A

Il fallait bien que ça arrive un jour. Et c'est arrivé le 17 mai 2004, date précise de la sortie de ce disque : après une série d'albums alternant entre réussite (Let Love Rule, Mama Said, Are You Gonna Go My Way ?, Lenny) et demi-réussite (Circus, 5, tous deux moyens, mais pas mauvais non plus), Lenny Kravitz, en 2004, pour les 15 ans de sa carrière, sort son pire album (pour l'époque et encore à ce jour), Baptism. Sous une pochette rouge montrant Lenny, nu (on le suppose nu, en tout cas), avec sa guitare, dans un bain de liquide rouge épais style peinture, Baptism est par ailleurs son septième album studio. Il fait suite à un Lenny (2001) franchement bon, qui, lui, faisait suite à deux albums un peu fadasses. Par la suite, Lenny sortira deux albums (le dernier, cette année) qui relanceront sa créativité, mais en 2004, il est vraiment dans le creux de la vague avec Baptism. Album qu'il a produit, comme à son habitude, et sur lequel il joue quasiment de tout, avec quand même la collaboration du fidèle Craig Ross.

lk07

C'est un fait : rien, sur ce disque, aucune des 13 chansons (14 au Japon, on a un dernier titre en plus, Uncharted Terrain ; l'album dure 54 minutes pour les 13 titres de l'édition américaine et européenne) ne fonctionne, du single promotionnel Where Are We Runnin' ? au reste. Baptism est un ratage absolu, aucune bonne chanson, ça fait vraiment de la peine de voir Kravitz s'effondrer de la sorte après un aussi bon précédent album, après, même, une série d'aussi bons albums (si on excepte Circus et 5 qui ne sont pourtant pas mauvais). I Don't Want To Be A Star (pourtant, t'en es une, faudrait t'y faire), Baptized, Destiny (co-écrite avec Lionel Richie !), Storm, What Did I Do With My Life ? (et qu'est-ce que t'as fait, aussi, avec cet album ?), Minister Of Rock'n'Roll ou bien encore Sistamamalover, autant de chansons insipides, mélange ici totalement foiré de rock, funk et hard-rock, teinté de pop et de soul, aussi. La réussite des trois premiers albums est ici bien loin.

50753

Baptism est donc l'album à oublier de Lenny Kravitz. Par la suite, l'artiste sortira donc deux albums, qui sont assez bons, pour ne pas dire, même, très bons. Preuve supplémentaire que cet album de 2004 est l'accident industriel, l'erreur de parcours, le bébé malformé et mort-né qu'il faut oublier, charitablement, pour passer à autre chose et en faire le deuil... Et c'est un non-fan (mais j'aime quand même assez cet artiste) qui le dit, alors les fans, vous pensez !!!

Minister Of Rock'n'Roll

I Don't Want To Be A Star

Lady

Calling All Angels

California

Sistamamalover

Where Are We Runnin' ?

Baptized

Flash

What Did I Do With My Life ?

Storm

The Other Side

Destiny