7

Après une série d'albums soit fantastiques, soit tout simplement convaincants, R.E.M., en 2001, sort un album qui va tout faire capoter, dans un sens, son premier mauvais album : Reveal. Sorti sous une pochette presque (presque !) aussi ratée que celle du précédent album (Up, un album étonnant, un peu inégal, trop long, certainement pas un des sommets du groupe, mais à écouter quand même), Reveal est le douzième cru de Rapid Eye Movement, groupe désormais, depuis le précédent opus, au nombre de trois membres, Michael Stipe, Peter Buck et Mike Mills. L'album, en 53 minutes, aligne 12 titres dont un des plus gros succès du groupe en singles, Imitation Of Life. Cette chanson est si belle que je me l'étais payée en single, ce qui, je dois dire, m'arrive pour ainsi dire jamais (je dois avoir une dizaine de singles en plus de 15 ans depuis le plus ancien acheté, si je ne m'en suis pas débarrassé par ailleurs), et c'est probablement même la dernière fois que je me suis acheté un single, ou une des dernières fois. Je ne me suis pas acheté l'album, je l'ai juste emprunté dans une médiathèque, et croyez-moi, c'est suffisant. Car si cette chanson assure, l'album, lui, non.

92833__rem_l

Oui, Imitation Of Life, qui rappelle Losing My Religion, Shiny Happy People, bref, le grand R.E.M. de l'époque dorée où le groupe de Stipe alignait les succès (ces deux chansons avaient déjà 10 ans, elles en ont maintenant 20, dingue de se dire ça), est une grande chanson. Mais le reste ? Ce Disappear ? Ce Beachball ? Ces Saturn Return, All The Way To Reno (You're Gonna Be A Star) (qui sera le deuxième single promotionnel) ou Chorus And The Ring ? Franchement médiocres, pas du niveau du reste de la discographie du groupe d'Athens. Mis à part Imitation Of Life (bon, le deuxième single n'est pas trop mal, c'est vrai, mais pas de quoi se relever la nuit), on s'emmerde vraiment durant l'écoute de ce Reveal trop long (heureusement qu'il ne dure pas comme Up ou New Adventures In Hi-Fi, soit 10 minutes de plus) et vraiment plus qu'inégal : médiocre.

stipe(12)

Alors, OK, le single ; OK, Michael Stipe, comme à son habitude, chante super bien ; OK, la production de Patrick cCarthy et du groupe est très bonne ; OK, on peut pardonner à R.E.M. un aussi mauvais album, leur premier dans ce cas (et, autant le dire, leur dernier, car les albums suivants seront meilleurs, dans l'ensemble). Mais il n'empêche, Reveal est une sacrée grosse déception, aucun autre terme ne convient. Et c'est un non-fan qui le dit !

The Lifting

I've Been High

All The Way To Reno (You're Gonna Be A Star)

She Just Wants To Be

Disappear

Saturn Return

Beat A Drum

Imitation Of Life

Summer Turns To High

Chorus And The Ring

I'll Take The Rain

Beachball