62

Pour ce 197ème Track-by-track, un disque qui risque de faire polémique ici, enfin, dans un sens : Bretonne, sorti l'an dernier, disque de Nolwenn Leroy cassant la baraque, disque de reprises de chansons celtiques et bretonnes, en français, gaélique et, pour une, en anglais (on a aussi une chanson en français spécialement conçue pour l'album, signée Miossec). Disons-le tout de suite, si on m'avait dit, il y à un an (l'album est sorti en fin d'année 2010, il me semble), que j'achèterais et que j'aimerais un disque de Nolwenn Leroy ou de n'importe quel(le) autre rescapé(e) d'une émission de TV-réalité (rappelons que Nolwenn a gagné la Star Ac' 2), j'aurais ri au nez de la personne qui m'aurait dit ça. Bretonne ne m'a pas fait changer d'avis au sujet de Nolwenn, je ne l'aime pas, mais je reconnais qu'elle chante super bien ces 13 chansons, et que l'album, pas trop long (43 minutes) est très très réussi. Ce disque, le voici :

Tri Martolod : Inutile de dire que ce morceau est sublime, du moins, dans sa version originale (c'est un air traditionnel breton qui fut magnifiquement popularisé par Alan Stivell, au sujet duquel j'ai appris qu'il n'était d'ailleurs pas né en Bretagne, mais en Auvergne, amusant, non ?). Tri Martolod ('Trois Marins') est une chanson sensationnelle interprétée en breton. Cette reprise a servi à lancer la promotion de Bretonne. Je me souviens avoir entendue la Nolwenn la chanter au Téléthon l'an dernier, et je me suis dit que, franchement, c'était bien, une bonne reprise, un peu moderne parfois (la batterie et les claviers), et franchement fidèle à l'originale. Une des meilleures chansons de l'album.

La Jument De Michao : Reprise d'une chanson traditionnelle popularisée par Tri Yann dans le temps, La Jument De Michao, qui a eu droit à un outrage dans les règles, il y à une dizaine d'années, par ces macaques de Manau (qui en ont fait une sorte de reprise lourdingue en rap breton, paroles changées sauf le début du refrain concernant le loup, le renard et la belette, ils ont gardé le plus con, forcément), est une autre chanson ayant bien servi à populariser l'album. Avec un peu moins de 3 minutes, c'est un des morceaux les plus courts (le plus long, de toute façon, fait seulement 4,30 minutes). Ce n'est clairement pas un morceau que j'affectionne, même si Nolwenn ne se démerde pas trop mal ici. Mais elle m'a toujours un petit peu énervée, cette histoire de loup, de renard, de belette, de mec qui doit partir dans dix, neuf, quatre, deux ou un an, de cette jument de Michao et de son petit poulain ayant tout mangé le foin, avant l'hiver, et elle va s'en repentir d'ailleurs quand elle n'aura plus rien à grailler en hiver... Une chanson mythique mais qui m'énerve un peu, donc.

Suite Sudarmoricaine : Encore une air traditionnel breton/celtique qui fut, en son temps popularisé par le grand Alan Stivell. Suite Surdarmoricaine est une chanson remarquable, un des sommets de l'album, clairement. Amusant d'entendre cette chanson chantée par une femme, au vu des paroles, assez osées (on y parle notamment d'un homme ayant couché avec une fille dans un champ, et ayant récolté pour la peine une vérole, la fille n'étant pas très saine...) ! Le rythme est remarquable, l'interprétation est très convaincante, cette chanson reste ce qu'elle est, un sommet, un chef d'oeuvre. Et au final, peu importe si cette reprise est moins belle que l'original : les chefs d'oeuvre sont immortels.

Greensleeves : Morceau traditionnel celtique qui est, sur Bretonne, le seul titre chanté en anglais. Et assurément une des plus belles réussites de l'album. Air traditionnel celtique irlandais, Greensleeves ('feuilles vertes') est un morceau enivrant, envoûtant, qui a été utilisé comme mélodie pour une chanson présente dans le film La Conquête De L'Ouest. Une chanson aérienne, mélancolique, sublimissime, interprétée vraiment efficacement ; oui, je n'aime pas Nolwenn mais je reconnais qu'elle a une très belle voix, du moins sur cet album, et plus particulièrement sur Greensleeves ! Superbe, quoi.

Brest : Reprise de la fameuse chanson de Miossec présente sur son album 1964 (sorti en 2004), Brest est une superbe et courte chanson sur la ville du même nom, ville de naissance de Christophe Miossec. Cette reprise est franchement bien belle, c'est même une des plus belles chansons de l'album selon moi, même si ce n'est pas la même chose qu'avec la chanson originale (la voix cassée, hésitante, rauque de Miossec apporte un plus, tandis que cette reprise est juste très belle). Brest est une sublime petite chanson, un peu tristounette, au refrain franchement remarquable (Tonnerre, tonnerre, tonnerre de Brest, mais nom de Dieu, que la pluie cesse). Très très bon !

Bro Gozh Va Zadoù : Avec 2,40 minutes, c'est le morceau le plus court de Bretonne. Comme son nom l'indique, Bro Gozh Va Zadoù est interprété en gaélique. Le titre signifie 'Vieux pays de mes rêves' et les paroles sont signées Evan James (et l'adaptation, François Jaffrenou, dit Taldir). Musique de James James. Une très belle chanson, dans l'ensemble (les chansons en breton ou gaélique, sur ce disque, sont parmi les plus belles, et dans un sens, c'est normal et logique, ce sont elles qui 'respirent' le mieux la Bretagne). Le chant est très correct, Nolwenn se démerde bien avec le gaélique. Musique très belle. C'est juste un petit peu court...

Mna Na H-Eireann : Aaah, merveille absolue ! Les cinéphiles connaissent bien ce morceau, qui fut popularisé par un groupe de musique celtique anglais ou irlandais (The Chieftains) et a été utilisé, dans cette version de The Chieftains, en 1975, pour Barry Lyndon de Kubrick, sous le titre Women Of Ireland (traduction du titre, d'ailleurs). Mna Na H-Eireann est une chanson sensationnelle, aérienne, basée sur un air traditionnel, et parlant donc de l'Irlande et des Irlandaises. L'ambiance est parfaite, le morceau est juste sublime, l'interprétation est vraiment de qualité. Au final, clairement une des meilleures chansons de Bretonne.

Ma Bretagne Quand Elle Pleut : Adaptation d'une chanson écrite et composée par Jean-Michel Caradec, Ma Bretagne Quand Elle Pleut est une chanson mélancolique mais pas triste, elle distille juste un sentiment de spleen. La chanson parle de la beauté de la Bretagne, des Bretons, du fait que, même quand il fait un sale temps (je ne vais pas dire que c'est souvent, ne tombons pas dans les clichés, mais c'est vrai qu'en Bretagne, et surtout au bord des côtes, il pleut pas mal, non ?), la Bretagne reste un endroit magique, magnifique (c'est totalement vrai). Chanson très belle (je ne sais pas si elle est une reprise correcte, réussie ou ratée, je ne connais pas l'originale), même si ce n'est pas ma préférée de l'album.

Je Ne Serai Jamais Ta Parisienne : La voilà, la chanson écrite spécialement pour Nolwenn Leroy et pour Bretonne : Je Ne Serai Jamais Ta Parisienne est une chanson est signée Miossec pour les paroles, Didier Squiban pour la musique, laquelle est très jolie, bien qu'un peu convenue. Dans l'ensemble, ce n'est clairement pas la meilleure chanson de l'album, et ce n'est pas parce que c'est la seule chanson originale de l'album que je dis ça (même si, c'est vrai, c'est moins intéressant). Les paroles (sur une jeune Bretonne vivant à Paris avec son fiancé, mais ne voulant pas oublier sa Bretagne natale et refusant de tout quitter pour s'installer définitivement à Paris, sa Bretagne lui manque trop) sont bien foutues. L'interprétation aussi. La musique est moyenne, mais c'est quand même pas trop mal. Moyen, mais correct, quoi.

Karantez Vro : Cette chanson, dont le titre signifie 'Amour du pays', est très importante pour les Bretons, la Bretagne. C'est en quelque sorte l'hymne régional ! Elle est signée Anjela Duval et Véronique Autret. Karantez Vro est bien interprétée, mais ce n'est malheureusement pas le sommet de l'album (je dis 'malheureusement' compte tenu de l'aspect mythique, important, de la chanson, qui aurait mérité un traitement un peu meilleur). Ce n'est pas mauvais, franchement pas, mais la magie des précédentes interprétations, ou du moins, leur côté évocateur, est un peu moins efficace et présent ici. Dommage. Mais ça reste pas mal du tout.

Le Bagad De Lann-Bihouë : Pas vraiment une chanson traditionnelle, celle-là, encore que... Le Bagad De Lann-Bihouë est une chanson, en effet, récente (enfin, elle a quand même de la bouteille, mais comparée à Tri Martolod...), signée Alain Souchon et Laurent Voulzy. On retrouve bien la patte Souchon/Voulzy ici ; je veux dire par là que celles et ceux qui ne connaîtraient pas cette chanson, en entendant cette reprise très sympathique, sauront tout de suite, avant même de lire les crédits dans le très beau livret, qu'elle est signée du fameux duo. Le refrain est assez cultissime et drôle : Dentelle première et premier chapeau/C'est pas toi qu'y es, c'est pas toi qu'es beau... La chanson est très festive, cette reprise est franchement bien foutue.

Dans Les Prisons De Nantes : Chanson traditionnelle reprise notamment par Tri Yann, Dans Les Prisons De Nantes est une chanson assez sympathique, un classique, un standard. Cette reprise est plutôt sympa, mais pas du niveau de la version Tri Yann, clairement pas. C'est vaguement répétitif (c'est la chanson qui veut ça), pas mauvais du tout, mais un peu mineur, comme Karantez Vro ou La Jument De Michao. Je n'ai pas grand chose à dire au sujet de cette reprise, elle ne me parle pas plus que ça...

Rentrer En Bretagne : Sublime chanson (et la plus longue de l'album), écrite par Alan Stivell et Pierre Grosz (musique signée Stivell seul). Une chanson douce et triste, mélancolique surtout, qui parle de la Bretagne avec une force d'évocation telle (et la musique est vraiment sublime, aussi, sans parler de la voix de Nolwenn, encore une fois parfaite) qu'on a tout de suite envie de s'y rendre, d'y vivre pour le reste de ses jours. Rentrer En Bretagne est une bien belle manière d'achever Bretonne, album qui commençait par une chanson popularisée par Stivell et s'achève, donc, aussi sur une chanson du même titan de la musique celtique bretonne. Une réussite.

 Au final, Bretonne est donc un très très beau disque de chansons celtiques traditionnelles (ou plus récentes), dans l'ensemble très bien foutu. Certes, tout n'est pas parfait, on a deux ou trois chansons moins marquantes, mais dans l'ensemble, les 43 minutes de cet album passent vraiment très bien. Je l'ai écouté plusieurs fois depuis que je me le suis acheté il y à quelques mois, et j'apprécie toujours autant, de temps à autre, ce voyage en Bretagne, pas toujours grandiose, mais dans l'ensemble, excellent, et valant bien l'achat de ce disque vraiment attachant. Nolwenn a bien surpris son monde avec ce disque, dont le succès est tellement fort qu'elle en est la première surprise (et moi, le premier surpris d'aimer cet album) !