18

Pour ce 319ème Track-by-track, un album live sorti en 1973 : Genesis Live. Comme son nom l'indique, c'est un album live de Genesis, fameux groupe de rock progressif anglais qui, à l'époque, avait encore Peter Gabriel au chant. C'est un live officiel, le seul live officiel avec Gabriel, mais le groupe le reniera rapidement, affirmant que l'album est sorti sans leur vrai consentement, enregistré au cours de concerts anglais qu'ils ignoraient être captés (le son est par ailleurs rugueux, sans être pourri, ce qui accentue le côté brutal de certains titres comme le dernier). La pochette, que j'adore, représente le groupe en train de jouer Supper's Ready (la tenue de scène de Gabriel le prouve, c'était une tenue qu'il portait pendant l'avant-dernière partie de ce morceau-fleuve), ce qui est étrange, vu que Supper's Ready ne se trouve pas sur ce live. Mais ça s'explique par le fait qu'à la base, Genesis Live devait être double (il me semble qu'une édition hollandaise rarissime a circulé, double, un temps). Le groupe refusera que Supper's Ready, issu de l'album précédent (Foxtrot), se trouve sur le live, ne voulant pas que ce long morceau de plus de 20 minutes soit sur deux albums d'affilée. Et puis, ils refuseront donc que l'album soit double, déjà qu'à la base, ils n'étaient pas chauds pour le sortir... Donc, ce Genesis Live est simple (5 titres, 46 minutes). Qualité sonore moyenne, tracklisting convaincant mais sans surprise, interprétation de qualité mais un peu desservie par le son (et un morceau qui, lui, est mal joué)...voilà de quoi faire de ce live, que voici, un disque controversé et mal-aimé. Perso, je l'adore !

Watcher Of The Skies : Premier des deux morceaux du live à être issus de Foxtrot (1972, album précédent du groupe), Watcher Of The Skies est ici dans une version franchement sublime. 8,35 minutes en tout (plus d'une minute de plus que la version studio), qui ouvrent à merveille l'album. De l'intro au mellotron, fantastique, délivrant une atmosphère sublime, au chant de Gabriel, Watcher Of The Skies est une chanson mémorable, l'histoire d'un extraterrestre surveillant, du ciel, la Terre et ses habitants. Cette version live est un des meilleurs moments de Genesis Live avec The Musical Box, une chanson déjà fantastique dans sa version studio, et ici franchement remarquable !

Get 'Em Out By Friday ! : 9,15 minutes (soit 40 secondes plus plus que la version studio également issue de Foxtrot) pour cette version live ma foi très réussie de Get 'Em Out By Friday !, une histoire glaçante sur les malversations d'un groupe immobilier profitant, dans un futur plus ou moins proche, du fait que la taille humaine a baissé et qu'on peut caser plus de monde dans un immeuble. Je ne suis pas fan de la voix de Gabriel durant les refrains (c'est déjà le cas de la version studio), et je trouve qu'ici, Pete Gab' en fait un peu trop (quand il prononce Humanoid height, ça fait vraiment trop théâtral et poussif). Mais le morceau en lui-même est assez théâtral, avec ces différents personnages qui, à tour de rôle, interviennent. Dans l'ensemble, une très bonne interprétation d'une très bonne chanson qui n'est cependant pas une de mes préférées de Genesis.

The Return Of The Giant Hogweed : Selon Tony Banks (claviers), cette version live de The Return Of The Giant Hogweed, chanson issue de Nursery Cryme (1971) et racontant les méfaits d'une plante toxique ramenée de Russie et contaminant et attaquant tout ce qui bouge à Londres, où elle a été implantée, cette version live, donc, serait affreusement ratée, une des pires de cette chanson. Le groupe n'aurait pas été en forme, pas inspiré, un concert moyen, une interprétation médiocre (le live offre des morceaux joués à différents concerts, Manchester ou Leicester). Force est de constater que Banks a raison : les claviers sonnent parfois moyennement, le chant de Gabriel n'est pas toujours parfait. Après, ce n'est pas non plus une catastrophe, mais cette version longue de 8,15 minutes (même durée que la version studio) est clairement le point faible de Genesis Live. Déjà qu'à la base, je n'aime pas cette chanson...

The Musical Box : Quasiment 11 minutes pour cette version live de The Musical Box qui ouvrait la face B. Une chanson mémorable, que dis-je cultissime et immense, déjà dans sa version studio issue de Nursery Cryme (et longue de 10 minutes seulement), et ici, vraiment, encore plus belle. C'est dommage que le son global de Genesis Live soit si moyen, car The Musical Box en est le sommet, clairement, et le son n'est vraiment pas extraordinaire ici, sans doute même un peu moins bon que pour la face A (ou alors, c'est moi qui me fait des idées). Mis à part ça, interprétation époustouflante, un final qui, comme toujours, retourne l'auditeur (ce court mais immense solo de Steve Hackett...mon Dieu !), une chanson certes longue, mais tout simplement quintessentielle, immense, hors du temps... Oui, le sommet de ce live mal-aimé.

The Knife : The Knife... La voix de Gabriel, quand il annonce ce morceau (ici long de 9,45 minutes, soit 45 secondes de plus que la version studio issue de Trespass, 1970), est glaciale ! De toute façon, la chanson est glaciale, l'histoire d'un seigneur de guerre qui envoie ses troupes au combat, un combat violent. Some of you are going to die, martyrs of course to the freedom I shall provide. On notera des variantes dans les paroles, le passage All must die with their children est remplacé par un autre plus 'cool', moins violent. Interprétation remarquable de Gabriel mais aussi, évidemment, du groupe. Hackett se démerde bien sur ce morceau qui dans sa version studio, était joué, à la guitare, par son prédécesseur Anthony Philips. Vocalement parlant, Gabriel se la joue théâtral, notamment dans le final, mais sinon, rien à dire, cette version live du violent The Knife, premier gros classique de la Génèse, est vraiment excellente, et achève bien l'album.

 Pour conclure, Genesis Live est donc un excellent album live de Genesis, malgré la production un peu foirée et le fait que The Return Of The Giant Hogweed soit, franchement, médiocre ici (Tony Banks estimera toujours totalement ratée, mal jouée, cette version live ; en ce qui me concerne, c'est une chanson que je n'aime pas, à la base, exception faite de son final instrumental, alors...). Mais mis à part ça, l'album vaut le coup. C'est le seul album live officiel du groupe avec Peter Gabriel, c'est le seul live officiel du groupe avec n'importe laquelle des 5 chansons présentes ici (si on entend le final de The Musical Box sur Seconds Out et dans le medley de The Way We Walk, 2 : The Longs, on ne l'entend en totalité que sur Genesis Live), et c'est, malgré une chanson et une production moyenne, un live franchement excellent. On notera un txte loufoque et glauque de Gabriel, sur la pochette, un texte quasiment indescriptible (dans le métro londonien, une jeune femme se désape, et va jusqu'à retirer sa peau, devant des usagers choqués et abasourdis). Seul reproche, mais on n'y peut rien : ce live date d'avant Selling England By The Pound. Qu'est-ce que ça aurait été bien que ce live soit fait sur des concerts de la tournée de cet immense album !