prix fort et à chercher longtemps. L'album n'a été réédité qu'en 1978 (en vinyle, donc) et depuis, plus rien, que t'chi. C'est grâce à un ami que j'ai pu enfin écouter dans de bonnes conditions ce disque : il me l'a envoyé en fichiers MP3 chopés sur le Net, faits par un internaute ayant encodé son vinyle. Avant, j'avais pu l'écouter en cassette audio, une relation avait en effet le vinyle et me l'avait enregistré (il n'a plus le disque, pour je ne sais quelle raison, il l'a perdu ou l'a revendu). Depuis, je me suis fait un CD de qualité audio remarquable, et ça fait tout drôle d'écouter ce disque en CD, même gravé !

61365133_p

L'album, long de 34 minutes pour 8 titres (mon CD en contient 7, car Celui Qu'il Sera Demain et Celui Qui Marche Devant ont été réunis sur une seule plage audio, ce qui est logique, ils sont indissociables), est le plus grand album de Manset, et c'est pour ça que c'est aussi rageant qu'il ne soit pas (qu'il ne soit plus...) commercialisé. Pire, Manset, en 1988, a tout simplement détruit les bandes matrices de l'album, empêchant donc à l'avenir toute édition CD. Quand je disais en intro que c'est un connard... Et quand je disais aussi que c'est un génie, je n'exagèrais pas non plus : ce disque est tout simplement tuant. Bluffant. Monumental. Monstrueux. Immense. Divin. Il paraît que pendant l'enregistrement, Manset subissait les railleries des musiciens (qui sont-ils, je ne sais pas)n qui trouvaient sa voix, sa musique, ses chansons ridicules. Manset lui-même n'aime apparemment pas ce disque, sinon il n'aurait pas fait ce qu'il a fait pour en empêcher la commercialisation digitale... Sans cesse sur le fil du rasoir, Long, Long Chemin, de son Introduction au long (10,30 minutes) Jeanne final, est une claque absolue. L'alchimie entre la voix frêle, tremblotante de Manset, ses mélodies et arrangements fragiles, ses paroles habitées, font de ce disque une Oeuvre d'Art totale. C'est souvent pesant, lyrique, triste, même le morceau 'gai', L'Oiseau De Paradis, est empreint de mélancolie. Quant à Jeanne, chanson-fleuve sur Jeanne d'Arc, c'est au-delà des mots. Il m'est impossible d'écouter ce morceau sans avoir des picotements aux yeux et des frissons tout le long du corps.

61329503_p

Long, Long Chemin, Ne Change Pas, Celui Qu'Il Sera Demain, autant de merveilles qui font de ce disque un des fleurons absolus de la chanson française, un des 10 meilleurs albums français, toutes périodes confondues. Je n'ai qu'une chose à dire, c'est d'essayer de vous le procurer (bonne chance... mais on peut écouter le disque sur Youtube, je pense qu'il doit être en totalité sur le site), ou en tout cas, de l'écouter. Et petit message personnel à Manset, dans le cas (une chance sur un milliard) qu'il me lise un jour : vous n'aviez pas le droit, contrôle total de votre oeuvre ou pas, de faire ce que vous avez fait, d'empêcher la réédition de ce disque. Vous ne l'aimez pas ? Vous n'aimez déjà pas La Mort D'Orion (sinon, vous n'auriez pas refusé de le ressortir pendant toutes ces années)... Ce n'est pas parce que vous êtes trop sévère avec vous-même que vous avez forcément raison. Ce disque est le chef d'oeuvre absolu de Manset, et un des chefs d'oeuvre absolus de l'histoire de la musique française. Et là, tout est dit. Alors, si jamais vous parvenez à trouver ce disque en vinyle, ou si vous le trouvez en MP3 sur le Net, surtout, ne le lâchez pas !

FACE A

Introduction

Long, Long Chemin

Ne Change Pas

Celui Qu'il Sera Demain

Celui Qui Marche Devant

FACE B

L'Oiseau De Paradis

Donne-Moi

Jeanne