0724383951925

En 1972, les Rolling Stones ont frappé un grand coup avec un double album enregistré en plein été 1971 à Villefranche-Sur-Mer, Côte d'Azur, dans la cave d'une belle villa louée par Keith Richards, Nellcôte. L'album, c'est Exile On Main St., album légendaire, le quatrième album du groupe (après Beggars Banquet, Let It Bleed et Sticky Fingers) à être produit par Jimmy Miller. En 1972, donc, ce disque sort, et sera parfois mal accueilli en raison de sa production rugueuse et de son aspect hétéroclite (il est depuis considéré à raison comme un gros classique). Le groupe décide de frapper encore un grand coup en filant enregistrer un nouvel album à la Jamaïque. De leurs débuts à 1974, les Stones publieront un disque par an ! Ils partent dont à la Jamaïque, en emmenant avec eux Nicky Hopkins (piano), Billy Preston (orgue), Ian Stewart (leur pianiste attitré N°1), Bobby Keys (saxophone), Jim Horn (saxophone et flûte), Chuck Finley (trompette) et, aussi et surtout, le producteur Jimmy Miller, qui produit donc son cinquième Stones (et son dernier, par ailleurs). L'album sortira en 1973 sous une très étrange pochette jaune représentant Jagger (au recto), Richards (verso) et Wyman, Watts et Taylor (intérieur de pochette) sous des sortes de sacs transparents, des cocons. L'album s'appelle Goats Head Soup, ce qui signifie aussi bien 'Soupe à la tête de bouc' que 'Goûte cette soupe' (car le titre de l'album sonne, en français, de la sorte, marrant, non ?). A l'intérieur, une illustration amusante illustrant littéralement le titre (un chaudron avec une tête de bouc, des légumes, un bouillon, des fumerolles) ! Il paraîtrait aussi qu'on distinguerait, de travers, sur le recto de pochette, la tête de Baphomet, une des représentations du Diable (avec une tête de bouc, justement), mais je n'ai jamais réussi à la distinguer...

50040553_p

Illustration glissée dans la pochette

Goats Head Soup, 47 minutes, est un des albums les plus décriés du groupe. La grande majorité des fans se mettent généralement d'accord pour affirmer que le début de la fin commence là, en 1973, avec la sortie de ce dernier Stones produit par Miller (la production est par ailleurs, sans être aussi rugueuse que pour Exile On Main St., assez brutale, et efficace). La raison principale, l'argument majeur avancé par les fans qui n'aiment pas (ou n'aiment pas trop, nuance) Goats Head Soup, c'est qu'après une série d'albums aussi puissants (de Beggars Banquet, 1968, au double album de 1972), ce disque de 1973 sonne comme un recul. De plus, les Cailloux offrent ici leur premier tube radiophonique, et c'est un slow, en plus : Angie. Chanson qui ne parle pas forcément d'Angela Bowie, avec qui Jagger sera un temps. Ni d'Angela Davis, fameuse leader du Black Power, à qui la chanson Sweet Black Angel de l'album précédent était, elle, dédiée. Mais d'une fille nommée Angie, point. Une belle, très belle chanson qui achève la face A, et passe encore très souvent à la radio. Oui, Angie est un slow dégoulinant, qui fait bizarre après des chansons telles que Brown Sugar, Rocks Off, Midnight Rambler ou Bitch. Mais pour différente et plus accessible, plus basique, elle n'en est pas moins une très très belle chanson, une ballade rock admirable qu'on ne se lasse pas d'écouter, même si ce n'est pas le sommet de l'album. Angie ne sera pas vraiment pardonnée par les fans.

50040575_p

L'album n'est franchement pas raté du tout. Il y à une chanson ou deux pour lesquelles j'ai du mal (Silver Train est efficace, correcte, mais pas extraordinaire, surtout en ouverture de face B, et Can You Hear The Music ? est assez space et pas terrible, elle ; elle est, de plus, trop longue, avec 5,30 minutes). Mais le reste...rien à dire. Doo Doo Doo Doo Doo (Heartbreaker), qui sortira en single, est une chanson très efficace rythmée par l'orgue de Preston et les Doo doo doo doo doo de Richards dans les choeurs du refrain. Jagger est en forme, aussi bien sur ce court titre (3,30 minutes, le plus court, de loin) que sur le reste de l'album, ce Angie magnifique, ce Star Star (Starfucker) mémorable en final, sous influence Chuck Berry (le morceau a toujours été abordé, par le groupe, sous le titre de Starfucker, mais aux USA, on exigera un autre titre, par puritanisme ; néanmoins, le refrain de la chanson est Starfucker, starfucker, starfucker...), ce lent et langoureux Coming Down Again (morceau le plus long, 6 minutes) interprété par Keith Richards, qui a bien souvent interprété de sublimes chansons sur les albums du groupe, ce Winter tout aussi mémorable sur lequel Mick Taylor se livre à une performance incroyable, ce 100 Years Ago démarrant calmement et se finissant en pandémonium absolument grandiose...Et il y à aussi THE grand morceau of l'album, Dancing With Mr. D., qui ouvre, de plus, le bal. Le monsieur D du titre, c'est le Diable, évidemment, et peut-être même le Baphomet du titre et de l'illustration de la pochette intérieure (l'illustration est glissée en insert, comme une autre qui, elle, montre les musiciens accompagnateurs et le détail des crédits de l'album). Cette chanson est monumentale, une des 10 meilleures du groupe (et le sommet de Goats Head Soup) : tout est y est monstrueux, du chant de Jagger, les Dancing, dancing du refrain, le rythme, et ce riff, putain, ce riff d'intro, qui chamboule tout sur son passage... Comment un disque s'ouvrant sur une telle salve (la face A entière !) peut-il se retrouver parmi les moins bien appréciés des fans ?

rolling-stones-goats-head-soup-2005-inside-gatefold

Intérieur de pochette

Comme je l'ai dit, la raison principale est probablement que l'album soit sorti après quatre bombes absolues. Manque de bol. L'album a déçu pas mal de monde à sa sortie, on a commencé à parler de léger déclin, surtout après Exile On Main St. que tout le monde, alors, commencera à réhabiliter (pour ceux qui, à la sortie de l'album, le décrièrent un peu pour les raisons citées plus haut) rétroactivement. C'est vrai qu'à côté du double album de 1972, Goats Head Soup fait office de challenger sans grand espoir de gagner la course. Et que vous trouverez difficilement un fan des Stones vous affirmant que ce disque jamaïcain (mais ne sonnant pas reggae pour autant) est son grand préféré du groupe. Moi-même, personnellement, je ne l'affirme pas (mon préféré ? Sans doute Let It Bleed, voire même Tattoo You, hé oui, et je n'ai même pas parlé de Their Satanic Majesties' Request, en plus), mais ce qui est sûr, c'est que j'adore Goats Head Soup, et que, sur ses 10 chansons, 7 font partie de mes grandes favorites of all time des Stones (je vais citer les trois qui ne le sont pas, ça ira plus vite : Silver Train, Hide Your Love et Can You Hear The Music ?). Production brut de pomme et très efficace, chansons mémorables, le groupe est en forme... Mais qu'avez-vous donc tous après ce  disque, enfin, il est vraiment excellent !

rolling-stones-goats-head-soup-2005-back-cover

Verso de pochette

Après, c'est vrai que la suite ne sera pas aussi glorieuse : l'album suivant, It's Only Rock'n'Roll (1974, enregistré en Allemagne), produit par Jagger et Richards (The Glimmer Twins, c'est eux), sous sa sublime pochette du regretté Guy Pellaert, offrira d'autres grandes chansons, mais sera, dans l'ensemble, un petit peu inégal (face B pas parfaite du tout). Puis Mick Taylor partira, remplacé définitivement par Ron Wood, et ça sera Black And Blue (1976), à moitié reggae, et plus qu'à moitié médiocre. Puis le monumental Some Girls, puis le ratage monumental d'Emotional Rescue, puis le grandiose Tattoo You (que je referai ici ainsi que d'autres albums du groupe, mes chroniques actuelles du groupe étant pour la plupart moyennes), puis les mauvais Undercover et Dirty Work, puis un retour à du bon boulot avec Steel Wheels et Voodoo Lounge, puis une rechute avec Bridges To Babylon, et un nouveau retour, le dernier à ce jour, avec A Bigger Bang. Une carrière en dents de scie depuis 1976. Goats Head Soup, lui, ne mérite pas d'être catalogué comme étant le premier album médiocre du groupe. Honnêtement, c'est Black And Blue qui mérite ce déshonneur !

FACE A

Dancing With Mr. D.

100 Years Ago

Coming Down Again

Doo Doo Doo Doo Doo (Heartbreaker)

Angie

FACE B

Silver Train

Hide Your Love

Winter

Can You Hear The Music ?

Star Star (Starfucker)