songlrg

Il faudra attendre 1976 pour obtenir, enfin, un album live officiel (je ne compte pas les albums pirate, qui existaient depuis des années, mais allez les trouver, vous !) de Led Zeppelin. Et ce live a été enregistré au Madison Square Garden de New York, pendant trois soirs, les 27, 28 et 29 juillet...1973. Il faudra trois ans au groupe pour se décider à sortir les bandes, enregistrées officiellement (contrairement au triple live How The West Was Won sorti officiellement en 2003, mais offrant des extraits de concerts californiens de 1972 qui furent à la base enregistrés en bootleg) ! Le live, double (toujours en CD, d'autant plus que depuis 2007, une édition remastérisée offre 6 titres en plus, Misty Mountain Hop, Over The Hills And Far Away, The Ocean, Black Dog (avec le riff de Bring It On Home en guise d'intro), Heartbreaker et Since I've Been Loving You, des mêmes shows), contenait à la base 9 titres pour une centaine de minutes (une cinquantaine par disque). Et il est sorti parallèlement à un film live du même nom, existant en DVD, film culte réalisé par Joe Massot et Peter Clifton, proposant des séquences psychédéliques, oniriques illustrant les chansons, et des passages montrant Led Zeppelin live. Le film a été tourné live au Madison Square Garden, mais certaines séquences live ont été refaites en studio, pour combler. Pour la continuité, quasiment tous les membres du groupe (Plant, Bonham) porteront les mêmes tenues pour les trois soirs, exception faite de Page qui en changeait parfois durant les shows, et de Jones, a qui on avait dit que les shows ne seraient pas filmés !

44839795_p

Affiche du film

Le film (sorti le 20 octobre 1976) est franchement excellent, bien que daté, et les séquences rajoutées pour illustrer les chansons (et pour permettre de combler encore plus les trous dans le film, tout n'ayant apparemment pas été totalement filmé) ne sont pas toutes grandioses. Si celle montrant John Paul Jones en chevalier servant sauvant sa belle, pendant No Quarter, ou celle montrant Plant en Viking abordant sur la terre ferme pendant The Song Remains The Same, et en excursion forestière sur The Rain Song, sont belles, l'introduction non musicale du film montrant le manager du groupe, Peter Grant, en gangster de la Prohibition, est assez amusante (les effets visuels sont pourris : le sang est constitué de giclées de liquides multicolores, bleu, vert, jaune, rouge...) mais inutile. Idem pour Bonham dans une ferme, et faisant aussi du sport mécanique pendant le solo de batterie de Moby Dick, ou Page se prenant pour l'ermite de la pochette de l'Album Sans Nom pendant Stairway To Heaven. Le film est daté, donc, mais culte, et je ne peux m'empêcher de l'adorer, c'est même un de mes films de chevet, clairement. Et un complément indispensable à l'album, d'autant plus indispensable qu'il offre des morceaux absents du double live de l'époque par manque de place : les morceaux cités plus haut et désormais présents dans la version 2007, rallongée (Dazed And Confused passe de 27 à 29 minutes...mais Moby Dick a été un petit peu raccourci) et bénéficiant d'un meilleur son.

42300553_p

Maintenant que j'ai un peu parlé du film, parlons du live, sorti le 28 septembre 1976. Il souffre d'une réputation assez merdeuse, de The Song Remains The Same. D'abord, le son n'est pas extrordinaire (il n'est pas pourri, mais il est un peu plat, sauf dans sa réédition 2007). Ensuite, on sent que le groupe n'était pas dans une forme étincelante durant ces shows new-yorkais du MSG : Page dira lui-même du live que c'est le compte-rendu fidèle et réaliste d'une honnête performance médiocre. Le groupe, apparemment, était en fin de tournée, ils étaient sans doute un peu fatigués, et ça arrive, on ne peut pas faire des concerts grandioses à chaque fois. Plant, notamment, semble un peu à plat, surtout sur Rock And Roll et Celebration Day, les deux premiers titres (de l'album), qui ne manquent pas de pêche musicalement parlant, mais qui, vocalement, sont un peu bas, il ne chante pas avec autant de patate que d'ordinaire. A partir du troisième titre, The Song Remains The Same, ça devient plus nerveux et, aussi et surtout, meilleur. Cette version live est franchement excellente, mais le meilleur du live n'est pas encore là. Le meilleur (enfin, le meilleur, première partie), arrive juste après, sur le morceau qui s'enchaîne sans pause (un cri de Plant, qui se perd dans le lointain, pour les relier), The Rain Song. 8,20 minutes de pure merveille absolue. Meilleure que la version studio de Houses Of The Holy (alors l'album le plus récent du groupe ; au moment de l'enregistrement de ces concerts, je veux dire, parce que, sinon, au moment de la sortie du live, c'est Presence le plus récent). La face A se finissait sur ce The Rain Song mémorable.

lz_sml

Pour la face B, c'est une autre paire de manches : elle ne contient qu'un seul et unique titre, Dazed And Confused. Dans une version très longue, quasiment interminable, de 27 minutes. Dans le film, avec l'aide de l'image et des petites séquences surréalistes, ça passe bien mieux que sur l'album. Sur l'album, il n'y à pas l'image pour faire passer la pilule. On est là, assis, ou allongé, à écouter, pendant 27 minutes, une  version très longue, longuette, de ce morceau qui, ici, est alterné avec des passages un peu bluesy, des improvisations. A la base, Dazed And Confused, chanson immense il est vrai, n'est pas ma préférée du groupe, pas une de mes préférées. J'aurais préféré un autre titre pour les 27 minutes, en gros ! Enfin bon, c'est comme ça, on n'y peut rien... On notera un passage très réussi (quand Plant chante des bribes de San Francisco), et un autre (le fameux passage de l'archet de violon qui envoie des giclées de riff un peu partout, une trouvaille de Page se trouvant déjà sur la version studio) très bon, mais usant, à la longue...sauf dans le film, où l'image aide à patienter. Mais 27 minutes (29 pour la version 2007, grrrr), c'est trop. Usant, fatigant, caricatural...Le point faible de l'album, probablement, malgré que cette interprétation ne soit, sincèrement, pas mauvaise. Elle est juste trop longue, c'est tout ce qu'on en retient, on en sort crevé, et on n'a limite pas envie de glisser le deuxième disque (aussi long, pour moins de titres !) dans le lecteur, ou de poser le deuxième vinyle sur la platine. En revanche, on ressent quand même quelque chose de positif, une fois Dazed And Confused fini : le plus long morceau du live est passé, le passage 'mineur', en trop, aussi...

ledplant

Ce serait pourtant faire une grave erreur que de refuser d'écouter la suite, car la face C commence par les 12 minutes (quasiment le double de la version studio !) de No Quarter, et on est là en face de la deuxième partie du meilleur moment de The Song Remains The Same. Que dire ? Cette version live est parfaite. Le mellotron de John Paul Jones est totalement enivrant, oppressant, le chant de Plant est parfait, la guitare de Page aussi (dans le passage The dogs of doom are howlin' more, Page utilise une sorte de pédale d'effet, à moins que ça ne soit Jonesy, qui fait comme une sorte de hurlement digne de ceux des 'chiens de la malédiction' dont parle Plant à ce moment ; l'effet est imparable). Une version certes très longue, mais le temps passe trop vite à l'écouter. Ensuite, on a 11 minutes de Stairway To Heaven. Autre grand moment (le dernier, quasiment, du live...), malgré des interventions vocales assez horripilantes de Plant (I hope so, Wait a minute, wait a minute, Aaaaah, you know, ce genre de trucs) qui viennent un peu gâcher le plaisir. Le solo, aussi, est meilleur sur la version originale de 1971 qu'ici, il est un peu expédié par moments. Mis à part ça, rien à dire, les chefs d'oeuvre sont immortels, même un peu bâclés, ils restent sublimes, et Stairway To Heaven en est un, de chef d'oeuvre.

42300566_p

DVD du film (pas la jaquette Zone 2, mais celle de la Zone 2 est semblable)

La dernière face est la moins bonne des quatre, malheureusement. Elle démarre par Moby Dick, qui dure ici quasiment 13 minutes. Moby Dick, vous le savez, c'est un instrumental essentiellement constitué d'un solo de batterie, contenant par ailleurs un passage sur lequel Bonham joue de ses poings nus sur les tambours. Pas la version la plus longue enregistrée par le groupe (sur How The West Was Won, elle dure quasiment 20 minutes, et il y aura plus long encore dans la carrière du groupe, le morceau sera parfois appelé Over The Top en live), mais elle est quand même horriblement longue. Et là, le film n'aide pas, les images n'aident pas (car le passage surréaliste qui illustre le solo est assez raté), ça reste long. Long. LONG. Il faut aimer les soli de batterie, mais même là, celui de cette version de Moby Dick n'est pas la meilleure. Bonham reste un batteur d'exception, mais ce passage est raté, voilà tout. Enfin, on a 14,30 minutes de Whole Lotta Love, dans lesquelles on a une sorte de petit medley de standards rock'n'roll et blues (le groupe faisait souvent ça sur ce titre), pour finir. Là aussi, il y à eu mieux (paradoxe : la version How The West Was Won, qui dure 23 minutes, est plus digeste que celle de The Song Remains The Same !), et le live se finit un peu moyennement, même si le groupe assure quand même bien sur les passages de la chanson elle-même.

led_zeppelin_1979

Mais The Song Remains The Same est quand même un live inégal et boursouflé, trop long. Paradoxe, là aussi, la version 2007 est nettement meilleure, car elle offre un son plus puissant et des morceaux en plus, franchement bons (même si Heartbreaker semble avoir été mal, très mal raccordé au reste de l'album, la jonction avec les morceaux qui l'entourent est foirée, abrupte), mais dans l'ensemble, ce double live, dans sa version 1976 ou 2007, n'est quand même pas le meilleur live du groupe. C'est même le moins convaincant, ce qui ne m'empêche pas de bien l'aimer, pour son côté bancal. Un live mineur, mais attachant, et pendant 21 ans (jusqu'à la sortie en 1997 des grandioses BBC Sessions), ça sera le seul document live officiel de Led Zeppelin, le seul os à ronger si on voulait se faire du live zeppelinien. Un os un peu malingre, mais on finit, avec le temps qui passe, par l'apprécier pour ce qu'il est : un compte-rendu fidèle et réaliste d'une honnête performance médiocre, dixit Page. A noter que ce live et le film sortiront quasiment dans l'indifférence, preuve que l'Âge d'Or du groupe semble bel et bien achevé... Ils mettront plus de deux ans avant de ressortir un album (voir dans quelques heures)...

FACE A

Rock And Roll

Celebration Day

The Song Remains The Same

The Rain Song

FACE B

Dazed And Confused

FACE C

No Quarter

Stairway To Heaven

FACE D

Moby Dick

Whole Lotta Love

et un extrait du film :