REM-Monster-127023

Sorti en 1994 sous une pochette orangée et assez moche (et spéciale), Monster est un album de R.E.M. faisant partie des plus particuliers du groupe originaire d'Athens, Géorgie, USA. L'album fait suite à deux immenses succès commerciaux et critique pour le groupe (Out Of Time avec Losing My Religion et Shiny Happy People, et Automatic For The People avec Man On The Moon et Everybody Hurts), et le moins que l'on puisse dire, c'est que la bande à Stipe et Buck (notamment) n'a pas opté pour l'option de facilité avec cet album. Succès commercial important (il sera N°1), quelques tubes, et surtout, surtout, ambiance très très rock, limite grunge (d'où le tag et la catégorie ; je sais que Monster n'est pas un disque vraiment grunge, mais c'est quand même pas loin d'être le cas, pour moi), ce qui gênera, étonnera, et choquera même les fans du groupe.

cdn_cucharasonica_com__files__2010_06_rem_ 

La chanson la plus connue est indéniablement la première, What's The Frequency, Kenneth ?, qui parle d'un fait divers : Dan Ratner, un présentateur TV américain, fut victime (il s'en est sorti) d'une agression. Un de ses agresseurs lui aurait posé la question étrange qui servira de titre à la chanson de R.E.M. ; la chanson se classera directement N°1, et fait partie des préférées du groupe, qui la joue souvent live. Evidemment, elle est dans les best-ofs du groupe. Une chanson qui donne le ton, direct : rock, brutal, raw, nettement moins pop que d'ordinaire. Seul le chant de Michael Stipe ne change quasiment pas. Autant le dire, What's The Frequency, Kenneth ? est une des meilleures chansons de R.E.M., et une des meilleures de Monster. C'est aussi le cas (les meilleures chansons de l'album, je veux dire) de King Of Comedy, Bang And Blame et Strange Currencies, mais dans l'ensemble, Monster est un peu inégal. Ce n'est absolument pas un mauvais album (et c'est même un des rares albums du groupe que j'aime vraiment réécouter de temps à autre), mais il contient des chansons franchement moyennes : I Took Your Name, Circus Envy, Tongue ou I Don't Sleep, I Dream sont assez banales, on s'ennuie un petit peu.

Rem2

Album bien accueilli à sa sortie, gros succès commercial aussi, mais aujourd'hui considéré comme un R.E.M. mineur et moyen, Monster est un disque assez à part pour le groupe de Michael Stipe, un album abrupt, dont le succès commercial s'explique surtout par la présence de What's The Frequency, Kenneth ? et King Of Comedy, et aussi et surtout parce que le groupe avait le vent en poupe, leurs deux précédents albums ayant tout explosé. Mais Monster n'est pas Automatic For The People, il n'est pas Out Of Time. Monster est, justement, un monstre, un être étrange, bizarroïde, difforme et violent, rempli de sonorités grunge et expérimentales, un album sombre abordant des sujets tels que la violence ou le sexe, suets alors assez peu, voire jamais utilisés dans les chansons de Rapid Eye Movement. Un album difficile à apprécier, à aimer, mais qu'il faut écouter, ne serait-ce que parce qu'il est un des R.E.M. les plus à part, le genre d'album qui pourrait plaire aux anti-R.E.M., comme One Hot Minute plaît aux anti-Red Hot Chili Peppers. Ce n'est pas parce qu'il est radicalement différent qu'il n'est pas bon, même si, c'est vrai, ce n'est pas, non plus, un chef d'oeuvre ; juste un album aujourd'hui mal-aimé et franchement très bon, mais particulier.

What's The Frequency, Kenneth ?

Crush With Eyeliner

King Of Comedy

I Don't Sleep, I Dream

Star 69

Strange Currencies

Tongue

Bang And Blame

I Took Your Name

Let Me In

Circus Envy

You