0724384959555_600

Je dois dire que j'ai été injuste avec cet album. Oui, je sais, je ne l'avais pas encore abordé ici (ce qui est un tort de ma part), mais au fil de divers autres chroniques concernant Renaud, j'avais, il me semble, mal jugé A La Belle De Mai, album studio que la chetron sauvage (son surnom) a sorti en 1994, alors qu'il était dans une très mauvaise passe (qui durera jusqu'à son retour inespéré et miraculeux de 2002 avec Boucan D'Enfer). Son album précédent, Marchand De Cailloux (1991) est moyen, rempli de chansons inégales (mais certaines sont remarquables), et semblait marquer un net recul après tant de grands albums. A La Belle De Mai, avec ce belle pochette montrant Renaud en forain désoeuvré, est un peu meilleur. Mais, en fait, le recul de qualité, c'était le précédent album. Là, on le sent, Renaud va mal (l'alcool, ce fléau), et compte tenu de tout ça, il livre un bel album, pas un joyau, mais un disque à écouter et à réévaluer à la hausse.

renaud

Car il y à vraiment de belles chansons, ici : Son Bleu est une merveille absolue sur le désoeuvrement d'un ouvrier qui, à la retraite (ou licencié : le personnage principal, communiste syndiqué lisant l'Humanité et travaillant en bleu de travail, a 50 ans, ce qui, pour la retraite, en 1994, est un peu jeune), se retrouve comme un con, son 'bleu' de travail (sa tenue) raccroché, pas seul car il est marié, mais sans boulot, sans avenir, sans vie. Déchirant. La Ballade De Willy Brouillard parle des rondes de nuit d'un flic d'une ville pas vraiment craignos, mais certainement pas Cannes ou Nice, plutôt une ville de banlieue telle que Gennevilliers ou Pantin. Cheveu Blanc, sous des aspects plutôt rigolards, parle de la vieillesse, avec tact. La Médaille, qui entraînera des emmerdes juridiques pour Renaud (il s'en sortira), critique vertement l'armée, le souvenir français, les officiers qui, pendant la Première Guerre Mondiale, envoyèrent à la mort, sans y aller eux-mêmes, les soldats, et qui ont droit, après, à une statue en lieu public. Le Sirop De La Rue (sur l'enfance et les conneries que l'on fait étant môme) et C'Est Quand Qu'On Ca Où ? (sur Lolita, sa fille), toutes deux mises en musique par Julien Clerc, sont sublimes elles aussi.

renaud5_2

Après, c'est vrai que sur ce disque sans batterieni guitare électrique, mais enregistré avec notamment Denis Benarrosh, Patrice Tison, Bernard Paganotti, Jean-Louis Roques, Gérard Bikialo ou Michel-Yves Kochmann, on a aussi quelques chansons moins marquantes : Adios Zapata ! (assez moyenne, pour ne pas dire médiocre) ou Lolito Lolita, sur l'indécision sexuelle. Mais comparé au très drôle et marseillais (l'accent de Renaud quand il chante !) A La Belle De Mai, où à Mon Amoureux (sur Lolita), ou Le Petit Chat Est Mort, ou bien encore le grandiose Son Bleu, comparé à ça, c'est peu de dire que la balance pèse du côté positif, pour l'album. Seulement deux chansons médiocres (totalisant environ 8 minutes sur les 48 de l'album) pour 10 qui sont franchement bonnes voire excellentes, c'est pas mal. Au final, A La Belle De Mai est un excellent cru intimiste d'un Renaud en mauvais état, mais capable encore de livrer de belles chansons. Un disque sous-estimé, ultime sursaut avant la descente dans l'alcool, lente descente aux Enfers, avant le retour de 2002 (et actuellement, 2011, il est encore en mauvais état, le Renaud, hélas).

La Ballade De Willy Brouillard

A La Belle De Mai

C'Est Quand Qu'On Va Où ?

Le Sirop De La Rue

Devant Les Lavabos

Cheveu Blanc

Le Petit Chat Est Mort

Adios Zapata !

Son Bleu

Mon Amoureux

Lolito Lolita

La Médaille