Arctic-Monkeys_Whatever-People-Say-I-Am-Thats-What-Im-Not

Je dois l'avouer, j'ai prix une petite claque. Car je ne m'attendais pas vraiment à tomber sur du rock aussi puissant et efficace en écoutant cet album, sorti en 2006, le premier opus des Arctic Monkeys (groupe dirigé par le chanteur et guitariste Alex Turner, qui n'est pas sur la pochette). Je ne sais pas pourquoi, mais je pensais que ce Whatever People Say I Am, That's What I'm Not serait un disque assez calme, folk, doux, triste aussi, à l'image de sa pochette en noir et blanc montrant un homme aux allures typiquement british, fumant une clope, mal rasé, regard un peu flou, certainement pas au comble de la joie (au dos de pochette, il a carrément le visage dans la main, tête baissée). Je ne sais pas au juste qui est ce mec sur la couverture (je sais que ce n'est pas Alex Turner, ni aucun des trois autres membres du groupe : observez les photos plus bas, vous verrez bien), mec que l'on retrouve sur certaines des illustrations du livret CD (qui ne contient rien d'autre que ces photos, pas de paroles, rien).

arctic-monkeys-20070628-276228

Donc, l'album, sous sa pochette tristounette et sobre, sous son titre à rallonge (pas mal des 13 chansons, pour 41 minutes de musique en tout, ont aussi un titre assez long), m'a trompé. Non, Whatever People Say I Am, That's What I'm Not n'est pas un petit disque de folk-rock à la Dylan moderne. En fait, le résultat serait plus proche des Libertines que d'autre chose ! Un disque monstrueux qui, à sa sortie, sera l'objet de ventes colossales, c'est même le premier album le plus vendu de tous les temps, en un temps record : plus de 300 000 exemplaires vendus en une seule petite semaine. Mieux que n'importe qui, Beatles, Led Zeppelin ou autres ! Les Arctic Monkeys (nom de groupe bizarre mais sympa) peuvent remercier Internet, évidemment, le buzz se fera rapidement autour d'une chanson mémorable placée ici en deuxième position, I Bet You Look Good On The Dancefloor. Une chanson absolument imparable, un nouveau classique comme le Time For Heroes des Libertines ou le Seven Nation Army des White Stripes. Le chant de Turner est imparable, adolescent (tous sont jeunes, moins de 20 ans, au moment de la sortie de ce premier opus), un peu narquois, il me fait penser au chanteur (je ne connais pas son nom) des Maroon 5, en meilleur, pour le timbre vocal.

arctic-monkeys

Les chansons pleuvent comme autant de pépites, The View From The Afternoon, I Bet You Look Good On The Dancefloor, Still Take You Home, le reposant Riot Van, le long (5,30 minutes, le morceau le plus long de l'album) A Certain Romance, ou bien encore From The Ritz To The Rubble. L'album, dans sa totalité, est juste fantastique, aucune mauvaise chanson (pas même une petite chanson moyenne), production efficace et classique (l'album sort sur un label indépendant, Domino), interprétation bluffante, songwriting imparable... Au bout du compte, Whatever People Say I Am, That's What I'm Not est tout simplement un classique moderne du rock, un disque dans la lignée des Jam ou Libertines. Efficace, jubilatoire, remarquable !

The View From The Afternoon

I Bet You Look Good On The Dancefloor

Fake Tales Of San Francisco

Dancing Shoes

You Probably Couldn't See For The Lights But You Were Staring Straight At Me

Still Take You Home

Riot Van

Red Light Indicates Doors Are Secured

Mardy Bum

Perhaps Vampires Is A Bit Strong But...

When The Sun Goes Down

From Ritz To Rubble

A Certain Romance