00042284224024_S

 Chez les fans de rock, il y à deux clans : ceux qui aiment le rock progressif et ceux qui détestent. Chez les fans de rock progressif, il y à également deux clans : ceux qui aiment Ange (essentiellement des Français, mais pas seulement), et ceux qui détestent. En ce qui me concerne, j'adore le rock progressif, mais je ne suis pas un grand fan d'Ange, groupe de rock progressif français originaire du Territoire de Belfort, fondé au tout début des années 70. Je précise cependant que je n'aimais vraiment pas Ange, il y à quelques années, et que j'ai un peu appris à les apprécier. Il y à quatre albums du groupe que j'apprécie, à degrés divers. J'apprécie tout juste Le Cimetière Des Arlequins (1973, deuxième album) en raison de sa production catastrophique et de quelques chansons très mauvaises. J'apprécie bien mieux leur sixième album, Par Les Fils De Mandrin (1976), même s'il est un peu trop narratif et pas assez musical. Au-Delà Du Délire (1974), leur quatrième album, je l'aime énormément, c'est un gros classique, sans doute même leur premier vrai classique. Mais l'album que je préfère est indéniablement leur cinquième, sorti en 1975, Emile Jacotey, autrement dit, cet album. Long de quelques 43 minutes (pour 10 titres, même si quatre d'entre eux constituent une suite ; on a donc, soit 10, soit 7 titres), Emile Jacotey est probablement le meilleur album d'Ange, qui était alors constitué de Christian Descamps (chant, claviers, auteur), Jean-Michel Brézovar (guitare), Daniel Haas (basse) , Guénolé Biger (batterie, percussions) et Francis Descamps, frère de Christian (claviers, chant). L'album se veut être une sorte de peinture de la paysannerie française, et surtout franc-comtoise, par le biais d'un vieux maréchal-ferrant du nom d'Emile Jacotey, qui a réellement existé et est mort en 1978. Le groupe l'avait rencontré en 1974 ou 1975, avait enregistré leurs discussions, les souvenirs d'Emile, et ont enregistré ce disque pour la peine (la face A lui est quasiment consacrée, pas la B).

Cover2

C'est ainsi qu'on a cette Ode A Emile sublime, et qu'on entend Emile Jacotey (qui ressemblait probablement au vieillard paysan de la peinture de Philippe Huart servant de pochette ; au fait, ci-dessus, c'est le recto de pochette de l'album) parler, après Bêle, Bêle, Petite Chèvre. Au sujet de cette première chanson, elle est on ne peut plus rock (Par Méphisto, par Lucifer, et par tous les saints de l'Enfer ! brailleur Christian Descamps, dans le refrain), le solo de guitare est ultra efficace, et ce rythme très rock est en total contraste avec l'autre refrain (Bêle, bêle, petite chèvre, murmuré d'une voix bêlante, assez drôle). Cette première chanson est plus rock (limite hard-rock) que progressif, et devrait plaire aux amateurs de rock classique. Les gens contournaient les marais car ils avaient peur de la chèvre, ah ah !... Ca, c'étaient des légendes... nous avoue le vieil Emile, avant que Sur La Trace Des Fées, sans doute le sommet de l'album, ne démarre. Que dire, là ? Je préfère fermer ma tronche, ce morceau est si beau (le mellotron est sublime, le chant de Descamps idem) qu'il se passe de commentaires. Le Nain De Stanislas arrive ensuite, chanson sans doute un poil trop longue (5,45 minutes), mais là aussi d'une grande beauté et force. On est dans le merveilleux, fond de commerce d'Ange (et d'une grande part du rock progressif classique), les paroles sont sublimes, le chant de Descamps est sans doute un peu exagéré parfois (la déclamation fait penser à celle de Si J'Etais Le Messie, du précédent album), mais ce n'est pas le seul chanteur de rock progressif à chanter ainsi (Ian Anderson, Peter Gabriel, Greg Lake, Jon Anderson...). Le Nain De Stanislas, avec son débit de paroles, est un petit délire bien sympathique, au fond (solo de guitare final renversant). Autre grand moment délicat, Jour Après Jour, sublime ballade. Et cette Ode A Emile, avec encore une fois l'intervention vocale du vénérable vieil homme, est une chanson pleine de respect, de douceur, de magie, de beauté, d'émotion... A faire frissonner, limite ! On sent vraiment le respect des jeunes d'Ange pour ce vieil homme (né en 1890, qu'il dit lui-même, il avait 85 ans à l'époque) à qui ils ont dédié l'album (ils lui offriront un exemplaire de l'album par la suite), tout du moins cette première (et meilleure) face. Tu ressemble à ces chercheurs d'or qui auraient un secret de plus...

47278074_p

Car si la face B est très belle, elle est aussi, hélas, un peu moins réussie que la première. Elle est occupée en quasi-totalité par les quasi-18 minutes de la suite Ego Et Deus, laquelle, en CD, est scindée en quatre sous-parties (en vinyle aussi, mais en CD, chacune des parties a sa plage audio, ce qui rend l'écoute plus aisée mais brise, aussi, le côté 'suite', justement, de la suite). Ego Et Deus, J'Irai Dormir Plus Loin Que Ton Sommeil (4,10 minutes chacune), Aurealia (2,55 minutes) et Les Noces (6,30 minutes) sont les quatre sections de cette suite. Mention spéciale à la ballade teinté d'érotisme Aurealia, et au remuant Ego Et Deus. Les Noces, en revanche, tout en étant belle, est tout de même trop longue, 2 minutes de moins n'auraient pas été du luxe. J'Irai Dormir Plus Loin Que Ton Sommeil est, selon moi, le passage le moins convaincant de tout Emile Jacotey, mais l'album ne contient rien de mauvais, c'est donc un avis personnel qui n'engage que moi. Mais j'apprécie moins ce morceau que le reste. Après cette suite, il reste un morceau, Le Marchand De Planètes, qui achève très bien l'album. Un album qui est plus réussi dans sa première partie que dans sa seconde, mais qui n'en demeure pas moins, et de loin, mon préféré du groupe. Et aussi un de leurs meilleure, même, probablement, leur meilleur. Rendons, comme Ange, grâce à ce vieux maréchal-ferrant, qui, en 1978, est parti dans le ciel pour torcher le cul au firmament...

FACE A

Bêle, Bêle, Petite Chèvre

Sur La Trace Des Fées

Le Nain De Stanislas

Jour Après Jour

Ode A Emile

FACE B

Ego Et Deus I : Ego Et Deus

Ego Et Deus II : J'Irai Dormir Plus Loin Que Ton Sommeil

Ego Et Deus III : Aurealia

Ego Et Deus IV : Les Noces

Le Marchand Des Planètes