3

Pour ce nouveau Track-by-track, le 143ème, j'ai décidé d'aborder un disque bien cinglé datant de l'ère du flower-power : After Bathing At Baxter's, sorti en 1967 sous une pochette sublime représentant un avion bien délirant. Cet album est le sommet d'un groupe mythique, majeur de son époque, Jefferson Airplane, groupe aujourd'hui, hélas, passé un peu dans les oubliettes (sauf des amateurs de rock psychédélique). L'Airplane, ici, offre un album riche, totalement délirant, constitué de cinq suites de deux ou trois chansons (en tout, il y en à 11, des chansons, pour 43 minutes environ), une sorte de mini album-concept sans en être vraiment un. Un disque rock, pop et cinglé, que voici :

 The Ballad Of You & Me & Pooneil : Première suite musicale, Streetmasse, et la seule à posséder trois morceaux au lieu de deux. The Ballad Of You & Me & Pooneil est une réussite absolue qui, pourtant, en single (car elle sortira en single), ne marchera pas très fort (classement en 42ème position, meilleur score). Pourtant, cette chanson interprétée par Grace Slick et Paul Kantner fait partie des sommets de l'album. C'est aussi une de mes préférées de cet After Bathing At Baxter's bien bizarre.

A Small Package Of Value Will Come To You, Shortly : 1,40 minute, chanson la plus courte de l'album, et ce n'est pas une chanson, en plus. A Small Package Of Value Will Come To You, Shortly est un instrumental totalement expérimental, probablement le dernier morceau enregistré pour l'album (alors que le groupe était en mode 'délire absolu' et a composé ce titre en forme de boucles sonores, de collage bruitiste, pour rajouter un titre à l'ensemble). C'est musicalement étrange, pas de mélodie, juste un collage de bruits, de sons divers, de cris du groupe. Marrant, et bien dans la norme de l'époque, mais ce n'est pas ce qui vieillit le mieux sur le disque.

Young Girl Sunday Blues : Grace Slick au chant, seule, pour Young Girl Sunday Blues, une des chansons les plus intouchables, les plus phénoménales, du groupe. Et là, en disant ça, je pèse mes mots, car c'est vraiment une spendeur absolue, magnifique. Que dire ? Dès l'intro, dès que la voix de Grace surgit, c'est fort, beau, prenant. Quel dommage que la chanson soit aussi courte, même si 3,33 minutes, ce n'est pas la chanson la plus courte du disque. Refrain, chant, musique, tout est parfait ici.

Martha : La deuxième suite musicale de l'album s'ouvre sur Martha, qui a servi de face B à un des singles issus de l'album. Cette deuxième suite s'appelle The War Is Over (titre très politique en ces temps reculés où la guerre du Vietnam faisait des ravages et faisait aussi plus que diviser le monde). Martha est une chanson superbe interprétée par Kantner (avec choeurs de Grace Slick), une ballade remarquable, douce, sobre, voilà qui change de la majeure partie des morceaux de l'album. C'est encore une fois une réussite totale.

Wild Tyme (H) : Dernière chanson de la deuxième suite, Wild Tyme (H) est totalement débridée. J'ignore pourquoi il y à un H entre parenthèses, idem pour l'orthographe spéciale de 'Time', écrit avec un y. Sans doute pour accentuer le fait que cette période est, comme le titre le dit, sauvage ! Ecrite par Kantner, interprétée par Grace et Kantner, la chanson est courte, 3 minutes et 10 secondes, et elle fait partie des plus emblématiques de l'album. Chant enlevé, mélodie irrésistible, ambiance flower-power/fume, c'est du belge... C'est excellent, mais pas ma préférée de l'album non plus.

The Last Wall Of The Castle : Troisième suite de l'album, Hymn To An Older Generation, et elle s'ouvre sur The Last Wall Of The Castle, une chanson remarquable interprétée par Paul Kantner (mais écrite par le guitariste Jorma Kaukonen). La chanson est courte (2,40 minutes), mais tout simplement somptueuse, dans le style classique de l'Airplane. Très psychédélique, mais la chanson ne fait cependant pas, et de loin, partie des plus cinglées de l'album. En tout cas, c'est magnifique !

reJoyce : La face A s'achevait sur reJoyce, deuxième et dernière chanson de la suite Hymn To An Older Generation. Interprétée par Grace Slick, reJoyce est une chanson assez sombre et même un peu bizarre, lente. Une chanson dont le titre dire sans doute quelque chose aux amateurs de littérature (oui, je veux parler de ce remarquable écrivain irlandais qu'était James Joyce, un auteur culte). reJoyce, en effet, se base sur le roman-fleuve  Ulysse, de Joyce, un roman expérimental racontant une journée de la vie de Stephen Dedalus et Leopold Bloom, deux Irlandais qui, en une journée, vont vivre une sorte de version moderne de l'Odyssée d'Homère. La chanson se base sur plusieurs passages de ce long (1100 pages en poche) et mythique roman. Une ballade noire, sombre, et, en même temps, magnifique.

Watch Her Ride : Deuxième chanson sortie en single (et qui fera encore moins bien que The Ballad Of You & Me & Pooneil, car elle se classera 61ème...), Watch Her Ride ouvrait la face B et la quatrième suite, How Suite It Is. Chanson remarquable pour ouvrir la face B, interprétée par Kantner, elle est malheureusement trop courte, 3 minutes (ceci dit, la majeure partie des chansons de l'album durent plus longtemps que celles des précédents albums, qui faisaient moins de 35 minutes pour 11 titres, comme le précédent Surrealistic Pillow de 1967 aussi). Une superbe chanson rock.

Spare Chaynge : Attention, morceau le plus long de l'album (et de loin !), et deuxième et dernier instrumental de l'album, aussi. Spare Chaynge, expérimentation du groupe, s'étend sur 9 minutes et 10 secondes. 9 minutes en tout ! Pourtant, malgré cette durée imposante, ce n'est jamais chiant, tant le groupe parvient à créer des ambiances et était apte à improviser et expérimenter. Basse sublime de Casady, guitare sublime de Kaukonen... Spare Chaynge est une réussite de plus, et le morceau le plus à part avec le deuxième !

Two Heads : Ouverture de la cinquième et dernière suite musicale de l'album, Schizoforest Love Suite, avec Two Heads, chanson qui servira de face B à un des singles de l'album. Interprétée par Grace Slick, Two Heads est fortement sous influence Doors, elle est très morrisonienne, et totalement fabuleuse. 3 minutes assez martiales, chant saccadé et fort de Grace, décidément une très grande chanteuse.

Won't You Try/Saturday Afternoon : Chanson double qui, en 5 minutes, offre deux parties sublimes interprétées par le groupe, et qui sera jouée live à Woodstock (un des moments forts du festival de 1969). Marquant la fin de l'album, Won't You Try/Saturday Afternoon, parfois scindé, en vinyle, en deux titres séparés pour les crédits, est une réussite majeure bien dans l'esprit hippie de l'époque. La dernière preuve proclamant à quel point After Bathing At Baxter's est une grande réussite psychédélique !

Au final, que dire, donc, sur After Bathing At Baxter's ? Disque mémorable comptant parmi les joyaux absolus de cette époque, et de cette année 1967 si riche en chefs d'oeuvre (Beatles, Love, Stones, Doors, Hendrix, Velvet, Pink Floyd...), l'album est certes totalement bordélique, avec sa structure en cinq pièces musicales, et il contient autant de chansons pop que de délires expérimentaux, mais il est vraiment une réussite absolue, majeure, et le sommet du groupe de Grace Slick et Jack Casady. Bref, si vous aimez le rock, et surtout celui de cette période si cruciale, vous vous devez de posséder ce disque mythique chez vous !