35

Pour ce 168ème Track-by-track, un des meilleurs albums des Scorpions, et même, probablement, leur meilleur album tout court : Taken By Force. Sorti en 1977, cet album est leur cinquième, et le dernier album studio du groupe avec  leur guitariste Ulrich 'Uli Jon' Roth, alias le Hendrix blanc, immense guitariste qui quittera le groupe après la tournée (immortalisée par un double live enregistré au Japon, Tokyo Tapes, meilleur live du groupe, sorti un an plus tard), car il avait envie d'essayer autre chose en solo (carrière solo peu connue, dommage pour lui). L'album, immense, sortira sous deux pochettes. Celle ci-dessus est la pochette CD (et de certaines éditions vinyle), sortie après censure. Elle est moche. La pochette initiale, qui sera censurée, montrait deux enfants jouer aux cowboys (en se tirant dessus) dans un décor de cimetière militaire, cachés par des stèles. Pas très politiquement correct ! L'album, en 8 titres et environ 38 minutes, est remarquable, comme je l'ai dit, et le voici :

Steamrock Fever : Chanson très rock et efficace, énergique, pour ouvrir le bal. La chanson ('La fièvre du rock à vapeur') est une des quelques chansons que le groupe a fait en parlant de leur public (When The Smoke Is Going Down, Can't Live Without You, No One Like You, toutes issues du même album, d'ailleurs - Blackout -, chose amusante...). Riff puissant d'Uli Roth, un riff typiquement hendrixien, d'ailleurs (l'ombre tutélaire d'Hendrix plane sur le jeu de Roth, sur cet album), et rythmique puissante aussi, sans oublier le chant parfait de Klaus Meine (Steamrock fever in L.A.), font de ce Steamrock Fever amusant une ouverture foutralement efficace pour Taken By Force.

We'll Burn The Sky : Chanson remarquable de 6,25 minutes dont le texte est signé d'une certaine Monika Dannemann. Laquelle n'est autre que la dernière petite amie, allemande, de Jimi Hendrix ! La chanson parle de sa tristesse, de sa solitude depuis qu'Hendrix est mort (1970), et qu'elle n'attend qu'une chose, le retrouver là-haut afin, qu'ensemble, de leur amour, de leur réunion, ils en fasse brûler le soleil. Non, ce n'est pas une apologie du suicide, c'est juste une chanson sur l'amour et la douleur d'avoir perdu un être cher. Le texte est sublime, la musique est incroyable, mélange ahurissant de douceur et de violence, une power-ballad comme le groupe aura dès lors l'habitude d'en faire (Holiday, Still Loving You, Send Me An Angel...), et une des plus belles chansons des Scorps. Rien à dire d'autre. Ah ! si : c'est sa rencontre avec Monika Dannemann qui fera pencher la balance, pour Uli Roth, qui le fera se décider à quitter le groupe pour tenter sa chance en solo...

I've Got To Be Free : Chanson ultra nerveuse qui, avec son allusion au classique des Monkees (I'm Not Your) Stepping Stone, se pose là comme étant une des plus furieuses de Taken By Force. I've Got To Be Free est du pur hard-rock des familles, nerveux, speedé, violent (enfin, pas utra violent quand même), interprétée de voix de maître par Klaus Meine, avec riffs en pagaille, ambiance de feu... Pas ma préférée de l'album, et même celle que j'aime le moins au final (curieux, mais vrai : son côté trop 'hard-rock pur et dur sans concession', alors que l'album possède quelques chansons un peu plus développées, fait que j'aime beaucoup ce titre, mais que je préfère les autres), mais c'est franchement du Scorpions bien bourrin et efficace ! 4 minutes de tuerie.

The Riot Of Your Time : 4 autres minutes de tuerie, un peu plus space, pour achever la face A en beauté. The Riot Of Your Time ('La baston de ton époque') est remarquable, avec son riff bien sanguinaire et son chant parfait (comme toujours, en même temps) de Meine. Encore une fois, pas ma préférée (la face B sera bien meilleure que la A, laquelle est cependant très très très bonne, on l'a vu), mais il serait dommage, vraiment dommage, de s'en priver !

The Sails Of Charon : Attention, amis collectionneurs et fans du groupe : sur toutes les éditions CD sauf une ou deux sorties au Japon, The Sails Of Charon, morceau immense ouvrant la face B, dure 4,25 minutes. Or, le morceau, initialement, en dure 5,15, de minutes ! 50 secondes de virées, c'est pas formidable, ça ?  noter que ces 50 secondes sont l'intro, purement psychédélique et pas vraiment musicale (une intro bruitiste, en somme), et que, bien que franchement éditée, cette version courte de la chanson est quand même grandiose. Bref, c'est con, mais pas dramatique, au final. Je ne l'ai d'ailleurs su que très tardivement, et ça ne m'a jamais fait me relever la nuit de me dire qu'une partie de la chanson manquait ! Sinon, ce morceau, signé Roth (qui chante), est puissant, le riff est du pur...Hendrix, l'ambiance est caverneuse, parfaite...Un très très grand morceau !

Your Light : Indéniablement la chanson la plus étrange de l'album, Your Light n'en demeure pas moins remarquable. Son ambiance est assez...disco, enfin, je trouve (attention, pas de musique disco à paillettes, hein, c'est juste le rythme, assez dansant et funky, mais c'est ce que je ressens, en même temps). Le groove est remarquable (l'intro, plus rock, elle aussi est remarquable), et la chanson, assez longue (4,30 minutes), est, dans l'ensemble, plutôt soft, plutôt calme, rock pur plutôt que hard-rock. Ce n'est cependant pas une power-ballad, mais Your Light est indéniablement la chanson la plus soft de l'album. Je l'aime beaucoup même si je sais que ce n'est pas une des meilleures.

He's A Woman - She's A Man : Chanson sortie en single, avec Suspender Love (présente en bonus-track CD) en face B. Le titre est rigolo ('Il est une femme - Elle est un homme'), et inutile donc de dire de quoi parle cette chanson très rythmée et speedée : de l'ambiguïté sexuelle, des travestis, transsexuels, etc. Les paroles (la chanson est à moitié composée par le nouvel arrivant dans le groupe, le batteur Herman Rarebell, qui remplace le Belge Rudy Lenners) sont crétines, mais la musique assure. Après, He's A Woman - She's A Man n'est clairement pas le sommet de l'album et du groupe, mais c'est du hard-rock brut de pomme, très efficace !

Born To Touch Your Feelings : Splendeur absolue, une autre power-ballad (plus soft, celle-là), pour achever en fanfare ce Taken By Force décidément remarquable. Born To Touch Your Feelings, qui contient un final multilingue dans lequel plusieurs voix féminines prononcent, dans leurs langues (anglais, allemand, français, japonais, etc), le titre de la chanson ('Je suis né pour toucher tes sentiments'), est une chanson faisant penser aux futures Holiday, Lady Starlight ou Send Me An Angel. C'est beau, musicalement parfait, alternance entre douceur et nervosité (de bons gros riffs, mais rien de sauvage), le refrain est juste magnifique, et la chanson, bien que longue (7,35 minutes), assure totalement. Le sommet de l'album avec l'autre grande power-ballad (We'll Burn The Sky) !

Au final, Taken By Force est donc un sensationnel album de hard-rock pur et dur. On notera que le CD offre deux bonus-tracks : Suspender Love, sorti en face B de single, et Polar Nights, dans une version live. Ce titre live était initialement sur le double live Tokyo Tapes (en vinyle, c'est toujours le cas), mais pour l'édition CD remastérisée, ce morceau fut viré, afin que tout tienne sur un seul CD. Initiative un peu conne, surtout que ce morceau, chanté par Roth, est démentiel. Bref, si vous avez Tokyo Tapes dans cette édition amputée de Polar Nights, le fait d'avoir aussi Taken By Force vous permet de reconstituer tout le show du vinyle. Sinon, Taken By Force est bel et bien le meilleur du groupe, et mon préféré d'eux avec Animal Magnetism (déjà abordé ici).