21

Pour ce 327ème Track-by-track, un album sorti en 1973 sous une immonde pochette (sur laquelle fut apparemment rajoutée les bonshommes bizarroïdes, qui sont, eux, immondes ; le reste, sans être sublime, est à la rigueur appréciable si on aime l'art abstrait), ce qui ne l'empêche heureusement pas d'être une totale réussie musicale : Countdown To Ecstasy. C'est le deuxième album de Steely Dan, et il est considéré comme le préféré du chanteur/claviériste du groupe, Donald Fagen (qui prend tout le chant; vu que David Palmer, qui chantait sur la moitié des chansons de l'album précédent, Can't Buy A Thrill que j'ai abordé ici dernièrement, est parti). Le reste des musiciens ne change pas, autour de Fagen et de Walter Becker (basse, un peu guitare) : Denny Dias et Jeff 'Skunk' Baxter (guitares), et Jim Hodder (batterie). Ainsi que les désormais sempiternels musiciens de studio invités tels Victor Feldman... Selon Becker et Fagen, dans les notes de pochette du CD, Countdown To Ecstasy est le seul album de Steely Dan qui fut conçu par un groupe solidement constitué, et pour le groupe (le premier album est l'oeuvre de Fagen et Becker avant que le groupe ne soit totalement constitué, oeuvre de 'jeunesse' ; et l'album suivant, Pretzel Logic, dernier album du groupe en tant que tel avant que Steely Dan ne se résume officiellement au duo Fagen/Becker, fut conçu un peu différemment encore). C'est aussi un des albums les plus solides et rock du groupe, et le voici :

Bodhisattva : Un riff bien efficace en intro pour ce Bodhisattva passant ensuite rapidement à une pop jazzy bien racée (piano sublime de Fagen). 5,20 minutes remarquables avec piano entêtant, chant qui ne l'est pas moins. Le titre est étrange, et fait allusion à la religion bouddhiste. Solo de guitare remarquable de Dias ou de Baxter, en tout cas, d'un des deux (probablement même des deux). A noter que les chansons de l'album, comme c'était aussi le cas pour Can't Buy A Thrill, sont décrites, dans le livret CD, par un court texte. Pour Bodhisattva (qui ne parle pas de la religion bouddhiste, mais parle de Chine, du Japon...), c'est Dias the Bebopper meets Baxter the Skunk beneath the Bo Tree in this alternate blues. Amusant, non ? Enfin, amusant... Sinon, Bodhisattva est une des meilleures chansons de l'album et du groupe, un morceau terriblement rock (soli de guitare infernaux) et très pop (piano, chant). Bluffant !

Razor Boy : Présentation de cette chanson dans le livret : The legendary "Giant Girlfriend' of the Camden, New Jersey area sees the spectre of Benny King as a child in a nightmare of cosmic proportions. Mais que fumaient les mecs du Dan ? Bon... Razor Boy, avec 3,10 minutes, est le morceau le plus court de Countdown To Ecstasy, et ce n'est pas un des moins bons, vous pouvez me croire ! Refrain sensationnel, ambiance pop lounge classieuse, douce et reposante, chant sublime de Donald Fagen, solo de guitare sublime et court, Razor Boy est, à l'arrivée, une chanson tout simplement sensationnelle. Une de mes préférées de l'album, sans être ma préférée absolue (c'est Show-Biz Kids). Grandiose, quoi !

The Boston Rag : Présentation de la chanson : Enervated after an attack of unrelieved nostalgia, Jeff 'Skunk' Baxter sheds his outer skin and stands revealed as a Wild Boy. Oulala. Il faut dire que The Boston Rag, 5,40 minutes, démarre par un riff de guitare (de Baxter) tout simplement fantastique, entêtant, qui reste longtemps en mémoire. Ainsi que le refrain, également emblématique (Bring back the Boston rag, tell all your buddies that it ain't no drag). Une chanson encore une fois interprétée à la perfection, que dire de plus ? Malgré sa durée (mais ce n'est pas la plus longue), c'est tout simplement divin, puissant, avec un chant sublime de Fagen (qui est toujours parfait, de toute façon) et musicalement, vraiment, c'est sublimissime. Quel solo de guitare, tudieu !!!!

Your Gold Teeth : Chanson la plus longue (7 minutes) qui sera l'objet, en 1975, sur Katy Lied, d'une suite (Your Gold Teeth II) plus courte et enlevée. Cette première mouture de Your Gold Teeth, la meilleure des deux, est très pop/jazz/lounge, sublimissime, jamais chiante malgré sa durée. Ambiance vaguement Santana-esque (guitare, batterie et percussions) pour ce morceau présenté de la sorte dans le livret : In this number, several members of the Dan get to "stretch out". Your Gold Teeth est encore une fois une claque auditive pop classieuse, et assez rock en même temps, avec solo de claviers tout simplement grandiose, chant puissant et en même temps sobre de Fagen, guitares magistrales, paroles cyniques et sublimes... Bref, grandiose ! 

Show-Biz Kids : 5,25 minutes pour cette chanson mémorable ouvrant la face B (quel riff de guitare !!!). Présentation dans le livret : The Dan moves to L.A. and is forced to give an oral report. Show-Biz Kids est une chanson cynique sur le succès, le show-business, une chanson qui ne manque pas de citer directement le nom du groupe (They got the Steely Dan T-shirt and for the coup de grâce, they're outrageous). A noter que coup de grâce est en fait orthographié coup-de-gras... Chanson tout simplement grandiose, au groove ahurissant (des choristes féminins répétant quelque chose comme That's what it is). Show-biz kids making movies of themselves, you know they don't give a fuck about anybody else. Paroles assez caustiques, ambiance puissante, chant bluffant, choristes grandioses, Show-Biz Kids est une chanson totalement réjouissante qui ouvre à merveille la face B et est probablement ma préférée de l'album.

My Old School : Présentation de la chanson : A poignant memoire inspired by the "Giant Girlfriend" sometimes referred to as the "Anima Camden". Longue de 5,45 minutes, My Old School est une chanson magnifique et très soul dans l'âme (jeu de mots : âme/soul, ah ah ah). Une chanson sur la nostalgie, la mémoire, les années de bahut, bons souvenirs. Le chant de Fagen est parfait, mais ça devient une habitude. Choristes sublimes, grandioses dans le refrain (qui en rajoutent à l'aspect soul de My Old School, le morceau le plus soul du groupe), piano entêtant, guitares très remarquables (encore un grand solo), rythmique fantastique... Bref, je sais que ça devient lassant, mais on a encore une fois entre les oreilles un gigantesque morceau. Désolé, les gars, si je suis répétitif, mais ce n'est pas de ma faute si l'album est aussi réussi !

Pearl Of The Quarter : Présentation de cette chanson dans le livret : Oo Lah Lah. En effet... Pearl Of The Quarter, chanson assez courte (3,50 minutes), est une bien belle petite chanson, mais c'est aussi, probablement, la moins grandiose de Countdown To Ecstasy. Une chanson assez ouh la la sur une jeune femme de la Nouvelle Orléans, la perle de son quartier, petite amie du narrateur. C'est surtout une chanson assez basique, ce qui, après autant de réussites (les 6 précédents titres), déçoit pas mal. Pearl Of The Quarter s'écoute cependant sans problème, n'allez pas croire à un ratage, ceci dit ! Musicalement, c'est sympa, et vocalement, comme toujours, Donald Fagen assure. Une petite chanson, un petit peu mineure, mais elle ne suffit pas à faire baisser le niveau de l'album.

King Of The World : Chanson décrite dans le livret comme "I think my face is on fire" (allez piger quelque chose !), King Of The World achève magnifiquement l'album sur 5,05 minutes fantastiques. Que dire ? Certes, King Of The World n'est pas le sommet absolu de Countdown To Ecstasy, mais elle n'en demeure pas moins fabuleuse, cette chanson, et elle s'offre le luxe de se finir (et, donc, de finir l'album) sur une partition grandiose de claviers, qui donne directement envie de réécouter tout l'album. Après un Pearl Of The Quarter très bien mais pas quintessentiel, ce morceau terminal achève donc à la perfection ce deuxième album décidément comptant parmi les meilleurs de Steely Dan.

 Pour finir, on peut donc dire de ce Countdown To Ecstasy qu'il n'a qu'un seul défaut (et ce défaut n'est pas musical) : sa pochette vraiment hideuse, qui ne donne pas envie d'acheter et d'écouter l'album (si je n'avais pas été fan du groupe, cet album et le précédent n'auraient sans doute jamais été dans ma discothèque, par simple répulsion visuelle vis-à-vis de leurs pochettes...je sais, c'est con, mais c'est comme ça !). Mis à part ça, musicalement, c'est un chef d'oeuvre de rock et de pop racée et un peu (mais pas trop) jazzy. La musique du Dan deviendra de plus en plus jazzy à partir de 1976. Unique album du Dan conçu par et pour un vrai groupe solidement constitué, c'est un de leurs meilleurs, et il offre une belle série de classiques. Pour fans de pop/rock 70's, c'est un disque tout simplement essentiel !