62

Pour ce 343ème Track-by-track, un album remarquable sorti en 1998, premier album d'Air, duo français d'électro-rock : Moon Safari. Composé de Nicolas Godin et de Jean-Benoît Dunckel, Air est un groupe versaillais qui sera une des plus grosses ventes d'albums de la fin des années 90 (l'album sera un triomphe en Angleterre, aux USA, en plus de la France). Moon Safari, dont le titre est celui d'une des nouvelles de Ray Bradbury du recueil Chroniques Martiennes, est un disque mémorable qui offre 43 minutes absolument grandioses, relaxantes, atmosphériques. Avec quelques tubes à la clé. Le genre de disque qu'on prend toujours énormément plaisir à écouter. Ce disque, le voici :

La Femme D'Argent : Le morceau le plus long de l'album, 7,20 minutes, est un instrumental. D'ailleurs, à props d'instrumental, il y en à quatre sur le disque, plus deux morceaux qui, tout en ayant des paroles, n'en ont pas beaucoup et sont donc quasiment instrumentaux. La Femme D'Argent est un morceau qui se veut totalement sous inflence Histoire De Melody Nelson (album que Godin et Dunckel, les deux membres d'Air, vénèrent, adorent), ce majestueux album de Gainsbourg. Déjà, le titre est une allusion à la Spirit Of Ecstasy, cette Victoire de Samothrace miniature servant de bouchon de radiateur aux Rolls-Royce, comme la Rolls-Royce qui appartenait à Gainsbourg et qu'il avait mise en scène dans son album. Ensuite, la mélodie (basse, claviers) fait énormément penser à celle de Melody et Cargo Culte, les deux morceaux qui respectivement ouvrent et achèvent l'album de Gainsbourg (et qui, tous deux, font à pe près la même durée que le morceau d'Air). Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce morceau est immense.

Sexy Boy : Le premier tube d'Air, même que le groupe n'en voulait pas sur l'album et que les pontes du label Source les convaincront du contraire. Avec son clip noir & blanc (essentiellement) et animé mettant en scène un petit singe craquant, Sexy Boy est un tube ui a bien chamboulé 1998. Je me souviens avoir vu le clip à la TV, sans avant ça avoir jamais entendu parler de Air, et me dire 'mais qu'est-ce que c'est que ce truc ?'. Un morceau assez remarquable, entêtant (le riff de guitare, le solo de claviers, les voix bidouillées par un instrument qui n'avait pas été utilisé depuis une bonne vingtaine d'années, le vocoder), malgré des paroles totalement stupides (Où sont tes héros aux corps d'athlète ?) et même limite métrosexuelles. Ah ah ah. Mais musicalement, ce gros tube qui va aider l'album à se vendre est une vraie réussite.

All I Need : Il y à deux chansons interprétées par Beth Hirsch sur le disque. All I Need est la première (et la meilleure) des deux. Une chanson incroyablement belle, envoûtante (encore une fois, les claviers sont remarquables et délivrent des mélodies inoubliables), interprétée à la perfection, car Beth Hirsch (une chanteuse américaine essentiellement connue pour sa collaboration avec Air sur l'album) possède une voix d'une beauté absolue. All I Need est une chanson zen, reposante, un peu mélancolique, on en redemande... La chanson sortira en single.

Kelly, Watch The Stars ! : Autre tube et autre single. Kelly, Watch The Stars ! (que le groupe a, dans mes souvenirs, joué live au cours d'une cérémonie des Victoires de la Musique, où Moon Safari obtiendra un prix) est un des deux morceaux quasiment instrumentaux car ne contenant quasiment pas de paroles (on y entend le titre de la chanson, répété à l'envi à travers un vocoder). Musicalement, ce morceau est très remarquable, encore une fois, la mélodie est futuriste et relaxante tout en étant assez enlevée, difficile à décrire, mais ce morceau fait voyager dans les étoiles tout en étant au final très terre-à-terre. Admirable.

Talisman : Instrumental grandiose, Talisman achevait la première face de Moon Safari (dans son édition vinyle collector, car nul doute que cet album existe sous ce format). C'est un de mes morceaux préférés de l'album avec La Femme D'Argent, Sexy Boy, All I Need et Ce Matin-Là, et c'est aussi, avec ces morceaux, un des sommets de l'album et du groupe. Que dire ? Une mélodie imparable, douce, zen, planante, atmosphérique, assez mélancolique aussi, une sorte de All I Need sans paroles. Talisman est le genre de morceau qui vous fait voyager dans les étoiles, encore une fois (ce disque est vraiment idéal pour la relaxation, allongé sur un lit, dans le noir, avec cette musique en fond sonore...mmm... apparemment, le disque serait aussi idéal pour la baise, mais je n'ai pas vérifié !). Immense.

Remember : Morceau assez court (dans les 2 minutes) quasiment pas chanté, mais on a quand même plus de texte que pour Kelly, Watch The Stars ! ou New Star In The Sky. On entend la voix de Godin, bidouillée par un vocoder, chantant des paroles assez connasses  (Remember, together, remember, forever, souviens-toi, ce jour-là, toi et moi), tout du long de ce morceau plus électronique qu'atmosphérique. Remember est un morceau, ma foi, réussi dans son genre, mais c'est aussi celui qui me plaît le moins sur Moon Safari, je ne sais pas exactement pourquoi (sans doute la voix bidouillée qui, ici, sonne nettement moins bien que sur, par exemple, Sexy Boy).

You Make It Easy : Deuxième et dernière chanson de l'album à être chantée par Beth Hirsch, You Make It Easy est également une très belle chanson, comme l'autre, mais pour être franc, All I Need est plus belle. C'est flagrant, mais ça n'empêche pas cette chanson d'être remarquable, belle comme tout, avec encore une fois cette sublime voix, jazzy, de Beth. Des paroles mieux torchées que pour les autres chansons de l'album (Beth Hirsch a apparemment écrit ou co-écrit les textes de ses deux chansons), et une mélodie encore une fois envoûtante, inoubliable, zen, font de ce You Make It Easy une bien belle chanson pop/louge/électro/jazz, un petit régal. Même si All I Need, encore, et définitivement, est plus belle.

Ce Matin-Là : Un pur bonheur. Avec cette inoubliable partition de tuba jouée par Patrick Woodcock, Ce Matin-Là est un instrumental tout simplement quintessentiel. Une ambiance 'musique de film' parfaite, le morceau m'a toujours fait penser à la musique du film Sans Mobile Apparent de Philippe Labro (1971), musique signée du grand Morricone et construite autour d'une mélodie de trompette. Alors, OK, ici c'est du tuba (plus grave, profond), mais ça y ressemble. Un morceau inoubliable, envoûtant, beau à pleurer, qui fait vraiment penser à ce que l'on ressent, le matin, en se levant, en ouvrant les volets et en observant le ciel encore rosâtre, soleil pas encore vraiment levé, la rosée du matin, la petite brume, la fraîcheur et le calme... Ce morceau, délicieusement kitsch par moments (mais c'est aussi volontaire que magnifique), est un des sommets de l'album.

New Star In The Sky : Quasiment 6 minutes pour ce morceau quasiment instrumental : comme pour Kelly, Watch The Stars  , on a Godin ou Dunckel (ou les deux) qui répête(nt) le titre de la chanson, en réalité My baby blue is a new star in the sky, tout du long, et c'est tout. Sous-titré Chanson Pour Solal, New Star In The Sky, deuxième morceau le plus long de l'album, est un bien beau morceau planant, atmosphérique, zen et triste en même temps. Qui est le Solal pour qui le groupe a dédié cette chanson ? Un ami, un enfant ? Quelqu'un de décédé (après tout, le morceau dit 'mon bébé est une nouvelle étoile dans le ciel', métaphore pour dire qu'une personne est morte) ? Un membre de la famille de Dunckel ou Godin ? New Star In The Sky est un sublime morceau, sans doute un peu trop long, mais rien de grave. Pas mon préféré, mais c'est du bon, encore une fois.

Le Voyage De Pénélope : Enfin, le final, instrumental, de Moon Safari. Le Voyage De Pénélope, 3 courtes minutes, est un assez bon morceau, sans pour autant être un sommet. Mais cet instrumental est encore une fois assez aventureux, nous entraîne dans un beau voyage musical, auditif, et nous donne vraiment envie de réécouter cet album. On peut donc dire, au final, que Le Voyage De Pénélope sert admirablement bien de conclusion pour ce premier album étonnant et remarquable d'Air. Très belle mélodie, même si on est loin de Ce Matin-Là et Talisman quand même.

Au final, Moon Safari est un excellentissime disque de musique électronique, mais aussi rock. Un album qui ferait presque (presque !) aimer le genre à quelqu'un pour qui la musique électronique n'est vraiment pas son truc. Je parle de moi, car j'ai beau avoir essayé plein de choses en la matière, si on excepte cet album et ceux de Kraftwerk de la période 1975/1978, rien à faire, je n'arrive pas à apprécier l'électro ! Mais ce premier opus de Air, groupe qui deviendra rapidement culte, est vraiment une totale réussite, 43 minutes de bonheur, 10 morceaux enthousiasmants au possible...Bref, ultra conseillé !