Punk

Pour cette nouvelle liste, rien de moins que, par ordre chronologique (par année, mais pas par mois), les meilleurs albums de punk-rock de l'histoire, toutes nationalités confondues (essentiellement Angleterre et USA, mais aussi quelques albums d'autres nationalités). Ces albums, les voici :

47248269_pRaw Power, Iggy & The Stooges (1973) : Oui, je sais, il y à aussi les deux précédents albums des Stooges, ainsi que les albums du MC5 et des Sonics, mais, franchement, d'un strict oint de vue sonore, Raw Power est selon moi le premier à sonner vraiment punk (les autres sont du garage-rock, ancêtre du punk-rock). Dont acte avec cet album mythique et ultra-violent, pour inaugurer la liste. Meilleure chanson : Gimme Danger.

65585362_pNew York Dolls, New York Dolls (1973) : Un disque à la fois glam, rock et punk, décadent, au sein duquel deux futurs Heartbreakers (groupe punk) ont évolué, Johnny Thunders (guitare) et Gerry Nolan (batterie). Ce premier album du groupe est le plus réussi, sans être immense (une face B moins marquante), et, produit par Todd Rundgren, il offre une cascade de grandes chansons servies par des guitares tronçonneuses et un chant virulent. Quasiment tout le futur mouvement punk est là, et nous ne sommes alors qu'en 1973 ! Meilleure chanson : Vietnamese Baby.

49566282_pFear, John Cale (1974) : Un chef d'oeuvre de rock proto-punk. Les guitares sont vicieuses, le chant est parfois assez teigneux (pas toujours), on a des morceaux plus calmes que d'autres, mais dans l'ensemble, comme le disque de Patti Smith (produit par Cale, justement) ou le suivant qui est français, Fear, de John Cale, ancien du Velvet Underground, est un  classique du rock qui a considérablement inspiré les futurs punks. Je pense donc que sa place est ici totalement justifiée. Un chef d'oeuvre absolu ! Meilleure chanson : Fear Is A Man's Best Friend.

 63783632_pBBH 75, Jacques Higelin (1974) : Généralement (et justement) considéré comme un des premiers vrais albums de vrai rock en France, BBH 75 (qui devait à la base s'appeler BBH 74, mais, enregistré et sorti en fin d'année 1974, il a été renommé pour mieux coller avec l'année à venir) est un disque sauvagement punk dans la majorité de ses 8 titres (seuls deux sont acoustiques). Un des sommets d'Higelin, album enregistré avec Charles Benarroch (batterie) et Simon Boissezon (basse, guitare), d'où le titre (les initiales des noms de famille). Une pure bombe qui anticipe le punk-rock avec deux ans d'avance. Meilleure chanson : Est-Ce Que Ma Guitare Est Un Fusil ?

pattiHorses, Patti Smith (1975) : Punk dans l'âme, la miss Patti, même si l'album, au final, est nettement plus du rock pur (et intello, sous influence Baudelaire/Rimbaud/Peter Reich) que punk. Que dire ? Produit par John Cale (comme l'album suivant de la liste, par ailleurs), Horses est un disque phénoménal, intellectuel et sauvage en même temps, et je pense sincèrement que, comme l'album suivant aussi, il mérite vraiment sa place ici : ce n'est pas punk, pas vraiment, mais c'est proto-punk, un disque qui a vraiment aidé le mouvement punk à se créer, se répandre. En un mot, culte ! Meilleure chanson : Free Money.

42387660_pThe Modern Lovers, The Modern Lovers (1976) : Les morceaux présents sur cet album, le premier du groupe, datent de 1972/73, mais l'album ne sortira qu'en 1976. Une sorte de proto-punk sous influence Velvet Underground (la pochette est une allusion à celle du White Light/White Heat du Velvet), un disque produit par John Cale et qui, comme le précédent, n'est certes pas réellement punk, mais a considérablement aidé le futur mouvement punk. Jonathan Richman, le leader du groupe, livre ici des chansons tout simplement mémorables. Culte, encore une fois, et séminal ! Meilleure chanson : Pablo Picasso.

806Ramones, Ramones (1976) : Pour être franc, mis à part End Of The Century et à la rigueur, ce premier album, je n'aime pas du tout les Ramones. En fait, je ne suis déjà pas fan de cet album et de l'autre cité qui sera par ailleurs dans la liste aussi. Mais je le reconnais, ce premier opus, ultra court (moins d'une demi-heure pour 14 titres), est essentiel. Un des premiers vrais albums de punk-rock, et un américain, par ailleurs. Ces mecs, des faux frangins, étaient musicalement limités, mais ils ont des fans. Et sur ce premier album, franchement, ça passe assez bien, à petites doses, en ce qui me concerne ! Meilleure chanson : Blitzkrieg Pop.

8Damned, Damned, Damned, The Damned (1977) : Le groupe de Captain Sensible (qui, plus tard, en solo, s'offrira un tube new-wave, Wot ?), probablement le premier album punk-rock anglais, sorti avant tous les autres, en début 1977. Bref, un disque culte, essentiel et important. Je pense qu'il est sorti en 1977, mais il a été enregistré en 1976, en revanche, avant les Pistols et Clash. Un disque qui, pour amateurs du genre, est mythique. Meilleure chanson : New Rose.

7Marquee Moon, Television (1977) : Vendu comme un disque punk à sa sortie, Marquee Moon, premier opus (et le sommet) de Television, groupe américain ayant accueilli en son sein, avant cet album, Richard Hell, et dirigé par Tom Verlaine et sa sublime guitare (et sa voix très spéciale), Marquee Moon, donc, est en fait un disque rock pur et dur. Un peu comme deux des précédents albums de la liste, il a considérablement influencé le mouvement punk, d'où sa présence dans cette liste. A partir de l'album suivant de la liste, on arrive vraiment dans le punk-rock ! Disque immense, pour en revenir, en conclusion, à Marquee Moon. Meilleure chanson : Marquee Moon.

4L.A.M.F., Johnny Thunders & The Heartbreakers (1977) : Après avoir quitté Television, Richard Hell a rejoint ce groupe crée par deux anciens New York Dolls, Johnny Thunders et Gerry Nolan. Mais Hell partira avant l'enregistrement de ce L.A.M.F. monstrueux qui est, probablement, et selon moi, le sommet de punk-rock le plus absolu. Malgré une production tout simplement calamiteuse, à peine améliorée en CD (meilleure édition : "The Lost '77 Mixes", chez Jungle Records). Du pur, du brut, du punk à son paroxysme. Meilleure chanson : It's Not Enough.

10The Clash, The Clash (1977) : Sorti dans deux versions (version originale anglaise, 14 titres ; version américaine sortie en 1979 chez eux, 15 titres, dont des morceaux de la version initiale qui ont disparu à la place de nouveaux), ce premier album éponyme des Clash est un des sommets absolus de punk-rock, un disque aussi réussi dans ses deux versions, même si, évidemment, la plus recommandée est l'anglaise, bien que plus courte (35 minutes contre 43). Un disque tout simplement puissant. Meilleure chanson : Janie Jones.

5Pink Flag, Wire (1977) : 35 minutes pour...21 titres ! Des malades ! Un disque remarquable de punk arty et limite new-wave avant l'heure. Le leader du groupe, Colin Newman (chanteur), participera au Novice de Bashung (aux claviers) en 1989 pour l'anecdote. Un groupe qui livre ici son premier album, un premier album qui, dans le paysage punk, détonne totalement et s'impose comme un des plus originaux et réussis. Avec un titre en allusion cynique à Pink Floyd, qui partageait leur label, Harvest, chez EMI. Wire, c'est le credo punk do it yourself avec la mentalité intellectuelle. Bizarre, difficile à décrire, mais remarquable. Meilleure chanson : Pink Flag.

3Blank Generation, Richard Hell & The Voidoids (1977) : Abordé prochainement ici, ce premier album de Richard Hell et de son groupe fondé après qu'il ait quitté Television et les Heartbreakers est un classique de plus pour le mouvement, un album rempli de grandes chansons, encore une fois un disque court (33 minutes), doté d'une production brut de décoffrage, mais totalement puissant et féroce. Bref, pour fans du genre, c'est un indispensable ! Meilleure chanson : Blank Generation.

12In The City, The Jam (1977) : Mené par un tout jeune (18 ans !) Paul Weller, ce trio offre ici son premier album, et une pure claque de punk-soul, un disque très accessible, car, s'il est punk (guitares en feu, chant acharné), il livre aussi des mélodies plus pop que de coutume dans la musique punk. In The City est un disque court (32 minutes) mais parfait, qui montre à quel point Paul Weller (chant, guitare) adore la soul et le rhythm'n'blues. Toute la suite de sa carrière, avec les Jam, le Style Council ou en solo, sera aussi selon cette optique mod/soul. Un pur chef d'oeuvre. Meilleure chanson : Away From The Numbers.

13Danse Avec Moi, Bijou (1977) : Nous aussi, on a droit au punk. Avec Bijou, dont c'est le premier album, c'est du pur punk-rock mâtiné de pop/rock auquel on a droit. Chant et guitare sont tenu(e)s par Vincent Palmer, qui, désormais, travaille au sein de la rédaction de Rock'n'Folk. Un album aujourd'hui méconnu, introuvable en CD (mais facile à télécharger légalement), et qui, franchement, dépote totalement, tout en étant très accessible. Ils furent un temps les rivaux de Téléphone, qui, au final, devinrent plus populaires que Bijou. Meilleure chanson : Danse Avec Moi.

11Nevermind The Bollocks, Here's The Sex Pistols, The Sex Pistols (1977) : Est-il besoin de présenter, encore,cet album, l'unique des Sex Pistols ? Rien que sa pochette tapageuse et criarde suffit, généralement, à illustrer le mouvement punk. Un disque certes fait par des musiciens qui ne savaient pas jouer correctement (ni chanter, pour Johnny Rotten, alias John Lydon de son vrai nom), un disque limité, mais un chef d'oeuvre du genre, ultra fendard et jouissif. Et controversé, contesté, aussi, ça, c'est sûr. Un des essentiels absolus du mouvement. Meilleure chanson : Anarchy In The U.K.

2Young, Loud & Snotty, The Dead Boys (1977) : Un disque aussi grandiose qu'il est court. Et il est ultra court, 28 minutes ! Mais ce premier opus des Dead Boys de Stiv Bators (chant) et Cheetah Chrome (guitare) est un disque mythique, produit par Genya Ravan, et rempli de grandes chansons. Un disque puissant et plein de fureur, totalement culte, un des albums de punk ricain les plus essentiels et radicaux qui soient, tout simplement. Meilleure chanson : Sonic Reducer.

6Radios Appear, Radio Birdman (1977) : Groupe connu des fans de punk-rock, mais pas vraiment en général, et de nationalité australienne comme les suivants. C'est leur premier album, et c'est une incontestable réussite du genre, qui prouve qu'en Australie, il n'y avait pas que le hard-rock d'AC/DC à se carrer dans les gencives ! Au final, Radios Appear est un disque vraiment remarquable, et à découvrir d'urgence. Meilleure chanson : Man With Golden Helmet.

9(I'm) Stranded, The Saints (1977) : Là aussi des gars de down under, comme ceux de Radio Birdman. Là aussi, et comme souvent sur cette liste, c'est leur premier album. Et ce ne sont pas des saints, ces Australiens, malgré leur nom ! Un disque radical qui compte assurément parmi les sommets du genre et de cette si importante année 1977. Franchement remarquable, fantastique, fabuleux, rien que la chanson-titre dépote totalement ! Meilleure chanson : I'm Stranded.

71771378_pLe Rock D'Ici A L'Olympia - La Nuit Punk De L'Olympia, Collectif (1978) : Starshooter, Bijou (qui a droit à deux chansons là où les 8 autres groupes présents sur le live n'en ont qu'une), Asphalt Jungle, Stinky Toys, Diesel, et d'autres groupes, dont certains ne sont pas sur ce disque (Métal Urbain, si je ne me trompe pas), ont participé, les 8, 9 et 10 juillet 1978, à un mini-festival punk-rock donné à l'Olympia, salle mythique qui n'avait pas accueilli une manifestation aussi cinglée depuis avant sa construction (au moins). Le résultat, dans ce live/compilation, seul témoignage live du punk-rock français de l'époque, est anthologique, tout simplement. Et le son est très bon. Pochette qui rend bien compte de ce que fut tout ce merdier (plus de 200 fauteuils cassés). Meilleure chanson : O.K. Carole (Bijou).

14Another Music In A Different Kitchen, The Buzzcocks (1978) : Un remarquable album de punk, un peu mâtiné de post-punk (on commence, doucement, mais sûrement, à passer à autre chose, une fois 1977 remplacée par 1978...). Rien que la pochette fait un peu arty à la Wire (la manière de placer le titre du disque et du groupe), plus que le do it yourself des purs punks. Cet 'Autre Disque Dans Une Cuisine Différente' (le titre explique bien que c'est du punk, mais fait un peu différemment) est franchement une pure réussite. Un disque assez méconnu, mais à redécouvrir d'urgence. Meilleure chanson : Fiction Romance.

17Street Hassle, Lou Reed (1978) : Oui, Lou Reed a fait du punk-rock. Enfin, si on veut, car, dans un sens, Street Hassle n'est pas vraiment punk à fond. Le son est assez raw, brut de pomme, la quasi-totalité des morceaux ont été enregistrés live en Allemagne, avec applaudissements effacés du mixage. Le long (11 minutes) morceau-titre, immense, n'est, lui, pas punk du tout. Mais l'ambiance qui plane sur la quasi-totalité des titres est assez brutale, violente et punk, et dans un sens, je pense que cet album au demeurant immense, un des meilleurs de Lou, a sa place ici, mais vraiment, je veux dire. Meilleure chanson : Street Hassle.

15So Alone, Johnny Thunders (1978) : Premier album solo véritable de Johnny Thunders, ex des New York Dolls et Heartbreakers. So Alone est sublime, à la fois punk et totalement rock classique. Thunders y reprend une des meilleures chansons du premier opus des Dolls (sur lequel il chantait déjà un peu à la base), et offre quelques classiques un peu oubliés, mais pas des fans. Un disque remarquable, tout simplement. Meilleure chanson : You Can't Put Your Arms Around A Memory.

12Public Image/First Issue, Public Image Limited/PiL (1978) : Après avoir rageusement quitté les Pistols, Johnny Rotten redevient John Lydon, et fonde Public Image Limited, alias PiL pour les intimes. Avec un ancien guitariste des Clash n'ayant jamais joué sur leurs albums (Keith Levene), un bassiste hooligan teigneux (Jah Wooble) et un batteur qui changera souvent, et ici du nom de Walker. Ce premier opus, malgré une production qui a pris un petit coup par moments, est un must absolu de post-punk, et aussi de punk pur. De l'anti-rock, assez expérimental, plein de dubs, de folie pure (le long morceau de 9 minutes ouvrant l'album, terrifiant), un disque psychiatrique, cinglé, ambitieux, à la fois punk et new-wave. Mythique. Meilleur (mais différent) que les Pistols, aussi. Leur album suivant, Metal Box de 1979, vendu dans un boîtier rond en métal (CD aussi), est grandiose également, mais pas du tout punk, il n'a donc pas sa place ici. Meilleure chanson : Low Life.

16Outlandos D'Amour, The Police (1978) : Hé oui, The Police ! Car, à la base, c'étaient des punks (qui ont accueilli en leur sein le guitariste corse Henry Pandovani, qui partira avant ce premier album). Un punk-rock très pop, avec accents portés sur le reggae, la world, le rock pur, et la suite de la carrière des Flics, remarquable, le prouvera, leur musique cessera totalement d'être punk. Outlandos D'Amour est leur disque punk, en quelque sorte, et croyez-moi, il ne fait pas intrus dans cette liste. Remarquable, même s'ils feront encore mieux par la suite. Dire que Sting venait du...jazz ! Ce détail plus le nom du groupe ne les fera pas bien aimer des punks, par ailleurs. Meilleure chanson : Next To You.

19The Undertones, The Undertones (1979) : Groupe assez (voire même très) méconnu, dont cet album restera pendant longtemps introuvable, quasiment jamais commercialisé comme il le faudrait. Un disque très réussi que The Undertones, un disque, encore une fois, court comme c'est pas permis (14 titres...27 minutes !), mais vraiment appréciable pour un amateur de punk-rock. Avec des accents power-pop et new-wave par moments, mais, en fait, plus punk qu'autre chose. Non, c'est vraiment du bon, ici ! Meilleure chanson : Family Entertainment.

20London Calling, The Clash (1979) : Que dire ? Premier double album (simple CD) de l'histoire du mouvement, c'est le sommet des Clash, bien que leur premier opus éponyme soit un monstre lui aussi (plus haut sur la liste). London Calling, c'est surtout un melting-pot ahurissant de plusieurs genres musicaux, punk, rock, pop, mais aussi ska et reggae, voire même soul. Une pure réussite, peu importe le style abordé (les Clash iront encore plus loin avec le triple album, depuis double CD, Sandinista ! de 1980, mais là, ça sera, quand même, un peu too much par moments). Essentiel ! Meilleure chanson : The Guns Of Brixton.

18Cut, The Slits (1979) : Quasi-exclusivement féminin (le batteur est un mec, mais il est surtout là en tant que musicien de studio, d'ailleurs, il n'est pas sur la pochette), The Slits  ('les fentes') est aussi un des plus cultes groupes de punk au monde, des Anglaises faisant partie des relations des Sex Pistols ou des Clash. Premier album assez démentiel, avec des touches de post-punk (c'est l'année qui veut ça), et des textes assez engagés dans le féminisme. Un groupe de punkettes féministes, en somme. Cut est vraiment un album aussi court (32 minutes) qu'efficace ! Meilleure chanson : Typical Girls.

21End Of The Century, Ramones (1980) : Comme je l'ai dit bien plus haut au sujet de leur premier album de 1976, je ne suis pas fan du tout des Ramones, excepté cet album de 1976 et cet autre album, de 1980, End Of The Century. Lequel est produit par Phil Spector, génie (un peu beaucoup fou et parano) du 'mur du son' pop chatoyant. Les arrangements spectoriens se marient, genre, bizarrement avec la force de frappe des Ramones, mais ce disque conserve un charme hallucinant, à cause de son côté un peu bancal et très décalé. Du punk et de la pop en même temps ! Culte, mais controversé. Limite l'album des Ramones qu'aiment les anti-Ramones, comme moi, donc. Meilleure chanson : Do You Remember Rock'n'Roll Radio ?

22Fresh Fruits For Rotting Vegetables, The Dead Kennedys (1980) : 33 minutes de pure violence, il suffit de lire le nom du groupe et de la quasi-totalité des morceaux pour juger de l'ampleur de la chose. Avec ce disque, les Dead Kennedys frappent un grand coup, un album plus hardcore que punk, extrêmement brutal et saignant, avec l'immense Jello Biafra au chant. Vraiment du costaud et du méchant punk que celui des Kennedy Morts ! Meilleure chanson : Holiday In Cambodia.

66418326_pFire Of Love, The Gun Club (1981) : Premier album du Gun Club, groupe de blues-punk-rock mené par le charismatique et cinglé (et mort en 1997) Jeffrey Lee Piece. Fire Of Love, sorti à l'époque sous une autre pochette (rose), mais disponible en CD sous la pochette ci-contre, est une claque absolue. Reprises ou originales, les chansons de l'album possèdent une ambiance vaudou totalement indescriptible, les classiques abondent, l'album offre 40 minutes de fureur, de brasier, de soufre... C'est totalement renversant. Plus blues que punk, mais quand même sacrément virulent. Meilleure chanson : She's Like Heroin To Me.

52109150_pMiami, The Gun Club (1982) : Deuxième album du Gun Club, et un disque, pour tout dire, aussi réussi que Fire Of Love, le précédent. Miami, toujours aussi vaudou et cataclysmique, offre encore une fois des morceaux légendaires, et l'interprétation est toujours aussi bluffante de la part du cinglé Jeffrey Lee Pierce. Fire Of Love est sans doute plus monstrueux encore, mais de peu, et dans l'ensemble, c'est un album aussi réussi que le précédent. Meilleure chanson : Sleeping In Blood City.

23Concerto Pour Détraqués, Bérurier Noir (1985) : Je dois dire que je ne suis absolument pas fan des Bérurier Noir (nom de groupe qui vient de l'univers des romans de la série San-Antonio de Frédéric Dard), mais cet album, leur deuxième, est une vraie réussite de punk français, un peu déglingué, assez virulent, avec des textes le plus souvent corrosifs. Bref, c'est du très bon dans le genre ! Meilleure chanson : Porcherie.

24The Full-Custom Gospel Sounds (Of), The Reverend Horton Heat (1993) : Plus du punkabilly (mélange de rock'n'roll, rockabilly et punk-rock) que du vrai punk-rock, mais il y à une vraie ambiance punk sur ce disque mémorable sorti en 1993, chef d'oeuvre méconnu et à découvrir, qu'il aurait été dommage de ne pas le classer avec les autres. Cet album sorti sous une très drôle pochette est vraiment une pépite à découvrir, un disque sanglant, vibrant, rock'n'roll et punk en même temps. Du grand art ! Meilleure chanson : The Devil's Chasing Me.

 25Is This It, The Strokes (2001) : Dernier album de la liste, car, vraiment, le dernier chef d'oeuvre punk-rock sorti, même si le son des Strokes est assez spécial et plus orienté punk-pop que vraiment punk. Un disque pas totalement parfait, qui peut lasser à la longue (j'en sais quelque chose), mais, franchement, d'excellentes chansons, une atmosphère imparable, un disque quasiment radical qui n'a pas vraiment à rougir face à ses glorieux aînés de la liste. A conseiller aux fans de punk-rock, donc ! Meilleure chanson : Is This It.

66017267_pUp The Bracket, The Libertines (2002) : Je leur dois la moitié de mon pseudonyme (Pete Doherty, chanteur et guitariste du groupe), l'autre étant en rapport aux Clash évidemment. Up The Bracket est le premier opus des Libertines, groupe fondé par Doherty et son alter ego/ami/ennemi Carl Barât, aussi guitare et chant. Un disque produit par un ancien Clash, Mick Jones (l'album suivant, éponyme de 2004, et qui est nettement moins marquant, aussi), et un album aussi court (36 minutes) que totalement bluffant. Textes en béton, mélodies imparables, chant idem, ce premier cru des Libertines, groupe désormais mort et enterré, est immense ! Meilleure chanson : Boys In The Band.