Thin_Lizzy_-_Johnny_the_Fox

En 1976, Thin Lizzy sort son album le plus cartonneur, Jailbreak. Peu après dans la même année, ils sortent un autre album, un peu moins cartonneur et connu, Johnny The Fox. Sous ce titre un peu ridicule ('Johnny le renard') se cachent 35 très réussies petites minutes. L'album contient quelques chansons imparables, qui seront de vrais chevaux de bataille en live (trois se trouvent sur le mythique Live And Dangerous de 1978) et figurent parmi les meilleures du groupe de hard-rock irlandais mené par le bassiste et chanteur métisse Phil Lynott. Le reste du groupe est ici Scott Gorham (guitare), Brian Downey (batterie) et Brian Robertson (guitare). En musiciens additionnels, on a Phil Collins pour les percussions (oui, Phil Collins !), Kim Beacon aux choeurs et Fiachra Trench aux cordes et à la basse.

thin_lizzy_pic

Johnny The Fox (très belle pochette) offre quelques trésors : Massacre, Fool's Gold, le grandiose (mais trop court) Don't Believe A Word et son riff légendaire, le très amusant Johnny The Fox Meets Jimmy The Weed et son phrasé proto-rap de la part de Lynott... A moitié conceptuel (Johnny, Johnny The Fox Meets Jimmy The Weed, ces chansons, notamment, prouvent le côté conceptuel, même léger, de l'album, de par leurs titres), Johnny The Fox n'est pas un album parfait, on notera notamment un Sweet Marie correct mais sans plus, idem pour Rocky. La production est assez correcte, le groupe a par ailleurs eu beaucoup de mal à trouver un son de batterie convaincant, mais, au final, c'est pas catastrophique, c'est même égal à Jailbreak ou à l'album suivant, Bad Reputation. Je parle de la production, car, sinon, ces deux albums sont dans l'ensemble plus réussis, ils ne contiennent, eux, aucune chanson moyenne.

Thin+Lizzy+lizzy

Phil Lynott, qui tombera malade avant l'enregistrement de l'album (il a en fait composé les titres à la guitare acoustique, en convalescence, avant d'entrer en studio, rétabli), chante encore une fois très bien, et sa basse est, comment dire, fantastique. Dans l'ensemble, cet album, sans être aussi quintessentiel que les deux qui le sandwichent dans la discographie de la Fine Lizzy, est une réussite très convaincante, avec des morceaux géniaux (Don't Believe A Word, Borderline, Massacre). Bref, si vous aimez le hard-rock pur et dur, Johnny The Fox devrait vous plaire !

FACE A

Johnny

Rocky

Borderline

Don't Believe A Word

Fool's Gold

FACE B

Johnny The Fox Meets Jimmy The Weed

Old Flame

Massacre

Sweet Marie

Boogie Woogie Dance