51eiYsEU+yL

Troisième volet de la trilogie constituée de Godbluff (1975) et Still Life (1976), une trilogie assez métallique comparable à celle de King Crimson (Larks' Tongues In Aspic/Starless And Bible Black/Red, 1973/74), World Record est un album de Van Der Graaf Generator, groupe de rock progressif et expérimental anglais mené par le chanteur et guitariste (et claviériste) Peter Hammill, à la voix si particulière (comparée à la guitare d'Hendrix !). Long de 52 minutes pour 5 titres seulement, c'est probablement le moins marquant de cette trilogie qui, selon moi, constitue l'apogée de la carrière de Van Der Graaf Generator (du moins, la période électrique, métallique, car, pour la première période, Pawn Hearts, en 1971, est immense). Mais World Record est quand même franchement bon, voire même exceptionnel par moments.

vandergraafgenerator

Le groupe est constitué de Peter Hammill, donc, ainsi que de Guy Evans (batterie), Hugh Banton (orgue) et David Jackson (saxophone, flûte). Pas de basse. Hammill est officiellement crédité à la voix, "Meurglys III" et "Wassistderpunktenbacker" (!), tout un programme. Comme je l'ai dit, World Record, souvent mal-aimé, est moins marquant que Godbluff et Still Life. Surtout que ces deux albums sont franchement immenses (j'ai une nette préférence pour Godbluff, le plus court - 37 minutes - mais le plus direct, brutal). On notera un morceau tout simplement exceptionnel, cependant, sur ce disque trop long, et ce morceau, paradoxal mais vrai, c'est le plus long (21 minutes), Meurglys III (The Songwriters Guild), morceau tétanisant (bien que long par moments, notamment dans sa dernière ligne droite) qui fait sans doute partie des épopées les plus incroyables du groupe, avec A Plague Of Lighthouse Keepers (sur Pawn Hearts) ou Childlike Faith In Childhood's End (sur Still Life), sans oublier The Sleepwalkers (sur Godbluff), évidemment. Sur ce long morceau ouvrant la face B, Peter Hammill fait preuve de sa maîtrise hallucinante de sa voix, capable d'être oppressante, hystérique ou très reposante, d'une seconde à l'autre. Bluffant.

world2

Le reste de l'album est globalement excellent : Masks (7 minutes) est immense, When She Comes (8 minutes) aussi, on notera juste un A Place To Survive (10 minutes) et un Wondering (6,35 minutes, morceau le plus court) assez banals, légèrement ennuyeux par moments. Dans l'ensemble, World Record est un peu inégal, trop long, et souffre surtout de la comparaison avec les deux précédents opus de Van Der Graaf Generator. Mais c'est quand même un assez bon disque de rock progressif et expérimental, et rien que pour la voix de Peter Hammill, les cuivres de David Jackson et les paroles (heureusement dans le livret, et même dans la pochette vinyle, voir l'illustration plus haut), il faut l'écouter. Enfin, si vous aimez le rock progressif et connaissez un peu l'univers du groupe. Vous serez quand même déçus, car c'est nettement moins bon que Godbluff et Still Life, mais ce n'est pas catastrophique non plus.

FACE A

When She Comes

A Place To Survive

Masks

FACE B

Meurglys III (The Songwriters Guild)

Wondering