51YfD0kJGmL

Pour cette nouvelle chronique, je vous fais le cadeau d'un disque qui est un véritable joyau. Ce disque c'est Dream Letter- Live In London 1968 de Tim Buckley. J'avais déjà écouté ce disque en l'empruntant à une bibliothèque il y a quelques années mais c'est en le réécoutant très récement (je l'ai eu en cadeau à noël) qu'une évidence m'est apparue: Ce disque est le sommet de Tim Buckley. Bien sûr, il est sorti à titre posthume 15 ans après le décès de Buckley senior mais qu'est ce qu'on s'en fout? Car pendant environ deux heures (un peu moins), Tim va nous transporter dans sa musique.

5034798738_02ff4a5051

L'album commence par une courte introduction ou l'en entends les musiciens arriver et l'organisateur du concert présenter Tim Buckley, qui enchaîne sur quelques notes avant de commencer à jouer Buzzin' Fly, qui était la chanson la plus demandé dans ses concerts, et on comprend pourquoi: Tim fait des merveilles avec sa voix extraordinaire et sa guitare douzes cordes. Et dire que la suite sera encore meilleur... Car juste après Tim nous offre Phantasmagoria In Two, et là on entre vraiment dans le vif du sujet. À partir de cet instant tout ne sera que merveille au court de ce double album live. On y trouve entre autre Morning Glory, belle à en pleurer, Dolphins et The Earth Is Broken sur le premier disque et puis Hallucinations et Once I Was sur le deuxième disque. Mais n'allez pas croire que le reste de l'album ne vaut pas la peine d'être cité! En effet on trouve au court de cet album de nombreux medleys: un sur le premier disque et quatre sur le deuxième. Ces medleys représentent les moments forts de ce concert, Et ils permettent à Tim Buckley de montrer tout l'étendu de son génie. car oui pour faire un concert aussi parfait, il faut être un génie! Comment ne pas s'emerveiller devant la beauté de Pleasant Street/You Keep Me Hangin' On, et Love From Room 109/Strange Feelin' ? Et que dire de ce Wayfaring Stranger/You Got Me Runnin' d'anthologie, et aussi le meilleur. C'est un véritable morceau en montagnes russe qui résume à lui seul le Tim Buckley qui joue ce soir là: Tantôt calme, tantôt énergique, et avec une palette vocale extraordinaire.

bio

Comme le concert date de 1968, Goodbye & Hello est évidemment l'album mis en avant. En effet on trouve pas moins de 5 chansons issues de cette albums, dont les perles Morning Glory et Phantasmagoria In Two Et en plus de cela Buckley senior offrait en avant première des chansons qui se retrouverons dans ces albums studio à venir: Buzzin' Fly, Strange Feelin', Love From Room 109, et Dream Letter se retrouverons sur Happy/Sad et Happy Time sur Blue Afternoon. En revanche aucunes chansons issues de son premier album éponyme. Dommage mais on s'en contentera.

images

Vous l'aurez compris, Dream Letter est un disque parfait: Pochette sublime représentant Tim Buckley avec sa guitare, face à son micro, les yeux fermés et prêt à chanter, et chansons magnifiques. Malheureusement, ce disque n'est pas très connu du grand public, comme l'ensemble de la discographie de Tim Buckley d'ailleurs. Et puis il est difficile à dénicher et vendu assez cher. Mais vous qui avez la chance de lire cette chronique, procurez-vous l'album. Vous avez ma parole que vous ne serez pas déçus!

IN-DIS-PEN-SA-BLE!

FACE A

Introduction

Buzzin' Fly

Phantasmagoria In Two

Morning Glory

Dolphins

I've been out walking

FACE B

The Earth Is Broken

Who Do You Love

Pleasant Street/You Keep Me Hangin' On

FACE C

Love From Room 109/Strange Feelin'

Carnival Song/Hi Lily, Hi Lo

Hallucinations

Troubadour

Face D

Dream Letter/Happy time

Wayfaring Stranger/You Got Me Runnin'

Once I Was