lp front

Connaissez-vous Martin Dune ? Non ? Parce que c'est le même mec que Jean-Marie Poiré, que vous connaissez, lui, évidemment. Les Visiteurs (et sa suite, et son remake signé sous pseudonyme), Les Anges Gardiens, Papy Fait De La Résistance, Le Père Noël Est Une Ordure, Mes Meilleurs Copains, autant de comédies, réussies ou pas, qui furent de gros succès (quasiment toutes), restent en mémoire. Et là, vous commencez à vous inquiéter, mais pourquoi ce con parle-t-il de Jean-Marie Poiré ici, au fait ? Hé bien, tout simplement parce qu'avant d'être réalisateur et scénariste, Poiré a été, en 1973/1975, chanteur dans un groupe de rock à tendance glam et hard, du nom de The Frenchies, qui n'ont fait qu'un seul et unique album en 1974, ce Lola-Cola aujour'hui bien difficile à dénicher (mais téléchargeable légalement et assez facilement). Sur la pochette ci-dessus, Poiré, alors sous le pseudo de Martin Dune, est le dernier à droite et debout. Platform boots, ongles peints, cheveux longs, look androgyne, le mec, à l'époque, avait déjà collaboré à l'écriture de quelques films réalisés par Michel Audiard (Elle Cause Plus...Elle Flingue) ou Georges Lautner (Quelques Messieurs Trop Tranquilles). Mais le fils du producteur Alain Poiré (oui, c'est son fils) n'était pas connu, pas encore, et ce n'est pas The Frenchies, qu'il quittera donc en 1975, qui changera ça. A noter qu'après son départ, le groupe engagera une jeune femme du nom de Chrissie Hynde, qui chantera un peu dans le groupe avant de partir elle aussi fonder son propre groupe, Pretenders (pas juste après son départ, cependant) !

113986724

Dos de pochette (désolé, pas de photo plus grande) 

Les Frenchies étaient donc constitués de Poiré (Martin Dune) au chant, et aussi et surtout de Michaël Memmi (basse), 'Kiss' Olivier Legrand (batterie), Morgan Davis et Linn Lingreën (guitares). Lola-Cola, enregistré en 24 heures et sorti sur le label Harvest, ne rencontrera pas de succès commercial (malgré de bonnes critiques), et souffrira d'une production assez moyenne, rehaussée en digital cependant. 42 minutes pour 9 titres chantés en anglais (tous), dont un Lana Turner Cheap Dreams de 10 minutes chrono en final. Poiré chante assez bien, les guitares sont grasses, le son est assez lourd, les Frenchies sonnent un peu comme les New York Dolls (groupe trash-glam à tendance proto punk américain de la même période), ce qui n'est franchement pas une mauvaise référence. Les morceaux sont dans l'ensemble excellents, comme Love Is A Game, Lola-Cola ou Rock'n'Roll Fascination, le seul à être selon moi un peu en-dessous des 8 autres étant Mike's Bike, qui n'est cependant pas honteux. L'absence de succès de l'album entraînera une sorte de split, les Frenchies ne dureront plus trop, et comme je l'ai dit, ne feront que ce disque vraiment méconnu. Un pan de la carrière de Jean-Marie Poiré qui reste franchement très intéressant et absolument pas honteux.

8824429

Dernier à droite en haut : Poiré

Lola-Cola est probablement un des plus efficaces albums de rock français des années 70, oui, clairement. Un disque rare, difficile à trouver, quelque peu oublié, mais qui reste très agréable à écouter, d'autant plus que le son a été amélioré en digital (et qu'il est facilement téléchargeable). Un album très rock, mélange de hard-rock et de glam, un album de bon goût, de plus, car chanté en anglais (et on sait que le français ne convient pas trop au rock). C'est du bon, très bon boulot que ce disque, donc, à écouter !

FACE A

Dillinger's Coming

Rock'n'Roll Fascination

Mike's Bike

Detroit Palm Trees

Love Is A Game

FACE B

Lola-Cola

Waiting For Mary Lou

Sweet Face

Lana Turner Cheap Dreams