0724384810153_600

Jean-Louis Murat, l'Auvergnat, connu essentiellement pour un duo fait en 1991 avec Mylène Farmer (Regrets), est un prolifique. Il sort assez souvent des albums, environ un par an depuis 1999 et ce Mustango, son septième (ou neuvième, ça dépend, vu que ses deux premiers albums ont été réédités ensemble par la suite) album. J'ai déjà abordé ici deux de ses albums, Lilith de 2003 (double) et Mockba/Moscou de 2005, tous deux excellents. Il y en à d'autres, excellents aussi (ou juste bons) que n'ai pas abordés, comme Taormina, Dolorès, Le Moujik Et Sa Femme, A Bird On A Poire, Grand Lièvre, Cheyenne Autumn... Mais le sommet de Murat, artiste assez discret, select même (comme Thiéfaine, mais en pire), c'est indéniablement Mustango, de 1999. Ce disque, l'Auvergnat discret et habité l'a enregistré avec des musiciens pour la plupart peu connus (on a quand même le grand guitariste Marc Ribot, qui a bossé aussi bien avec Tom Waits que Bashung, ainsi que le grand, l'illustre bassiste Harvey Brooks), tels que Mark R. Deffenbaugh (guitare), Winston Watson (batterie), J.T. Lewis (idem), Ralph S. Gilmore (idem), Melvin Gibbs (basse), John Medeski (orgue), Cyro Baptista (percussions), Joey Burns (contrebasse)... Jennifer Charles pose des voix sur quelques titres (Jim, Bang Bang), Murat, lui, joue du piano, de l'harmonica, mais, généralement, ne fait que chanter.

R3q6KTYDxujgYf8uJaYIluV1V

Mustango est un disque remarquable, même si le timbre de voix de Murat rend l'album parfois un petit peu lassant (il ne faut pas l'écouter trop souvent, c'est comme du Miossec, ça se savoure à petites doses, de temps en temps). En 11 titres, dont un de 7,20 minutes (Bang Bang) et un de 10 minutes (Nu Dans La Crevasse, assez imposant et franchement immense), Jean-Louis Bergheaud (son vrai nom, Murt étant, il me semble, le lieu de sa naissance) offre une cinquantaine de minutes qui, sans faire réellement date dans la chanson française (Mustango ne sera pas un triomphe commercial), s'impose tout de même comme étant son magmum opus, son disque le plus recommandé, le plus réussi. Les Gonzesses Et Les Pédés est une charge assez drôle, et osée, contre le FN et un certain Bruno Mégret (qui avait déjà fondé son propre parti d'extrême-droite en 1999, sauf erreur de ma part), Mustang, Belgrade, Jim, Polly Jean (qui parle de PJ Harvey ?), Viva Calixico (qui parle de... Calexico, un groupe de rock américain, du moins, en partie), Au Mont Sans-Soucis, toutes ces chansons sont absolument magnifiques. Il est vrai que Murat possède un timbre de voix qui peut énerver, ou lasser, mais il n'y à que lui pour chanter des chansons aussi étranges et puissantes.

jean_louis_murat_reference

Mustango est donc un petit classique méconnu de la chanson française, de la part d'un de ses plus discrets, atypiques et prolifiques représentants. Murat a ses fans et ses détracteurs. Comme Thiéfaine, ses fans forment une sorte de confrérie, tandis que ses détracteurs sont hélas beaucoup plus nombreux (rapport à la confidentialité de l'artiste, même si Thiéfaine s'est un peu 'popularisé', 'variétisé', entre temps). En ce qui me concerne, je ne sais pas encore si je peux me définir fan de Jean-Louis Murat, car il y à des trucs que je n'aime vraiment pas chez lui, mais ce qui est sûr, c'est que je suis fan de Mustango, et que je ne suis absolument pas dans les détracteurs de l'Auvergnat ! Vraiment un grand disque méconnu !

Jim

Les Hérons

Polly Jean

Nu Dans La Crevasse

Mustang

Bang Bang

Belgrade

Viva Calexico

Les Gonzesses Et Les Pédés

Au Mont Sans-Soucis

Le Fier Amant De La Terre

 

En bonus, une version live, nettement plus longue que la studio, de Nu Dans La Crevasse !