1239987369_king-crimson-earthbound-30th-anniversary-edition

Si Lizard et Islands étaient deux albums assez controversés chez les fans de King Crimson, cela n'est rien comparé à Earthbound. Cet album est le premier opus live de King Crimson, et il est sorti en 1972. Sous une pochette aussi sobre qu'assez moche (elle est considérée comme une des plus moches de l'histoire du Pourpre, mais, sincèrement, Beat et Three Of A Perfect Pair, USA aussi, sont encore pires), car toute noire, avec juste le titre et le nom du groupe en gris, en haut à gauche (au dos, c'est pareil, voir juste en-dessous). Earthbound est un disque très mal aimé chez les fans de Crimso. Mais pas seulement, Robert Fripp lui-même reniera longtemps ce disque qui ne sortira pas en CD, officiellement, avant 2004 !! Disque rare et pendant longtemps introuvable, il est un objet de collection, un disque indispensable à tout fan du groupe, et ce, malgré un immense, gigantesque défaut : sa production sonore est catastrophique. Enregistré les 11 février, 26 et 27 février et 10 mars 1972 au cours de concerts américains faits respectivement (selon les dates données), à Wilmington (état du Delaware), Jacksonville (Floride), Orlando (Floride) et Peoria (Illinois), Earthbound est en effet un des lives les plus mal enregistrés qui soient. Au point que l'écoute de l'album peut laisser présumer qu'il s'agit d'un bootleg, ce qui n'est pas le cas, l'album est bien officiel. Il a été enregistré, probablement, avec des tape-recorders classiques, sans grands moyens. Le groupe est le même que pour Islands, à savoir Robert Fripp (guitare, mellotron), Boz Burrell (chant, basse), Mel Collins (saxophone, flûte) et Ian Wallace (batterie), avec aussi Hunter MacDonald au VCS3 (une sorte de synthétiseur analogique). Le groupe a tenu pendant longtemps sous cette formation, ce qui, pour Crimso, est alors remarquable ; mais, après la sortie d'Earthbound, il n'existera déjà plus, il ne restera plus que Fripp.

26084031_o1

Dos de pochette

Ne proposant que 5 titres pour un total de 45 minutes, Earthbound offre deux improvisations et trois titres déjà connus, même si un des ces trois est connu des vrais fans, car absent des albums et sorti uniquement en face B de single : l'instrumental Groon (face B du single Cat Food en 1970, dans une version évidemment nettement plus courte, car celle présente sur Earthbound atteint 15,30 minutes !). Cette version d'un quart d'heure, achevant l'album, est assez remarquable, on notera un solo de batterie assez efficace et des envolées de VCS3 et de mellotron assez futuristes. Une bonne jam de la part du groupe, même si l'ensemble est quand même un petit peu long. Les deux autres morceaux déjà connus sont meilleurs : 21st Century Schizoid Man, long de quasiment 12 minutes, interprété de voix de maître par Boz (dont la voix, bidouillée par un vocoder et détruite, en plus, par la production rocailleuse, caverneuse, est terrifiante, efficace à 1000%), est ici dans une version époustouflante, malgré le son. Et The Sailor's Tale, hélas trop court ici (4,45 minutes), dans une version là aussi remarquable malgré le son, et malgré, aussi et surtout, l'impression que la performance placée sur l'album est raccourcie, incomplète. C'est le seul morceau d'Islands, album alors le plus récent du groupe, présent sur ce live, ce qui peut étonner.

27092006115634

Boz

La guitare de Fripp est à son summum, écorchée vive comme on aime, comme Fripp (que l'on imagine assis sur son tabouret, car monsieur joue assis, près du mellotron) sait le faire. Une performance ruinée par le son, mais, mis à part ça, fantastique. Les deux improvisations sont également efficaces : Peoria, enregistrée, comme son titre l'indique, au concert de Peoria dans l'Illinois, est plutôt réussie, 7,30 minutes assez groovy, un peu chantées, mais pas trop (des vocalises, des improvisations sans grand sens). On sent que le groupe s'éclate à jouer, ce qui est aussi le cas de l'autre improvisation, Earthbound, quasiment aussi longue, sans doute un peu moins bonne, mais tout de même sympathique. Vraiment dommage que le son soit si pourri... Car, vraiment, Earthbound ne fait pas dans la dentelle de ce côté-là. Les critiques de l'époque (situées dans le livret, en coupures de presse, comme d'habitude avec les rééditions de Crimso), curieusement, n'insistent pas trop sur ce défaut, parlant de son rugueux, lourd, dur,mais sans plus. Il faut sans doute se dire qu'en 1972, une qualité sonore aussi calamiteuse ne devait sans doute pas choquer plus que ça, les techniques n'étaient pas celles d'aujourd'hui (il n'empêche, des albums live de la même époque, et même plus anciens, sonnent meilleurs : Made In Japan de Deep Purple, Ummagumma de Pink Floyd, At Fillmore East du Allman Brothers Band, Live/Dead du Grateful Dead, Live At Leeds des Who...).

42923516_p 

De nos jours, en 2011, quasiment 40 ans après la sortie d'Earthbound, c'est clairement épouvantable, limite inaudible tellement le son est détruit, rocailleux, comme passé dans un tamis. Plus on écoute l'album fort, plus on souffre des oreilles, mais moins on l'écoute fort, moins on parvient à capter l'essence même de ce live. Paradoxal : Earthbound offre le meilleur du groupe à l'époque, rien n'est à jeter des 5 morceaux, le groupe assure. Mais le son pourri empêche de vraiment aimer ce live qui, avec un qualité sonore classique, aurait clairement été un des meilleurs lives du genre. Dans l'ensemble, ce live est conseillé aux fans de Crimso, et est même un indispensable du groupe, en raison de son statut culte et rare (il fut pendant longtemps introuvable, ce n'est plus trop le cas désormais, même si ce n'est sûrement pas le CD du groupe le plus facilement trouvable en magasin), et du fait qu'il soit le premier live du groupe. De plus, vraiment, malgré le son pourri, ce que l'on entend est du très haut niveau, ce qui rend le gâchis de cette production vraiment important. Une sorte de testament live de la première période du groupe ; Crimso changera en effet totalement de style dès l'année suivante, avec un nouveau line-up autour de Fripp, mais ça, ça sera pour demain ! Et ça sera énorme !

FACE A

21st Century Schizoid Man

Peoria

The Sailor's Tale

FACE B

Earthbound

Groon