52

162ème Track-by-track, et pour ce faire, un disque franchement remarquable : Sarbacane. Sorti en 1989, cet album est le septième album studio de Francis Cabrel (et sauf erreur de ma part, son huitième en tout, car entre temps, il avait sorti aussi un double live), et c'est une de ses plus grosses ventes d'album, un succès monumental qui sera battu (ou en tout cas, égalé) par Samedi Soir Sur La Terre en 1994. A partir de 1985 (Photos De Voyages), Cabrel sortira un album tous les cinq ans. Fainéant, le mec. Pas autant que Laurent Voulzy, mais tout de même ! Mais, comme Voulzy, il ne rate jamais le coche. Sarbacane offre un condensé ahurissant de tubes, et de chansons qui, sans avoir été des tubes, sont quand même des classiques. Peu de choses négatives à dire à son sujet, en fait, et ce disque, ben, le voilà :

Animal : Excellente chanson que cet Animal, au sujet duquel, au final, un seul truc m'ennuie vraiment : la partition de flûte indienne dans le final instrumental. Je n'ai rien contre ce genre d'instruments, mais je ne sais pas, je trouve ce solo assez insipide, il m'irrite beaucoup désormais. Mis à part ce petit détail, rien à dire, c'est une chanson franchement excellente, le refrain est assez enlevé (Y'à une heure où va retentir le signal/Un moment où tu vas t'sentir animal, animal animal, animal, animal). Bref, c'est très bon, mais ça se finit, pour moi, moyennement. La chanson est longue, 5,25 minutes, mais moins que la suivante, qui est :

C'Est Ecrit : Magnifique chanson qui, en presque 6 minutes, offre à Cabrel une de ses plus belles ballades. Ce n'est pas la chanson la plus longue de l'album (la dernière fait 6,20 minutes), mais c'est une des plus belles, si ce n'est, en fait, la plus belle. Et une des plus belles chansons de l'artiste d'Astaffort. Que dire ? Une chanson à la fois douce et amère, sur les relations amoureuses et leurs éventuelles ruptures. Le narrateur explique à son ami amoureux que sa copine lui fera faire plein de choses, le rendra tout fou pour elle, mais que, au final, il restera tout seul comme un con tôt ou tard. On apprend à la fin que lui ausi a vécu ce genre de choses, et qu'il parle d'expérience, tout ce qu'il lui dit, c'est écrit... C'Est Ecrit est une superbe chanson qui sera un gros tube malgré sa durée assez imposante pour les clips et les ondes FM. Magnifique !

Sarbacane : Seulement 4 petites minutes (et encore), après deux chansons plus développées. Sarbacane, chanson-titre, est, inutile de le dire, un classique absolu de Franecisse Cabrèleu. Putaing con (oui, je sais, pas le même accent, pas le même coin du Sud, mais bon). Les Nuls feront un si drôle parodie de la chanson, qui en conservera son titre (la sarbacane du titre n'ayant pas la même signification...), qu'il est difficile, pour ceux qui la connaissent, de ne pas y penser désormais. La chanson, très souvent diffusée en radio et à la TV, gros tube comme la chanson précédente, est un blues efficace qui parle de la naissance de sa fille (Alors, te voilà, bout de femme comme soufflée d'une sarbacane, le ciel a même un autre éclat, depuis toi). Il y aura d'autres chansons sur ce sujet (Je T'Aimais, Je T'Aime, Je T'Aimerai), par la suite.

Rosie : Reprise (unique reprise de l'album, d'une chanson anglophone), Rosie est la chanson qui ne me plaît pas sur l'album. Oui, vraiment, je ne sais pas pourquoi, mais c'est le cas, Rosie ne me plaît pas du tout. La chanson parle d'une jeune femme, Rosie, qui tourne autour d'un groupe de rock, dans les coulisses, et qui finit par partir avec le batteur dommage pour le narrateur, un ingé-son, qui aurait bien aimé qu'elle parte avec lui, mais bon, tricard pour le coup...). Malgré son sujet (rock'n'roll et fille facile), la chanson est assez mièvre, surtout au niveau de la musique. Vraiment soupasse, je trouve...

Tout Le Monde Y Pense : Autre tube, Tout Le Monde Y Pense est très belle, mais a un défaut quand même assez important, relatif à son sujet (la société qui part en couilles, les morts, le conflit israëlo-palestinien aussi et surtout) : le pathos. Le chant est solennel, les paroles sont d'une gravité (et d'une sobriété et pudeur) exemplaire(s), mais la musique, la vache... A grands coups d'orchestre symphonique, Cabrel nous offre ici une chanson d'une tristesse insondable, tellement chargée en émotion et en pathos qu'elle en devient, au final, caricaturale. Le message passe, mais ça fait vraiment over the top. Un peu plus de sobriété musicale n'aurait pas été de trop...N'empêche, belle chanson.

Je Sais Que Tu Danses : Cette chanson n'a pas été un tube, mais aurait très bien pu en devenir un. Une chanson bien dansante, enlevée, rien que l'intro en dit long sur le potentiel tubesque de Je Sais Que Tu Danses. Le refrain me fait même penser à Encore Et Encore, tube de 1985 (Photos De Voyages) ! Au final, une chanson simple mais vraiment efficace, une de mes préférées de l'album, clairement, simplement. Excellent.

J'Ai Peur De L'Avion : Un blues assez amusant, au final. J'Ai Peur De L'Avion se passe de commentaires, en fait, la chanson parle d'un homme qui doit prendre l'avion et a peur. On décrit le vol (attachez la ceinture, décollage, envol, trajet, atterrissage), l'homme, apeuré, tendu comme un string, se jure que la prochaine fois, il rentrera par un autre moyen de transport, à pied même s'il le faut (on espère qu'il ne fait pas un New York/Paris...). Je ne sais pas si Cabrel a peur de l'avion ou si c'est inventé pour la chanson, mais c'est une chanson très bluesy et sympathique, pas la meilleue de l'album, mais j'aime assez. Guitare slide de toute beauté.

Dormir Debout : Chanson remarquable et amère, dédiée à Daniel Balavoine, jamais cité dans la chanson (mais c'est sans équivoque : L'homme qui voulait sauver l'amour est parti sans laisser d'adresse). Une chanson qui, malgré son sujet (déjà utilisé (Evidemment par France Gall, autre très belle chanson), n'est pas triste, musicalement parlant. La chanson est même assez enlevée, avec pas mal d'accordéon (de Jean-Louis Roques). Dormir Debout a toujous été une de mes préférées de Sarbacane, au final, et est vraiment superbe.

Petite Sirène : Chanson très belle qui parle d'une pette fille venant de naître (Pleure pas, petite sirène, le jour attend dehors/Ta vie commence à peine). La chanson parle peut-être, comme c'est le cas de Sarbacane, de sa fille (d'une de ses filles, il en a trois, dont une adoptée en 2004), mais je n'en suis pas sûr. C'est en tout cas possible, et Petite Sirène est une chanson assez belle et touchante, même si pas une de mes préférées de l'album. A la base, je ne suis pas très fan de ces chansons douces dans ce genre... Même si je reconnais qu'elle est vraiment belle.

Le Pas Des Ballerines : Avec 6,20 minutes (6,18 précisément, en fait), Le Pas Des Ballerines est la plus longue chanson de l'album, et elle l'achève avec élégance et efficacité. La chanson parle d'un homme emprisonné, condamné à 10 ans de taule et étant en train de les faire. Il a, comme il le dit, donné dix ans de sa vie pour une jeune femme aimant danser. Il a tué pour elle, apparemment, et purge sa peine. Elle, dehors, elle danse, a peut-être refait sa vie...en tout cas, elle lui écrit, et elle dit l'aimer encore. Apparemment, aussi, l'homme doit sortir de prison bientôt. Une chanson assez touchante, musicialement chargée (rien de solennel comme dans Tout Le Monde Y Pense, mais ce n'est clairement pas une chanson gaie et légère), le final est juste superbe. Une de mes préférées de l'album, une des meilleures aussi.

 Dans l'ensemble, donc, Sarbacane est un des meilleurs albums de Francis Cabrel, même si je trouve Tout Le Monde Y Pense assez pompeuse (mais quand même belle) et, surtout, Rosie franchement insipide, même insupportable en ce qui me concerne. Comme, aussi, comme je l'ai dit plus haut, un certain détail sonore sur Animal. Mais, dans l'ensemble, on ne va pas chipoter pour si peu ; l'album fait partie des classiques de la chanson française, au même titre que Samedi Soir Sur La Terre, qui est supérieur et que j'ai déjà abordé ici il y à un petit moment. Pour fans de Francis Cabrel et de chanson française, Sarbacane est donc un must-have absolu.