R25

T'en fais pas papa, mon amoureux tu l'aimera, il écoute que Brassens et toi...

Ca y est, on peut le dire, Renaud a entamé sa descente. En fait, c'est avec l'album qui précède celui dont je vais parler aujourd'hui. Avec l'album Marchand De Cailloux, sorti en 1991, lequel, malgré de très bonnes chansons, marquait une très nette baisse de qualité (Je Cruel) et n'est, globalement, vraiment pas passionnant. L'album se vendra moins bien que le précédent, lequel s'était déjà moins bien vendu que les deux cartons de 1983 et 1985 (plus d'un million par tête de pipe). En 1993, j'en parle rapidement ici mais je n'aborderai pas l'album que je n'ai jamais entendu dans sa totalité et, franchement, il ne m'intéresse pas, en 1993 donc, Renaud sort un disque de reprises de chansons traditionnelles du Nord de la France, chantées en ch'ti, Renaud Cante El' Nord. Il est très certain que Renaud a eu l'envie de faire ce disque non seulement parce qu'une partie de sa famille (du côté de sa mère) est originaire du coin, mais aussi parce qu'en 1992, il tourne dans le film Germinal de Claude Berri, adapté de Zola, un chef d'oeuvre qu'il co-interprète avec Gérard Depardieu, Miou-Miou, Jean Carmet et Judith Henry (notamment), un film remarquable dans lequel, dans le rôle principal d'Etienne Lantier, il crêve l'écran. L'album de chansons en ch'ti sort avant le film, mais les deux oeuvres sont de 1993, toutes deux. Puis, après le tournage du film et l'enregistrement (fait, je pense, assez rapidement) de son disque de reprises, Renaud se remet au boulot, il avait commencé à bosser sur son nouvel album, qu'il enregistrera dans sa maison du 14ème arrondissement de Paris entre le 21 juin et le 12 juillet 1994, l'album sortira en novembre de la même année. 

R26

Sorti sous une pochette bariolée (et vraiment belle) le représentant en forain gérant d'un stand de tir (avec des vignettes dessinées à l'ancienne pour représenter les 12 chansons de l'album), l'album s'appelle A La Belle De Mai et offre 48 minutes de chansons inédites, toutes écrites par Renaud, et dont la musique de certaines d'entre elles est signée d'un certain Julien Clerc (trois morceaux), première et de mémoire unique fois que les deux collaborent. Clerc signe ici les mélodies de C'Est Quand Qu'On Va Où ? (chanson qui, comme Mon Amoureux dont la musique est signée François Ovide, est partie intégrante du cycle de chansons renaldiennes sur sa fille Lolita), qui est très touchante ; du Sirop De La Rue, sur l'enfance et ses petites conneries ; et du moins réussi mais pas honteux Adios Zapata !, clairement un des trois moins bons morceaux de l'album. Les deux autres titres vraiment pas terribles, il faut le dire, sont Lolito Lolita et Devant Les Lavabos. Renaud a signé la musique de la première de ces deux chansons pas glop. Il a aussi signé la musique du morceau-titre, qu'il chante avé un assent marseillais assez amusant, fatche de conng, la "Belle de Mai" étant le nom d'un quartier populaire de Marseille, et de La Médaille, morceau qui fera polémique, Renaud parlant de maréchaux assassins pour parler des officiers de la Première Guerre Mondiale sur les statues desquelles viennent chier les pigeons ; on l'accusera d'insulter le souvenir français, il y aura un procès, et relaxe pour Renaud. La chanson est antimilitariste, c'est évident. Elle est aussi très belle. 

R27

Belle aussi est Mon Amoureux, dans laquelle Lolita veut présenter son nouveau mec à son Renaud de père, le rassurant par la même occasion (T'en fais pas papa, mon amoureux, tu l'aimera). Sublime et touchante est Son Bleu, musique de l'accordéoniste Jean-Louis Roques (qui signe aussi la musique du moins réussi mais correct Le Petit Chat Est Mort), dans laquelle un ouvrier de 50 ans, qui vient de perdre son travail (vu son âge, je ne pense pas qu'il s'agisse de retraite, mais plus de licenciement économique) déprime à mort en se demandant ce qu'il va faire de son bleu de travail, de la gamelle dans laquelle sa femme lui mettait son repas du midi, de sa gapette. De sa vie. Le personnage est communiste, lit L'Humanité, son fils aux idées bien révolutionnaires, qu'il commence à partager, est parti en Amérique du Sud faire la guerilla (seul passage un peu bof de la chanson, pas très crédible, mais bon), lui ne veut pas réveiller sa femme et désespère seul, tête dans les mains, en pensant merde aux hommes et merde à Dieu. Autre chanson réussie, La Ballade De Willy Brouillard, dans laquelle on suit les pérégrinations nocturnes d'un petit flic dans une ville de taille moyenne. Musique géniale d'Amaury Blanchard et Pierre Delas, paroles superbes, Renaud parle, pour une fois, de quelqu'un de l'autre côté de la barrière (et semble s'en rendre compte à la fin (Où t'as vu qu'j'allais faire une chanson à la gloire d'un poulet ?), et cette chanson, qui ouvre le disque, est clairement une des meilleures d'un album nettement plus réussi que le précédent, un album sobre, bien foutu, pas parfait on l'a vu, mais que, personnellemment, j'aime énormément. Un cru méconnu, assez négligé même, qui sera le dernier album de chansons inédites de Renaud pour une période de 8 ans. En 1996, Renaud sort un album de reprises de chansons de Brassens, très réussi (mais que je n'aborderai pas), mais il est déjà dans un profond gouffre alcoolisé à l'époque de ce A La Belle De Mai vraiment à (re)découvrir. 

La Ballade De Willy Brouillard

A La Belle De Mai

C'Est Quand Qu'On Va Où ?

Le Sirop De La Rue

Devant Les Lavabos

Cheveu Blanc

Le Petit Chat Est Mort

Adios Zapata !

Son Bleu

Mon Amoureux

Lolito Lolita

La Médaille