23

Pour ce nouveau Track-by-track, le 177ème, un disque remarquable comptant parmi les meilleurs du rock progressif : Selling England By The Pound, le cinquième album studio de Genesis (en comptant From Genesis To Revelation, leur premier, méconnu et à oublier) et leur sixième album tout court (leur précédent était un live).

Dancing With The Moonlit Knight : "Can you tell me where my country lies ?", said the unifaun to his true love's eyes. C'est ainsi, sanx aucun accompagnement musical, que commence Dancing With The Moonlit Knight : par la voix si remarquable de Peter Gabriel, chantonnant ces premières paroles. La chanson, longue mais pas la plus longue (elle dure 8 minutes), est une petite réussite tout simplement touchante (musicalement, certaines parties sont magnifiques, même si les passages énergiques perdent forcément cet aspect touchant), interprétée à la perfection, et contenant le titre de l'album dans ses paroles. Pas la chanson la plus connue de Selling England By The Pound, mais une des plus belles, au final.

I Know What I Like (In Your Wardrobe) : Le premier tube du groupe, c'est intéressant de le signaler ! Inspiré par l'illustration de pochette (Me ? I'm just a lawnmower, you can tell by the way I walk), I Know What I Like (In Your Wardrobe) est une des chansons les plus mythiques de Genesis, qui interprétera toujours ce morceau en live. Pour dire à quel point ce morceau assez court (4 minutes) est important pour la Génèse. Après, cette chanson, bien que réussie (franchement, il faut le reconnaître), ne figure pas parmi mes préférées du groupe et de l'album. Elle me semble trop évidente, c'est un peu le tube obligé, même si, pour le groupe, à l'époque, ce succès fut inespéré (passages radio).

Firth Of Fifth : 9,40 minutes ahurissantes. Que dire ? Firth Of Fifth, dont le passage instrumental de guitare sera quasiment toujours joué live (quand ça n'était pas le morceau complet), est une des pièces maîtresses de Genesis, toutes périodes confondues, et le sommet de l'album. Ce passage instrumental, mêlant solo de claviers (Banks), de flûte (Gabriel) et de guitare (Hackett), est juste immense, le meilleur moment du morceau, mais le morceau, chanté, est parfait de bout en bout. Le chant de Gabriel est sans doute un peu pompeux, mais on s'en cogne, le rock progressif est parfois un peu pompeux, et les amateurs de ce genre musical ne s'arrêtent pas à ça (sinon, comment être fan d'Emerson, Lake & Palmer ou de Yes ?). Au final, cette chanson est gigantesque.

More Fool Me : Deuxième chanson de Genesis interprétée par Phil Collins après le court For Absent Friends (de Nursery Cryme, 1971). Mais Philou n'était pas crédité au chant pour For Absent Friends, tandis que sur ce More Fool Me, il y à la précision Vocals Phil entre parenthèses, sur l'album, et la chanson, longue de 3,10 minutes, est plus longue, donc. Chanson assez souvent très sous-estimée, critiquée, en majeure partie parce que chantée par Collins, malheureusement une des personnalités les plus détestées du monde du rock. Personnellement, j'aime beaucoup cet artiste que j'ai vu deux fois en live (une fois avec Genesis et une fois en solo), et cette chanson, assez calme, est vraiment belle, je ne vois pas ce qu'on lui reproche. Une belle complainte acoustique qui achève bien une très très bonne face A.

The Battle Of Epping Forest : 11,45 minutes, ce qui en fait, mais pas de beaucoup, le morceau le plus long de l'album. Malheureusement, cette histoire de bagarre gigantesque entre deux bandes dans la forêt d'Epping (en périphérie de Londres, c'est l'équivalent londonien du Bois de Boulogne) est indéniablement le morceau le moins réussi de l'album. C'est vraiment dommage que The Battle Of Epping Forest soit si longue, car on s'y emmerde le plus souvent. Les picnic, picnic, picnic, picnic de Gabriel, sorte de leitmotiv revenant de temps à autre, sont insupportables, et la chanson, avec ses changements de rythmes inhérents au rock progressif, est plombante, longuette, au final assez ratée. Il y à de bons moments, mais trop rares. C'est vraiment dommage...

After The Ordeal : Instrumental qui, dans le livret, est indiqué comme faisant partie intégrante de The Battle Of Epping Forest, tout en se trouvant placé après le morceau. En fait, je pense que After The Ordeal ('après l'épreuve') est indépendant. Enfin, difficile de le dire avec précision ! Sinon, c'est un morceau plus court que ceux qui l'entourent (4,15 minutes seulement), et absolument sublime, notamment dans sa section finale, qui est selon moi un des meilleurs moments de Selling England By The Pound. C'est un instrumental franchement remarquable, musicalement parfait, on en redemande. C'est même trop court, en fait.

The Cinema Show : 11 minutes sensationnelles, faisant partie des plus grands moments de la carrière de Genesis. Décidément, cet album contient plus de classiques absolus du groupe qu'aucun autre album précédent ! The Cinema Show est une pièce maîtresse, renversante, jamais longue malgré ses 11 minutes (et le fait qu'un autre morceau aussi long se trouve quasiment avant), et possédant un jeu de batterie tout simplement tuant. Phil Collins est vraiment un batteur de génie, un des meilleurs du rock, j'ose le dire. Un morceau inoubliable et indescriptible, à la foi doux et énergique.

Aisle Of Plenty : 1,30 minute seulement pour Aisle Of Plenty ('allée de l'abondance'), morceau sublime qui, en fait, n'est qu'une conclusion pour The Cinema Show et pour l'album. C'est difficile de suivre les paroles, vers la fin, car on a plusieurs pistes vocales emmêlées les unes sur les autres. Mais le texte, dans ce final, est assez abscons et peu intéressant, alors, pas de regrets. Sinon, c'est très doux, musicalement parlant, assez mélancolique aussi, et franchement joli, même si c'est loin d'être le meilleur morceau de l'album.

 Au final, ce disque, c'est 54 minutes (durée assez imposante pour un vinyle) dans l'ensemble assez remarquables. Certes, The Battle Of Epping Forest est franchement trop longue et est le point faible de l'album, mais mis à part ça, on a donc 42 minutes parfaites. Selling England By The Pound, avec sa pochette ayant inspiré, comme indiqué dans le livret, la chanson I Know What I Like (In Your Wardrobe), est un des meilleurs albums de Genesis, et un des sommets de l'histoire du rock progressif. Si vous aimez ce groupe, si vous aimez ce genre musical, ce disque est tout simplement indispensable !