petrole

 En 2008, Alain Bashung nous offre son douzième album studio, qui sera par ailleurs son dernier, vu que ce putain de crabe l'emportera environ un an plus tard (en 2009, le 14 mars...et ce dernier album est sorti le 28 mars 2008, ça fait donc moins d'un an, même). Cet album s'appelle Bleu Pétrole, il offre 11 titres pour un total de 50 minutes, et a été enregistré entre Bruxelles (les fameux studios ICP, chers à Bashung depuis des années), Paris (Buzz Studios), New York (Alice's Restaurant, Looking Glass Studios) et Portland (Jackpot Studios). Produit par Gaëtan Roussel et Mark Plati, Bleu Pétrole a été écrit en grande partie par Roussel, justement, avec, aussi, des collaborations d'Arman Méliès, Joseph D'Anvers et Gérard Manset. Lui-même (Bashung) n'a rien écrit tout seul, et n'est crédité que peu souvent, ici : trois fois seulement, toujours en collaboration, toujours pour la musique, jamais pour les paroles. Bashung était probablement déjà malade de ce cancer qui lui rongera les poumons (l'annonce de sa maladie sera faite, il me semble, en juin 2008), mais ça ne se ressent absolument pas en l'écoutant, sa voix est comme d'habitude, parfaite. Néanmoins, l'écoute de Bleu Pétrole se fait toujours avec tristesse, mélancolie, car on sait, évidemment, que c'est le dernier. Même si ceux qui ont acheté le disque à sa sortie ne pouvaient pas le prévoir et ont donc pu écouter ce disque sans ces à-côtés tristes. Personnellement, ma vision de l'album, mon écoute, plutôt, à changé du tout au tout depuis la mort de Bashung.

46694684_p

N'allez pas croire que je n'aimais pas cet album à sa sortie et que la mort de Bashung m'a fait l'aimer, non. J'ai toujours adoré, et j'adorerai toujours, Bleu Pétrole, mais j'y vois une autre dimension, quelque part, les paroles résonnent parfois différemment (évidemment, Résidents De La République, mais aussi Sur Un Trapèze, Il Voyage En Solitaire, magnifique reprise de Manset qui achève le bal...). L'album a été enregistré avec des musiciens incroyables : Gaëtan Roussel, évidemment (guitares, ukulélé), Marc Ribot (guitare électrique, banjo), Mark Plati (basse, guitare, claviers, boîte à rythmes), Arman Méliès (guitare électrique, banjo), Simon Edwards (de Talk Talk ; basse), Shawn Pelton et Tahar Boukhlifa (batterie), Martyn Barker (batterie, bongo), M. Ward (guitares), et des cordes, orchestre dirigé par Mark Steylaerts. La pochette, superbe, est signée Jérome Witz avec des photographies de Ludovic Carême. Histoire de citer tout le monde. L'album est classé 46ème meilleur album de rock français selon Rolling Stone Magazine (pour info, Fantaisie Militaire est classé 9ème, Live Tour 85 est classé 16ème, Pizza est classé 19ème, Chatterton est classé 40ème, et Osez Joséphine, premier ! Il y à 100 albums dans cette liste datant de 2010).

46694903_p

Bleu Pétrole est mon deuxième album préféré de Bashung derrière Play Blessures, et probablement, toujours derrière Play Blessures, son deuxième meilleur album. Oui, je le place devant Fantaisie Militaire, lequel est quand même une tuerie absolue (et je le classe troisième, celui-là, dans le classement des meilleurs albums de l'Alsacien). Ce dernier opus bashungien offre de pures merveilles, et une seule chanson est vraiment décevante : Suzanne. Cette chanson est une reprise (une des deux de l'album) de Leonard Cohen, mais dans sa version adaptée en français par le néozélandais francophile et francophone Graeme Allwright. Les paroles adaptées en français par Allwright sont belles, une bonne adaptation, mais je ne suis pas, à la base, fan de cette chanson (Leonard Cohen, j'aime assez, mais sans non plus adorer), et j'aurais préféré, de plus, que Bashung la chante en anglais. Je le trouve un peu mal à l'aise sur ce Suzanne assez moyen. Cette chanson est donc le point faible de Bleu Pétrole, mais ça n'empêche pas le disque d'être une incontestable réussite. Car tout le reste est absolument dantesque ! Il Voyage En Solitaire, l'autre reprise de l'album, chanson de Manset datant de 1975, est une réussite inoubliable, qui file des frissons. Vraiment. Jamais un album de Bashung, si on excepte L'Imprudence et Novice, ne s'était achevé sur une chanson aussi marquante, une chanson qui hante l'auditeur pendant encore longtemps après l'écoute. Cette voix, intacte...ce dobro de Simon Edwards...et ces paroles, mythiques... Gérard Manset a du probablement frissonner à l'écoute de cette reprise parfaite. Manset, qui a offert pas moins de trois chansons inédites à Bashung (une écrite toute seule, une autre faite en collaboration avec Roussel et Bashung pour la musique, et une autre en collaboration avec Arman Méliès pour la musique). Il y à Je Tuerai La Pianiste, chanson violente et tribale de 6,10 minutes, dont la musique est signée Bashung et Roussel, chanson assez incroyable ; il y à le poétique, contemplatif Vénus, dont la mélodie est signée par Méliès et Manset, chanson inoubliable martelée, vocalement, par un Bashung qui retrouve l'âme de L'Imprudence, ce remarquable, lyrique et étonnant album de 2002. Sur ce titre, le banjo et les cordes livrent un climat incroyable, palpable ; et il y à enfin et surtout, le pivot central de Bleu Pétrole, déjà parce que placé en sixième position sur les onze titres (donc, au centre), et ensuite parce que cette chanson est juste mythique, culte dès le moment de son enregistrement, et cette chanson, Manset l'a faite toute seule. C'est Comme Un Lego, long de 9 minutes et 5 secondes de purs frissons.

46694696_p

Comme Un Lego, c'est une chanson franchement mythique, qui rejoint immédiatement le Panthéon des classiques absolus de la chanson française. Selon Manset, qui était apparemment présent le jour de l'enregistrement, Bashung l'a enregistrée, pour le chant, en une seule prise. Impossible de ne pas ressentir de frissons en écoutant ce titre, en entendant la voix de Bashung, ce timbre si prenant, prononcer des paroles telles que C'est un grand terrain de nulle part, avec de belles poignées d'argent/La lunette d'un microscope, et tous ces petits êtres qui courent, qui ouvrent le morceau et se retrouvent, insigne honneur, imprimées sur une des pages du livret, en gros, indépendamment des paroles de la chanson (le livret comporte évidemment les paroles des onze titres). La voix, rien que la voix, plus que la mélodie (pourtant sublime, avec ces arrangements de cordes, ces claviers...), rend le morceau intemporel et procure plus de frissons que le reste de l'album, pourtant peu avare en grands moments, comme je l'ai dit plus haut. Mais Comme Un Lego est le sommet de l'album, évidemment. Sa position de sixième titre sur onze n'est pas anodine, il y à clairement un 'avant' et un après' cette chanson imposante (jamais longue malgré sa durée de 9 minutes, évidemment la plus longue de l'album), sur Bleu Pétrole. Les chansons précédentes sont assez country/folk dans l'âme (Vénus exceptée), pas forcément légères cependant. Après Comme Un Lego, l'album semble devenir sensiblement plus grave, plus posé : Je Tuerai La Pianiste en est un bel exemple. Suzanne, douceâtre, en est un autre. Le Secret Des Banquises, chanson parfois mal-aimée, est une belle réussite qui aurait eu plus sa place, je pense, sur la première partie de l'album (et cette merveille de Tant De Nuits sur la deuxième).

Alain Bashung - 13

Une des photos du livret

Bleu Pétrole commence un peu comme Chatterton, avec des morceaux assez country/folk, comme Je T'Ai Manqué, chanson mémorable s'il en est, qui donne immédiatement le sourire, dans un sens. La chanson fait assez pop, tout en étant du pur Bashung, elle n'aurait pas été en trop sur Osez Joséphine, aussi. Paroles fantastiques de Roussel, mélodie imparable, ce morceau ouvre à merveille l'album, avant de céder la place au trop court (3 minutes et des poussières) et fantastique Résidents De La République, qui servira de tremplin à l'album. La chanson fait un peu mal, elle semble prémonitoire (j'avoue que, lors de ma première écoute de l'album, à la radio en mars 2008, j'ai ressenti quelque chose de bizarre en entendant Bashung chanter Un jour, je parlerai moins jusqu'au jour où je ne parlerai plus...). Comme je l'ai dit plus haut, je ne sais pas si Bashung était déjà malade (du moins, s'il le savait déjà) au moment d'enregistrer ce titre entièrement signé Roussel, mais si ce n'est pas le cas, c'est une coïncidence assez troublante et qui met mal à l'aise. L'entendre chanter Résidents De La République, en février 2009, aux Victoires De La Musique, alors qu'il était à quelques semaines de la mort et n'était plus, physiquement, que l'ombre de lui-même, l'entendre et le voir ainsi, je dois dire, m'a filé les larmes aux yeux. Réellement. C'était triste, tragique, mais, aussi, beau. Fort. Là, on sentait le dernier baroud d'honneur avant que la maladie ne le chope, la tête relevée face à la camarde, cette fois-ci, la chanson semblait cruelle, intense...plus que sur l'album, sur lequel elle est, déjà, magnifique (ces arrangements...).

alain-bashung-g

On a ensuite Tant De Nuits, co-écrite par Arman Méliès, magnifique et intense, dure, aussi (Mon ange, je t'ai haï), et puis cette chanson assez sous-estimée, Hier A Sousse, que, personnellement, je trouve tout simplement grandiose. Une sorte de régal électro/folk, avec des programmations assez étonnantes, des paroles répétitives (le morceau est signé Roussel en totalité) et retrouvant par moments le style de la période Boris Bergman (1977/1989), ou de la période Jean Fauque (1989/2002). Immense, un des sommets de l'album. Comme Vénus, dont j'ai parlé plus haut. Comme, aussi, situé juste après le monstrueux Comme Un Lego, ce Sur Un Trapèze qui sortira en radio en posthume. Mais tous les titres, sauf Suzanne qui n'est que correcte, tous les titres, sont immenses ici. Un l'est plus que les autres, mais les 9 autres sont puissants. Oui, dans l'ensemble, Bleu Pétrole est tout simplement un chef d'oeuvre absolu, aussi bien dans la discographie de Bashung que pour la chanson française. Un disque à écouter et à réécouter sans cesse, sans lassitude... Merci, Gaëtan Roussel ; merci, Gérard Manset ; merci, Arman Méliès ; merci, Joseph D'Anvers ; merci, les musiciens.

Merci, Alain Bashung.

Je T'Ai Manqué

Résidents De La République

Tant De Nuits

Hier A Sousse

Vénus

Comme Un Lego

Sur Un Trapèze

Je Tuerai La Pianiste

Suzanne

Le Secret Des Banquises

Il Voyage En Solitaire

Et cette dernière apparition publique, cette dernière interprétation, belle à en chialer, intense...