2

Troisième album de R.E.M., Fables Of The Reconstruction est sorti en 1985. Sorti sur le label indépendant I.R.S., le disque fait suite à Reckoning (1984), et est probablement l'album le moins connu (en tout cas, un des moins connus !) du groupe de Michael Stipe, Mike Mills, Peter Buck et Bill Berry. La pochette de l'album est assez étonnante, car on peut lire le titre de l'album de deux manières : le titre classique, ou bien Reconstruction Of The Fables ! Court (39 minutes), l'album est en quelque sorte conceptuel (d'où la présence du tag en bas d'article), car un sujet rôde tout du long des 11 morceaux : la reconstruction des USA suite à la guerre civile, la guerre de Sécession. C'est le premier album du groupe enregistré ailleurs qu'aux USA : il a été fait à Londres, au cours d'un hiver assez rigoureux qui foutera le mal du pays aux p'tits gars d'Athens (Géorgie, sud-est des USA) ! L'album se classera bien (il se classera même mieux encore, en Angleterre, que Murmur et Reckoning, les deux précédents opus), mais le succès mondial n'est pas encore là, et d'une manière générale, Fables Of The Reconstruction est, comme je l'ai dit plus haut, un album assez méconnu, de nos jours, de R.E.M., nettement moins connu que Murmur ou que les albums de la deuxième période (dès 1988 et l'arrivée chez Warner).

198Xrem

Il y à franchement d'excellentes chansons sur ce troisième cru des Rapid Eye Movement (qui est, je le rappelle, la signification du sigle de leur nom, et est une allusion à une des phases du sommeil) : Can't Get There From Here (sorti en single), Feeling Gravitys Pull, Driver 8 (aussi sorti en single) ou bien encore Kohoutek. Premier album de R.E.M. avec une utilisation de cuivres (sur Can't Get There From Here, par ailleurs), Fables Of The Reconstruction ne fait pas partie de mes préférés du groupe, que ce soit en général ou de leur période I.R.S., mais ce qui est sûr, c'est que pour la troisième fois consécutive, le groupe livre ici un disque très réussi et sympathique, ne contenant que très très peu de déchets (pas fan de Auctioneer (Another Engine) et Old Man Kensey). Le chant de Stipe est comme à son habitude, excellent, ce mec est vraiment une des forces principales de la réussite de la carrière de R.E.M., essayez d'imaginer R.E.M. sans lui, et vous verrez, c'est impossible. Autre grande force pour le groupe, ne jamais avoir changé de line-up, être restés soudés, jusqu'à la fin, même si Bill Berry est parti en 1997.

5914485681_d466ea8fd0_z

Au final, on a donc ici un très très bon cru de la part de R.E.M., mais pas leur sommet pour moi. Leur album suivant, Lifes Rich Pageant, sera encore meilleur que les trois précédents opus (enfin, du même niveau que Murmur, mais meilleur que Fables Of The Reconstruction et Reckoning), et par la suite, le groupe livrera bien plus souvent de bons disques que de moyens (ou alors, à partir de Up en 1998, après le départ de Berry). Si vous aimez R.E.M., et que vous ne connaissez pas leur première période vous devriez essayer ! C'est franchement excellent.

FACE A

Feeling Gravitys Pull

Maps And Legends

Driver 8

Life And How To Live It

Old Man Kensey

FACE B

Can't Get There From Here

Green Grow The Rushes

Kohoutek

Auctioneer (Another Engine)

Good Advices

Wendell Gee