o240217 

Et voilà le temps de parler du dernier album studio sorti du vivant de Georges Brassens (et pour le moment, du dernier album de Brassens que j'aborderai ici). Il date de 1976, soit de 5 ans avant sa mort. Il porte, lui, un vrai titre, à savoir Nouvelles Chansons, mais on le surnomme, souvent, Trompe-La-Mort, du titre d'une des chansons (la première) de ce disque à la durée très généreuse (14 titres, 52 minutes !). Quatorzième opus studio du grand Georges de Sète, Nouvelles Chansons (je vais continuer de l'appeler ainsi ; après tout, cet album à un vrai titre, lui, contrairement aux précédents, alors autant l'utiliser !) a été enregistré avec les musiciens habituels de Brassens : Pierre Nicolas (contrebasse), Joël Favreau (seconde guitare). L'album est moins connu et estimé que les précédents, il faut dire aussi qu'il n'offre que peu de classiques, et n'est pas aussi quintessentiel que Fernande, Supplique Pour Être Enterré A La Plage De Sète ou Les Copains D'Abord. Mais ce Nouvelles Chansons offre quand même de très très bons morceaux, et dans l'ensemble, il est tout sauf honteux !

georges-brassens

OK, il y à des chansons un peu moyennes, ici ; et encore, n'exagérons rien, si Mélanie est un peu trop portée sur le cul, si Don Juan ne me plaît pas trop, le reste est quand même d'un très bon niveau : Trompe-La-Mort, Tempête Dans Un Bénitier, La Messe Au Pendu, Le Boulevard Du Temps Qui Passe et Montélimar sont, sincèrement, d'excellentes chansons dans le plus pur style brassensien. Certes, ce n'est pas du niveau des classiques absolus, mais on a ici la verve humoristique, touchante et anticléricale, parfois, de Brassens, qui était encore capable, malgré la maladie, de signer de beaux textes. Nouvelles Chansons est donc un bon cru, ni plus ni moins, du chanteur moustachu de Sète. Je sais que cette chronique est plus courte que de coutume, et désolé, mais je ne vois pas grand chose d'autre à dire ici : un album sympathique, un peu secondaire, pas extraordinaire mais pas non plus honteux, voilà ce que ce dernier opus studio de Georges Brassens, bien généreux dans son nombre de morceaux et son minutage, est. Et c'est déjà pas mal, on ne peut pas tout réussir à chaque fois !

FACE A

Trompe-La-Mort

Les Ricochets

Tempête Dans Un Bénitier

Le Boulevard Du Temps Qui Passe

Le Modeste

Don Juan

Les Casseuses

FACE B

Cupidon S'En Fout

Montélimar

Histoire De Faussaire

La Messe Au Pendu

Lèche-Cocu

Les Patriotes

Mélanie