mauvaises_nouvelles_des_etoiles_digipack_CD_large

 Flash back : 1979. Serge Gainsbourg s'envole pour la Jamaïque, avec comme intention d'enregistrer un album de reggae en français. Il s'entoure, pour cela, de la crème des musiciens du cru, Robbie Shakespeare (basse), Sly Dunbar (batterie), Mikey Chung (guitare), Dougie Bryan (guitare rythmique), Ansel Collins (orgue), et les I-Threes (Marcia Griffiths, Judy Moffat et Rita Marley, femme de Bob), choristes de Bob Marley & The Wailers, dans les choeurs. L'album s'appelle Aux Armes Et Caetera, et contient notamment, surtout en fait, une reprise reggae de La Marseillaise (dont Serge achètera aux enchères le manuscrit original quelques années plus tard), appelée comme l'album (sur le manuscrit de la chanson originale, Rouget De Lisle écrira, pour le deuxième refrain, Aux armes...et caetera, pour faire plus vite ; Serge verra ce détail dans une encyclopédie, et ça lui donnera l'idée de cette reprise). L'album, le premier album de reggae français, sera un triomphe, mais aussi un terrible scandale, avec cette reprise qui choquera les bien-pensants et les consrvateurs : des paras, au cours d'un concert, menaceront de casser la gueule à Gainsbourg, qui, pour les narguer, chantera, sur scène, une version classique, a capella, de l'hymne national ; les paras, par réflexe, au garde-à-vous. Et Serge, une fois l'hymne fini, narquois, rageur, leur fait un bras d'honneur. Dans l'cul, les mecs. Autre scandale, un journaliste et futur académicien, Michel Droit, écrira un article flirtant avec l'antisémitisme pour critiquer Gainsbourg, qui répondra, dans le même journal (Le Figaro Magazine), par un article intitulé "On n'a pas le con d'être aussi Droit". Tout ceci aidera l'album à devenir ce qu'il est devenu, un classique, 50ème meilleur album de rock français selon le magazine ricain Rolling Stone, un des sommets de la musique française selon quasiment tout le monde.

49574213_p

Il fallait bien une suite à ce chef d'oeuvre. Gainsbourg la fera en 1981. En attendant, dès 1980, il plonge à corps perdu, à coeur perdu, dans son double maléfique, Gainsbarre. Il se retrouve seul, rue de Verneuil : Jane est partie, avec Charlotte, avec Kate (sa fille d'avant Serge), elle en a marre des beuveries, des soirées pas possible, de Gainsbarre qui transforme Gainsbourg en loque humaine. Gainsbourg écrit un court roman, Evguénie Sokolov, très court roman, même (même pas 100 pages), qui parle d'un peintre d'origine russe qui se découvre une vocation de pétomane (et peindra même grâce à ça, utilisant un procédé qu'il invente, le gazographe). Il rencontre Caroline Paulus, petite-fille du maréchal allemand Van Paulus et fills d'un légionnaire allemand et d'une  aristocrate chinoise, surnommée Bambou, une junkie fragile qui vivra avec Serge jusqu'à la fin, et sera la mère de son fils Lulu ; il offre à Alain Chamfort un album (quasiment tout un album, une chanson exceptée), enregistré à Los Angeles, l'album Amour, Année Zéro (mais Serge, accompagné de sa nouvelle copine Bambou, rentrera en France, après s'être engueulé avec Chamfort) ; il offre à Jacques Dutronc un album très sous influence Vu De L'Extérieur, Guerre Et Pets ; il fait de même pour Catherine Deneuve (tout le monde fait des erreurs) avec l'album Souviens-Toi De M'Oublier (titre à prendre au premier degré, tout le monde se souviendra de l'oublier, cet album) ; il joue dans Je Vous Aime de Claude Berri, avec Catherine Deneuve, Alain Souchon, Gérard Depardieu, la chanson Dieu Est Un Fumeur De Havane, en duo avec Deneuve, est un hit ; et il enregistre, à Nassau, aux Bahamas, la suite de Aux Armes Et Caetera : Mauvaises Nouvelles Des Etoiles.

49574202_p

Entre le premier album reggae et ce deuxième et dernier (et antépénultième album studio de Serge), il se passera un évênement majeur pour ce style musical : la mort de Bob Marley. Marley est mort en mai, Serge entre en studio en septembre (l'album sort en novembre). L'album est enregistré en six jours chrono, avec les mêmes musiciens que pour Aux Armes Et Caetera (Dunbar, Shakespeare, Collins, Chung, Sticky Thompson, Bryan) et, aussi, les I-Threes, tous en deuil du Tuff Gong, mort d'un cancer peu avant dans l'année. Mauvaises Nouvelles Des Etoiles est un disque très sombre, ça se ressent de son titre pessimiste (inspiré par un dessin de Paul Klee, "Très Mauvaises Nouvelles Des Etoiles", que possède Serge, en grand amateur de l'art en général et de la peinture en particulier, rappelons que tel était son premier vrai métier avant la musique) à sa pochette on ne peut plus sobre montrant un Gainsbourg tristement songeur. Et les morceaux aussi sont sombres : Toi Mourir, Juif Et Dieu, La Nostalgie, Camarade, le dub final Bad News From The Stars chanté par les I-Threes... Court (34 minutes) mais tout de meme plus long que l'ensemble des albums précédents de Serge (faut le faire), Mauvaises Nouvelles Des Etoiles est un disque vraiment sombre, triste, on sent que la légèreté du précédent opus est partie à jamais. Est-ce pour ça qu'on estimera l'album raté, que l'alchimie entre Serge et les musiciens jamaïcains ne se ressentira pas ici ? Non, l'album n'est pas raté. C'est même un des plus attachants de Serge, mais aussi, clairement, un de ses moins connus, et sans doute même le moins réputé, celui qui a été quasiment oublié, mis de côté.

bambou_galerie_principal

On a vraiment de sublimes moments, sur ce disque : Overseas Telegram, qui ouvre le bal, chanson que Serge fera chanter à Jane Birkin sur Baby Alone In Babylone (1983, grand album) et qu'il a fait chanter à Deneuve sur son album Souviens-Toi De M'Oublier ; Ecce Homo, un classique, dans lequel Serge parle de Gainsbarre plus que de lui (C'est moi Gainsbarre, on me retrouve au hasard  des night-clubs et des bars), tout comme La Nostalgie, Camarade qui parle de ses emmerdes avec les paras, au cours de l'incident de sa Marseillaise reggae, et le salace Mickey Maousse. Sans oublier le seul vrai moment de légèreté de l'album, Evguénie Sokolov. Un instrumental servant de musique d'ambiance pour la lecture du court roman du même nom, fallait le faire. Car cet instrumental est, sur fond de dub imparable, constitué de...pets. Vrais ou faux (sans doute des deux), ce morceau est, franchement, impayable, hilarant, impossible de ne pas sourire, ou même rire, en l'écoutant. Prttt....prrrrrrttttt...pptttt... il y à de tout, dans ces 2,55 minutes sans paroles : des pets secs, longs, courts, foireux, graves, aigus... Comme Jean-François Brieu le dit dans son texte situé dans le livret de la réédition CD, le livre se lit les mains dans les poches, il y à tellement de vents que les pages se tournent toutes seules. Et le morceau est en quelque sorte une chanson interactive : peu importe le passage du livre que l'on lit au moment d'écouter le morceau, ça fonctionnera parfaitement !

2187879601_1 

Mauvaises Nouvelles Des Etoiles (qui, comme Aux Armes Et Caetera, sortira par la suite, bien plus tard et après la mort de Serge, en version totalement dub) est un disque oublié, ce qui est vraiment dommage. Certes, tout n'est pas grandiose ici (Bana Basadi Balalo, Shush Shush Charlotte ne sont pas fantastiques, mais ce n'est pas non plus catastrophique), mais dans l'ensemble, ce disque reflètant très bien l'état d'esprit de Gainsbourg à l'époque est franchement attachant et très bon. Gainsbourg allait un peu mal à l'époque, Jane lui manque, il signe des chansons assez sombres (il signera, pour Bashung, quasiment tout Play Blessures), il a définitivement plongé dans la tise, sa copine Bambou, sa dernière compagne, est, elle, héroïnomane (il lui arrivera souvent de trouver des seringues dans la salle de bains, et fera toujours mine de prendre ça à la légère), Bob Marley, icône du reggae, est mort et le reggae est, pour les masses, mort avec lui (en fait, non, mais il est vrai que le reggae a beaucoup perdu en 1981), et, du coup, l'album, à sa sortie, passe quasiment inaperçu... L'album ne convaincra pas trop, est depuis tombé un peu dans l'oubli, mais, franchement, personnellement, je le préfère nettement à Aux Armes Et Caetera. Trois ans plus tard, Serge passera à la pop pure et dure, fortement teintée de sexe, avec Love On The Beat, la page reggae définitivement tournée... La nostalgie, camarade...la nostalgie, camarade...

FACE A

Overseas Telegram

Ecce Homo

Mickey Maousse

Juif Et Dieu

Shush Shush Charlotte

Toi Mourir

FACE C

La Nostalgie Camarade

Bana Basadi Balalo

Evguénie Sokolov

Negusa Nagast

Strike

Bad News From The Stars